Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une totale excellence musicale et éditoriale. Une merveille!, 17 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Paris Complete Original Recordings (1955-1956) (CD)
Voici un bien joli double album noir, blanc et or! La politique éditoriale qui a présidé à l'élaboration de ce beau produit est à souligner pour sa rare intelligence et son bon goût. Aucune surcharge tant sur le plan de la musique proposée que sur celui du packaging. Pas de redondance iconographique, pas de photos inutiles parce que déjà vues partout ailleurs: un portrait émouvant du trompettiste et deux seules photos du premier orchestre, c'est tout. La reproduction des pochettes vinyl originales dans le booklet parle d'elle-même: sobriété et homogénéité. Les cinq merveilleux bonus chantés en complément ne font que confirmer la parfaite cohérence de ce magnifique cd. Ces sessions Barclay constituent le chaînon qui unit les deux coffrets "Le Chant du Monde" dans une continuité chronologique achevée. Seules les masters sont proposées ici à l'amateur averti, et le tout vendu à un prix presque dérisoire. A cet égard, il est bon de comparer ce bel achat au boxset 8 cds "Emarcy" alourdi de prises absolument superfétatoires et anecdotiques. En outre, le coût de ce coffret est de plus de 100 euros en ce mois de décembre 2012, un montant follement incompréhensible, injustifié et scandaleux. Maintenant parlons musique! Ce qui est éclatant à l'écoute des ces sessions parisiennes de 1955 et 1956, c'est la complète absence d'agressivité et de mordant dans le phrasé de Baker. Celui-ci fait preuve d'une éblouissante maîtrise et d'une absolue décontraction, perceptibles jusque dans les thèmes joués uptempo. Le musicien ne s'emballe jamais! J'écoute Miles Davis depuis quarante ans sans aucune lassitude, hormis les infamies de la décennie 80. Je connaissais très peu Chet Baker, mais après de longues écoutes attentives, je le place aux côtés de Miles pour le dépouillement et la grande retenue du jeu. Une magistrale leçon d'élégance! Vraiment, les mots me manquent tellement je suis admiratif. Il faut écouter la slow version de "Tasty Pudding". Toute la beauté du jazz s'y reconnaît.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit