Commentaires en ligne


12 évaluations
5 étoiles:
 (4)
4 étoiles:
 (5)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mélodique, intense, puissant...
Après leur album de 2009, le contre-versé God and Guns, revoilà Lynyrd Skynyrd avec Last Of A Dying Breed. Retour à un rock sudiste mélodique et puissant. Parmi les musiciens, notons les deux guitaristes Gary Rossington et Rick Medlocke (ex Black Foot) qui délivrent de bons solos charnus sur une rythmique menée tambour...
Publié le 21 septembre 2012 par gégé-blues

versus
3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un peu lourd
Si on devait écrire l’histoire du groupe Lynyrd Skynyrd, nul doute que c’est sur un faire-part de décès qu’on devrait le faire tant la camarde s’est acharnée sur ces malheureux.
Groupe américain fondé dans les années 60, ce n’est que vers 1973/1974 que Lynyrd Skynyrd se fait...
Publié le 12 septembre 2012 par Eminian


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mélodique, intense, puissant..., 21 septembre 2012
Par 
gégé-blues (FRANCE-Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Après leur album de 2009, le contre-versé God and Guns, revoilà Lynyrd Skynyrd avec Last Of A Dying Breed. Retour à un rock sudiste mélodique et puissant. Parmi les musiciens, notons les deux guitaristes Gary Rossington et Rick Medlocke (ex Black Foot) qui délivrent de bons solos charnus sur une rythmique menée tambour battant par le batteur Michael Cartellone (ex Damn Yankees, qui a joué aussi avec Accept) et le bassiste Johnny Colt (ex Black Crowes). Bien entendu, on retrouve au chant l'expressif Johnny Van Zant qui mène son groupe avec conviction. Les titres défilent sans faiblir, et c'est « Good Teacher » et sa wha-wha au gimmick un peu soul, « Home Grown » au riffs énergiques, « One Day At A Time » plus heavy comme « Honey Hole », en plus roots , l'excellent « Mississipi Blood » et « Start Livin' Life Again » avec sa guitare dobro, et de bonnes balades aussi comme « Something To Live For » ou « Sad Song », finalement un album puissant, très séduisant qui s'écoute avec plaisir. (15 titres / 59mn46).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Dying Breed? Pas si sûr, 2 octobre 2012
Par 
Didier Lalli - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Lynyrd Skynyrd sort un nouvel album, Last of a Dyin' Breed. Le titre semble indiquer que l'album est le dernier d'une lignée qui s'éteint, à moins que ça ne soit du groupe qu'il s'agisse, dernier d'une lignée de groupes sudistes. L'histoire ne le dit pas, mais ce qui est sûr c'est que même si le line-up de Lynyrd Skynyrd n'a plus grand chose à voir avec celui de la grande époque (1977), la tradition, elle, se perpétue, et Ronnie Van Zant (emblématique chanteur du groupe mort dans le tragique accident d'avion qui décima le groupe en 1977) peut continuer à reposer en paix. C'est son petit frère Johnny qui a repris le flambeau et le le micro en 1987 et qui mène la barque aujourd'hui. A ces côtés il ne reste que Gary Rosington, cofondateur du groupe en 1964 (même si le nom de Lynyrd Skynyrd n'apparaît que six ans plus tard), les autres membres du groupe, non décédés dans le crash de 1977, sont aujourd'hui tous disparus. La relève est assurée par Rickey Medlocke (guitare), que certains connaissent peut-être comme leader d'un autre groupe sudiste des années 80, Blackfoot. A la troisième guitare (puisque Gary est aussi guitariste), on trouve Mark Matejka, à la basse Johnny Colt (dernier arrivé en provenance de Black Crowes), Michael Cartellone à la batterie (depuis 1999), Peter Keys au piano (au nom prémonitoire, qui remplace le cofondateur Billy Powel décédé en 2009) ainsi que Dale Krantz (épouse de Gary) et Carol Chase aux chœurs. On a pu voir tout ce beau petit monde lors du dernier Hellfest pour une prestation de très bon niveau qui a convaincu petits et grands du talent du groupe et de la force de rassemblement du southern rock quand il est bien fait. Cet album fait suite à God & Guns, sorti en 2009 et déjà fort réussi et vient porter à quatorze le nombre d'albums studio du groupe mythique de Jacksonville.

C'est le titre éponyme qui ouvre l'album, tout à fait dans le style Lynyrd, avec une bonne guitare slide et un rythme un peu country qui fait immédiatement taper du pied. On retrouve aussi un bon piano type honky tonk, la bonne voix, virile, de Johnny, bref la formule idéale du morceau de southern rock. On y cause grosses cylindrées, autoroutes et liberté. Plus calme mais tout aussi sympa, One Day At A time, est une bonne ballade sur l'idée qu'il faut profiter de la vie, au jour le jour. On entend bien les choristes, qui apportent un vrai plus. On avait déjà noté ça dans l'album précédent, et on le retrouve là, sur Homegrown, mais quand Lynyrd Skynyrd accentue son côté rock au détriment du son sudiste, ça sonne vraiment comme du Nickelback. C'est flagrant sur ce morceau, qui reste fort sympathique, avec un bon solo de guitare et un refrain accrocheur. J'aime beaucoup cette émouvante ballade, Ready to Fly, où une mère appelle son fils car elle sent qu'elle va bientôt mourir. La mélodie est fort réussie, le chant de Johnny très émouvant, le piano et les guitares sont élégamment rehaussées par des violons. Bien, très bien même.

Après cet excellent premier quart d'album, la suite est plus variée. Un morceau très southern, Mississipi Blood, avec slide et sonorités country/bluegrass, on se croirait dans "Délivrance", un autre comme Good Teacher, avec un bon boulot de wah-wah, qui file la pêche et dans lequel Johnny parle de son idole de grand frère. Moins original à mon gout Something to Live For, une n-ième ballade country rock, qui rappelle encore Nickelback, et qui me semble dispensable. Life's Twisted passe bien, avec son mid-tempo et encore une guitare slide subtile, faut dire que le chant est aussi particulièrement réussi. A noter que se sont les gugusses de Black Stone Cherry, fans de Lynyrd Skynyrd, qui ont écrit le morceau. Nothing Comes Easy est un morceau qui, comme Last of a Dyin' Breed, sonne très Lynyrd Skynyrd traditionnel, même si je le trouve un peu moins accrocheur, ça reste un bon titre. J'aime plutôt bien Honey Hole, un morceau calme, mélancolique mais que je trouve assez inspiré avec son refrain assez hargneux. Enfin, Start Livin' Life Again est un morceau calme, quasi acoustique, avec un duo banjo et slide, on semble sorti tout droit d'une vieille grange de Jacksonville, Florida. Sortez vos stetson et vos bottes, attention aux bouses, les rednecks sont de sortie.

A noter que John 5 est mentionné pour des guitares additionnelles et cosigne deux titres. Difficile par contre de savoir quelles parties de guitare il assure dans un groupe avec déjà trois guitaristes.

Pour conclure, je suis très content de cet album, qui confirme ce dont j'ai été témoin au dernier Hellfest : le Lynyrd Skynyrd du 21ème siècle se porte très bien. Même si le genre southern rock ne semble plus avoir de nombreux nouveaux porte-parole, les vieux de la vieille comme Lynyrd Skynyrd ou Molly Hatchett sont toujours là pour faire perdurer le style. Les puristes vont râler et me dire que c'est plus le Skynyrd de 1977 : qu'ils retournent à leurs vinyles et arrêtent de ressasser leurs vieille rengaines du siècle dernier. Marre des aigris ! Alors : Last of a Dyin' Breed ? Pas si sûr !

Retrouvez cette chroniques, et bien d'autres, sur notre webzine: auxportesdumetal.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Lynyrd Skynyrd is back!, 23 août 2012
Par 
Jean-pascal Guillet "bluegrass and Co" (lot) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 100 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Ouf! Dieu merci après 3 ans de silence (le temps d'enterrer les morts!) le groupe phare du southern-rock nous revient avec ce "Last of a dyin' breed" qui fait écho à "The Last Rebel" (1993), et pas seulement pour le titre ! Car nos sudistes préférés sont enfin sortis de leurs errements rock FM (remember Gods and Guns,oeuvre discutable à tout point de vue!) pour revenir à un son plus roots, et on ne va pas leur en vouloir!
Car il est vrai que cet opus n'est pas sans nous rappeler la période de "The Last Rebel" et "1991".Du bon , du très bon donc! Quoi qu'on en dise Lynyrd Skynyrd reste et restera(avec l'Allman Brothers Band/1ere période) LE GROUPE DE SOUTHERN-ROCK par excellence! et on leur pardonne leurs errements et autres sottises réactionnaires/ républicaines (south oblige?), tant l'écoute de cette nouveauté est réjouissante!

Leur éblouissante prestation le 15/06 au HellFest de Clisson est là pour nous rappeler que ces vieux briscards tiennent encore sacrément la route! Peu de formations peuvent afficher une telle forme après tant de déboires et de pertes au fil des ans.

Longue vie à Rossington et sa bande!

PS: les amateurs de bluegrass pourront remarquer la présence de Jerry Douglas, au dobro sur le très roots "Start Livin' Life again"!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 trés trés bon southern rock!!!, 11 septembre 2012
Par 
megaotal - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Presque 40ans,aprés la sortie de son premier album(contenant selon moi la plus belle chanson americaine de tous les temps,"freebird"),et de multiples drames en tous genres...les skynyrd,ne laches pas le morceau,et délivre un 13émes album de trés haut niveau.Vous retrouverez ici,les ingrédients qui onts fait la réputation du plus célébre groupe de southern qui soit(enfin au states,ici...no comment!!!),des morceaux qui lorgne à la fois,entre le rock,la country,mais aussi de magnifiques ballades que l'on se surprend à fredonné,dés là premiére écoute.Court et éfficace(45minutes environs),ce nouvel album de la légende,comporte vraiment tout ce qu'il faut,pour séduire un large public,amateur de gros son qui tache...je conseille donc,cette nouvelle offrande sudiste aux amateurs du genre,ainsi qu'à tous ceux et celles, qui ne connaitrais pas encore l'un des meilleures groupe que le rock'n'roll,le vrai,ait engendré!!!16sur20!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


13 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Lynyrd Skynyrd encore bien vivant..., 22 août 2012
Par 
elvisisalive "Good Old Time" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
La grande famille Lynyrd Skynyrd est de retour sur les platines avec un nouvel album plus roots que le très hard FM God & Guns de 2009.

Alors, quoi de neuf depuis 2009 ? En premier lieu, notons que la formation n'a à déplorer aucun décès et c'est assez rare pour être souligné, tant la mort a pu hanter l'existence du groupe depuis ses débuts dans les 60's.

Par contre il y a un nouveau bassiste, un certain Johnny Colt (ça ne s'invente pas !), bassiste originel des Black Crowes. Colt remplace Kearnes aux 4 cordes, lequel n'aura servi que 3 années au sein du groupe. Le reste de la formation reste inchangé et gravite autour du noyau dur Rossington, Van Zant, Medlocke.

Côté musique, on retourne donc à quelque chose d'un peu plus roots avec des compos d'assez bonne facture et des mélodies globalement efficaces. En fait, la musique est à l'image de la photographie au dos du CD : groupe au grand complet, cheveux longs de rigueur, chapeaux et sunglasses par ci par là, décor champêtre très sud des USA et grain de la photo jauni...

Petite revue de détail : Last of a dyin' breed ouvre le bal sur une intro au bottelneck du meilleur goût et s'envole par la suite sur un rythme soutenu. One day at a time est un mid-tempo proposant une jolie mélodie. Homegrown est selon moi l'un des titres les plus faibles de l'album, sans doute parce qu'il renoue un peu trop avec les tendances hard FM. Ready to fly et Something to live for sont les deux ballades du disque, sans surprise mais plutôt agréables à l'oreille. Mississipi Blood démarre sur un banjo et un jeu de slide qui siéent à merveille au texte évoquant « le sang du Mississipi qui coule dans les veines »... Après l'efficace Life's twisted, arrive Honey hole, soit le « trou de miel », en français dans le texte. Et l'on se prend à s'interroger sur la signification des paroles : évoquent-elles un petit coin paradisiaque du conté de Jackson USA ou bien l'une de ses habitantes, une reine (des abeilles) accueillante, au gout de miel... Toujours est-il que le titre est bon, l'un des meilleurs de l'album, lequel s'achève avec Start livin' life again, semi-acoustique avec slide guitare omniprésente. Au total, 11 titres pour 45 minutes de musique.

On relèvera avec bonheur que les textes sont bien moins réactionnaires que sur le précédent opus même si le titre de l'album m'a procuré quelques frayeurs : intitulé un album « Le dernier d'une race mourante », quand on est un groupe de rock sudiste, c'est toujours très tendancieux... Finalement, l'écoute des textes est assez rassurante, la chanson titre évoquant plus la « race » des voyageurs, heureux sur les routes, là ou il a des femmes, de quoi jouer et de quoi se payer du bon temps.

A part quelques références résiduelles évidentes ici et là (on est sudiste ou ne l'est pas...), la religion et les flingues tant présents dans les textes du précédent opus, se sont cette fois-ci éclipsés. Il est en effet beaucoup plus question de routes, de highways, de motos, de bagnoles et de nanas bien carrossées... bref de l'Amérique des clichés. C'est basique mais personnellement je préfère ça à un manifeste d'une heure pro-religion et pro-port d'arme...

Basique... le qualificatif est finalement assez approprié pour décrire la musique des Lynyrd Skynyrd ces dernières années. Basique mais pas forcément facile car en 2012, ils arrivent encore à nous procurer du plaisir avec une musique à guitares, après bientôt 50 années d'une carrière jalonnée de drames et de rebondissements en tous genres... Non, vraiment, « nothing comes Easy »...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un peu lourd, 12 septembre 2012
Par 
Eminian - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Si on devait écrire l’histoire du groupe Lynyrd Skynyrd, nul doute que c’est sur un faire-part de décès qu’on devrait le faire tant la camarde s’est acharnée sur ces malheureux.
Groupe américain fondé dans les années 60, ce n’est que vers 1973/1974 que Lynyrd Skynyrd se fait réellement connaître avec ses premiers albums (Pronounced et Second Helping) qui posent les bases du « Rock Sudiste », un rock influencé par la country du sud des Etats-Unis, tout comme l’Allman Brothers Band et quelques autres à cette époque. Guitares à tous vents et solos débridés, les Lynyrd Skynyrd ont trois fines gâchettes dans leurs rangs (Gary Rossington, Allen Collins et Ed King)) qui ne se privent pas d’étaler leurs talents complémentaires à la plus grande joie de leurs fans. Le genre de groupe qu’on écoute à fond quand on postule dans sa chambre d’adolescent au titre de roi de l’air guitar ! Aujourd’hui à soixante ans, j’ai un peu honte (?) de me remémorer ces souvenirs, car à me revoir in petto dans cette situation, me semble un peu débile… Mais basta ! Je ne renie rien non plus.
Accident d’avion et de voiture, maladie, faire le compte des décès réduisant le groupe à peau de chagrin ne serait pas très marrant, aussi je vous épargne la triste litanie. Pour résumer, en 2012 le groupe ne compte plus qu’un seul membre originel, Gary Rossington. Il y a toujours trois guitaristes pour assurer le mur sonore des six cordes, Gary est épaulé par Ricky Medlocke (ex-Blackfoot) et Mark Matejka. Un nouveau bassiste vient d’arriver, Johnny Colt (ex-Black Crowes) et le chant est toujours assuré par Johnny Van Zant le frère du défunt Ronnie. Ils sont neuf, ils y croient toujours dur comme fer, contre vents et marées ils continuent à tracer leur sillon pour y planter régulièrement la petite graine d’un nouvel album.
Je les avais perdus de vue depuis la fin des années 90, me régalant parfois d’un Free Bird, Simple Man ou autre Sweet Home Alabama tiré d’un des CD live de leur discographie, pour le plaisir d’écouter à nouveau ces cavalcades de solos de guitares entremêlées et jouissives. Quand j’ai appris la sortie de leur nouvel opus, ce Last Of A Dyin’ Breed, je me suis laissé tenté.
Un gros CD bourré jusqu’à la gueule, onze titres plus quatre bonus. Ca débute bien, un morceau donnant son titre à l’album, plein de slide guitare et la voix puissante de Van Zant. D’autres du même tonneau suivront au milieu desquels se glissent quelques ballades bien balancées comme Ready To Fly avec son piano apaisant ou le très beau Start Livin’ Life Again. Globalement tous les titres tiennent la route et certains devraient prendre leur ampleur en version scénique, mais … il se dégage de l’écoute du CD complet une sensation de lourdeur usante à la longue. J’avoue ne plus avoir vingt ans mais avec les années, les Lynyrd Skynyrd eux aussi ont pris du poids, au propre comme au figuré et ce rock trop plombé, désormais me casse un peu les oreilles. Disons que les torts sont partagés pour ce constat à l’amiable.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Entre modernité et tradition, 10 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Bien entendu avec cette nouvel album de Lynyrd Skynyrd, qui ne compte plus qu'un membre original du groupe historique, à savoir Gary Rossington, nous sommes dans une version commerciale du rock sudiste: une production qui met en valeur un son moderne tout en faisant appel à la tradition ( mise en avant des guitares pour l'intro de certains morceaux ou dans les soli) et un ensemble musical destiné à passer sur les radios sans qu'il n' y est une recherche systématique du tube planétaire. Les musiciens sont irréprochables, mais les petits nouveaux semblent plus se conformer à un cahier des charges préétabli par les patrons du groupe - Rossington + Van Zant - et imposé par la légende du groupe, plutôt qu'a laisser parler leur feeling personnel et se soustraire à l'attitude et aux poses obligatoires du rocker sudiste....Mais bon la musique reste appréciable et la thématique des morceaux dans la ligne de ce qu'a toujours fait le groupe, et ça aussi c'est également fort appréciable, en cette époque émasculée par le diktat du politiquement correct.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 C'est quand même Skynyrd., 5 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last of a Dyin'breed [4 Bonus] (CD)
Je ne peux pas dire que cet album soit mauvais, car ça n'est pas le cas, mais ça n'est plus le Skynyrd que j'ai envie d'entendre.... C'est devenu un gros big rock américain qui rempli les salles. Comment leur en vouloir ???
Mais moi je préférais avant....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Good old rock!, 3 février 2013
Par 
S. Jacques "topprogr" (frqnce) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Excellente surprise que ce disque d'un groupe que l'on ne présente plus...;rien que son nom est une légende transpirant les chaleurs moites du sud profond et la chaleur "hot" d'une vieille Gibson accouplée à un vieux Marshall!! Alors sûrement tout a été dit dans cette musique dès la fin des seventies, mais force est de reconnaitre que c'est plus qu'agréable d'entendre ce son authentique du rock. Ici pas de faute de goût, tout va à l'essentiel : rythmes carrés, mélodies qui s'accrochent aux neurones pour longtemps, voix rugueuse, slide, etc... A déguster sans modération, tout est vraiment très très bon, dans la forme (production superbe, qui laisse aparaitre toutes les superpositions instrumentales, les guitares en particulier, d'une musique pas aussi facile qu'il y parait) et dans le fond (un rock rugueux, proche du hard, et très très mélodieux à la fois, car le country blues n'est jamais loin). Un sans faute, peut-être peut on regretter qu'il n'y ait pas assez de joutes entre les guitaristes, mais c'est chercher la petite bête car dès que "Low down dirty" crache ses derniers décibels on a qu'une envie : appuyer sur "play" ou mettre un autre Lynyrd, un Allman Bros ou un Molly Hatchett, bref rester dans ce rock authentique qui fait du bien au coeur et au corps!! Bravo les anciens!!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 LES YEUX FERMES ET OREILLES GRANDES OUVERTES, 3 septembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Last Of A Dyin' Breed (CD)
Un retour aux sources du meilleur bourbon à consommer sans modération.
Ca sent les terres arides et désertes du sud, le goudron et les plumes.
Une bande son parfaite pour voyager sans bouger, dans le temps et l'espace.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit