undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles11
4,3 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 octobre 2012
Avec leur premier album Birds & Drums, les rémois de The Bewitched Hands avaient déjà impressionné, alignant un disque bordélique mais jouissif, et pondant au passage une poignée de singles parfaits, ces « Work » et « Hard To Cry » qui auraient pu truster les charts outre-Manche et outre-Atlantique si le groupe n’avait pas été français. C’était déjà assez exceptionnel en soi et personne ne pensait vraiment le collectif capable de rééditer l’exploit.

Loupé ! Vampiric Way n’est pas aussi bon que Birds & Drums, il est largement mieux. Mieux composé, mieux produit, plus concis et moins éparpillé aussi. Ces gens-là aiment la pop, les chœurs, les mélodies limite ‘bubblegum’ et n’hésitent pas à piquer ce qu’il y a de meilleur chez Madness, ABBA, les Beach Boys, Pulp ou Sparks. Du coup, Vampiric Way regorge de tubes en puissance (mention spéciale à « Thank You Goodbye It’s Over » et « The Laws Of Wall »).

On regrettera juste parfois l’accent frenchy à couper au couteau d’Antonin (un peu moins frappant sur disque que sur scène) mais ne boudons pas notre plaisir : les Bewitched Hands ont sorti un des disques de l’année !
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une fois terminée l'écoute de ce « Vampiric way », on se dit que, tiens, Arcade Fire a finalement simplifié son propos et sorti un très bon disque. Parce qu'ils vont pas y couper, les Bewitched Hands, avec cette comparaison. Mêmes genres musicaux abordés (en gros de la pop à tendance lyrique), et même enchevêtrement de voix masculine-féminine.
Sauf que là où les Canadiens et leurs plus ou moins semblables (Of Montreal, MGMT, Sufjan Stevens, ...) se complaisent dans un m'as-tu-vu sonore, essayant de faire de chaque titre un autre « Good vibrations » (jusqu'à présent, il n'y en a qu'un, et il est signé Brian Wilson, un type d'un calibre quand même nettement supérieur à tous les chérubins suscités), les Bewitched Hands se contentent à chaque fois d'un morceau simple, mais qu'ils poussent dans ses derniers retranchements. Avec eux, pas de mélodies à tiroirs et en cascade, pas de changement de rythme tous les trois accords. Juste une intro, des couplets, un pont, un refrain, travaillés avec une précision d'orfèvre. Et des harmonies vocales (à peu près tous chantent ou font les choeurs) sans équivalent en Hexagonie (qui a dit Les Compagnons de la Chanson ou les Frères Jacques ? tu sors, et vite ...)
Pour leur malheur, les Bewitched Hands sont Français, et pire, même pas Parisiens. Circonstance aggravante, ils chantent en anglais (demandez aux Dogs ou à Little Bob s'ils ont fait fortune en s'exprimant dans la langue de Lily Allen). Et ils sont une demi-douzaine les Bewitched Hands ... j'ai comme l'impression que la répartition des royalties va être vite faite ... et j'allais oublier la pochette, tellement moche qu'on dirait une version fluo d'une des Têtes Raides ...
Plus suicidaire comme démarche, ça va être dur de faire mieux. Et pourtant, tous ceux qui n'achèteront pas, n'écouteront pas, ne téléchargeront pas (rayer la mention inutile, un indice, c'est la première), auront, une fois de
plus, tort.
Le public potentiel est pourtant énorme. En dehors des pompiers évoqués plus haut, tous les amateurs des Beatles, Beach Boys, Zombies, Left Banke, Mamas & Papas, voire Madness, Sparks, Carpenters, ABBA, Flaming Lips, Undertones, ..., en gros tous ceux qui ont produit de la pop de qualité depuis cinquante ans, se retrouveront quelque part sur ce disque. « Vampiric way » n'est pas un vulgaire plagiat (enfin, si les Madness envoient pas leurs avocats pour « Boos » qui ressemble étrangement à « Our house », ils auront de la chance), leur disque fonctionne davantage comme la proverbiale madeleine proustienne (le dernier titre, « The laws of wall », pour moi ça sonne exactement comme du ABBA, mais je connais pas un titre des Suédois qui ressemble à çà, et ... oh, que je me suis mis dans de sales draps, là ...) que comme un vulgaire copier-coller.
Il n'y a pas grand-chose à jeter dans ce « Vampiric way », douze morceaux hyper travaillés (bon allez, « Let me », « Hard love » et « Vampiric way » le morceau, je les trouve un peu inférieurs au restant, mais ils sont pas honteux pour autant).
Mention particulière à l'inaugural « Westminster », cathédrale pop baroque, « Ah ! Ah ! Ah ! Ah !» (que j'ai lu quelque part comme ressemblant à du Flaming Lips, et ça m'a l'air d'être vrai), « Words can let you down », ballade romantique très seventies à la Carpenters - Il Etait Une Fois (j'ai comme l'impression de m'enfoncer, mais j'y peux rien, les seconds copiaient éhontément les premiers).
Bon voilà, le meilleur disque français de l'année est sorti il y a quelques semaines. Il s'appelle « Vampiric way » et c'est les Bewitched Hands de Reims qui l'ont fait ...
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 10 février 2013
Après la très bonne surprise du premier LP, 'Birds & Drums', il y avait beaucoup d'anticipation pour le deuxième service. Globalement, le savoir faire et la compétence qui avaient été bluffants la première fois sont de retour : qualité du chant (oui, The Bewitched Hands chantent !), qualité de l'interprétation, efforts dans la composition etc.
Mais, bien que relativement divers dans ses styles et inspirations, ce LP signale, notamment dans les 3 premiers titres, un recentrage sur la veine post "Arcade Fire" déjà surpeuplée. La suite de la face A est agréablement pop-rock mais sans laisser de souvenir particulièrement fort. Face B, on note des inspirations folk-rock ("She Bewitched Me"), pop façon Madness du début des 1980s ("Boss"), mais aussi Vampire Weekend et MGMT 1ère manière ("Vampiric Way"). "The Laws Of Walls" se présente comme de l'americana en mode synth pop. Les aspects rock voire psychédéliques du premier disque sont passés à la trappe.
Le 2è LP est un exercice difficile : faut-il rééditer exactement le 1er disque, changer totalement d'axe, se perdre dans la technologie accessible avec le succès ? L'histoire du rock nous a donné de multiples illustrations de cette difficulté.
Avec ce disque, The Bewitched Hands offrent un disque de très bonne tenue, mais ceux qui attendaient une ascension vers d'autres sommets que ce que nous offre le son du moment seront déçus. Derniers points en moins : je trouve la pochette très laide et pourquoi ne pas publier les paroles ?
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2013
Après leur premier album BIRDS & DRUMS sorti en 2010, The Bewitched Hands, nos rémois préférés, reviennent avec Julien Delfaud aux manettes (ex-complice de Revolver et Phœnix) et proposent VAMPIRIC WAY qui est éblouissant d’efficacité et de bonheur. C’est encore mieux que du champagne rosé (champenois, bien sûr) au goulot !

Dès le premier morceau ("Westminster" majestueux !), cela sent bon les Pixies, Pavement, la pop baroque, le côté psychédélique et l’indie-rock. C’est riche, mélodique, classieux et à la limite du sans-faute. Cet opus a un côté flamboyant et illuminé qui pousse à l’euphorie et à chanter à tue-tête ! Le tube en puissance qu’est "Thank You, GoodBye, It’s Over" est diaboliquement efficace et l’atmosphère est vampirisant.

Cela brille aussi grâce à la fille du groupe (Marianne) notamment sur "She Bewitched Me" et la comptine très adolescente "Let Me". Il est à noter que la longue balade très pop "Words Can Let You Down" est le morceau le plus torturé et mélancolique entendu depuis quelques longues (trop) mois. Mais sans aucun doute le titre qui propulse The Bewitched Hands dans la catégorie supérieure est sans contexte "Ah !Ah !Ah !Ah !", du bonheur et de l’intensité en 2 minutes 58, chapeau bas !

Alors, laissez vampiriser, atomiser et ensorceler par ces musiciens que doivent faire pâlir de jalousie certains groupes anglo-saxons.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mars 2013
Je connaissais les BH mais sans avoir osé franchir le pas.
Je les ai redécouvert récemment par la presse et par un site d'écoute.
Cet album tient ses promesses d'originalité tout en étant efficace quant à ses compositions et ses boucles entêtantes.
Je le recommande vivement, les groupes français commencent à vraiment talonner les anglo saxons en termes de sons, on y voit que du feu !
Ils me rappelent vaguement certains Boo Radleys aussi explosifs et originaux.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juillet 2014
Assez intrigué par la pochette (ressemblant plutôt à l'affiche d'un énième slasher movie qu'à un album de pop-folk!), et par les quelques critiques positives ici et là, il n'en fallait pas plus pour m'intriguer!
Surtout venant d'un groupe m'étant inconnu et Français qui puis est!
Verdict: Comme mes prédécesseurs c'est pas mal! De prime abord j'avoue avoir été assez bluffé par la production très anglo-saxonne, difficile de faire la différence avec n'importe quel opus venant de cette même région. C'est d'ailleurs une réserve que certains émettent, arguant l'uniformisation totale, ce qui est en soit pas si faux, par contre en ce qui concerne l'inspiration nul besoin de leur faire ce procès!
Album assez varié où l'on devine ARCADE FIRE dans les grandes lignes, une évocation new wave "Boss", un côté barré à la manière des FLAMING LIPS "Ah! ah ah! ah!" ou des B-52's "50's are good" ou bien encore une touche disco "Let me".
Après s'être judicieusement inspiré, si nos rémois continue comme ça, nul doute qu'à l'avenir on pourra citer, cette fois, THE BEWITCHED HANDS en tant que référence!
7/10*
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce groupe est tout simplement monstrueux de talent. VAMPIRIC WAY est un album réussi de bout en bout. Visiblement la réalisation de Julien Delfaud a permis à THE BEWITCHED HANDS de se libérer des contraintes de l’autoproduction et lui a permis de franchir le cap qui permet de passer de la formation ambitieuse au grand groupe.
Archibald PLOOM (CULTURE-CHRONIQUE)
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 janvier 2013
J'ai adoré leur premier album, un peu moins le deuxième. Avec ce disque, les Bewitched Hands retrouvent leur racine tout en nous proposant des morceaux originaux et que l'on garde longtemps en tête.

Indispensable !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2013
Dans la continuité...
J'avais littérallement craqué sur leur album précedent et j'ai retrouvé le meme son, la meme lyrique et surtout un son riche..
Qu'ils se lancent dans un album en francais!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2012
Pour moi, une des bonnes claques de l'année !! Des rythmes pop ultra efficaces, agrémentées de sonorités pixiesiennes époque Bossanova. C'est bien pensé, on en redemande. Je recommande donc chaudement.
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)