undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

33 sur 34 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 novembre 2012
Ce disque peut, au premier abord, paraitre un peu " fouillis" en ce sens qu'il regroupe des enregistrements d'origines diverses, concerts et studio, dont le concerto en sol de Ravel "officiel " de mars 1957 (EMI). Quant au Gaspard, certes déjà publié chez Praga, on ne pouvait raisonnablement plus le considérer comme disponible, puisqu'il est pratiquement introuvable (sauf à un prix déraisonnable). On ne trouve pas davantage les Valses Nobles et Sentimentales de 1952. Voilà pour Ravel, excusez du peu ! Pour Debussy, ce Children's Corner est à ma connaissance un inédit, de 1960 à Prague, ou du moins, je ne sais pas où se le procurer ailleurs.
Par ailleurs, et ce n'est pas le moins important, c'est le premier SACD dont peut bénéficier cet artiste de génie. Ni EMI, ni DG, ses éditeurs officiels, n'ont daigné s'intéresser à lui dans ce format trop délaissé.
On comparera donc avec intérêt cette édition du concerto de Ravel avec celle de EMI : le SACD laisse loin derrière lui le CD (même dans sa très récente réédition par EMI qui n'est rien de plus que l'édition Great Recordings of the Century précédente). C'est sans conteste l'opus le mieux enregistré de ce disque ... et c'est la première fois que l'on en profite dans sa plénitude.
D'autre part, malgré des prises de son parfois imparfaites (un peu de saturation), le piano de Michelangeli resplendit aussi dans toutes les autres oeuvres captées en concert. On a d'ailleurs peine avec Michelangeli à différencier concert et studio car, bien évidemment, aucun accroc technique n'entache ses interprétations toujours empreintes de perfection pianistique.
Tout ceci contribue au bout du compte à une unité musicale parfaite (les dates d'enregistrements sont d'ailleurs assez proches), a priori pas certaine au vu des différentes sources.
On comprendra, surtout à ce prix, l'importance de ce SACD qui complète avec bonheur le travail de Praga entrepris pour de nombreux documents consacrés à Sviatoslav Richter, tout aussi indispensables et salutaires ...
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 11 décembre 2012
Un sommet absolu!
A ne manquer sous aucun prétexte! A placer à côté des versions majeures de Samson François (pour Gibet), Marfha Argerich (pour Ondine), Dominique Merlet, Ivo Pogorelich.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 avril 2013
Ce disque est magnifique avant tout pour l'extraordinaire interprétation/ relecture de Gaspard. La réputation de ce mystérieux pianiste dans Le Chef d'Oeuvre de Ravel m'avait toujours parue très largement surestimée. Le célèbre enregistrement au Vatican 87 ou même Londres 59 m'avaient toujours laissé sceptique.Malgre de grands moments, Ondine n'arrivait pas à susciter cette impression d'hallucination voire d'envoûtement que quelques très rares (Gieseking dans sa version des année 30 et qu'il ne pourra hélas pas renouveler dans sa très diffusée version des années 50, Pogorelich stupéfiant ici et surtout S.Francois dans ses 2 inspirées outrageusement personnelles visions) réussissaient. Tempi trop rapides? Sonorités trop travaillées? ...Ici de la première à la dernière note tout semble couler de source, le pianiste était dans un de ses moments de grâce uniques qui font l'histoire de la musique: la rencontre d'une œuvre et de son interprète. On ne peut écouter personne après cela!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Les écoutes répétées offrent à l'auditeur ce plaisir immense de pouvoir suivre le chemin de l'Oeuvre les yeux fermés. La version du "Concerto en sol" interprétée par le "binôme" Celibidache-Benedetti (cf You Tube) saisit au plus profond le coeur de la composition. Le jeu de Michelangeli impose l'évidence : c'est naturellement comme cela que cela doit être joué.

"Parfait comme d'habitude" (S. Richter).
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 6 novembre 2012
Très beau, bien sûr, mais attention, tout ceci est un melting-pot de choses qui étaient déja parues. En particulier, ce formidable Gaspard de la Nuit est le même enregistrement que celui qui figure sur le disque "Michelangeli et Richter in Prague".
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé