undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles27
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:9,68 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

On en connait un paquet de groupes qui aimerait bien pondre une telle bombe en guise de 7ième album (même de premier d'ailleurs), car oui, cette nouvelle livraison des californiens, réussit l'exploit, assez inouïe il faut bien le reconnaitre, de rejoindre, pratiquement dès la première écoute, White Pony ou Diamond Eyes au panthéon des albums incontournables !

Koi No Yokan signifie "coup de foudre", et, 3 secondes après le début de Swerve City, la foudre s'est clairement abattue sur vous, pour ne plus vous lâcher du tout jusqu'à l'ultime et apaisé What Happened to You?. Le son est proprement énorme, avec une basse plus en avant que par le passé et un accordage d'outre tombe rarement vu jusqu'à maintenant (gageons que d'ici quelques années tout le monde s'accordera ainsi ;) au service d'une machine à riffs inépuisable. Loin de tourner en rond, Deftones se permet quelques clins d'oeil à Tool (Leathers et son refrain lumineux ou encore Romantic Dreams), les grattes lorgnent de temps en temps vers le post-rock (en beaucoup moins redondant quand même :) et le shoegaze avant de retourner fissa au bercail pour enfoncer des clous dans le béton !

Les éternels pleurnichards oseront peut être objecter que Chino est moins "vénére" qu'avant...mouais...si on veut, mais franchement, avec une voix et une présence pareille, il peut tout se permettre... J'aurai bien voulu vous trouver 2 ou 3 titres qui sortent du lot mais là j'avoue qu'à chaque nouvelle intro le morceau vient détrôner le précédent à la place enviée de meilleure chanson de l'album.

Vous l'aurez compris, plus de 15 ans après leurs débuts, Deftones revient mettre un grand coup dans la fourmilière du rock "classique" avec fougue, talent, inventivité, rage et humilité. Une telle classe c'est si rare !

CREW.KOOS
11 commentaire|17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 janvier 2013
En 2010, Deftones avait rassuré ses fans en sortant le très bon « Diamond Eyes » malgré un contexte difficile (quatre ans après un album qui avait divisé, perte du bassiste Chi Cheng, dissension au sein du groupe, etc.). S’en était même suivi la meilleure tournée du combo de Sacramento depuis (au moins) une décennie.
Un retour en grâce qui ne laissait craindre qu’une seule chose : que cela ne dure pas.
Après une (trop) courte incartade avec ††† pour Chino Moreno (prometteuse formation comprenant également Shaun Lopez du groupe Far), Deftones est déjà de retour pour son 7e opus depuis 1995.

« Leathers », premier single sorti en septembre 2012, soit deux mois avant le disque, s’avérait à la fois prometteur et sans surprise. Du Deftones à la fois agressif et aérien, pêchu et plaintif. Très bon mais peu surprenant en terme de direction musicale. Et l’on pointe d’emblée la seule vraie critique que l’on peut adresser à « Koi No Yokan » : le temps où Deftones se renouvelait à chaque album, celui où les californiens effaçaient les chansons qui sonnaient trop proche de leur précédent effort, semble révolu. Seul éventuellement le final « What Happened To You ? », comme « This Place Is Death » et "976-Evil" sur “Diamond Eyes”, sort des sentiers battus.
Néanmoins, ceux qui avaient apprécié les derniers efforts de Deftones devraient s’y retrouver sans problème. Le début du disque est excellent avec le court mais efficace « Swerve City », et les tout aussi bons « Romantic Dreams » et « Leathers » donc.
S’il n’y a aucun titre vraiment raté, on ne s’attardera pas vraiment sur certains d’entre eux (« Poltergeist », « Graphic Nature », « Gauze ») au profit d’autres morceaux plus marquants. On citera par exemple « Entombed », titre le plus calme du disque, le plus aérien aussi avec ses claviers du plus bel effet sur la fin du morceau. Dans un registre nettement plus rentre dedans, « Goon Squad » devrait s’avérer particulièrement efficace en live, alors que « Rosemary » est un bon compromis entre les deux titres précédemment cités.
« Tempest », second single en date, reste un bon titre également même s’il a divisé les fans lors de sa sortie, peu de temps avant la parution de l’album.

Il y a un temps pour tout, et le dicton est surement vrai aussi dans la carrière d’un groupe.
Les gars de Sacramento ont pendant plus de 10 ans chassé la routine sans pour autant jamais se perdre en route, ce qui leur a incontestablement permis de bénéficier d’une crédibilité que bien peu de formations issues de la scène Nü Metal peuvent se targuer d’avoir. Néanmoins, et on ne saurait leur jeter la pierre pour cela, le temps semble maintenant venu pour le groupe de se reposer sur une formule parfaitement rodée et maitrisée.
Après bien des traumatismes qu’il a traversés, on peut déjà se féliciter que Deftones existe encore aujourd’hui et qu’il soit capable de sortir des disques de cette qualité.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 février 2013
Magistral. Oui.
Deftones, où comment atteindre des sommets après près de 20 ans de carrière et un "White Pony" quasi indétrônable dans sa discographie.
"Koi No Yokan" est à la fois lourd et aérien, puissant et mélodique, bref, du Deftones pur sang à son meilleur.
A acheter les yeux fermés, la version vinyle est impeccable et sonne du tonnerre. Quelle production!
C'est sans aucun doute le plus abouti depuis "White Pony", et, pour moi, en passe de devenir mon préféré de la bande à Chino.
Tout ça pour dire qu'il ne vous reste qu'à cliquer sur le bouton "ajouter au panier", c'est vraiment du grand art!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2013
Après avoir cherché des années durant l'équilibre tonal entre la puissance du son, le lyrisme et le décalage, on peut dire sans trop se tromper que la bande à Chino a atteint le point sublime.
Rien n'est à jeter, tout est sous contrôle sans que cela ne soit asseptisé mais avec la juste dose de fureur nécessaire, au bon moment, de la bonne façon.
Pour moi c'est l'album incontournable des Deftones.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 novembre 2013
Voilà un groupe que j'avais délaissé. Ca s'est passé progressivement : les 2 premiers albums dégageaient une puissance estomaquante, puis la suite m'avait de moins en moins plu au point de tourner le dos à leurs productions les plus récentes. Pourtant, ces derniers jours, intrigué par le titre en japonais et attiré par la sobriété de la pochette, je me suis hasardé à écouter leur nouvelle sortie, et bien m'en a pris. Le style n'a pas énormément évolué : Deftones rugit, cisaille, ratiboise... La puissance est là, mais elle n'occulte pas des passages plus délicats parfois. C'est carré, brut, simple sans être simpliste, et surtout, ce sont les mélodies qui dominent. C'est probablement là où réside la personnalité qui fait de ce groupe un "groupe à part" : le chant de Chino Moreno flotte dans des effusions tourmentées et culmine d'intensité à chacune de ses interventions ; il symbolise la force vive qui transcende un ensemble déjà bien vigoureux !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2013
Et ce n'est pas n'importe quelle pierre, c'est un bloc de marbre. Les Deftones ont tout d'un grand groupe de rock! Chaque album est une pépite pour les oreilles, on sent énormément de travail.
J'ai découvert ce groupe avec "Hole in the Earth" et depuis, je suis addict à ces musiques parfois agressives, parfois romantiques voires érotiques pour certaines (oui la voix de Chino est sensuelle, même des mecs peuvent l'admettre).
Dès "Swerve City", on est transporté par ce riff des plus jouissif, celui-ci démarrant l'album en grandes pompes. Les deux premiers singles "Leathers" & "Tempest" évoque clairement ce qui compose la personnalité du groupe. Chino nous démontre, une nouvelle fois, toute l'étendue de son talent et de sa voix.
Je pense que cet album peut être considéré comme un très bon hommage à Chi.

Deftones, l'un des plus grands groupes de ces deux dernière décennies...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 mai 2013
franchement vue les critiques je m'attendais à un très bon album comme en général chez Deftones ! après quelques écoutes je dois dire que je suis un peu déçu ! je trouve les mélodies moins accrocheuse que d'habitude ! je trouve que c'est moins travailler ! j'adore ce groupe j'ai quasi tous les albums ! mais là j'avoue pas terrible ! si on compare à white pony, Diamond Eyes, Around The Fur, Adrenaline ! je n'avais pas trop aimé non plus Deftones de Deftones ! chacun ces gouts ! mais je dois dire que je suis resté sur ma faim ! ça m'empêchera pas non plus de toujours les apprécier à leur juste valeur qui est pour moi exceptionnel!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 février 2013
Depuis leur précédent album "Diamond Eyes" les Deftones confirment leur grand retour en forme.
A l'écoute de leur dernier méfait "Koi no yokan", il y a de quoi avoir un coup de foudre.
On a affaire à l'un des groupes les plus intelligent et créatif de la sphère Néo -metal.
C'est dire pour moi ils rentrent dans la catégorie du des grands du rock, je ne mâche pas mes mots.
L'auditeur, est happé d'entrée par un déluge de plomb à l'image du premier morceau "Swerve City, suivi ensuite par les titres suivants qui sont brut de décoffrage comme "Romantic dreams" ou "Poltergeist".
On sent un groupe inspiré à l'image du chanteur Chino Moreno, il met au niveau de sa voix de la hargne, de la conviction et il semble habité par le feeling dans les moments calmes. Écoutez le tout particulièrement sur "Graphic Nature" ou "Tempest".
Il y a cette tension palpable qui ne lâche pas l'auditeur dans les séquences planantes aux mélodies vénéneuses comme "Rosemary" entrecoupé de break metalliques.
Toutes ces guitares et samples s'imbriquant par des séquences planantes ainsi que violentes donnent un album grandiose à ranger avec leur chefs d’œuvres passés qu'étaient "Around the fur" et "White Pony".
A noter le boulot éblouissant au niveau des arrangements et à la production confiée à Nick Raskulinecz.
Un des meilleurs albums de l'année passée avec le dernier Rush de ce même producteur, il faut le souligner.
Je les avais vus en concert lors de la sortie de leur précédent album, ils confirment l'excellente impression que j'ai eue avec ce nouvel opus. Vivement qu'ils repassent dans ma ville j'irai les revoir assurément!!!
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 décembre 2013
mais pas vraiment un bon Deftones à mon sens. Un peu simpliste, un peu moins ambitieux que "white pony" par exemple. Pourtant ça fonctionne, c'est du deftones, a part de tous ces groupes que l'on range volontiers dans la même case, c'est puissant, planant voir mélodique...mais rien ne ressort vraiment malgré quelques très bon morceaux (swerve city, tempest), ce disque s'écoute d'une traite sans vrai moment de jouissance deftonniene....
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2013
Concernant l'article, il n'y a pas de surprise, livraison rapide et de bonne qualité.
Concernant maintenant la musique que dire... Il restera un des albums mythiques de Deftones d'après moi...
Il nous fait planer comme les Deftones savent si bien le faire dans des titres comme Passenger ou Digital Bath d'anciens albums.
En bref, c'est plutôt calme et ça me plait beaucoup. Je le recommande vivement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,49 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)