Commentaires en ligne 


9 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Exceptionnel
L'humain s'embourbe, Dylan refait surface la voix plus rocailleuse que jamais, le visage émacié, il nous chante un rock noir qui envoute céleste. Son album le plus personnel si ce n'est le plus sombre et désenchanté.
Publié le 10 avril 2007 par Esprit

versus
3.0 étoiles sur 5 Grrrr !
Et voilà j'ai tardé à prendre mes places et maintenant la Hellfest affiche complet ! Alors comme punition je dois commenter un disque de Bob Dylan....la vache....c'est dur !

Sorti en 1997, sous la férule de Daniel Lanois, ce disque fit à l'époque l'unanimité en sa faveur dans la presse spécialisée...
Publié il y a 5 mois par Darko


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Exceptionnel, 10 avril 2007
Par 
Esprit (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
L'humain s'embourbe, Dylan refait surface la voix plus rocailleuse que jamais, le visage émacié, il nous chante un rock noir qui envoute céleste. Son album le plus personnel si ce n'est le plus sombre et désenchanté.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 It's not dark yet... but it's getting there, 25 janvier 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
Rarement un disque de Bob Dylan n'avait été si sombre... L'ouverture, avec « Love Sick » ne laisse en effet guère de place à l'espoir et au renouvellement affectif. Le timbre vocal enfumé, le temps de l'harmonica presque oublié, Dylan, à défaut d'écrire des hits inusables à la « Like a rolling stone » nous offre peut-être mieux encore : un album intimiste et de très grands chef-d'œuvres, sans doute inséparables de l'ensemble : « Love Sick », « Standing in the doorway » et son presque jumeau mélodique « Not dark yet », « Cold Iron Bound », « Make you feel my love »... Enfin « Time out of Mind » s'achève sur « Highlands », morceau parfait de plus de 16 minutes, une sorte de « Desolation Row » en quelque sorte, magnifique et génial dans sa simplicité.
Voici vraiment un album à posséder !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur Dylan des années 90, 28 septembre 2004
Par 
earthlingonfire - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
Voici probablement le meilleur disque de Bob Dylan dans les années 1990. Daniel Lanois y crée un climat sudiste, moite et étonnamment "intérieur" pour Dylan, qui nous a habitués à des sons secs et hirsutes, même lorsqu'il y a beaucoup d'instruments ! Les titres des chansons ne nous apprennent pas grand-chose sur Dylan : Highland, Tryin' to Get to Heaven..., mais l'impression de déjà-vu se dissipe à l'écoute : l'auteur est encore capable de formules saisissantes et semble écrire sous le coup d'une nécessité de dire qui se situe bien au-delà de la routine. LE disque est long, plus que Blone on Blonde, et on n'y voit pas le temps passer. C'est dire s'il est bon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un chef-d'oeuvre, 29 octobre 2007
Par 
Mixed up as a milkshake - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
Un album hors temps. Ou comme un voyage du moderne dans le passé, ou l'inverse. Time Out Of Mind est un album crépusculaire, composé de merveilles musicales : Love Sick, Standing In The Doorway, Tryin' To Get To Heaven, 'Til I Fell In Love With You, Not Dark Yet, Make You Feel My Love... que de beautés pures, imprégnées de nostalgie et de mélancolie, s'infiltrant délicieusement dans notre âme pour un aller sans retour. Un grand disque du Grand Monsieur, à se procurer même s'il n'est pas le plus accessible de sa carrière à mon sens. Et aussi je ne suis pas d'accord avec certains qui font de Time Out Of Mind, Love & Theft et Modern Times une trilogie. Les ambiances souterraines et quelque peu hypnotiques de cet album (je pense à Million Miles ou Highlands), ainsi que ses sonorités rêches, en font une oeuvre très éloignée des deux autres.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le souffle du couperet, 26 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
Bob Dylan, qui écume sans relâche les villes du monde entier avec son Never Ending Tour depuis 1988, n’a pas sorti un seul album de compositions originales depuis le fade UNDER THE RED SKY de 1990. Suivant deux recueils de reprises du folk traditionnel (et un live UNPLUGGED pour MTV !), TIME OUT OF MIND le voit renouer avec sa muse et retrouver Daniel Lanois comme principal collaborateur (merci Dieu !).
Le résultat laisse sans voix. Poursuivant dans la veine de OH MERCY, TIME OUT OF MIND est un album de fin de vie au désespoir suintant par tous les pores de ses morceaux malades. Le rythme du disque est très lent, semblable parfois à une marche funèbre (LOVE SICK), proche du requiem (CAN'T WAIT). Dylan, qui a d’ailleurs failli mourir juste avant la sortie du disque, y fait un constat sans concession sur la désillusion et le temps qui passe, sentant s’obscurcir son propre avenir (NOT DARK YET) en même temps que celui de la planète entière (COLD IRONS BOUND). Seul MAKE YOU FEEL MY LOVE offre un peu de répit et renforce le côté sombre du reste du disque. Disque qui a de fortes chances de rester comme le dernier chef-d’œuvre du Maître, le seul sur terre capable de faire du désespoir de tous de telles chansons personnelles, et du souffle de la mort un tel album.
Tops : LOVE SICK, NOT DARK YET, COLD IRONS BOUND, CAN'T WAIT, MAKE YOU FEEL MY LOVE, HIGHLANDS
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La Poesie Pure, 24 juillet 2011
Par 
M. Frank Furness (Noisy le Grand France.) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
Proberbly one of, if not the best, album that the great Bob Dylan has ever made. If you liked "Dirge" (Planet Waves) then you'll really love this. How one man can put into song such sensitivety and feellings is beyond me.
It starts strong with "Love Sick" then it uptempos with "Dirt Road Blues", Dylan's usual slow-fast-slow-fast. Special mention for "Tryin' to get to Heaven", just before "Not Dark Yet" and there words fail me, it'll eat your heart out. The album finishes up with the 16 minute long "Highlands" and what a finishing note.
A bit of advice when you listen to this album -DON'T open the whisky bottle, 'cos you'll end up drunk, and if you do, make sure you got some "Kleenex" to dry your eyes.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Come back gagnant !, 10 août 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
Bobby revient enfin en force en retrouvant une veine créatrice digne de son rang de great songwriter. La voix du maestro désormais sépulcrale ajoute encore une plus-value indéniable au disque, outre les compositions de très bonne tenue mais ça c'est normal chez Un Zim en grande forme !
LE CHEF d'OEUVRE des 90's & même au-delà !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Grrrr !, 31 mars 2014
Par 
Darko (Bretagne - France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
Et voilà j'ai tardé à prendre mes places et maintenant la Hellfest affiche complet ! Alors comme punition je dois commenter un disque de Bob Dylan....la vache....c'est dur !

Sorti en 1997, sous la férule de Daniel Lanois, ce disque fit à l'époque l'unanimité en sa faveur dans la presse spécialisée. Il était censé marquer la énième résurrection de Bobby qui, tel le Phoenix, en avait déjà connue pas mal, sauf que celle ci s'accompagnait d'une opération marketing intitulée "classic Bob Dylan on nice price" qui voyait la réédition de l'ensemble de la discographie du Tambourine Man, certes à petit prix, mais avec moult publicité dans la dîtes presse, preuve que l'on peut à la fois être un Phoenix et avoir la bosse du commerce...

L'album est pas mal....mais faut rien exagéré.....la voix est quand même un peu fatiguée.....un peu comme celle de Johnny Cash sur les "Américan recordings". Le climat est cool, l'ambiance est à l'introspection, mais aucun titre ne se détache vraiment....sauf peut être "Dirt Road Blues" et encore . "En 2003, il sera classé 408e des 500 plus grands albums de tous les temps par le magazine Rolling Stone" (source Wiki). Je suis allé voir le dit classement et en fait il n'est pas 408ème mais 404ème, coincé entre "Strange Days" des Doors et "461 Océan Boulevard" d' Eric Clapton...ça aurait pu être pire ! Un peu plus et il se retrouvait coincé entre "Pink Flag" (coucou Pink lady !) de Wire (406 ième) et "Double Nickels on the Dime" des Minutemen - Génial ! - (407 ième) . Le 408ème c'est "Mezzanine" de Massive Attack....

Bon ! La punition est finie.....chouette ! je peux enfin sortir m'amuser ....
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hors du temps, 4 juillet 2011
Par 
philb - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out Of Mind (CD)
En 1997, Bob Dylan est un phénomène du passé, à tel point que certains le croient mort. Il est vrai que sa production des années 80 et 90 est proche du zéro pointé, à l'exception de quelques disques d'assez bon niveau (Infidels, Oh Mercy), qui ne font pas oublier une série d'albums très faibles, indignes d'un artiste de la stature de Dylan. La crise d'inspiration est telle que l'auteur de "Mister Tambourine man" s'est lancé, au début des années 90, dans l'enregistrement de deux albums de reprises de standards du folk, démarche rarissime pour un créateur de cette trempe, qui finalement n'est pas si vieux (50 ans tout juste).
Aussi, lorsque sort "Time out of mind" à la fin de cette même décennie, plus personne ne s'attend à un chef-d'oeuvre. C'est pourtant d'un chef-d'oeuvre qu'il s'agit: un disque somme, les méditations d'un poète revenu de tout, qui a tout connu en joies et en souffrances (il vient de subir de graves problèmes de santé). Pour ressusciter l'artiste, il fallait l'aide d'un homme, l'un des plus grands producteurs du rock, le Canadien Daniel Lanois (responsable des chefs-d'oeuvre de U2 et jadis croisé sur Oh Mercy en 1989). Lanois va donner à ces compositions une atmosphère hantée, un son d'une pureté absolue et intemporelle. La voix usée de Dylan semble sortie de nulle part. Dans ce disque, il est question de crépuscule, de fleuves qui se jettent inexorablement dans la mer, de regrets éternels, de nostalgie, d'errance. On est face à la confession pleine d'humilité d'un homme arrivé au bout de la route. Evidemment, on ne pourra que conseiller aux non anglophones de se procurer la traduction de ces poèmes élégiaques empreints de mysticisme, dont les sommets se nomment "Not dark yet", "Lovesick", "Highlands", "Make you feel my love", "Tryin to get to heaven". Avec "Dirt road blues" et "Standing on the doorway", Dylan rejoint les grands bluesmen comme Robert Johnson ou John Lee Hooker, pour s'inscrire à jamais dans le patrimoine de la musique populaire américaine. Ce magnifique album va relancer la carrière de Bob Dylan, qui ne s'éloignera plus de ce blues déglingué, pour signer des disques de bon niveau (Modern times) ou plus pénibles à écouter (Together through life). "Les temps sont en train de changer", chantait le jeune Robert Zimmerman en 1964. Pour le vieux Dylan de 1997, le temps n'existe plus...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit