undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

11
4,6 sur 5 étoiles
5 étoiles
9
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
J.-S. Bach : Messe en si mineur, BWV 232
Prix:24,90 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

20 sur 21 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 février 2013
J'attendais depuis longtemps Savall dans ce répertoire...De même que j'aimerais qu'un jour il nous donne une tragédie en musique de Lully ou de Rameau, étant donné son génie pour en restituer les pages orchestrales. Il y a tout lieu de penser qu'au vu des éléments vocaux mis en oeuvre ici, on pourrait acheter les yeux fermés une Alceste ou des Indes Galantes.
Pour l'heure, la messe en si, la plus incroyable de toutes les messes jamais produites au cours des siècles, s'avère d'une splendeur incroyable : les affects les plus variés y sont abordés de la manière la plus vraie qui soit. L'aspect funèbre du Kyrie, la lumière douce et sereine du Christe, la jubilation du cum Sancto Spiritu, le mystère de l'et incarnatus est, la souffrance et la douleur du crucifixus, la majesté du Sanctus, la gravité de l'Agnus, la conclusion auréolée de gloire du Dona nobis Pacem... Bref, tout est abordé avec une maîtrise renversante, d'autant plus qu'on est en concert! Brüggen, lui aussi s'était risqué dans sa version chez Philips à une version live de très grande qualité. On retrouve ici cette aisance, avec l'aspect spirituel, au sens premier du terme, chez Savall, qui transcende toute religion, pour nous faire pénétrer au coeur même de ce qu'il y a de plus insondable. On notera au passage l'idée très intéressante qu'il a d'envisager certaines pages, à plusieurs choeurs, opposant des pupitres solistes au reste du choeur, quand beaucoup de chefs font tout chanter des pages chorales par le choeur tout entier. C'est particulièrement appréciable dans le Credo qui démarre par une affirmation solitaire de la foi, le choeur ne rentrant que sur "Patrem omnipotentem". Dans le "confiteor", même opposition entre les voix solistes qui donnent les motet figuré auquel les pupitres choraux soulignent les cantus firmus, qui se dégage ainsi très fortement, comme dans les chorals pour orgue où cet effet est bien connu. A noter aussi que Savall n'hésite pas à faire chanter l'"et iterum venturus est" par toutes ses basses, alors que désormais la plupart des chefs opte pour un soliste dans ce passage particulièrement périlleux vocalement de l'"et resurrexit". Bref, on concluera qu'il s'agit d'une version hors normes, probablement ma préférée désormais, aux côtés de Suzuki, Fasolis, Brüggen... A noter, qu'en plus des CD, on a aussi deux DVD qui apportent aussi leur pierre à l'édifice, et cela sans que le prix d'ensemble s'en ressente, de même que la présentation graphique, toujours très soignée! Bravo à J. Savall qui prouve encore une fois son excellence. Une messe en si au sommet, in excelsis!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
20 sur 22 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 janvier 2013
Je souscris complètement à l'enthousiasme du commentaire précédent ...mais encore plus car pour moi les voix n'ont vraiment rien a envier aux plus belles et plus connues dans ce répertoire. Passionné par la musique de Bach, je le suis aussi par la voix et si une version d'une oeuvre chantée peut n'avoir que peu de différences selon les chefs (On peut ainsi rapprocher cette interprétation de celles , réputées, de Suzuki, Gardiner, Jacobs...et quelques autres): de plus grandes "différences" peuvent se remarquer dans la prise de son dépendante aussi du lieu d'enregistrement, mais aussi et surtout à mes oreilles dans les voix solistes et aussi du choeur! A ce miveau de qualité intervient le goût personnel, l'affinité que l'on peut avoir plus ou moins avec telle ou telle voix.
Ici, sans prétendre donner un classement, ces voix me comblent complètement. Le choeur (réunion de jeunes solistes - ) n'a rien à envier aux plus célébres (Monteverdi Choir, Rias de Berlin, La Chapelle Royale...et bien d'autres, les excellents s'étant multipliés ces dernières décennies).
Les deux femmes, Céline Schenn sop et Yetzabel Arias Fernandez mezzo sont remarquables et leurs timbres se marient comme rarement dès le Christe.La soprano magnifiquement aérienne ne manque pas de chaire. La mezzo , qui semble t'il, a remplacé Marianne Beate Kielland, initialement prévue, parvient à ne pas faire regretter la Norvégienne, une des plus belles voix de mezzo actuellement dans ce répertoire (Ecoutez ses cantates pour alto de Bach chez Naxos dirigées par Helmut Müller-Bruhl!!)
Je préfère dans Bach une belle voix d'alto à un haute-contre. Mais ceci est très personnel et ne limite aucunement les interventions de Pascal Bertin, qui pour moi est plus "charismatique" qu'un Robin Blaze qui sévit (là j'exagère un peu!) dans l'intégrale des cantates de Suzuki.
Quant au ténor japonais Makoto Sakurada, c'est peut être lui que j'ai le plus de plaisir à retrouver ici: un de mes 3 ou 4 ténors préférés dans ce répertoire...depuis que Theo Altmeyer n'est plus là!
Le baryton-basse, Stephane MacLeod, n'est pas un inconnu; égal à lui-même il complète magnifiquement cette distirbution.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Bien sûr, c'est Savall, et il fallait alors s'attendre à cette avalanche ici dithyrambique d'éloges obligés autant qu'outrés. De la part de ceux qui probablement d'ailleurs ne possèdaient pas déjà beaucoup d'autres versions de référence de ce monument. Une messe qui, désignée à l'allemande, est vraiment en H moll, comme le rappelle aussi un autre commentateur (Kantaten je crois, on sera deux à être brûlés comme blasphémateurs, hérétiques et relaps), tant tout cela est mou, sans arêtes, ni verve, si caractère. D'entrée, c'est patent avec ce pénible Kyrie, qui est tout de même une prière (en grec) d'appel et de supplication du pêcheur! Puis tout de suite ce Gloria qui n'a vraiment rien de glorieux, c'est le moindre qu'on puisse en dire de mal (un seule exemple, le Coro a 4 tourne au franc pudding). Bref, je ne saurais que répéter ce que le commentateur déjà susnommé qui m'a précédé disait : phrasés et rythmes pas assez affermis, choeur parfois poussé aux limites de ses possibilités, quelques décrochages, pâte sonore d'une texture parfois floue aussi bien dans les passages à un par voix que dans les tutti, etc. etc. 100% d'accord, camarade. Ce que sont les montres molles de Dali à la grande horlogerie suisse. Mais quelle déception!

Retournons donc à l'onde jaillissante de notre bon vieil Harnoncourt en rejaillir vivant, puis à Brüggen, au trop ignoré Hengelbrook, voire à Fasolis (toujours à guetter, celui-là), voire à Herreweghe (dont toutefois les cantates font souvent assez poisson froid).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 janvier 2013
Quelle générosité ! 2 sacd et 2 dvd pour une vingtaine d'euros, merci Jordi ! Voici une magnifique interprétation, pleine de lumière, de transparence et de spontanéité, d'une homogénéité folle. L’énergie du concert et la vie qui s'en dégage reviennent à chaque écoute, comme par magie. La prise de son superlative y est pour beaucoup. Cependant on pourra trouvé de plus belles voix ailleurs , mais tout est juste et respire comme jamais. Quand certains sont tentés d'en faire un concerto, Jordi Savall nous donne une messe lumineuse qui vient ce placer à côté de l'interprétation de Suzuki.
A acquérir d'office.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 décembre 2014
Cela arrive parfois: en prenant les choses très objectivement et en comparant morceau par morceau cette version Savall on pourra se soumettre au verdict de KANTATEN qui, malgré sa sévérité, a tout de même mis trois étoiles.

Néanmoins, Est-il vraiment pertinent de comparer cette version à une autre un référentiel à la main et des lunettes de comptable ?

D'abord, celle-ci possède un charme tout particulier, très lié à la personnalité et à l'esthétique de Jordi Savall et à ses choix très précis, d'où ces "roses" en avalanche sur cette page de commentaires qui surprennent notre ami KANTATEN.

Ensuite, nous assistons ici à une soirée en live, un vrai live sans retouches ni rustines pour le rendre absolument parfait ni le remixer comme c'est presque toujours le cas ailleurs...et nous sommes embarqués avec choeur et orchestre dans une performance passionnante.

Et alors, nous assistons ici à une interprétation particulièrement touchante, chaleureuse et le ton est donné immédiatement, dans l'entrée de ce Kyrie 1, fort, intense, mais loin du coup de poing ou du garde à vous solennel de bien d'autres versions. Dans son livre sur Bach, John Eliot Gardiner dit que les premières mesures de la messe en Si donnent le ton de toute l'œuvre. Ici, ce souffle ascendant qui nous emporte si magnifiquement ne redescend pas jusqu'à la fin.

Et puis la douceur propre à Jordi Savall n'a rien de dolent ni de mou. C'est une version très contrastée, du plus intime au plus explosif : les trompettes sonnent, Pedro Estéban toujours précis et percutant, le chœur est magnifique, à la fois fourni -loin des versions aigrelettes à une voix par pupitre- et léger, grâce à la jeunesse des choristes, l'orchestre est d'une chaleur et d'une souplesse incroyables, comme on l'a déjà entendu chez Rameau ou chez Handel !

C'est aussi et surtout un DVD superbe à voir, tout à fait à l'esthétique "éclairée de l'intérieur" de Jordi Savall. Le lieu est beau, les chanteurs sont beaux, l'éclairage est beau, bref, un charme fou. C'est un enregistrement tout à fait à part qui ne fait double emploi avec une autre interprétation "studio" et auquel il est particulièrement agréable de revenir.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
8 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Quelle pluie de roses accompagne cette captation !

Comme beaucoup de "Bachophile", plusieurs versions de la "catholico-lutherienne" Messe en Si ( ou H Moll) sont présentes dans ma collection de CD, dont celle ci, offert par un parent qui cru me faire plaisir. Mais tout ce qui est cru n'est pas cuit. Lire la suite. Par ailleurs, j'ai assisté à 3 reprises a des interprétations en concert de cette messe (Allemagne et Hollande). Si cela ne donne en aucun cas un brevet de spécialiste, ça permet au moins d'avoir quelques repères moins virtuels.

Ah,"la Messe en si", souvent interpretée, parfois exécutée et rarement servie.

Le sombre et talentueux Jordi Savall porte un évident intérêt depuis longtemps au bel objet discographique composé ici de 2 SACD pour la musique ( enregistrée en l'Abbaye de Fonfroide) et de 2 DVD (Film du concert et documentaire).
Voila de quoi valoriser l'acquéreur potentiel qui semble en avoir pour ses deniers si difficilement gagnés.
Lorsqu'on connait l'attirance de Jordi Savall pour la musique bien "packagée", on se retrouve déconcerté, dés la première écoute, par la précision carencée et le flottement de l'image sonore de cet enregistrement. On peine a trouver ses repères dans la trame d'origine de l'oeuvre. La lisibilité de celle ci pose réellement un constant défi. Sans doute faut il y voir une mauvaise acoustique de l'Abbaye. Malheureusement Savall n'aide pas à la résolution de cette problématique, en n'affermissant pas assez les phrasés et les rythmes: citons en exemple le cheminement du " Qui Tollis Peccata Mundi".
Il fait volontairement l'impasse sur la règle d'une voix par pupitre, contrairement à Sigiswald Kuijken à Ambronay en 2011. De fait, en n'imposant rien, il parie que la ferveur du collectif naitra naturellement des engagements individuels alors que son choeur est bien jeune, son quintette moins que talentueux...heureusement que ses instrumentistes apparaissent excellents.
Malheureusement, le très jeune choeur est parfois poussé aux limites de ses possibilités, et ça et là, on note quelque décrochages atténués par le remarquable brio des instrumentistes.
Cette pratique, hérité du milieu du 20 em siècle, donne à la pâte sonore une texture parfois floue aussi bien dans les passages à un par voix que dans les tutti.
On trouve une part de l'explication de ce constat dans le film où l'on voit les solistes répartis au sein de l'orchestre ! Mais qu'est ce qu'ils fichent là ?!
Curieuse et dangeureuse idée qui fragilise le délicat "Confitéor" et ne sert "in fine" qu'à l'" Et incarnatus est" en le colorant d'une rêveuse douceur.
On retiendra, d'un quintette moyen, la performance du ténor Makoto Sakurada.Le contre-ténor Pascal Bertin se révéle plus fragile et à la peine avec des soucis d'égalité et de tenue de hauteur des sons....et même parfois une voix un peu détimbré("Domine Deus").
Malgré l'ardeur du "Kyrie", le suberbe "Gratias agimus", cette captation apparait étrange, le ramage n'étant pas, à l'évidence, à la hauteur du plumage.
Etrange également, du fait que cet enregistrement bien senti de la Messe en Si, sans manièrisme ou convention, est paradoxalement l'un des plus imparfait.
Dommage.

"L'humain est maître de ses goûts et de ses sous" énonce un proverbe catalan. Chacun est heureusement libre d'aimer cette version bien présentée... mais qui constitue pour moi une bien désagréable déception musicale surtout en ayant écouté et acquis la très bonne version du Catalan de "l'Offrande Musicale" autrement plus périlleuse a déployer.

Je reste attaché à la version Harnoncourt en attendant la réédition de l'étonnante et talentueuse captation Brüggen (celle de 1989), j'oublie Herreweghe et pense à Jacobs, dont la version est de loin la meilleure parmi les plus récentes, et, de plus loin,à Suzuki.
1111 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 février 2013
Tous ceux qui aiment l'activité de Jordi Savall sont bient conscients qu'ill avait fait des versions de réfèrence de quelques monuments de la musique anciene: Les Vespro della Beata Vergine de Monteverdi, le Libre Vermell de Monserrat et l'Art de la Fugue de Bach. Et, ces derniers anées, on se demandait porquoit pas une version Savallesque de Grande Messe en Si Mineur de Bach, sourtout aprés quelques concerts en France. Et voilá: on l'avait dejá et en double version: dvd et sacd. Et à mon avis il s'agit aussi d'une version de réfèrence de cette ouevre majeure que tout grand nom de la musique ancienne doit faire au moins une fois dans la vie. Certes, le tenor pouvait étre meiileure (on se souvient du Benedictus chantée par les grands Guy de Mey, Christoph Prégardien, Hans Jorg Mamel, Gerd Turk, Jan Kobow, etc), mais en bref je pense que cette version de Savall était dejá un des plus magnifiques de la vaste discographie de cette Messe. À commander vite sans hésitations. En plus il'ya le dvd du concert et un extraordinaire documentaire, sorte de making-off. Et il s'agit d'une trés belle edition comme toujours chez Alia Vox. Trés satisfait, j'avais un vrai tresor dans mes mains! Merci Alia Vox!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 mars 2014
Interprétation tout à fait remarquable de tous les musiciens et de leur chef ! Une des meilleures versions à mon avis ! Dans le cadre magnifique de l'abbaye de Fontfroide !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 mai 2013
encore une excellente production de Jordi Savall. Le concert en DVD, le concert en CD, un DVD retraçant cette très belle abbaye que je connais et que j'ai pu retrouver dans sa splendeur, et enfin un livre très complet comme d'habitude. Un produit hautement recommandable.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 mai 2013
Voila un CD tout à fait enthousiasmant. Un Bach plein de rythme et de bonheur de vivre, éclairé d'une lumière toute méditerranéenne qui vous rempli d'un bonheur simple et pourtant complet.
Ne manquez pas cette interprétation de l'oeuvre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

J.-S. Bach : Messe en si mineur, BWV 232
J.-S. Bach : Messe en si mineur, BWV 232 de Jean-Sébastien Bach (CD - 2007)

J.-S. Bach : Messe en si mineur
J.-S. Bach : Messe en si mineur de Jean-Sébastian Bach (CD - 1985)