undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles20
3,7 sur 5 étoiles
Format: Blu-rayModifier
Prix:12,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le Woody Allen de la grande époque... Revoir Manhattan dans de telles conditions est un enchantement pour qui aime ce film. Découvrir, dés les premières minutes, la ville dans ce Noir et Blanc sublimé par la HD ferait presque monter les larmes aux yeux. Manhattan reste pour moi l'oeuvre la plus "aboutie" plastiquement de son auteur. le transfert se devait d'être à la hauteur. Il reprend vie comme jamais auparavant sur la partition magnifiée de Gershwin. Copie nettoyée,Niveau de détail multiplié, aspect argentique respecté: Merci! Coté sonore on reste en mono mais qu'importe, le charme est intact.
11 commentaire5 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 8 octobre 2014
Un des rares films de Woody Allen entièrement tourné en noir et blanc et probablement celui qui met le plus romantiquement en scène "sa" ville chérie: New York. Les images de la métropole américaine, personnage à part entière du film, magnifiées par la lumineuse photographie de Gordon Wills et agrémentées de la musique de Gershwin, sont inoubliables.

Et que dire de ces New Yorkais, à la fois désespérés et comiques, qui ne manquent pas de nous rappeler à quel point vivre dans une ville de l'ampleur de New York peut désensibiliser les gens, voire les aliéner? En tout cas, cette "enième" comédie romantique de Allen est sans doute celle qui illustre le mieux l'habileté du réalisateur à mélanger comédie et drame pour nous émouvoir.

Les performances de Woody et de Diane Keaton (en intello névrosée) sont très justes, comme toujours, Meryl Streep est excellente dans le registre de la garce, mais celle qui se remarque le plus est sans aucun doute la très jeune Mariel Hemingway, dans le rôle de Tracy, dont le jeu touchant réussirait à attendrir le plus endurci des Marines.

Sans oublier les citations juteuses de Allen qui, dans Manhattan, sont particulièrement abondantes et hilarantes: "...d'après moi, les gens devraient s'accoupler toute leur vie avec le même partenaire, comme les pigeons ou les catholiques." Ou encore, "tu penses que tu es Dieu (Yale)" et Woody de lui répondre, "il faut bien que je prenne quelqu'un comme modèle."

Woody Allen n'a jamais été aussi bon devant et derrière la caméra. A la fois film d'une grande humanité, émouvant et incroyablement intelligent, lucide, poétique, décapant et aux dialogues percutants, "Manhattan" est l'une des plus belles déclarations d'amour à une ville, un film qui fait honneur au cinéma et, peut-être, le chef d'oeuvre absolu du Maître.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2009
Certainement l'un des plus beaux Woody Allen ! Diane keaton est magnifique! Les intrigues amoureuses sont drôles, sensibles, passionantes et surtout émouvantes !Grâce à un superbe noir et blanc jamais Woody Allen n'avait encore aussi bien filmé sa chère ville de New-York ! Le film parle d'art, de littérature, de sentiments, de la condition humaine avec l'ingéniosité que l'on reconnaît à son réalisateur!
0Commentaire15 sur 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Scénariste de télévision, Isaac Davis (Woody Allen) est un homme désabusé et angoissé. À 42 ans, sa vie professionnelle le laisse insatisfait. Aussi, passe-t-il le plus clair de son temps à écrire et réécrire son roman. Sa vie privée est plus que chaotique. Sa deuxième épouse (Meryl Streep) qui l’a quitté pour une autre femme, est sur le point de publier son autobiographie où Isaac tient une bonne place. Il fréquente aussi Tracy, une jeune fille de 17 ans (Mariel Hemingway) avec laquelle il ne se voit aucun avenir. La situation se complique lorsque Yale (Michael Murphy), son meilleur ami, lui-même en plein doute sur son mariage, lui présente sa maîtresse, Mary (Diane Keaton) dont Isaac ne tarde pas à tomber amoureux.

Manhattan dépeint les chassés-croisés amoureux de quadras intellectuels new-yorkais en pleine crise existentielle. Isaac est insatisfait de son rôle d'humoriste de télévision et aspire à devenir écrivain mais son livre n'avance pas. Côté cœur, il n'assume la romance qu'il vit avec la jeune Tracy et voit ses sentiments pencher vers la très névrosée Mary. Les relations se nouent et se dénouent au gré d'une narration nonchalante ancrée dans un quotidien fait de sorties au restaurant, au musée, dans les parcs où les ruelles de ce New York personnage à part entière du récit. La scène d'ouverture voit Allen s'emmêler les pinceaux en cherchant à dépeindre son sentiment sur la ville dans le premier chapitre de son roman où elle sera tour à tour chaleureuse, étouffante ou poétique.

Elle sera surtout liée à son humeur du moment où le plus simple s'oppose au plus sophistiqué, la vision de Manhattan étant pliée à celle des deux relations amoureuses dans lesquelles navigue Isaac. La belle, innocente et aimante Tracy (Mariel Hemingway absolument craquante de candeur) se plonge donc dans l'univers d'Isaac de la manière la plus simple quand avec la plus torturée et intellectuelle Mary on aspire au grandiose, à la romance la plus éclatante.

Ce n'est donc pas étonnant que les deux moments les plus époustouflants visuellement se déroule avec Diane Keaton lors de l'après-midi au planétarium (où le couple joue autant avec les ombres du lieu qu'avec leur sentiments naissant qu'ils n'osent s'avouer) et surtout ce divin moment où ils assistent assis sur un banc au lever du jour tout en discutant, image à jamais associée au film. Allen se garde bien de choisir entre ces deux visions et si l'une des deux romance sera malheureuse, New York est aussi belle dans la majesté de ces grands monuments que dans l'intimité de ses quartiers plus populaires.

C'est un des films aboutis d'Allen visuellement, avec ce cinémascope qui amplifie cette poésie urbaine, cette caméra qui accompagne élégamment les déambulations des personnages, et le noir et blanc somptueux de Gordon Willis figeant de la plus belle des manières cette ode à la ville. Face à toute cette recherche esthétique et atmosphérique, Woody Allen n'en oublie pas pour autant sa causticité qui se manifestera notamment dans les échanges avec son ex-femme lesbienne joué par une Meryl Streep glaciale et quelques répliques savoureuses dont il a le secret.

L'instant le plus poignant sera d'ailleurs le plus sobre lors de la très belle conclusion où Isaac rattrape Tracy avant son départ. Là un simple champ contre champ et un jeu de regard, un geste simple (Isaac qui remet en place une mèche de Tracy) et un échange tendre et maladroit donne place à l’essentiel : l'émotion.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mai 2015
Je suis également également déçu par le son du film. Vraiment abominable ! Le son devient fort puis diminue et cela tout le long du film. C'est comme s'il n'était pas mixé. De plus les voix n'ont aucune ampleur. C'est sans doute un problème de transfert et de nettoyage.
Côté image, le piqué est beau mais la copie est trop sombre et le noir et blanc est plutôt noir et vert !
C'est terrible, parce que c'est un des plus beaux films de Woody Allen et un des plus beaux films de l'histoire du cinéma.
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2014
La qualité du son est tout simplement abominable. Par moment tout va bien et puis tout d'un coup on n'entend plus rien. C'est dommageable pour un film de cette qualité et en plus en blue ray!
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 avril 2014
Le premier plan de NY est tout simplement magnifique. Néanmois le film peut paraitre un peu long, il reste malgré tout un incontournable !
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 16 janvier 2016
J'en sors à l'instant. Une histoire de circonvolutions et d'allers retours amoureux, de questions existentielles sur les relations hommes femmes, de rapport à l'âge, d'indécision, d'immaturité... Isaac, joué par Woody Allen lui même, est parfait dans son costume d'anti héros, personnage central équilibriste des sentiments qui se fourvoie dans ses certitudes.
Le tout, filmé dans un noir et blanc de circonstance avec une bande son qu'on imagine, ce petit hommage à la grosse pomme en est en réalité un grand.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2015
que pourrai-je bien trouver d'inédit à dire sur un film pareil; c'est un sommet, une fin en soi, un everest de ce que l'on nomme à tort "culture" .on s"en fout de la culture. manhattan, comme sgt pepper, plastic ono band (le premier album solo de john lennon) et 400, 500 autres choses, c'est de l'art : point barre !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2015
L'un des plus grands woody Allen magnifiant son endroit de vie.
Toujours beaucoup d'humour. Certes film en noir et blanc mais pour un connaisseur...
A avoir dans sa vidéothèque
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus