Commentaires en ligne


33 évaluations
5 étoiles:
 (23)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:
 (4)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


40 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mars, Avril, j'crois pas que ce soit avril...
Jeremiah Johnson est le deuxième film de Sydney Pollack avec Robert Redford, et aujourd'hui encore leur film préféré, sa plus belle réalisation selon l'un, son plus beau rôle selon l'autre. Trois ans avant Dersou Ouzala, hommage d'Akira Kurosawa à un vieux chasseur sibérien, ce sont les Rocheuses, vers 1850, qui...
Publié le 29 septembre 2006 par Bruno Parfait

versus
23 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 sous-titres DVD
En achetant un DVD sur Amazon pas moyen de savoir quelle sera la langue du film et la langue des sous-titres. Ici, étant donné le prix qui est bas, j'ai pris le risque.
La langue est l'anglais,OK,une chance.Mais pas de sous-titres français, c'est raté.
e sous-titre anglais, c'est déjà ça, quant au sous-titre arabe, sans...
Publié le 2 décembre 2010 par Cauchie Pierre


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

40 internautes sur 44 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mars, Avril, j'crois pas que ce soit avril..., 29 septembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson (DVD)
Jeremiah Johnson est le deuxième film de Sydney Pollack avec Robert Redford, et aujourd'hui encore leur film préféré, sa plus belle réalisation selon l'un, son plus beau rôle selon l'autre. Trois ans avant Dersou Ouzala, hommage d'Akira Kurosawa à un vieux chasseur sibérien, ce sont les Rocheuses, vers 1850, qui emblématisent l'"épine dorsale du monde" ou, au choix, les "plus belles créatures de Dieu"...En 1972, Jeremiah Johnson a été (bien) accueilli comme un western écologique,prônant le retour à la nature, ce qui était bien dans l'air du temps...Le film est plus que cela: la nature y est splendide et mortelle, mais surtout totalement indifférente. Et les autochtones l'image absolue de l'altérité .. Le film expose un processus de mythification,celui du mountain man,en s'enracinant dans les gestes les plus quotidiens de la simple survie. Si le commerce des fourrures aura au bout du compte assez peu inspiré le western, peut être , justement, à cause de la simplicité imposée des scénarii, quelques chefs- d'oeuvre, néammoins, ont su s'y lover : Across the Wide Missouri ( William Wellman, 1953), The Big Sky ( Howard Hawks, 1952), Man in the Wilderness ( Richard Sarafian, 1971)... A la fois limpide et pétri de questions sans réponses (dont la principale est bien de savoir si l'on peut s'échapper à soi...), Jeremiah Johnson, tout en haut de la liste, est une parabole philosophique en même temps qu'une leçon de cinéma.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


23 internautes sur 26 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 sous-titres DVD, 2 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson [Import anglais] (DVD)
En achetant un DVD sur Amazon pas moyen de savoir quelle sera la langue du film et la langue des sous-titres. Ici, étant donné le prix qui est bas, j'ai pris le risque.
La langue est l'anglais,OK,une chance.Mais pas de sous-titres français, c'est raté.
e sous-titre anglais, c'est déjà ça, quant au sous-titre arabe, sans commentaires...
Conclusion,je n'ose plus acheter de DVD sur Amazon tant que langage et sous-titres ne seront pas précisés. C'est dommage.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Jeremiah Johnson, 10 septembre 2014
Par 
Pier (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson [Blu-ray] (Blu-ray)
Ce film est comme une poésie offerte à la nature et à la vie en solitaire. Les paysages sont grandioses et superbement filmés dans un décor naturel exaltant. Une histoire où le silence sublime la tranquille beauté des Rocheuses, un silence qui s'attarde sur ces hommes, le plus souvent des trappeurs, où leurs regards expriment plus de choses qu'un long discours. Symbolisé par le « sacré quaternaire » qui définit l'âpreté, la dureté, l'obstination et la violence, la vie de ces hommes aguerris était rythmée par les saisons. Des escapades dans les régions désertiques, aux randonnées dans la froidure de l'hiver en montagne, et descentes de rivières tumultueuses, aux attaques de grizzly ou de loup, étaient le quotidien du trappeur. Celui-ci devait composer avec les tribus indiennes qui habitaient ces vastes espaces sauvages depuis la nuit des temps. Jeremiah cultive sa vie comme un art de vivre dans ce monde où les bourrasques soufflent parfois plus fort que les mots. Le mystérieux personnage de Jeremiah Johnson, est comme sans passé, et dont on ne sait pas grand-chose, ni ce qu'il a été, ni d'où il vient, quitte une civilisation, ou plutôt fuit une civilisation, que l'on devine sans peine à son visage encore plus sauvage que la vie sauvage elle-même, qu'il souhaite éperdument épouser dans un sentiment mélancolique de lassitude du monde des hommes. Ce film comble une lacune en introduisant nos sentiments primitifs et en nous faisant « trappeurs » mais il nous demande un effort de contemplation sans lequel nous passerions totalement à coté. C'est un bel épisode où les lieux de l'action se situent le plus souvent sur de hautes montagnes au milieu du XIXème siècle dans l'Utah, dont les vastes étendues resplendissantes finissent par communier avec les spectateurs. Ce film contemporain est en quelque sorte un anti-western lyrique, une fresque somptueuse non pas sur l'accroissement d'une humanité perdant ses repères, mais une approche sur la conquête de l'Ouest, une volonté de naturalisation de la vie civilisée, sur une recherche du rêve de la mythique osmose, voire symbiose, entre l'homme et la nature. Une oeuvre intemporelle, paisible et régénérant, magnifiant le besoin de retour à la nature et de rupture avec une civilisation de plus en plus épuisante, évoluant à contresens du bon sens. Robert Redford porte cette brillante histoire où la mélancolie finit par s'effacer devant la majestueuse beauté de l'essence même de la vie.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


39 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Mars? avril?J'crois pas qu'ce soit avril..., 22 juin 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson [Import USA Zone 1] (DVD)
Jeremiah Johnson est le deuxième film de Sydney Pollack avec Robert Redford, et aujourd'hui encore leur film préféré, sa plus belle réalisation selon l'un, son plus beau rôle selon l'autre. Trois ans avant Dersou Ouzala, hommage d'Akira Kurosawa à un vieux chasseur sibérien, ce sont les Rocheuses, vers 1850, qui emblématisent l'"épine dorsale du monde" ou, au choix, les "plus belles créatures de Dieu"...En 1972, Jeremiah Johnson a été (bien) accueilli comme un western écologique,prônant le retour à la nature, ce qui était bien dans l'air du temps...Le film est plus que cela: la nature y est splendide et mortelle, mais surtout totalement indifférente. Et les autochtones l'image absolue de l'altérité .. Le film expose un processus de mythification,celui du mountain man,en s'enracinant dans les gestes les plus quotidiens de la simple survie. Si le commerce des fourrures aura au bout du compte assez peu inspiré le western, peut être , justement, à cause de la simplicité imposée des scénarii, quelques chefs- d'oeuvre, néammoins, ont su s'y lover : Across the Wide Missouri ( William Wellman, 1953), The Big Sky ( Howard Hawks, 1952), Man in the Wilderness ( Richard Sarafian, 1971)... A la fois limpide et pétri de questions sans réponses (dont la principale est bien de savoir si l'on peut s'échapper à soi...), Jeremiah Johnson, tout en haut de la liste, est une parabole philosophique en même temps qu'une leçon de cinéma.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Plus, 2 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson [Blu-ray] (Blu-ray)
Plus qu'un western, une peinture d'une époque et l'impossibilité pour un individu, de s'extraire de la société possessive qui ne permet jamais que l'on vive en dehors de ses lois et règlements, qui viendra encore et toujours exiger le concours d'un de ses membres, sans souci des conséquences, au nom de "la civilisation". Reste le néant à mâcher pour notre héros, la société, bien pensante, s'en contre fiche, elle a atteint son objectif par le communisme du groupe, au mépris des aspirations de l'individu. En fait ceci est très actuel, intemporel. En plus une image, des photos magnifiques. L'interprétation de Redford est solide, montre bien l'animal essayant en vain de se débattre dans la toile d'araignée... nul n'échappe à son destin.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


20 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 demande de renseignement, 26 décembre 2009
Par 
Paul Goulois "voyagiste" (merlimont france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson [Import anglais] (DVD)
je voudrais savoir si le film jeremiah johnson existe en version francaise.
ma commande receptionnée je m'apercois que ce film est en version anglaise et arabe.
merci. a bientot.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magnifique...que dire de plus...., 15 décembre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson (DVD)
Redford et Pollack...le duo gagnant...un bijou ecolo doublé d'une aventure avec de l'action, des indiens, la nature hostile, des méchants....tout ce qu'il faut!

Un film formidable!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'anti-"danse avec les loups", 5 juin 2010
Par 
RazLgum (Strasbourg, France) - Voir tous mes commentaires
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson [Import anglais] (DVD)
Bruno Parfait a donné un bon commentaire. Mais pour moi ce surhomme solitaire est justement démystifié par les indiens "Corbeau" lorsqu'en tentant presque malgré lui de fonder une famille, même métissé, voire à cause de cela, il est alors assimilé par cette féroce tribu à un colon et une sorte de pacte tacite et précaire de respect mutuelle sera brisé, à la suite de quoi, comme il est fidèlement raconté, Jeremiah Johnson se bâtira une aura de terreur ("johnson le mangeur de foie")... Je n'en dis pas plus.
C'est vrai, le film offre un point de vue audacieux et complexe sur le thème du retour à la nature, celui d'un homme civilisé en terre étrangère et sa volonté secrète de recréer un commencement de civilisation, une famille qui lui ressemble, puis sa déchéance vers une désillusion et une sauvagerie plus cruelle encore.
Pollack a le bon goût de traiter son sujet non comme un mythe à graver dans le marbre ou une parabole lourde de sens mais comme une singulière destinée que l'on appréhende instinctivement et qui conservera à jamais son mystère.
De plus les différentes tribus indiennes sont représentées avec justesse et respect mais en nous épargnant le politiquement correct aujourd'hui de rigueur, d'où le titre de mon commentaire.
Si comme moi vous avez aimer ce film, ne manquez pas "Man in the Wilderness" ou en français "le convoi sauvage" de Sarafian que j'ai eu la chance d'avoir vu et que je considère comme un chef-d'oeuvre méconnu.
Avec un peu d'obstination on fini par le trouver en zone 2.
A défaut on pourra (re)voir avec délectation un chef-d'oeuvre d'Eastwood Josey wales hors-la-loi pour retrouver ce doux mélanges d'errance et d'aventure.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 L'air vivifiant des Rocheuses : une invitation à la renaissance de soi, 15 octobre 2012
Par 
Latour07 (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson [Import anglais] (DVD)
Bien avant le très bon (et si critiqué, pourquoi ?) Danse avec les loups, Sydney Pollack réalise son second film avec Robert Redford ("Out of Africa" suivra) sur le thème de la confrontation entre l'homme blanc et l'indien. En 1972, déjà quelques westerns s'étaient risqué à exposer que les Indiens n'étaient pas ces "sauvages peaux-rouges" qui méritaient de prendre des déculottées. John Ford tournera son dernier western sans le Duke remplacé par Richard Widmark en 1964 Les Cheyennes. Auparavant un coup de chapeau avait été donné par le courageux Delmer Daves dans l'excellent La Flèche brisée tourné avec James Stewart.

Jeremiah Johnson n'est donc pas le premier film à vouloir rendre compte de la complexité des rapports humains, culturels, mis à l'épreuve entre l'homme occidental et l'indien. Rien n'est simple. La paix se gagne un jour, se perdra le lendemain. Avoir traversé un cimetière de "corbeaux" (indiens) devait attirer la revanche. De même que la nature est impitoyable, ceux qui en vivent le deviennent. L'humanité est fragile dans ces altitudes sauvages.

L'histoire, comme le souligne l'ami Michel Gonon, est extraite d'un ouvrage relatant l'histoire véritable du trappeur John Johnson - (Crow Killer. Le mythe du retour à la nature, si en vogue à la fin des années 1960, peut en prendre un sacré coup sur le museau et annoncer des lendemains qui peuvent déchanter comme le décrira le remarquable Into the Wild.

Ce film se laisse déguster en prenant le temps. Les somptueux paysages des Rocheuses colorent l'action, lui donnant un sens. Dépaysement garanti.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CHEF-D'OEUVRE, 29 novembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jeremiah Johnson (DVD)
C'est le chef-d'oeuvre absolu du Western : Une scène du film au hazard ; le 1er duel de J. Johnson et d'un guerrier Crow (Corbeau) pas de musique (souvent assourdissante) en fond sonore: rien que le bruit des sabots du cheval dans la boue, ni de ralenti : J. Johnson regarde la lente approche de l'Indien, et on peut voir sur son visage le doute et la peur ; par lui-même le combat est très rapide et d'une grande intensité (sans aucune fioriture,et tape-à-l'oeil d'aucune sorte) JAMAIS EGALEE... Je peux remplir des pages entières sur ce film. Ne pas oublier la scène de la traversée du cimetière indien, avec la discussion de J. Johnson et d'un homme d'église.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 3 4 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Jeremiah Johnson [Blu-ray]
Jeremiah Johnson [Blu-ray] de Sydney Pollack (Blu-ray - 2013)
EUR 15,00
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit