undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

« Looper » est un film d'action et de science-fiction qui s'appuie sur un scénario plutôt bien ficelé, à base de voyage dans le temps et de télékinésie.

Joe (Joseph Gordon-Levitt) est un looper, un tueur à gage vivant en 2044 qui exécute des personnes qui lui sont envoyées depuis 2074, date à laquelle le voyage dans le temps est maîtrisé, mais également strictement prohibé et réservé de facto à la mafia. Le temps présent du film (2044) n'est pas vraiment dépaysant. Il ne se différencie de notre monde actuel que par quelques détails apparemment anodins : quelques motos volantes pour se déplacer, des mutations génétiques permettant à une minorité d'humains de pratiquer de façon très modeste la télékinésie, de la drogue qui se prend sous forme de gouttes dans les yeux et une insécurité qui semble omniprésente. L'intrigue du film, sans en dévoiler les détails, tourne autour du phénomène de « boucle », lorsque Joe se voit expédier du futur un Joe 30 ans plus vieux que lui, et le laisse s'échapper. Les implications de ce paradoxe temporel se révèlent bien entendu très vite gênante et débouche sur une « guerre des Joe » tout aussi paradoxal.

D'un point de vue formel, le film est réalisé avec une appréciable sobriété, tant dans ses effets visuels que dans le jeu très crédible des acteurs. Quelques trouvailles sont même particulièrement brillantes, comme la manière dont le jeune Joe communique avec le vieux Joe en taillant au couteau un mot sur son avant-bras, formant une cicatrice qui traverse le temps. Le caractère futuriste du film est également tempéré par les décors naturel d'une bonne partie du film : champs de maïs du Kansas et grande ferme isolée. On retrouve par contre, en marge des idées originales du film, quelques éléments « déjà vu », emprunté notamment au scénario de « Terminator »...

« Looper » est au bout du compte un film efficace qui parvient à éviter les poncifs du genre et qui ne tourne pas en rond, même s'il s'attache à « boucler la boucle ». Il ne s'agit pas pour autant d'un chef d'aeuvre du genre. Les péripéties de l'histoire restent finalement assez prévisibles.
22 commentaires|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2013
Bruce Willis dans un film de SF récent... Je m'attendais à une belle daube dans la lignée, au choix, de Red ou de Time Out ou, j'en avais déjà des hauts le cœur, du 5ème élément.

La surprise fut agréable d'avoir finalement à faire à un film assez réfléchi avec un vrai scénario, original qui plus est, ne répondant pas aux codes du blockbuster décérébré.

Outre les motos volantes cliché et mal foutues, l'affiche pourrie, le concept toujours casse gueule du voyage dans le temps, le maquillage useless et perturbant de Joseph Gordon-Lewitt, le jeu inchangé de Bruce Willis depuis des années, le film gagne des points par son scénario peu banal, mais pas alambiqué à la Inception qui essaie de noyer le poisson dans l'eau. De plus le changement de rythme, de mon point de vue voulu et bien amené, apporte également au film une touche "anti blockbuster" vraiment appréciable.

Les personnages sont assez crédibles, la relation tumultueuse entre les Joe est intéressante, de même pour la relation entre Joe et Sara, mais on ne parvient à s'attacher à aucun des trois. Le vieux Joe tue des minos de 6 ans, difficile d'apprécier. Quant au jeune Joe, c'est peut être tout simplement son nez qui le rend inexpressif et froid. Emily Blunt n'est crédible ni en fermière, ni en emballeuse. D'ailleurs la scène chaude semble tomber comme un cheveu sur la soupe. Et enfin l'enfant est terriblement flippant. J'espère que ses parents n'ont pas vu le film...

Globalement un bon film d'action sans grandes prétentions qui parvient à surprendre et à capter l'attention en se démarquant de la production actuelle.
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2016
Attention, dans l'absolu il ne s'agit pas d'un mauvais film, il y a largement pire et sans être renversé on passe un assez bon moment. Pour moi le principal problème n'est pas que le film soit mauvais mais plutôt qu'il n'est pas assez bon.

Le sujet en lui même n'est pas révolutionnaire mais est présenté de façon assez originale pour le démarquer des autres films du genre. Par contre, la mise en place est un peu longue et confuse. Il faut attendre la moitié du film pour que ça décolle, et je pense même qu'il est préférable de la re-regarder (la première moitié) pour bien saisir les enjeux présentés et comprendre le schéma proposé entre les 2 personnages de Gordon-Levitt et Willis. Au moins, Looper a le mérite de faire réfléchir, à la manière d'un Inception ou Mémento, mais de façon nettement moins brillante cependant.

Ensuite, le film se lance vraiment et on bascule dans de l'action SF plus classique mais efficace... jusqu'à ce que l'intrigue change du tout au tout avec l'arrivée d'Emily Blunt et de son petit garçon. Pour moi la seconde moitié du film est décevante, car elle plaque totalement la première (qu'on a déjà eu du mal à comprendre^^) et on part sur quelque chose qui aurait mérité être un tout autre film. En fait, c'est comme si on avait mixé Timecop avec Sixième Sens mais très très (très) grossièrement et sans subtilité. Je pense que les scénaristes et le réalisateur se sont plantés en voulant faire un trop grand mélange des genres au sein d'une même histoire. Le résultat c'est qu'à la fin, on ne retient absolument rien, la boucle est bouclée mais est restée vide en quelque sorte...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2014
Histoire originale quoique légèrement capillotractée
Beaucoup de bruit a été fait autour de ce film pour pas grand chose à l'arrivée.

C'est sympa à regarder mais ça s'oubliera vite aussi.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 mai 2014
Film magnifique avec un coffret splendide. Pour un prix exceptionnel.
A découvrir ou redécouvrir pour le plaisir des yeux. Pas d hésitation!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un scénario vu et déjà revu, de nombreuses fois exploitées. Remonter le temps pour changer le cour de l'histoire.

Bruce Willis sauve un peu le film mais cela reste un film long et lent. La version Française des studios Dubbing Brothers Murat et les dialogues de Thomas Murat sont un véritable scandale, les traductions sont nulles et les dialogue sont des murmures on ne comprend même pas la moitié de ce que dit Patrick Poivey alias Bruce Willis et pour les autres c'est pareil.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2013
Scénario très intéressant et original (même si j'ai eu l'impression d'une ou deux grosses incohérences).
N'aimant pas trop Bruce Willis du fait qu'il ne rentre pas assez dans ses personnages (ex: aucune expression dans ses yeux), les acteurs sont sympa. L'image du Blu ray aurait gagnée à être plus défini, mais c'est du côté son que c'est bizarre (par moment lointaine, peu enveloppante) et pourtant la VF est en DTS HD MA !!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mars 2014
Film particulier, on y retrouve un peu, question de temps (!), les paradoxes de Timecop, mais avec plus de suspense, un peu de "Carrie" également, mais je n'en dit pas plus. Film inquiétant sur le détournement de technologie (ici le voyage dans le temps) par des terroristes ou plutôt des mafieux. Bruce nous fait du Willis, mais pas trop. C'est un bon film pour qui aime le genre, Bruce Willis qui en impose quand même.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2014
Plus un concept qu'un film! Tout est comme ici est maintenant, mais ce n'est plus ici et ce n'est pas maintenant. Rien de tels que de prendre contact avec un monde cruellement différent, pour s'attacher à celui que nous critiquons quotidiennement: Après avoir vu ce film, je me suis retenu pour ne pas embrasser le sol qui m'a vu naitre !! ;-))
Délicieusement déroutant!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cette critique un peu longue, et ne dévoile pas trop l'intigue. Elle devrait vous permettre de vous faire une idée suffisante pour savoir si l'achat de ce film vaut le coup ou non pour vous.

Looper est un excellent film de science-fiction, intelligent, malin, et fort bien filmé. Le synopsis est le suivant. Joe, le héros est un jeune homme, tueur à gages d’un genre un peu spécial. Il est chargé par le crime organisé d’exécuter des victimes venant du futur, où tuer et faire disparaître un corps sont devenus trop compliqués. Et chaque « nettoyeur » sait qu’un jour il devra tuer son propre lui-même trente ans plus vieux, pour fermer la boucle (to close the loop, d’où le titre). Mais gare au « looper » qui laisserait échapper sa « boucle »… C’est pourtant ce qui va arriver à notre héros, avec des conséquences bien plus importantes que tout ce qu’il aurait imaginé. Car alors débute une traque multiple, à la fois dans la ville et dans la campagne, avec pour enjeu la vie d’un enfant et de grandes répercussions sur le futur.

Joe est joué par Joseph Gordon-Levitt, et son alter ego âgé est incarné par Bruce Willis. En fait, il y a une subtilité à l’image : les traits de JGL ont été morphés avec ceux de Willis afin d’accentuer la ressemblance entre les deux acteurs. C’est relativement bien fait, mais pour les fans de l’un ou l’autre acteur cela reste perturbant, que ce soit ne plus reconnaître les traits habituels de JGL, ou retrouver des mimiques typiquement Willissiennes sur une autre tête que la sienne. C’est peut-être la chose qui m’a le plus gêné pendant tout le film, et à laquelle je ne suis pas parvenu à m’habituer. D’autant que, au-delà de la prouesse technique, je n’en ai pas vu l’intérêt. Les deux acteurs ne sont pas suffisamment dissemblables pour que l’idée qu’ils soient l’alter ego l’un de l’autre paraisse inconcevable. Autrement dit, on n’avait pas besoin de ça pour renforcer la suspension d’incrédulité. Indépendamment de cela, le jeu des deux est bon. Pas époustouflant ni bluffant (Willis ne retrouve pas sa qualité d’interprétation de L'armée des 12 singes, ni JGL celle de Mysterious skin), mais ça va. En revanche, on a beaucoup de plaisir à voir Jeff Daniels dans la peau (inhabituelle pour lui) d’un chef mafieux antipathique et cependant attachant et paternel. Paul Dano hérite du rôle court mais marquant d’un autre looper. Emily Blunt, qui incarne la mère de l’enfant, confirme son registre de jeu après sa très bonne prestation l’an passé dans L’agence. Mais surtout, il y a l’enfant, Pierce Gagnon. Comment un acteur aussi jeune a-t-il pu livrer une telle intensité et une telle justesse avec autant de naturel ?

L’écueil classique des films de science-fiction se déroulant dans l’avenir réside dans l’esthétique. Il faut réussir à présenter un univers suffisamment différent pour faire futuriste et de suffisamment probable pour que le spectateur puisse s’y projeter de façon crédible. Dans l’idéal, il faut aussi que ce monde futuriste ne vieillisse pas trop mal avec le temps (comparons disons 2001 ou Alien et L’âge de cristal, par exemple), sans parler des effets spéciaux. De ce côté-là, Looper a choisi de représenter l’avenir comme relativement proche de notre présent, sans véritables excentricités vestimentaires ni de technologies trop improbables. L’autre bonne idée, beaucoup plus originale, fut d’utiliser les deux acteurs principaux dans un lieu différent du présent et de leur faire chacun vivre son « arc » d’intrigue, l’un en ville, l’autre à la campagne. La représentation du monde futuriste devient ainsi bien plus complète que ce qu’on nous sert normalement (toujours citadin). Le seul autre exemple de cette bonne idée est l’excellent Les Fils de l'homme d’Alfonso Cuaron (découvrez-le si vous ne le connaissez pas !!). Dans ce monde qui gagne en réalisme à mesure que le film progresse, l’intrigue s’installe assez vite puis décide de prendre le temps d’approfondir ses personnages pour leur donner une véritable épaisseur. Et bien que les rebondissements soient nombreux (grâce aux ellipses intelligentes, Rian Johnson ne montre de l’intrigue que ce qui lui est essentiel), le film ralentit volontairement son rythme pour nous surprendre, nous perdre un peu, et finalement nous mener là où il veut aller. La fin nous montre à quel point l’ensemble est bien construit. L’histoire est également émaillée de trouvailles bien vues qui augmentent encore la crédibilité du monde imaginé. La punition infligée au looper qui avait laissé fuir sa cible est probablement la plus marquante (scène hallucinante !), mais c’est loin d’être la seule.

Enfin, quand on parle de science-fiction, il faut dire dans quel type de SF on est : le pop-corn pur (Cinquième élément, Tron, Star wars, Super 8), ou la SF engagée qui veut poser des questions morales, éthiques, existentielles, spirituelles, etc (Gattaca, Soleil vert, Colossus, L’expérience interdite, The box, Cube, etc). Looper s’inscrit clairement dans la seconde, la SF noble. De nombreuses questions sont abordées tout au long du film. Certaines sont assez classiques dans les films de voyages dans le temps (Retour vers le futur, Terminator, L’armée des 12 singes), comme la prédestination et l’immutabilité du futur vs la liberté, les jugements préventifs (condamner quelqu’un pour des choses qu’il n’a pas encore faites). On en arrive à l’application froide du principe de précaution à un enfant, ce qui, dans le film, devient la cause dont on voulait justement éviter les effets. D’autres sont plus originales comme le choix d’une vie de plaisirs dont le prix à payer est que l’on se condamne soi-même ; il y a aussi le conflit de générations avec soi-même qui est représenté de façon très amusante entre Joe jeune et Joe vieux. On trouve aussi un conflit entre deux histoires d’amour, une au présent contre une au futur. Je ne peux pas en évoquer d’autres sans risquer de dévoiler des ressorts cruciaux de l’intrigue, mais sachez que la liste ne se limite pas qu’à ces quelques points.

Looper est donc un excellent film de SF, bien joué, intelligent, et vraiment jouissif. Ne vous laissez pas duper par l’affiche assez mauvaise, ni par la présence de Bruce Willis au casting. N’allez pas croire que c’est un sous-produit hollywoodien idiot, bien au contraire !
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,99 €
12,99 €