undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

28
4,3 sur 5 étoiles
John Carpenter's Escape From La [Blu-ray]
Format: Blu-rayModifier
Prix:6,14 €+2,79 €expédition
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

19 sur 19 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
LOS ANGELES 2013 est la suite directe de NEW YORK 1997. Beaucoup décrié lors de sa sortie et encore maintenant par certaines personnes qui n'ont rien compris à ce phénomènale bras d'honneur au code hollywoodien et à toutes formes de censure, elle demeure toujours une oeuvre exceptionnelle qui va à contre-courant des productions ultra-moralisatrices US.

C'est du très grand John CARPENTER épaulé par un Kurt RUSSELL au top de sa forme qui semble heureux de reprendre le costume légendaire de Snake PLISSKEN.

Oui certains SFX sont ratés, le pitch central est un copier/coller du 1er film, les costumes parfois ringard et l'ambiance trop délirante. Mais c'est exactement ce que voulait Big JOHN pour mieux démonter l'aseptisation de l'art par l'outrance et le grossissement de traits afin de combattre le conformisme.

Los Angeles est devenu la "cité du péché" devenant ainsi le dernier bastion de la liberté d'expression controlé par un révolutionnaire qui se prend pour le CHE et peuplé d'individus véhiculant toutes les formes de "déviance" (cheveux longs, cigarette, alcool, sexe hors-mariage, chirurgie esthétique, homosexualité, transsexualité,...) banni de la grande amérique croyante et puritaine. La seule façon de s'amender est de se faire frire sur la chaise électrique. Le délire!!

Ce film aligne les scènes cultes (le BIG ONE inaugurale, le jeu du petit bangkok, le surf sur le tsunami, le quartier du chirurgien fou, le climax final...) avec une aisance sidérante. Un pur bijou!!

Il bénéficiait jusqu'alors d'un très bon DVD qui datait du moyen-âge du support (définition excellente, couleurs vives et contraste superbe).

Mais ici je vais vous parler du Blu ray import UK :

- l'image est tout bonnement magnifique et ultra contrastée avec des couleurs éclatantes. Ce film a bénéficié d'une réelle remasterisation HD. Le niveau de détails est exceptionnel. C'est réellement impressionnant!!!

- le son lui possède un classique mais très efficace dolby 5.1 en VF et la VO est juste un cran au dessus (DOLBY TRUE HD, What else?!): du rentre dans le lard!!

- les bonus, c'est le point faible : juste une bande annonce (VO). Maigre vraiment maigre!!

Ce blu ray atomise donc le DVD sans problème.

Bref LOS ANGELES 2013 (Escape from L.a. [Blu-ray] [Import anglais]) est un film de SF atypique, violent et anti-conformiste qui change des productions actuels totalement aseptisé et épuré de tous messages subversifs. A cette époque il existait encore une forme de rebellion contre l'ordre établie même dans les gros blockbusters. Ce qui devient très rare. Surtout de nos jours!!

Si vous voyez ce que je veux dire!!

Un achat incontournable pour tous les fans de SF et pour ceux qui croient encore en un possible avenir alternatif !!

A vous de voir.

Spécificités techniques :
Blu-ray "Toutes Zones" - IMPORT UK - Editeur : PARAMOUNT - durée : 101mn
Image : 2.35 Cinemascope - 16/9 / HD 1080P
Son : Anglais Dolby True HD 5.1 / Français (vraie VF d'époque) Dolby Digital 5.1 / Espagnol 5.1.
Sous-titres : Anglais, Anglais pour malentendants, Français, Portuguais et Espagnol.
Menu : Anglais
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Snake revient! À la fois remake et autre vision de l'apocalypse tant humaine que matérielle, Carpenter s'en donne à coeur joie. Scénario foutraque, mise en scène rythmée et personnages décalés sont à la fête. On va néanmoins bcp plus loin dans la critique sociale et politique. Ici tout le monde est pourri! Que ce soit le président ou le rebelle ressemblant au Ché, tout le monde cherche le pouvoir. Carpenter en profite au passage pour vitrioler la société Americaine. Tout y passe et meme la chirurgie esthétique. Complètement ironique, Carpenter ira meme jusqu'à rendre hommage à son film '' Christine''. On est sans doute devant le film le plus politique et nihiliste de son auteur. A savoir que les effets spéciaux ratés ( la société ayant fait faillite durant le tournage) apportent curieusement un aspect BD des plus bienvenus. Jonchés de moments énormes comme une scène de surf et une attaque au deltaplane, ça reste certes une oeuvre à part chez Carpenter ( remake ou suite?) , mais qui au final et avec le temps se révèle être majeure par le message véhiculé. Souvent contesté '' Escape from L.A '' reste obligatoire. A noter une Pam Grier toujours aussi géniale et un final des plus réussi. Bluray multizone avec VF et VOST à l'image restaurée et remasterisée du plus bel effet. Seule ombre au tableau, une simple bande annonce ( aussi barrée que le film) en bonus.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 28 février 2015
"Los Angeles 2013", sorti en 1996 et réalisé par John Carpenter (Le réalisateur de "Fog", "Halloween", "Assaut", "L'antre de la folie", "Vampires" et "Ghosts of Mars" entre autres...), est la suite du film culte "New-York 1997" du même réalisateur, sorti quinze ans auparavant. Un deuxième opus dynamique et spectaculaire qui n'a malheureusement pas rencontré le succès escompté lors de sa sortie au cinéma. Pourtant, il s'agit d'un excellent film d'action, certes un peu moins réussi que son prédécesseur, mais qui comporte beaucoup de qualités. On retrouve avec un grand plaisir le personnage de Snake Plissken qui est encore une fois appelé par le gouvernement pour sauver le monde. L'avion de la fille du président des États-Unis s'est écrasé sur un Los Angeles ravagé qui est devenu une énorme prison où sont enfermés les pires criminels du pays. Plissken a dix heures pour retrouver la fille et la mallette au contenu précieux qu'elle possède sur elle, sinon le poison présent dans ses veines le tuera. L'histoire ne brille certes pas par son originalité vu qu'elle ressemble beaucoup à celle du premier opus, mais malgré tout, elle demeure très intéressante à suivre et ne manque pas de suspense ni d'humour. Le film possède des décors d'un Los Angeles apocalyptique superbes et des musiques très sympathiques ainsi qu'un rythme soutenu, on ne s'ennuie jamais. Les scènes d'action sont nerveuses et efficaces et les effets spéciaux sont très spectaculaires, même si ils ont pris un petit coup de vieux aujourd'hui. Le casting est parfait, en particulier le charismatique Kurt Russell qui interprète une nouvelle fois à merveille le rôle de Snake Plissken, un personnage toujours aussi rebelle et classe. C'est clairement lui l'atout majeur du film. Le reste du casting n'est pas mal non plus, on notera également la présence de Steve Buscemi, Pam Grier, et de Peter Fonda. Bref, même si il n'atteint pas le niveau de son grand frère, "Los Angeles 2013" est une suite réussie qui mérite vraiment le coup d'oeil! Un film d'action efficace, spectaculaire et haletant qui ne vous laissera pas le temps de souffler. A voir absolument!

Le blu-ray offre une superbe qualité d'image, digne du support HD. Les couleurs sont belles et l'image est très propre et nette. Rien à dire, c'est bien mieux que le DVD et vraiment pas mal pour un film de 19 ans. Au niveau du son, bien que le blu-ray soit un import anglais et que la jaquette et le menu soient en anglais, il y a une piste son en français présente sur le disque et il s'agit bien de la VF d'origine. Elle est proposée en 5.1 DD, comme sur le DVD. Si ce son est de bonne qualité, on aurait quand même préféré avoir le 5.1 Dolby TrueHD de la VO.

En bref, si vous avez aimé "New-York 1997", alors "Los Angeles 2013", qui se veux être une digne suite de son successeur sans non plus lui arriver à la cheville, devrait également vous palire. Ce film ne méritait pas un tel échec, il est vraiment très sympathique et rien que pour revoir le personnage de Snake Plissken, magistralement bien interprété par Kurt Russell, il ne faut le louper sous aucun prétexte! Le film contient tout ce qu'il faut pour passer un agréable moment devant la télévision : Une histoire certes calquée sur celle du précédent volet mais qui demeure très intéressante à suivre et qui ne manque pas de suspense, des décors superbes, un rythme soutenu, des scènes d'action nerveuses et bien menées, des effets spéciaux spectaculaires pour l'époque, un casting impeccable, de l'humour et de l'émotion. Un très bon divertissement qui comblera les amateurs du genre. Le blu-ray est de bonne qualité. Un achat sûr.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
(Attention: je note l'oeuvre et NON PAS LE SUPPORT Blu-ray, d'autres l'ont fait avant moi,et en mieux!!)
WOW!! La grosse Claque!! Voici l'archétype parfait du contre-chevalier-servant dans toute sa splendeur. Kurt Russel est imposant dans ce rôle de Snake Plissken: présent dans quasiment chaque plan du film de Carpenter, il impressionne autant qu'il fascine. Une vraie figure emblématique de l'oeuvre de Big John; Il faut peut-être rappeler que c'est lui qui a donné l'opportunité à Russel de sortir de ses rôles nian-nian de l'écurie Disney, grâce au téléfilm "Elvis" où Kurt crève déjà l'écran, tordant le cou à ses précédentes compositions trop lisses. Le gentil Monsieur-Tout-Le-Monde devient alors le fer de lance d'un cinéma plus adulte et sombre. Virage à 180 degré et le voilà pilote de planeur dans "N.Y 1997", d'hélicoptère dans "The Thing", de camion dans "Les aventures de Jack Burton"... La légende est en marche et tel un Tim Burton avec son Johnny Depp, le duo Russel/Carpenter nous servent sur un plateau plusieurs des films les plus novateurs des 80-90s. MERCI à vous 2, messieurs les Anti-héros !!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 7 janvier 2012
tout semblait en place pour un "truc pas bon" : un remake non masqué de NY 1997, des effets spéciaux limites, et puis en fin de compte, Carpenter glisse sur les clichés avec la légèreté d'un funambule, pour un résultat jouissif et une charge à boulet rouge mais intelligente des dérives civilisationnelles.
La scène de basket est d'anthologie, avec un culot sans limite pour la caricature, qui du coup est sublimée.Et c'est la même chose pour le propos politique, avec sans doute une des plus belles bande de cloportes politiques et militaires vu à l'écran, mais tellement proche de la réalité.L'introduction sur l'avènement du fascisme en amérique dans ce futur proche est à la fois pertinente et du plus haut tragi-comique.Enfin la technologie de l'hologramme joue encore subtilement sur ces faiseurs d'illusion qui essaient toujours de faire prendre des vessies pour des lanternes au bon peuple, comme si les "élus" pouvaient toujours avoir le dernier mot.Mais la fin nous donne aussi un des plus beaux bras d'honneur cinématographique qui puisse être ! Vive Carpenter l'iconoclaste
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 mai 2014
Un des meilleurs Films de John Carpenter Et de Kurt Russel

Vous aimez la Science Fiction? ce Film et pour vous Action et SF réunis dans Un Los Angeles Choatique ya rien de mieux !

VO Et VF Dispo sur le Blu-ray en import UK (Merci Marvelio)
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 17 octobre 2009
John Carpenter, assimilé aux films de série B, SF, fantastique, est aussi considéré comme un véritable « auteur » par les cinéphiles français. Non seulement ce n'est pas incompatible, moi dans son cas, totalement justifié. Carpenter est un auteur complet (réalisateur, scénariste, producteur, compositeur, et parfois acteur) et son cinéma, par les thèmes, et la manière de faire, d'une parfaite cohérence. Tout n'est pas bon, mais même dans ces films un peu ratés, il y a toujours au moins une scène à sauver.

Je découvre ce LOS ANGELES 2013 pour la première fois, avec l'espoir de bien me marrer devant cette série Z foutraque, et je me retrouve happer rapidement par le talent de Carpenter à raconter des histoires. Carpenter va vite. Il pose son décor, son contexte, son héros, ses méchants, et c'est parti pour une heure trente d'action, de suspens, et de règlements de comptes. Car John Carpenter règle ses comptes depuis 30 ans avec l'Amérique bien pensante. A la manière d'un Philip Marlowe, allergique à l'autorité, à la corruption, à la bassesse humaine, le héros Snake Plissken est un cynique, revenu de tout, et prêt à en découdre dans une société sclérosée, réactionnaire, proche du chaos. Bref, un vrai héros, dont les lignes de dialogues sont inversement proportionnées au nombre de fois où il dégaine un flingue.

Carpenter place son récit à Los Angeles, la Mecque du cinéma, et passe à la moulinette toutes les tares hollywoodiennes. Sport, politique, chirurgie esthétique, lâcheté gouvernementale, spectacle (on notera que le traitre fielleux joué par Steve Bescumi se prétend agent de stars !). Carpenter dénonce cette société de l'image et du paraître (point ultime, les hologrammes...) par l'intermédiaire de l'action. Car le film ne manque pas de rebondissements, le héros se sort de toutes les situations, enfourchant tantôt une moto, une voiture, un sous marin, un deltaplane. Le top revenant à cette scène en surf, les vagues déferlant dans les égouts à ciel ouvert de LA, suite à un tsunami (sic !) avec en guise d'expert, un Peter Fonda en vieux baba. Jubilatoire. Les effets spéciaux sont navrants, ce n'en est que plus jouissif ! On notera la sublime Pam Grier toute de panthère vêtue, et on s'amusera aussi de la ressemblance entre le terroriste et Che Guevara, épris de la fille du président, clone de Bush, pantin navrant et psychorigide, à genou sous une table, à prier son Dieu que ses ennemis puissent être anéantis !

Sens du récit, humour, action, John Carpenter poursuit son « oeuvre » de dénonciation, de remise en cause des libertés individuelles, par l'intermédiaire de la série B. Avec ce message que l'on perçoit : je fais des films pas chers, mais je les fais comme je veux, et au moins, ils ont des trucs à dire. Et puis, un type qui vénère RIO BRAVO Rio Bravo , allant jusqu'à prendre le pseudo de John T Chance (le personnage de John Wayne) pour signer ses musiques, ne peut que faire un cinéma hautement recommandable !
1414 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 2 juillet 2006
Carpenter avait anticipé le retour à l'ordre moral propre au président Bush.Le réalisateur de The Fog se fait l'oracle d'une amérique désabusée,en manque de repères

où la rhétorique politico-religieuse a définitivement coulé la libertéd'expression.

Il se projette au travers de son personnage fétiche,"Snake Plissken"héros malgré lui,qui ne croit plus en rien, dans ce faux remake de New- york 1997.

Ironique en diable ,Escape from L.A est empreint d'un second degré bien jouissif qui fait de lui un film à la fois grave et drôle.

Une oeuvre salvatrice .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 20 mars 2013
Bon vieux film de science-fiction un peu cow-boy sur les bords on trouve Snake Plissken envoyé afin de barrer la route au maître des lieux, le révolutionnaire Cuervo Jones - membre du Sentier lumineux - qui menace de neutraliser toutes les sources d'énergie de la planète en prenant le contrôle d'un réseau de satellites militaires émettant des impulsions électromagnétiques.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 mars 2003
Plus grand film politique de John Carpenter (avec They Live)[ce qui a pu suscité l'incompréhension de ceux qui attendaient avant tout un film d'action].
Fausse suite mais vrai remake du précédent Escape ("plus les choses changent plus elles restent les mêmes") basée sur d'infimes variations et une vision plus noire (et définitivement désabusée) de l'évolution d'une société qui a depuis longtemps dépassé les limites du fascisme.
Critique anarchiste - réhaussée par une fin superbe - à l'actualité brulante (en ces temps de retour de l'ordre moral...).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
New York 1997 [Blu-ray]
New York 1997 [Blu-ray] de Kurt Russell (Blu-ray - 2008)
EUR 13,60


Invasion Los Angeles [Blu-ray]
Invasion Los Angeles [Blu-ray] de Roddy Piper (Blu-ray - 2015)
EUR 14,99