undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

35
4,5 sur 5 étoiles
La Chasse [Blu-ray]
Format: Blu-rayModifier
Prix:14,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Jagten, la chasse est un film pour lequel les qualificatifs se doivent d’être pensés. En effet, il traite d’un sujet on ne peut plus délicat, les abus sexuels des mineurs. Lucas est instituteur récemment divorcé et il travaille en ce moment dans une crèche d’une gentille bourgade danoise. Il est pourtant aimé de ses amis, il semble aussi aimer ce qu’il fait mais un jour tout bascule quand un des enfants l’accuse d’attouchements sexuels.

Le verbe basculer est ici euphémisme, j’aurais dû dire que le village lui est tombé dessus. Lucas est victime d’un torrent d’exubérance irrationnelle, une expression qui ici prends tout son sens. En effet, ce qui touche au bien être de la progéniture a la capacité tuer toute capacité à user du logos pour se brancher exclusivement sur le patos.

Jagten est aux antipodes du cinéma popcorn et je pense que c’est un film courageux tant le sujet évoque ce qu’il y a de plus animal en nous. Mais ce qui est sûr, ce film est à voir à méditer et à discuter.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 août 2014
Un film fort pour un sujet difficile , on pourra toujours ergoter sur tel ou tel passage . Personnellement j' ai été un peu estomaqué par le début qui laisse pantois sur la facilité avec laquelle un village arrive à croire la parole de l' enfant et cela parait irréel mais j' ai peur qu' il en soit ainsi dans la réalité . Aussi la fin n' en n 'est que plus crédible . J' ai juste un petit regret que des épisodes de violence physique aient été utilisés alors que la dépression mentale , voire les infortunes pécuniaires , liées à la pression sociale auraient tout aussi été efficace , voire plus et surtout plus dans la tonalité générale du film et du jeu de Mikkelsen , fait de silences et regards suffisamment éloquents. A la différence de certains films qui abordent des sujets de société , ici on évite le pédagogisme et les leçons de morale , la religion des bons sentiments . Ce n' était pas facile à atteindre et , de mon humble point de vue , c ' est très bien en soi et vaut les cinq étoiles .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
23 sur 26 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après un divorce difficile, Lucas, quarante ans, a trouvé une nouvelle petite amie, un nouveau travail et il s'applique à reconstruire sa relation avec Marcus, son fils adolescent. Mais quelque chose tourne mal. Presque rien. Une remarque en passant. Un mensonge fortuit. Et alors que la neige commence à tomber et que les lumières de Noël s'illuminent, le mensonge se répand comme un virus invisible. La stupeur et la méfiance se propagent et la petite communauté plonge dans l'hystérie collective, obligeant Lucas à se battre pour sauver sa vie et sa dignité.
La Chasse" est un film qui vous prend aux tripes et vous scotche à votre siège. Un profond malaise s'insinue en nous et nous rend presque nous, spectateurs, coupables. car comment savoir comment nous réagirions dans la réalité face à une telle situation? Ce film amène une réelle réflexion sur la facilité qu'a l'homme à considérer autrui comme coupable sans pourtant avoir la moindre preuve. Et d'un autre côté, comment ne pas croire les enfants face à une accusation pareille? Le suspense est insoutenable, le jeu des acteurs est incroyable et criant de vérité. Le réalisateur prend son temps pour montrer le désespoir de cet homme et le résultat en est vertigineux.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 février 2013
un film adaptable a notre société, un contexte que l'on retrouve dans la vie de tout les jours, le "ce que pense les autres de vous !!", soit on est dans le moule ou soit on est l'exception a la régle, le "non correct collectif", l'homme a abattre car on a entendue dire que.....Bref, on peut retrouver ce cas de figure dans n'importe qu'elle entreprise moderne. Une grande claque....
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 19 janvier 2014
J'en sors à l'instant... La culpabilité sans preuve, les soupçons infondés, les extrapolations, la manipulation, le mensonge, la déformation de la vérité, l'accusation aveugle, la lapidation psychologique, la destruction et l'exclusion sociale, la haine, la crédulité, l'incrédulité, la vengeance, la violence, la sentence, l'influence, l'injustice etc. Autant de sujets traités dans ce film grandiose. C'est tellement réaliste qu'on en sort complètement bouleversé. Comme pour Festen, Vinterberg n'épargne rien, les pires traits de la nature humaine donnent une odeur à "la chasse", une odeur âcre d'inquisition sociale face à une innocence impuissante et anéantie. Terrifiant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
44 sur 52 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Mon commentaire est long, mais si vous le suivez jusqu'au bout vous ne devriez pas être déçu et pourrez vraiment savoir si vous souhaitez voir/acheter ce film on non.

Après avoir balancé une vraie bombe cinématographique avec Festen en 1998, Thomas Vinterberg revient dans les salles avec un autre sujet très dérangeant, la pédophilie à l’école primaire. Pour pouvoir parler correctement de ce film, je serai obligé d’en dévoiler une partie de l’intrigue – soyez prévenus.

Lucas, divorcé, vit seul et se bagarre avec son ex-femme pour la garde de son fils adolescent. Il a trouvé un petit boulot d’assistant dans une maternelle (grande section), où il surveille les enfants et joue avec eux. Un jour, la directrice de la maternelle reçoit la confidence de la petite Klara, fille du meilleur ami de Lucas, selon laquelle ce dernier aurait eu une « conduite inappropriée ». Très choquée, la directrice met à pied Lucas, convoque les parents pour leur demander si d’autres enfants manifesteraient « les syndromes classiques » d’abus sexuel, et met très vite la police au courant. Tout s’enchaîne alors très vite : Lucas est mis au ban de la ville, regardé avec haine par tous, même sa nouvelle compagne n’est plus sûre à 100% de son innocence. Il sera pourtant mis hors de cause au bout de quelques semaines, mais s’il est innocenté par la justice, le reste de la ville continue à le traiter en dangereux coupable en liberté.

Ce film a plusieurs grandes forces. La première est pour Vinterberg d’être parvenu à traiter un sujet aussi sordide avec beaucoup de délicatesse mais sans minimiser quoi que ce soit. Même la scène d’interrogatoire de la petite fille n’est pas glauque. Ce tour de force est réalisé par un choix de caméra sur des plans moyens et proches, évitant les très gros plans très émotionnels comme les cadres larges trop distanciés. Deuxièmement, le réalisateur, aidé en cela par un scenario parfaitement équilibré et des acteurs hors pair (Mads Mikkelsen en premier lieu ; ceux qui n’ont vu que son rôle du Chiffre dans Casino Royale seront étonnés ; mais ceux qui connaissent la trilogie Pusher retrouveront le même niveau de jeu), parvient à identifier le spectateur avec tous les personnages du film, Lucas, la directrice, les parents, etc. Touts les réactions sont (malheureusement) hyper-réalistes, et il est difficile de ne pas se demander comment nous aurions nous-mêmes réagi dans la peau de l’un ou de l’autre. C’est fait tellement naturellement qu’on ne réalise pas tout de suite le tour de force que cela représente dans un film (contrairement aux manichéismes fréquents du cinéma, l’américain : les gentils contre les méchants, ou le français : les sympas contre les gros cons). Troisièmement, et c’est là le plus intéressant, le scenario parvient à dépasser son seul sujet de départ (la présomption de culpabilité) et l’approfondir dans plusieurs autres directions fort bien examinées : d’une part notre rapport à l’enfance, d’autre part la dignité, mais aussi et surtout le pardon. Et pas n’importe quel pardon.

Sur le rapport à l’enfance, les personnages féminins de la directrice et de la mère de Klara sont très clairs : « les enfants ne mentent pas ». Et quand l’enfant essaie de rectifier son témoignage, de rétablir la vérité, alors la psychologie la plus simpliste intervient : « c’est ton cerveau qui te fait croire que ça n’est pas arrivé ». Le rôle maternel et protecteur de ces femmes tourne à plein régime, et personne ne peut le leur reprocher. Le problème, c’est qu’il idéalise l’enfance, comme notre société a bien trop tendance à le faire. Loin de l’extrême freudien (l’enfant pervers polymorphe) nous sommes proches d’un extrême rousseauiste (l’enfant à l’état de nature, pur et encore exempt des défauts de la société), qui abolit notre discernement. Les comportements catastrophiques vont être le fait des hommes, quand ils se seront soumis bien trop rapidement à l’émotion et au réflexe maternel.

De plus, Lucas paraît à l’ouest pendant une bonne partie du film, de la première accusation jusqu’à la scène du supermarché. Assommé par la fausse révélation, déjà tourmenté par son combat pour son fils, il ne sait comment réagir et se laisse faire comme une victime consentante, ce qui renforce malgré lui son image de coupable. Puis, une fois traîné dans la boue, il réalisera qu’il ne lui reste ni grand-monde (son frère et son fils), ni grand-chose. Seule demeure encore sa dignité, à laquelle il va se raccrocher et qu’il va décider de défendre et d’afficher. C’est cette dignité qui va permettre d’ouvrir la voie du pardon ; il s’agit là du pardon demandé par les autres pour leur conduite. Etant donné la place que prend la messe de la veillée de Noël dans ce film, le rôle pivot que ce moment va jouer chez certains personnages, cela ne peut pas être un choix innocent du scénariste et du réalisateur. A ce moment du film, la justice des hommes a déjà innocenté Lucas. Et pourtant, jamais les déferlements de violence ne sont aussi forts qu’à ce moment, « les gens » l’ayant déjà jugé coupable. La justice des hommes est bien imparfaite ; elle peut se tromper, mais elle peut aussi voir juste contre l’émotion des « gens » mais ces derniers préféreront leur émotion à la vérité. C’est à ce moment-là du film que la beauté du pardon chrétien peut se manifester dans toute sa grandeur, et montrer qu’il dépasse largement la seule et insuffisante justice des hommes. Cette force réside dans le fait que ce pardon n’est pas une excuse : il n’y aura pas de révélation fracassante prouvant de manière éclatante l’innocence de Lucas aux yeux de tous. Non, ce pardon est réellement demandé et accordé par la seule démarche des protagonistes. Et cela se fait dans l’obscurité, dans la discrétion et le silence, sans lumière éblouissante, sans musique émotionnelle, sans larmes mélodramatiques. La simple succession des plans (les personnages filmés en champ-contrechamp, puis ensuite rassemblés dans le même plan) suffit à le montrer au spectateur, bien mieux que tout dialogue. Mais là encore, loin de tout simplisme, la conclusion du film (sans être dramatique, elle nous laisse quand même le souffle coupé) montrera de façon terrifiante que ce pardon est loin d’être facile, et loin d’être la démarche de tous. La silhouette, indiscernable dans le contrejour du soleil couchant d’automne jaune et violent, a quelque chose de démoniaque et d’infernal dans son attitude menaçante.

C’est un film dur, politiquement très incorrect (ne serait-ce que par son côté chrétien), et d’autant moins facile qu’il refuse tout manichéisme, toute facilité, et implique le spectateur en permanence.

C’est aussi pour cela que c’est un grand film.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 25 août 2013
Ceux qui ont aimé "Festen" apprécieront ce film dans lequel on retrouve la même atmosphère étouffante. On sait que quelque chose va éclater, le tout est de savoir quand et comment...

Mads Mikkelsen est vraiment un très bon acteur qui joue juste sans en rajouter.

Dans "Festen" tout les protagonistes occultent (parce que cela les arrange bien) la parole de l'enfant qui a subit de véritables violences sexuelles de la part d'un adulte et dans "La Chasse", c'est la parole de l'adulte que l'on remet en question face aux aveux mensongers d'attouchements!
Les 2 points de vus sont donc explorés et de ce fait, ces 2 films se complètent parfaitement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 décembre 2013
Ce film est une oeuvre à mon goût !
Il mériterait la palme au festival de Cannes !
Emouvant,fabuleux,jeu d'acteurs impressionnant de vérité !
Mads Mikkelsen est à couper le souffle ! Grand acteur ! voir même trés grand acteur ! Il peut tout jouer,le monstre comme la victime ! Il est bluffant,immense ! Le voir dans PUSHER ! suis fan.
La chasse,à voir et à revoir.
Du grand cinéma.
Merci.
De A à Z ce film vous tient en haleine.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 août 2015
Pour commencer, je vais parler de l'acteur danois Mads Mikkelsen, qui est juste
incroyable dans ce film. Je l'ai toujours considéré comme un excellent acteur depuis
que je l'ai découvert dans "casino royale". Mais là, c'est carrément un monstre du cinéma.
Son rôle mérite un oscar, très clairement. Pour l'histoire, elle est, comme je l'ai dit dans mon
titre : terrifiante. Imaginez-vous qu'un jour, un enfant raconte à ses parents que vous avez abusé
de lui sexuellement. Très peu de temps après, tout un village vous tombe dessus en vous insultant,
vous aggressant, et vous empêchant même de faire vos courses dans le supermarché du coin.
Vous perdez évidemment la confiance de la majorité de vos amis et vous vous retrouvez seul, face
à un mensonge qui vous ronge petit à petit, jusqu'à vous détruire le moindre espoir que cela va changer.
Que feriez-vous? je pense qu'on se pose tous la même question en regardant ce film.
Cela vous prend aux tripes et vous tord les boyaux à l'idée de se mettre à la place de ce type à qui personne
ne fait confiance. C'est un film horrible psychologiquement, mais magnifique dans le jeu d'acteurs, la mise en
scène, la réalisation, l'image... tout. Un chef-d'oeuvre du cinéma qui mérite vraiment sa place.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 avril 2013
J'ai adoré Festen, un film extraordinaire, la Chasse ne m'a pas déçue, film inspiré d'un fait réèl, remarquable, le jeu des acteurs est époustouflant, on parle de thriller, je ne trouve pas que ce soit un thriller, c'est la vie d'un homme honnête accusé à tort, joué par un acteur de grand talent, on est pris du début à la fin par cette injustice et cette rumeur qui s'étend dans cette petite ville aux habitants à l'esprit étriqué, Un Enfant ne ment jamais, c'est une légende, un Enfant ment...cette petite fille d'à peine 5 ans est déjà une petite intrigante pour ne pas employer un autre terme.La fin du film se termine sur une note paisible et non, la dernière image est dramatique, il n'en a pas terminé ce pauvre, on essaie encore de l'assassiner, pourquoi???Une anecdote, j'ai pris quelque chose pour dormir, j'étais révoltée par cette injustice, être accusé sans être coupable c'est atroce.A recommander
Il faut savoir qu'en Suède c'est l'enfant qui dirige la famille, on n'a pas le droit de le réprimander, je ne sais pas au Danemark.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Royal affair [Blu-ray]
Royal affair [Blu-ray] de Alicia Vikander (Blu-ray - 2013)
EUR 24,90

The door [Blu-ray]
The door [Blu-ray] de Mads Mikkelsen (Blu-ray - 2011)
EUR 8,00