undrgrnd Cliquez ici Baby nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici ValentinB Soldes Cliquez ici Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Acheter Fire Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles42
4,5 sur 5 étoiles
Format: CDModifier
Prix:21,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Il a mis les petits plats dans les grands, le vieux Steve. Sorti son carnet d'adresse et profité, il aurait tort de s'en priver, d'un statut de légende vivante du rock progressif pour réunir une alléchante liste d'invités. Et tout ça pour quoi ? Pour rendre (encore !) hommage à Genesis, highlight populaire d'une carrière dont la richesse est loin de s'être arrêtée à ce, finalement, court épisode (de décembre 1970 à octobre 1977, pas beaucoup pour un artiste à la carrière maintenant quadri-décennale). Mais soit, voici Genesis Revisited II, suite surboostée du Watcher of the Skies: Genesis Revisited de 1996 (qui avait déjà, en son temps, bénéficié d'un identique luxe d'hospitalité).

Surboosté parce que double, et bénéficiant, en toute logique, des avancées technologiques permettant, en conservant un budget raisonnable (Hackett n'est pas Crésus), d'obtenir une mise en son digne des superproductions d'hier. Et surboosté aussi de part une liste d'invités actualisée à l'aulne des « nouvelles tendances » (tout en restant fidèle à la galaxie Prog, Hackett n'est pas opportuniste) avec, en têtes de gondole, Steven Wilson (Porcupine Tree), Mikael Akerfeldt (Opeth), Roine Solt (Flower Kings), Neal Morse (actuel bondieusard solo, ex-Spock's Beard), and many more dit le sticker (voir ci-dessous pour la liste complète, longue et riche, en effet)... Tout est donc réuni pour que la fête soit totale d'autant que, sans tout à fait révolutionner l'aeuvre originelle, Hackett s'était permis, sur le premier volume, quelques audacieuses et bienvenues libertés.

Un point, cependant, se doit d'être précisé, qu'on aime Steve ou pas, il a un peu menti sur la marchandise quatre des 21 sélections ici présentes étant en fait du Hackett Revisited. Certes, ces compositions (en particulier le final Shadow the Hierophant) ont un substrat fondamentalement génésien (et furent d'ailleurs, pour certaines, composées par Steve pour Genesis et « démocratiquement » refusées), ça n'en est toutefois pas. Je pinaille et il est vrai que c'est son disque après tout et qu'il y fait bien ce qui lui chante (il a bien raison d'ailleurs), mais voilà, il est bon d'être tout à fait précis et de mentionner que, même en "oubliant" ces quatres rajouts, il reste deux bonnes heures de Genesis revisité à déguster (dose plus que substantielle).

Evidemment, précis et précieux orfèvre, légataire de sa propre oeuvre et de celle de ses anciens collègues (dont on se doute que - rien que Gabriel - pointilleux comme pas deux, ils jugeront l'exercice sans complaisance aucune), Hackett enfile un costume aux poches lourdement lestées par la responsabilité de toucher, soi-même, ce qu'on a déjà si bien réussi, avant... Et, surtout quand il s'agit de Genesis, groupe laissant fort peu de place au hasard dans ses compositions originelles et leurs arrangements extrêmements poussés et millimétrés. La gageure est réelle et la marge minimale.

Et donc ? Bien sûr Hackett sait faire et s'éloigne ponctuellement du canevas et des sons connus de tous ceux qui se sont, de près ou de loin, intéressés à la Genèse mais, force est de constater que l'ensemble de ce copieux double CD tient essentiellement de la copie carbone avec, comme seuls éléments réellement déterminants, des vocalistes évidemment choisi avec soin par le boss et interprètent par conséquent les mélodies et les textes de Gabriel (et de Collins) avec tout l'application d'un concertiste jouant du Mozart, du Vivaldi, du Bach. Et puis, bien sûr, pour caser quelques amis guitaristes et lui-même se faire plaisir, Hackett a mis plus de guitares (traitées en stars par le mixage) mais rien qui ne soit envahissant ou hors de propos (Steve a du goût, d'ailleurs il a eu le goût de quitter Genesis avant la dérive FM). Alors, évidemment, tout ceci n'apporte rien de plus que le plaisir de réentendre, ajustées à minima, quelques vieilles scies encore particulièrement aiguisées. Vous en conviendrez, c'est déjà beaucoup.

En contournant soigneusement les compositions déjà couvertes par le volume 1, Hackett avait encore un sacré paquet de merveilles à "recycler" et ne s'en est absolument pas privé nous offrant, in fine, une bien belle collection qui transportera d'aise les amateurs de rock progressif symphonique, mélodieux et brillamment maîtrisé par des musiciens et vocalistes qui s'y entendent... Du Genesis, quoi !

Personnel:
- Steve Hackett, Amanda Lehman, Francis Dunnery, Jakko Jakszyk, Steven Wilson: guitare, chant
- John Wetton: basse, guitare, chant
- Neal Morse, Simon Collins: claviers, chant
- Mikael Akerfeldt, Nad Sylvan, Nik Kershaw, Conrad Keely: chant
- Roine Stolt, Steve Rothery: guitare
- Roger King, Dave Kerzner, Nick Magnus: claviers
- Nick Beggs, Lee Pomeroy: basse, Chapman stick
- Phil Mulford: basse
- Dick Driver: contrebasse
- Gary O'Toole: batterie, percussions, chant
- Jeremy Stacey: batterie
- John Hackett: flute
- Rob Townsend: sax, flute
- Christine Townsend: violon, viola
- Rachel Ford: violoncelle
- Jo Lehmann: choeurs
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 janvier 2013
C'est avec un peu d'appréhension que j'ai commencé à écouter ce double CD, craignant une fade reprise de morceaux-phares de Genesis. Mais dès les premières notes de la guitare introduisant "the chamber of 32 doors" j'ai tout de suite compris que cet album allait rendre un superbe hommage à cette musique si puissante et imaginative. On oublie vite les versions originales avec leur chanteur (Gabriel ou Collins) car les voix sont différentes, chaudes, très bien choisies, redonnant vie à ces chansons. La production est superbe, les arrangements respectueux, les parties claviers sont justes, ne noyant pas le tout sous des nappes envahissantes. Et, bien sûr, les parties guitare de Steve Hackett dont le jeu est toujours aussi aérien, inventif et mélodique. Le choix des morceaux est judicieux même si "the firth of the fifth" manque. N'hésitez pas, procure-vous cet album. Les occasions d'entendre la musique de Genesis jouée de cette façon sont rares. Et qui sait, si cet album rencontre un fin succès, peut-être donnera-t-il des idées à certains !! (Tony, on t'adore, fais quelque chose !)
0Commentaire8 sur 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 septembre 2014
Pas à dire ,mais Hackett sait y faire ..Fans de Genesis de la première heure ce double CD est du pur bonheur ...
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
VINE VOICEle 26 octobre 2012
Je l'attendais avec impatience ce Revisited II et franchement je n'ai pas été déçu.
D'abord par le choix du répertoire de Genesis qu'a sélectionné Steve Hackett, pas de fausses notes, des titres que j'adore et qui couvre la période où Steve était présent au sein du groupe. Que du bon, Musical Box, Can Utility and the Coastliners, Etrangled, Ripples, Eleventh Earl of Mar, The Lamia ... Et puis les invités que du beau monde : Steven Wilson, Neal Morse, Roine Stolt, Nad Sylvan ...
A la première écoute, je reconnais que j'ai été surpris, je m'attendais à ce que les morceaux soient plus adaptés que les originaux un peu comme sur le premier Revisited. Mais à la 2ème écoute, j'ai compris tout le travail de production de Steve Hackett, chaque titre est retravaillé pour mettre en avant la guitare évidemment mais le son est là bien présent bien net, une superbe production. Le génial the return of giant hogweed avec en duo Stolt des Flowerking et Steve Hackett prend à des moments des aspects de métal ...
Même les titres de Steve Hackett qui sont repris sont superbement réinterprétés ... notamment A Tower Struck Down avec le motif d'introduction repris aux violoncelles prend un autre dimension.
Donc de la très bonne musique ... dans cette ambiance morose ... un rayon de soleil ! La tournée devrait être également à ne pas manquer ... je rêve déjà du DVD live et de l'album qui ira avec ... je vais de ce pas écrire à Steve pour lui en glisser un mot !!!
11 commentaire12 sur 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 octobre 2012
Les avis sont déjà partagés sur ce second projet de réécriture des morceaux du Genesis de la grande époque. Pour ma part, ma préférence va sans hésitation à ce second volume, que je trouve plus ambitieux, plus abouti (mais on s'en fiche, les deux sont indispensables).
Comme il l'écrit dans le livret, Steve Hackett , comme nous, continue d'aimer toutes ces chansons. Il a quitté Genesis (bien lui en a pris) mais pas de divorce douloureux, plutôt une séparation à l'amiable. Il nous livre donc ces nouvelles versions, proches des précédentes à la première écoute : on retrouve parfois exactement la même rythmique (les batteurs connaissent leur Phil Collins par coeur), les mêmes parties de claviers, etc. Je suis certain que plusieurs écoutes attentives permettront de découvrir toutes les subtilités...
Quelle bonne idée, en tous cas, d'avoir fait appel à autant de chanteurs différents ! Pour que ce soit parfait, j'aurais adoré que Peter Gabriel vienne en chanter une...pourquoi pas "the lamia", à la place de Nik Kershaw ?
Le packaging lui-même est magnifique, avec de très belles photos intérieures venant illustrer une dizaines de chansons. Conseil d'ami, achetez ce bel objet, ne le téléchargez pas en vilain mp3.
Je pense que Steve Hackett va nous convier au Trianon le 14 avril à un véritable voyage dans le temps qu'il serait dommage de rater !
0Commentaire17 sur 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2015
Steve Hackett continue son travail de modernisation des oeuvres de Genesis, le vrai grand Genesis, celui qui a su apporter ses lettres de noblesse au Rock Progressif. A recomamnder aux amateurs du genre.
Livraison et produit OK.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2014
On est peut-être aveuglé ! La couverture est symbolique mais pas belle. Heureusement, le contenu est magnifique. ça change du commerciale facile de Genesis vieillissant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2012
On aurait pu attendre plus d'ambition pour un genesis revisité par l'un de ses membres de l'époque la plus expérimentales. D'autant que SH a quitté Genesis notamment du fait de sa frustration de manquer d'influence par rapport à Tony Banks. Pourtant, c'est Tony BANKS qui semble l'emporter après tant d'années. les claviers sont plus présents et plus forts que la guitarre (encore).
Globalemnet, on est à la note près sur les mêmes partitions. Les rares varaiations sont souvent au désaventage de la nouvelle version (solos de guitare manquant d'inspiration, très simplifiés), comme si finalement, si longtemps après, la question était : qu'aurait on pu faire de mieux, comment faire différent ?
De plus, certains chanteurs semblent avoir manqué l'essentiel : le caractère très ryhtmique du phrasé nécessaire pour faire ressortir les textes. On a parfois une impression chorale assez désagréable. les éructations gabrielliennes transformées en passages chantés manquent de force.
Certains chanteurs font par contre de magnifiques interprétations.
Tout n'est pas a jeter. L'enregistrement bénéficie d'une magnifique qualité (dommage qu'on ne puisse avoir la même sur les masters d'origine). L'ensemble s'écoute agréablement.
Mais le manque d'ambition flagrant dans la (re?)lecture rend cet album dispensable selon moi.
Ceux qui chérissent la réécriture de carpet crawlers sur le best-of genesis pourront donc passer leur chemin sans regret.
0Commentaire1 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
50 PREMIERS REVISEURSle 4 novembre 2012
Le père Hackett n'aurait-il pas eu envie - avant tout - de se faire un peu de cash facile avec ce deuxième "Revisited"? Une question que l'on était en droit de se poser et dont finalement la réponse importe peu. Le travail de reconstitution - extrêmement minutieux - est admirable. Plus admirable encore: les morceaux sont interprétés avec conviction. Bref, même si le but poursuivi par ce projet poussait à s'interroger, finalement, on en a pour son argent.
Au fait, qu'a-t-on vraiment?
Quatre remakes honorables de morceaux du guitariste lui-même, dont deux extraits de son cultissime "Voyage of the Acolyte". Pour le reste, nous avons droit à 17 reprises du GRAND Genesis des années 70, dans des arrangements souvent très proches des originaux, avec des parties de guitares mixées légèrement plus fort (normal). Le travail de (re)production est remarquable, avec un son irréprochable et des mixes très clairs qui révèlent souvent les facettes les plus subtiles des compositions. Le tout additionné de modifications intelligentes, avec une nouvelle intro sympa par ci (ex : « Blood on the Rooftops ») ou une envolée de cordes somptueuse par là (« Can Utility »). J'ai parfois eu l'impression d'entendre pour la première fois certains passages. J'en ai eu des frissons dans le dos, et rien que pour ça j'applaudis le travail. Des deux mains, voire des deux pieds aussi.
Les reprises sont jouées par un casting de haut vol (Neal Morse, Nick Beggs, John Hackett, etc.) et interprétées par différents chanteurs plus ou moins illustres, et là, soyons honnête, parfois ça marche, parfois moins.
Ainsi, pour un sublime "Can Utility & The Coastliners" chanté passionnément par Steven Wilson (comment pourrait-il en être autrement?), nous avons de temps en temps droit à des voix qui peuvent laisser plus dubitatif. Personnellement, malgré tout le respect que je lui porte, je trouve qu'Ackerfeldt (Opeth) est assez moyen dans "Supper's Ready", et même l'immense John Wetton nous livre un "Afterglow" bien sage. Mais, tout cela n'est peut-être qu'un sentiment personnel. Contrairement à beaucoup de critiques, j'apprécie pour ma part la "Lamia" sensible de Nik Kershaw et je trouve même du charme à la version de "Ripples" donnée par Amanda Lehmann dans un style un peu "variété internationale". Je suis plus dérangé, en revanche, par Nad Sylvan qui s'ingénie un peu trop à imiter Gabriel.
Bon, voilà, j'ai déversé mon fiel, il est temps de conclure.
Naïf comme je suis, je veux croire que Hackett a compris l'importance de l'oeuvre accomplie par Genesis dans les années 70. Il aurait certainement aimé reconstituer la formation des origines, mais entre un Collins qui méprise ouvertement la période Gabriel et ledit Gabriel qui pense être beaucoup plus génial tout seul, il est probable que les fans devront à jamais se contenter de leurs vieux disques.
Maintenant, ils pourront aussi se tourner vers ce "Revisited II", bien plus abouti que le premier, qui exprime peut être la frustration d'un guitariste, mais qui constitue aussi un hommage magnifique à un groupe qui a su faire rêver une génération de rêveurs romantiques.
Je ne donne que quatre étoiles parce que je ne peux pas en donner six à Foxtrot ou Selling England.
Mais franchement, Hackett - que ce soit en solo ou au travers de divers projets (Squackett!) - est aujourd'hui le "génésien" le plus intègre et le plus productif.
Merci à lui de ne pas encore avoir pris sa retraite.
0Commentaire6 sur 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 2 janvier 2013
Hackett revisite pour la 2éme fois l’œuvre de Genesis avec un talent éprouvé.
C'est juste, beau, bien joué, produit avec talent par Roger king son clavier.
Nick Kershaw est étonnant et transcende the lamia (il chantait sur un album de Tony Banks), un extrait de the lamb.
Simon Collins le fils de Phil ( ah oui c'est proche de Phil) chante sur Supper's ready, Nad Sylvan (Agents of mercy, Unifaun) est bien sûr de la partie et fera la tournée de 2013.
John wetton, Roine stolt, Neal Morse, nick Magnus, Steve Rothery et tant d'autres sont les invités de cet ode à la musique de ce groupe génial et baroque.
Bref c'est un double album fantastique avec le seul qui n'ait jamais abandonné cette musique innovante, Steve, alors que les autres, Gabriel en tête n'ont eu, hélas, que mépris pour leur plus beau et ancien répertoire d'avant la pop pour Genesis et les grands spectacles funky pour Peter Gabriel.
Le digipack est classieux, avec les textes, des photos, cela donne envie d'acheter des disques.
Pour plus de doc il existe un magazine des musiques progressives, Big Bang, qui a fait sa couv de décembre avec Hackett, interviews, analyse etc par des passionnés

Disco studio:

1975 : Voyage of the Acolyte
1978 : Please Don't Touch
1979 : Spectral Mornings
1980 : Defector
1981 : Cured
1982 : Highly Strung
1983 : Bay of Kings
1984 : Till We Have Faces
1988 : Momentum
1991 : Time Lapse
1992 : Unauthorised Biography
1993 : Guitar Noir
1995 : There Are Many Sides to the Night
1995 : Blues with a Feeling
1996 : Watcher of the Skies - Genesis Revisited
1996 : Steve Hackett & Friends / Live in Japan (DVD)
1997 : A Midsummer Night's Dream
1997 : There Are Many Sides To The Night (avec Julian Colbeck)
1999 : Darktown
2000 : Sketches of Satie (avec John Hackett)
2000 : Feedback 86
2003 : To Watch The Storms
2005 : Metamorpheus
2006 : Wild Orchids
2007 : Tribute
2009 : Out Of The Tunnel's Mouth
2011 : Beyond The Shrouded Horizon
2012 : Genesis Revisited II

Disco live:

1991 : Time Lapse
1995 : There Are Many Sides to the Night
1996 : The Tokyo Tapes
2001 : Live Archive 70, 80, 90's
2001 : Live Archive 70s Newcastle
2002 : Somewhere in South America...
2002 : Hungarian Horizons
2003 : Live Archive Nearfest
2004 : Live Archive 03
2004 : Live Archive 04
2005 : Live Archive 05
2006 : Live Archive 83
2010 : Live Rails

Avec Genesis:

1971 : Nursery Cryme
1972 : Foxtrot
1973 : Genesis Live
1973 : Selling England by the Pound
1974 : The Lamb Lies Down on Broadway
1976 : A Trick of the Tail
1977 : Wind & Wuthering
1977 : Spot the Pigeon (maxi 3 titres qui ne figuraient pas sur un 33t)
1977 : Seconds Out (live)
1982 : Three Sides Live

Avec GTR(avec Steve Howe de Yes)
1986 : GTR
1997 : King Biscuit Flower Hour
2003 : Greatest Hits Live

Avec Julian Colbeck, Mary Hopkin et Jonathan Cohen
1991 : Back To Bach

Avec Squackett formé avec Chris Squire de Yes.
2012 : A life within a day
0Commentaire8 sur 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus