undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles44
4,5 sur 5 étoiles
Format: Blu-ray|Modifier
Prix:17,89 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 30 avril 2010
Alexandre le bienheureux film français en couleur d'une durée de 1h45 avec Philippe Noiret, Marlène Jobert, Jean Carmet, Françoise Brion, Paul Le Person...

La Grande (Françoise Brion) avait trouvé, en Alexandre (Philippe Noiret), le colosse débonnaire qui ferait un bon époux. Travailleur et infatigable, le bon géant abat le travail de plusieurs commis et La Grande le fait trimer du matin au soir pour faire tourner la ferme. Un accident de voiture met fin à son calvaire puisque le destin a voulu que La Grande soit au volant. La cérémonie d'adieu, sitôt passée, Alexandre se précipite chez lui, amasse des victuailles et se couche dans son lit pour ne plus en sortir durant des jours. Il flemmarde avec une volupté jouissive et son rythme de vie consiste à dormir et à manger. Pour les courses il envoie son chien, un fox à poil ras, particulièrement intelligent. L'anse du panier entre les dents et le porte monnaie dans le panier, il trottine jusqu'à l'épicerie et la boulangerie où chaque commerçant suit la liste écrite. Les denrées réglées, le cabot rapplique chez son maitre... Scandale au village où il commence à faire des émules...

Yves Robert, le facétieux réalisateur, nous amuse avec cette histoire de paresse qui pétille de malice, avec le jeu de Philippe Noiret qui nous régale d'un personnage plus vrai que nature.
55 commentaires|11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Il n'y a pas si longtemps, Gaumont a fait douté d'eux. En se mettant soudainement à pousser le dégrainage à 11 comme sur Bande à part, La guerre des boutons, Antoine et Antoinette et quelques autres titres, la qualité visuelle de leurs Blu Ray avait décliné, et il devenait plus délicat de précommander aveuglément leurs sorties en pensant qu'ils étaient surpuissants, et qu'aucune crainte n'était possible.

Cette époque semble révolue.

Après des tests dithyrambiques sur leur vague de 6 films de Maurice Pialat, un upgrade HD du Cerveau plutôt en forme, Gaumont livre avec Alexandre le bienheureux une copie visuellement de 1er ordre et dont on ne pourra que les féliciter.

Evidemment, pour un film de 1968, tout n'est pas parfait, et on pourra remarquer une poignée de plans à la définition en berne, et surtout des changements de palettes chromatiques assez choquants. Mais hormis cela, la profondeur de champ, la précision, la définition de l'ensemble forcent le respect, et le film parait facilement 20 ans plus jeune qu'il ne l'est vraiment.

Ce n'est peut être pas le plus beau Blu Ray de la collection, mais il atteint très facilement le haut du panier. Haut la main.

Côté son, c'est par contre plus habituel des productions françaises de l'époque, avec une partition musicale qui profite bien de l'encodage en 2.0, même si le générique de début sature légèrement. Par contre, les dialogues, comme trop souvent, sont sourds et pas toujours complètement intelligibles. Cependant, et à nouveau, c'est courant et il n'y a pas lieu de s'inquiéter plus que d'habitude sur ce point. L'enregistrement des dialogues sonne d'époque, et il n'y a pas de miracle possible de ce côté là.

Image : 9/10
Son : 7.5/10
Film : 8.5/10

Le fait que le film soit proposé dans une copie aussi belle lui apporte beaucoup. Ca rend le film encore plus zen, encore plus pur, plus naturel.

Car Alexandre, c'est une ode, et plus qu'à la paresse, c'est une ode à la nature, au naturel, au carpe diem puissance 10.

On a Philippe Noiret qui ne joue plus, qui est Alexandre, ce pauvre bougre qui n'en demandait pas tant d'avoir une femme pareille, mais qui aspire simplement à un peu (bon, OK, beaucoup) de tranquillité. Ce n'est pas tant qu'il est simplet, ou fainéant, ou maladroit, non. Il serait visiblement capable de pêcher de quoi nourrir tout un village, notamment. Mais il veut juste profiter du temps, profiter de la vie, du soleil dans les champs de blé.
Autant dire que regarder ça un dimanche soir ne donne pas franchement envie de se lever le lendemain matin.

Une des seules petites choses dommage dans Alexandre le bienheureux, c'est toute cette troupe d'acteurs mise en retrait, tant dans leur utilisation que par le fait que Noiret leur vole constamment la vedette. Carmet et Pierre Richard se débatte tant qu'ils peuvent, Paul Le Person fait avec son personnage têtu jusqu'à la bêtise, mais rien n'y fait.

Et puis, il y a aussi Marlène Jobert, qui illumine la 2e moitié du film, mais se retrouve coincée dans un final expédié comme jamais, sorte de boucle bouclée semblant être écrite juste pour montrer qu'Alexandre n'est pas dupe.

Dommage car on ne voit pas le temps passer, malgré le fait que notre héros ne fait, eh bien, pas grand chose.
0Commentaire|10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 décembre 2004
pour retrouver ou decouvrir un grand acteur (philippe noiret)comme on a peut etre pas l'habitude de le voir dans une comedie pleine de bon sens et qui prend encore plus d'importance a notre epoque de stress
un tres , tres ,tres bon moment de plaisir et de rire
0Commentaire|33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Histoire drôle et originale dans une comédie qui vous emporte et vous fait passer un moment agréable.
A la mort brutale d'une épouse autoritaire ,Alexandre, vivant sous son joug, retrouve la liberté, l'aisance financière qui lui permettent de s'adonner à ce qu'il rêvait depuis toujours,le farniente,la liberté de ne rien faire, et de jouir des plaisirs de la vie:bouffe et repos.
Son attitude sème le trouble dans le village, et donne lieu à des situations et des scènes croustillantes, pleines d'humour.
Une intéressante prestation de Philippe Noiret, avec une pétillante Marlène Jobert et la 2ème apparition cinématographique de Pierre Richard,très remarquée.
Mais il y a aussi la musique de Vladimir Cosma, merveilleuse, inoubliable.
Un film qu l'on n'oublie pas, et un agréable moment de cinéma.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce film est jouissif !
Il s'en dégage une philosophie simple et pourtant de plus en plus rare : profiter de la vie, de la nature et du temps... savoir être inactif, contemplatif, ouvert au monde. On s'interroge sur notre façon de vivre en voyant cette œuvre où les personnages secondaires sont peu à peu comme contaminés par Alexandre.
Ph. Noiret y fait des merveilles, mais on y croise aussi Pierre Richard dans son 1er rôle au ciné, Jean Carmet, Tsillia Chelton et la superbe Marlène Jobert dont le personnage, sur la fin du film, tient un discours terriblement prophétique sur ce qu'allait devenir notre société et nos espaces verts ! Cette édition est de très bonne facture techniquement parlant, et les bonus se dégustent presque avec le même plaisir que le film lui-même.
Un grand merci à l'atypique Yves Robert (un auteur-réalisateur à ne surtout pas oublier : Salut l'artiste, Un Éléphant ça trompe énormément, Nous irons tous au Paradis, La guerre des Boutons, Montparnasse-Pondichéry, La gloire de mon père & Le château de ma Mère, etc).
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2010
Alexandre le bienheureux, incarné par le regretté Philippe Noiret, est, plus qu'une louange de la paresse, une ode à la vie qui seule permet de découvrir la nature dans ce qu'elle offre de plus beau. C'est aussi une satyre de la société qui rejette tous ceux qui n'entre pas dans le moule.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 décembre 2009
Avec Alexandre le bienheureux vous passez un excellent moment de détente et vous oubliez l'agitation qui sévit autour de vous ! L'interprétation de Noiret est remarquable !
Le CD a été livré rapidement en en excellent état - Parfait
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2012
Il y a des films comme ça,qui vous font trouver un je ne sais quoi de pétillant a l'existence,qui gomment la morosité ambiante,qui vous font regarder la vie avec un sourire.
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2015
Alexander, der Lebenskünstler (DDR - Titel: Alexander, der glückselige Träumer) ist eine französische Komödie von Yves Robert, die am 9. Februar 1968 in Frankreich uraufgeführt wurde. Der Film war später auch in beiden deutschen Fernsehsendern (DDR, BRD) zu sehen, bevor er dann 1973 in den deutschen Kino's gezeigt wurde.

In den Hauptrollen (d.h. neben "Hund" ... ein den ganzen Film über namenloser, dafür überaus begabter, kleiner Terrier Mischlingsrüde) sind Philippe Noiret, - der Film machte ihn in Frankreich zum Star, Marlene Jobert und Jean Carmet zu sehen. In Nebenrollen ein damals noch recht unbekannter Pierre Richard, für den es hier sogar sein allererster Filmauftritt war, wobei sein komödiantisches Talent endeckt wurde, - er wurde dadurch auf solche Rollen festgelegt. Den Soundtrack steuerte Vladimir Cosma bei, das Titellied wurde von Isabelle Aubret gesungen.

Zur Handlung: der bärenstarke, aber gutmütige Großbauer Alexandre wird von seiner Frau (die mit ihren Eltern bei ihm lebt) nur wie ein Arbeitspferd gehalten, sogar für das nächtliche Schäferstündchen. Das beginnt schon mit dem aufstehen. Mit Fingerschnippsen, Autohupen - später aber auch mit einem Walkie Talkie - verfolgt und erinnert sie ihn den ganzen Tag über, nicht einzuschlafen oder herum zu trödeln. Auch an Feiertagen kommt er nicht dazu, sich einmal zu entspannen. Seine Freunde sowie die Dorfbewohner ziehen ihn deshalb auch regelmäßig auf.

Als ihm später ein kleiner Welpe (den er sich selbst ausgesucht hat) angeboten wird, traut er sich nicht, seine Frau zu fragen, ob er ihn behalten darf. So vergehen einige Monate, während das Tier immer größer und aufgeweckter wird. Der Besitzer stellt ihm ein Ultimatum, diesen endlich abzuholen, sonst würde er ihn an andere abgeben. Auch hier zögert Alexandre noch.

Der Hund ist aber dermaßen anhänglich, das er gleich beim neuen Herrchen flüchtet und allein mit dem Bus zu ihm zurück kommt. Nun bleibt Alexandre keine Wahl mehr. Nach änfänglichen Streitereien setzt er sich zum ersten mal durch, zertrümmert sogar Möbelstücke und darf ihn am Ende halten. Dann klopft eines Tages, ganz unverhofft, das glückliche Schicksal an seine Tür.

Seine Frau stirbt (gemeinsam mit ihren Eltern) bei einem Autounfall. Er ist nun "frei" ... und muß sich bereits bei der Trauerfeier ein erleichtertes Lächeln stark zurück halten. Von nun an, holt er erst einmal seinen jahrelang versäumten Schlaf nach, Monate lang ... "Hund" geht solange für ihn einkaufen. Das ganze geht sogar soweit, das er schließlich garnicht mehr sein Bett verlassen muß, sondern alle wichtigen Dingen ringsherum an Stricken befestigt hat. Ungefähr zu der Zeit, tritt eine neue Frau in sein Leben.

Die ebenso faule und verschlafene Marie kommt als Aushilfe für einen kleinen Laden im Dorf an. Während es den Nachbarn (sogar mit einer Blaskapelle) nicht gelingt, Alexandre zum aufstehen zu bewegen, schmeichelt sie ihm anfangs und nachdem sein Hund sich in gemeinsamer Absprache mit den Dorfbewohnern "entführen" lassen hat, steht er endlich auf. Allerdings, denkt er garnicht daran, wieder zu arbeiten.

Denn von nun an genießt Alexandre noch mehr das süße nichtstun, er geht angeln, spazieren, spielt Billard, flirtet mit Marie, sie umgarn ihn. Das ganze geht sogar soweit, das einige Nachbarn es ihm gleich tun wollen. Die Sorge macht sich langsam breit, was passiert, wenn diese Zustände weiter gehen ...

... auch Marie bekommt nach und nach mit, wie reich Alexandre eigentlich ist, und macht ihm schließlich ein Heiratsangebot. Auch er scheint dem nicht abgeneigt zu sein. "Hund" denkt sich bis hierhin nur seinen Teil. Durch ein Schlüsselerlebnis (ich sage nur, Fingerschnippsen) bekommt Alexandre allerdings kurz vor dem Traualtar und Ja - Wort gerade noch rechtzeitig die Kurve.

Fin - Ende

Wie gesagt, wunderschöner Film, gute Musik, das Thema ist ebenfalls durchaus interessant, vor allem, nachvollziehbar. Wer (unter den Zuschauern) wollte nicht gerne mal mit dem Hauptdarsteller tauschen.

Daher ist es auch sehr enttäuschend, das es dieser Film bis heute noch nicht geschafft hat, auf DVD und besonders auf deutsch zu erscheinen. Die französische Fassung dagegen ist bereits seit Jahren verfügbar. Vor langer Zeit hatte ich mal das Glück an eine gute Kopie vom Film zu gelangen, dort fiel mir auch auf, das im Kino oder der VHS Version offenbar einiges gekürzt war (neue Szenen, nun im Originalton). Es war aber auf deutsch, also gehe ich mal davon aus, jemand hat die französische DVD und die vorhandene, deutsche Synchrofassung kombiniert. So sollte er auch erscheinen !

Phillipe Noiret hat hier gezeigt, das er zu den ganz großen Schauspielern (Komödianten) zählte. Auch Marlene Jobert und Jean Carmet, - als Buckliger im vorletzten Louis de Funes - Film recht bekannt geworden, machen ihre Sache ganz gut. Ebenso andere, wie Pierre Richard, der zur damaligen Zeit noch komplett unbekannt war.

Die eigentliche Hauptrolle ... (der) "Hund" allerdings spielt sie alle an die Wand. Ich habe keine Ahnung, ob es nur ein dressiertes Tier war, jedenfalls zeigt er oftmals in Mimik und handeln seine überragende Intelligenz. Und das sagt nun jemand, der normalerweise mehr ein Katzenfreund ist. ^^

Hoffen wir auf die DVD - Auflage.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je ne parlerai pas du film, tout le monde le connais. Sinon, n'hésitez pas à vous faire du bien et a prendre un bon bain d'air pur !

Coté technique maintenant. Sur mon plasma Panasonic, c'est magnifique. Profondeur de champ, on mesure les détails. La définition est palpable. Aucuns accident et défauts de pellicule hormis le générique de début, un fondu un peu abimé et des flou d'origine.
Là où c'est discutable, c'est le choix de l'étalonnage blanc cassé / marron comme pour "La folie des grandeurs", mais là, la compression est maitrisé.
Maintenant, sur mon vidéoprojecteur Sony SXRD avec base de 2m... Malheureusement, le dégrainage sur certains plan est flagrant, trop. La définition en devient vacillante. Rien de rédhibitoire à coté de certaines productions plus récentes, mais c'est dommage. Et les fluctuation de l'étalonnage entre certains plans deviennent gênants.

Coté son, on sent la source optique. Cela sature de temps en temps, c'est pas toujours audible et on entend l'utilisation de réducteurs de bruits. On regrette que la chanson du générique très saturé n'ait pas été "remplacé" par une "copie" en meilleur état que l'on trouve sur l'album.

Cela dit, il ne faut pas se méprendre. La technique est très bonne, mais pas excellente. La différence avec le DVD vaut largement le coup. Mais on aurait pu avoir mieux, surtout coté étalonnage.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)