undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici B01CP0MXG6 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles14
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
12
4 étoiles
2
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:9,99 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 septembre 2010
Joe Bonamassa avait placé la barre trés haute en sortant "The ballad of John Henry".
Un an aprés, notre bonhomme nous sort un album de la même trempe.
"Black rock" mérite vraiment cinq étoiles, tout au long de l'écoute de cet opus, il n'y aucun temps mort.
Joe Bonamassa nous propose des reprises de John Hiatt ("I know a place"), Bobby Parker ("Steal your hear away"),chantées avec un grande conviction.
Mais celles de Jeff Beck ("Spanish roots") ou celle de Leonard Cohen ("Bird on a wire") constituent le sommet de cet album, non seulement elles sont fidèles aux versions originales mais Joe Bonamassa les marque de sa propre empreinte.
Notre gaillard nous prouve qu'il a un talent au niveau de l'écriture, écoutez "Quarryman's lament" , "Athens to Athens" avec ses mélodies World et arabisantes. Le blues torride "Wandering earth" et le rock trés costaud "Blue and evil",le guitariste nous délivre des riffs inventifs sur ces morceaux.
Il y a un grand moment aussi avec la participation de BB King sur la fameuse reprise "Night life" de Willie Nelson où les voix des deux compères se mélangent ainsi que leurs guitares respectives, une jam qui restera certainement dans les annales. Une marque de reconnaissance du vieux Bluesmen quand Joe faisait ses premières parties.
Tout celà est conforme à la démarche de Joe Bonamassa qui revendique ses influences et ses sources avec les morceaux traditionnels "Baby you gotta change your mind" de Blind Boy Fuller et "Three times a fool" d'Otis Rush.
Encore une fois, un album où s'exprime une large palette musicale assumée par ce jeune musicien.
Je peux vous confirmer aussi sa prestation fulgurante en première partie de ZZ Top au mois de Juillet dernier. Géant!!!
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dernier album du guitariste américain qui, d'année en année, enrichit son blues de thèmes divers comme ici avec des sonorités exotiques dans « Athens to Athens » et « Quarryman's Lament ». Joe aime reprendre des compositions d'illustres musiciens pour les accommoder à sa sauce comme « I know a place » de John Hiatt « bird on a wire » de Léonard Cohen ou encore « spannish boots » de Jeff Beck, Rod Stewart et Ron Wood. 8 reprises sur 13 titres quand même ! et y'a même BB King qui vient donner un coup de mains au jeunot dans « night life » de Willie Nelson. Bien sur, le tout est ponctué d'envolées guitaristiques de toute beauté et je trouve que Joe Bonamassa chante de mieux en mieux. Un superbe album qui dure 53mn13 pour notre plus grand plaisir !
11 commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 avril 2010
Mes attentes étaient plus qu'élevées sur cet album, puisque le précédent disque de Bonamassa (The Ballad of John Henry) était pour moi l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur disque de l'année 2009. Joe Bonamassa revient en 2010 et c'est tout aussi bien, voire mieux qu'en 2009. En effet, il continue à faire des reprises "risquées", qu'il s'approprie à la perfection ('bird on a wire' de Leonard Cohen, par exemple) et qui se mélangent très bien avec ses compositions. Le petit quelque chose qui rend ce 'Black Rock' encore meilleur, c'est une diversité des sons plus marquée que sur le disque présent. L'album a été enregistré en Grèce et il a recruté des musiciens locaux qui apportent une couleur originale sur certaines chansons (Quarryman's Lament, superbe).

La faculté qu'a Joe Bonamassa d'enrichir chacun de ses albums par rapport au précédent est assez impressionnante, car malgré tout, ça commence à faire pas mal de disques où il nous fait le coup! Vu son âge jeune âge (comparé à ses collègues bluesmen), ça promet pour la suite. Sa collaboration avec Glenn Hughes de Deep Purple et Jason Bonham, dans un groupe qui s'appelle Black Country, est à suivre de très près. Leur album devrait sortir d'ici la fin de l'année.
0Commentaire|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 septembre 2014
Que dire de ce musicien américain ? Ce qui surprend principalement c'est que Joe BONAMASSA nous sort des albums toujours très bons et les derniers sont carrément excellents. Quel touché guitaristique, quel feeling et quelle technique. Ce guitariste dans son domaine se montre très inventif malgré tous les poncifs du genre. Côté vocal, sa voix est magnifique et puissante. Elle arrive à transmettre beaucoup d'émotions et diverses sensations en fonction des morceaux et çà c'est un plus; car tous les bluesmen n'ont pas cette faculté !!!.Un futur GRAND ce Joe Bonamassa;
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2014
Bête de scène évidente, je ne trouvais jusqu'ici que les albums live du Monsieur bons ou excellents. Ces albums studios possédaient toujours quelques bonnes chansons mais pêchaient par un manque de cohérence et quelques trous d'inspirations. Cet album enregistré à Santorin en 2010 corrige cette impression. Excellent album composé de 13 titres ( 5 originaux de Bonamassa et 8 reprises). Il y a aussi une recherche de world fusion avec des sonorités exotiques ( bouzouki, etc). Les versions studios originelles des splendides athens to athens ou quarryman's lament viennent de cet album. Il y a aussi un bon duo avec BB KIng ( dont Joe Bonamassa fit les premières parties à 13 ans). Très belle reprise de Leonard Cohen sur Bird on a wire. Il y a aussi des blues énergiques à la Led Zeppelin. Le meilleur disque studio à ce jour de Bonamassa 7.5/10
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2010
Alors voici le nouveau guitare hero du blues-rock. Celui qui remplit le Royal Albert Hall de Londres et qui invite Clapton en guest. Celui qui enchaine les disques comme un collier de perles (au rythme de un par an). Celui qui a accompagné B.B King dans une tournée à 13 ans. Joe Bonamassa !

Hé bien, pourquoi pas ? C'est vrai qu'il joue très bien le bonhomme et que ça voix chaude emplit bien l'espace. C'est vrai qu'il a tout appris du blues et qu'en plus il y rajoute une petite touche exotique. C'est vrai qu'en plus c'est son meilleur album. Donc il faut écouter, en profiter. C'est vrai qu'en plus je lui mets un cinq étoiles. Et pourtant, est-il vraiment du niveau des maitres en la matière (Clapton, B.B King, Stevie Ray, Muddy, Buddy, Hooker, Hendrix et consorts ? A avoir été un enfant prodigue du blues si vite, ne lui manque t'il pas encore un petit côté roots ? Un petit coté j'ai tout perdu donc maintenant ça va vraiment chauffer ?

Je le pense. Mais ce n'est que mon avis. Et s' il progresse autant d'album en album, alors peut-être y arrivera t'il. En attendant, je vais reprendre une petite gorgée de ce très bel élixir qui accompagne si bien les jours ensoleillés. Ce soir ou demain je me repasserai un classique, histoire de remettre les choses en place.
0Commentaire|12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Après "The ballad of John Henry" (voir ma chronique) encore un opus éblouissant de ce jeune chanteur guitariste de blues.
Un blues (très) rock agrémenté ici de quelques instrumentations exotiques car enregistré en Grèce..... rien de choquant tout est très bien intégré et donne à l'ensemble une couleur vraiment unique et parfois magique (l'excellent Blue and Evil).
Avec comme invité sur un morceau le mythique mais toujours bien vivant (ah son rire!!) BB King, un maître bien sûr insurpassable mais on devine bien chez Bonammassa ce que le King - qui en 3 notes écrit l'histoire du blues- a apporté au jeu du junior : dépouillement, efficacité directe, le spirit of blues simplement.
Un disque toujours plein d'énergie à déguster et écouter en boucle! Je l'ai vu sur scène et je peux vous le dire : ça déménage méchant!!!!
Allez : un disque comme ça par an, je suis preneur!!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 septembre 2010
Après "The ballad of John Henry" (voir ma chronique) encore un opus éblouissant de ce jeune chanteur guitariste de blues.
Un blues (très) rock agrémenté ici de quelques instrumentations exotiques car enregistré en Grèce..... rien de choquant tout est très bien intégré et donne à l'ensemble une couleur vraiment unique et parfois magique (l'excellent Blue and Evil).
Avec comme invité sur un morceau le mythique mais toujours bien vivant (ah son rire!!) BB King, un maître bien sûr insurpassable mais on devine bien chez Bonammassa ce que le King - qui en 3 notes écrit l'histoire du blues- a apporté au jeu du junior : dépouillement, efficacité directe, le spirit of blues simplement.
Un disque toujours plein d'énergie à déguster et écouter en boucle! Je l'ai vu sur scène et je peux vous le dire : ça déménage méchant!!!!
Allez : un disque comme ça par an, je suis preneur!!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juillet 2012
...entre le très bon guitariste, bonne technique et tout et tout, et le guitar héroe de légende qui laisse pantois, sur le c..., comme par exemple SRV, Kenny Wayne Shepherd, Mike Welch, d'autres encore mais des plus anciens! Et ce pas, le brave Joe a encore à le franchir.
N'en déplaise à mes estimés précédents commentateurs, je n'ai pas été emballé par ce CD, bien que bon au demeurant.
Bien sûr, quelques titres sortent du lot ("Bird on a wire", "Athens to Athens"...) mais j'ai trouvé les autres finissant par devenir pesants, arrangés un peu comme un patchwork avec la partie chant trop nettement démarquée de la partie guitare (cf. "Steal your heart away"). Ça coule pas, ça achoppe... quand on n'y retrouve pas des riffs aux sonorités nettement Led Zeppeliniennes comme dans "Blue and Evil", peut-être pour ça que c'est un des meilleurs titres du CD.
Techniquement, il touche sa bille, c'est indéniable, mais il ne m'a pas ému, je n'ai pas vibré, alors qu'il suffisait au grand Jimi de quelques notes pour me mettre en transes..
Bon, comparer Joe aux idoles n'est pas trop sympa, alors comparons-le à lui-même ! Je l'ai vraiment préféré dans "Don"t Explain" par exemple, oui mais là c'est Beth Hart qui chante !
Ah oui, je ne l'avais pas encore dit : je n'aime pas trop sa façon de chanter, sa voix. Il semble chanter avec des cailloux dans la bouche... et c'est important, la voix, dans le blues-rock !
Bref je reste sur une impression mitigée, ni bique ni bouc, avec du bon et du moins bon. J'ai hésité entre 3 et 4 étoiles, j'en ai mis quatre comme j'aurais pu n'en mettre que trois.
A revisiter lors de ses futures productions.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 mai 2010
Joe nous revient avec un cd costaud,rock et parfois "zeppelinien",sa version de spanish boots est superbe et déchire bien!!
un très bon cru pour cette année avec un Joe qui monte ,qui monte...
attention,dernière minute,certains cd "black rock" ont un bonus de 2 morceaux supplémentaires qui sont super ,vous pouvez les écouter sur youtube...
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,99 €
9,99 €