Commentaires en ligne 


2 évaluations
5 étoiles:
 (1)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un livre qui vous attrape par les sentiments
Une part de l’attrait de ce livre repose sur la compréhension graduelle du monde dans lequel se déroule l’histoire ainsi que de la nature des protagonistes. Je vous révélerai donc simplement que nous nous trouvons en Grande-Bretagne, vingt ans après un cataclysme ayant décimé une grande partie de la population...
Publié il y a 6 mois par Kallisthène

versus
1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Je ne vais pas lui faire de cadeaux
J'ai souvent des problèmes avec la narration au présent, avec les narrateurs omniscients et avec le point de vue multiple. Comme ce livre cumule les trois, j'étais mal parti.

Pourtant, je reconnais que le point de départ du livre est plutôt réussi (sans être passionnant). Mais dès le démarrage du road trip, j'ai...
Publié il y a 24 jours par Leather DeBoeuf


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Je ne vais pas lui faire de cadeaux, 24 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Girl With All The Gifts (English Edition) (Format Kindle)
J'ai souvent des problèmes avec la narration au présent, avec les narrateurs omniscients et avec le point de vue multiple. Comme ce livre cumule les trois, j'étais mal parti.

Pourtant, je reconnais que le point de départ du livre est plutôt réussi (sans être passionnant). Mais dès le démarrage du road trip, j'ai trouvé ça lourd, psychologisant, lent et verbeux. Le livre est issu d'une nouvelle, et ça se sent : la trame est étirée comme un chewing gum, il ne se passe pas grand chose au cours des trois cent dernières pages.
De toute façon, j'aime pas les road trip. C'est toujours sentencieux et pénible, l'auteur se sentant systématiquement investi de la mission divine de nous éclairer sur le vrai sens de la vie.
Les quelques plages d'actions sont pourtant agréables à lire, mais j'ai trouvé les longues introspections des différents personnages d'un ennui abyssal.
D'ailleurs, globalement les personnages ne m'ont pas plu du tout, et je n'ai jamais accroché à la relation entre Mélanie et Mademoiselle Justineau, qui semble constituer le coeur du récit. J'ai bien plus de compassion pour les glaçons de mon freezer (condamnés à une mort inéluctable, les pauvres) que je n'ai eu d'empathie pour la petite héroïne, qui ne m'a jamais touché. Mais c'est probablement parce que j'ai trouvé la narration trop impersonnelle et particulièrement crispante. On suit en détail 5 personnages, et tous ont la même "voix", c'est affreux.
J'ai trouvé l'ensemble très artificiel, très daté dans le sens où ça m'a beaucoup fait penser à la SF filmée des années 70, moraliste, déprimante et creuse.
Les cent dernières pages m'ont semblé moins longues que celles qui précédaient, avec un joli final, qui n'est cependant qu'un remake d'un des grands classiques du genre.

Au final, c'est un livre qui ne m'a pas diverti, qui ne m'a pas amusé, que j'ai trouvé vaguement pompeux, lent et plutôt ennuyeux.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un livre qui vous attrape par les sentiments, 24 février 2014
Par 
Kallisthène (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Girl With All The Gifts (English Edition) (Format Kindle)
Une part de l’attrait de ce livre repose sur la compréhension graduelle du monde dans lequel se déroule l’histoire ainsi que de la nature des protagonistes. Je vous révélerai donc simplement que nous nous trouvons en Grande-Bretagne, vingt ans après un cataclysme ayant décimé une grande partie de la population et détruit la civilisation.

Les survivants dont nous faisons la connaissance vivent et survivent manifestement dans un avant-poste militaire. Mais il est difficile de se faire une idée très claire de cet environnement, car le narrateur est à la fois trop jeune, dix ans, et peu informé.

En effet, la jeune Mélanie ne sort de sa cellule individuelle que pour aller à l’école et y retrouver ses camarades. Qu’ont donc fait ces enfants pour être ainsi emprisonnés ? Et que d’extraordinaires précautions employées par les soldats chargés de les amener à l’école. Pourquoi est-il besoin de les attacher sans cesse ?

Mais qu’importe, car Mélanie ne se plaint pas de son sort, d’ailleurs en a-t-elle connu d’autre ? Et puis sa vie n’est pas exempte de moments de joie. En particulier lorsqu’elle va en classe, mais surtout quand elle y retrouve sa professeure préférée, Mlle Justineau.
Mlle Justineau, qui remplit un petit cerveau assoiffé de savoir mais qui peuple aussi l’imaginaire de Mélanie de contes et de mythes.

Bien entendu la routine de ce petit monde ne pouvait pas durer et un jour ce fut au tour de Mélanie de ne plus revenir en classe …

Mélanie sera alors brutalement projetée dans le monde des adultes et fera lentement le chemin, inacceptable pour elle, que le lecteur aura lui fait plus rapidement. Ce livre pose, comme beaucoup d’autres, la question de la fin et des moyens, en le résolvant d’ailleurs de façon fort originale.

Mais la colonne vertébrale du livre, son côté lumineux reste l’amour et la confiance aveugle d’une petite fille en un adulte, qui lui rend autant. Difficile de résister à l’adulation d’un enfant.
Cette relation sera mise à l’épreuve de la traversée d’un pays à la fois vide et terriblement dangereux. Et à cette occasion les seconds rôles un peu caricaturaux du début de l’histoire, comme la scientifique Caroline Cadwell ou le sergent Park, vont prendre de l’épaisseur.

Vous pourriez renâcler à l’usage déloyal fait des enfants en soupçonnant la manipulation émotionnelle, j’ai même lu sur le web que le traducteur sollicité sur ce texte n’avait pu se résoudre à affronter cette émotion.

Vous serez peut-être rassuré de savoir que l’usage des enfants est propre à l’intrigue sous-jacente. De plus, au contraire de la plupart de mes incursions en territoire jeunesse, j’ai trouvé le mélange de naïveté, d’aveuglement, de certitudes et d’amour inconditionnel chez cette jeune fille brillante d’une dizaine d’année plutôt crédible.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit