undrgrnd KDPContest nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

  • Renoir
  • Commentaires client

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles
47
3,9 sur 5 étoiles
Format: DVD|Modifier
Prix:11,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Bravo aux éditions France télévision d'avoir su retranscrire à la perfection l'aspect impressionniste de la douce photographie du film. Pas de piqué atomique ni de définition renversante ici, mais un traitement des couleurs et des contrastes admirable. Total respect de l'aspect argentique donc, pour une magnifique sensation cinéma. Un traitement HD à l'image de ce film humble et profondément attachant.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Renoir » n'est pas à proprement parler un bio-pic du grand peintre. Le film se concentre sur les derniers moments de la vie de Renoir (Michel Bouquet) en Provence (entre 1915 et 1919), sans flash-back, et plus particulièrement sur l'irruption d'Andrée (Christa Theret), une nouvelle modèle qui régénère sa créativité et qui va également avoir une influence notable sur son fils Jean (Vincent Rottiers).

C'est bien la jolie modèle rousse, dont la peau renvoie si bien la lumière, qui est au centre du scénario. La guerre semble très loin, malgré la blessure de Jean qui vient effectuer sa convalescence chez son père. La maladie du peintre, des rhumatismes déformants, est d'ailleurs bien plus visible et présente à l'image que les souffrances de son fils. Andrée par sa fraicheur et son originalité, réveille une dernière fois l'inspiration du peintre et éveille Jean à la passion du cinéma, tout en perturbant la vie ronronnante du domaine des Collettes où le peintre, « le patron », vit entouré de bonnes et de servantes un peu jalouses et de son plus jeune fils Claude.

La photographie du film est splendide. L'univers paisible, contemplatif et silencieux de la Provence du début du XXe siècle est très bien restitué. Par exemple, la scène pendant laquelle les filles de la maison chantent « Nini peau de chien » dans la cuisine est un moment aussi paisible qu'authentique. Les scènes de pose et de peinture sont moins convaincantes, elles le sont en fait plus par les dialogues que par la mise en scène. Le rythme du film est lent, malgré les élans que lui insuffle parfois la musique d'Alexandre Desplat. Les acteurs sont à la hauteur du défi, peut-être Vinent Rottiers plus que les autres. Il manque néanmoins dans l'écriture du scénario l'étincelle qui en aurait fait un grand film, plutôt qu'un simple bon film.

Le DVD contient des bonus vraiment intéressants et bien faits.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juin 2013
Comme les Australiens qui vivent maintenant ici en France de manière permanente, nous avons vraiment apprécié ce film. Le jeu des acteurs est excellent, l'endroit était magnifique, et l'art magnifique. Les sous-titres nous ont grandement contribué à nous aider à améliorer notre compréhension de la langue française.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mai 2013
ce film est une merveille. Vous reconcilie avec Renoir qui a su dissimuler sa souffrance corporelle pendant des années derrière un feu d'artifices de couleurs et de volupté. Le décor est un acteur du film. Il est l'elixir d'amour de la beauté comme l'est son dernier modèle. Quand Renoir dépasse ses douleurs physiques pour se lever et embrasser son fils Jean, le film atteint la note parfaite, l'émotion sans calcul . J'ai pleuré et Michel Bouquet est tellement Renoir que j'avais l'impression d'être un ange entré par effraction dans sa maison.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2014
Tout en ayant lu les critiques, j'ai voulu voir ce film... bien m'en a pris ! C'est un beau film, parfaitement bien filmé, une mise en scène soignée, des couleurs chatoyantes, des personnages attachants qui évoluent dans un superbe décor méditerranéen... On y découvre un Renoir étonnant, obsédé par le temps qui passe, par sa peinture qu'il juge inachevée, un peintre déjà bien célèbre entouré et soigné par "une cour" de femmes joyeuses et dévouées... puis on le voit en père, aimant certes, mais qui s'efforce de ne pas donner la préférence à son amour paternel, au détriment de sa chère peinture...
Un seul mais petit bémol, le rôle d'Andrée : l'actrice physiquement est parfaite, sa beauté est multicolore, rayonnante comme l'œuvre de Renoir, mais son timbre de voix, sa diction sont trop modernes, trop banlieusardes, bien difficile souvent à saisir ; contrairement à Michel Bouquet qui, bien qu'âgé (dans le film et dans la vie), articule remarquablement son texte. La diction n'est elle pas la base de tout comédien ?. Cette jeune artiste reste néanmoins à suivre...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2013
Un film racontant un épisode ou la vie d'un peintre est rarement une réussite ! Le Van Goh de Pialat, Séraphine de Provost, La jeune fille à la perle...
Ici tout est lumière, un vrai Renoir ! mais aussi un vrai film, car il va "peintre" les côtés (peu) connu de la fin de vie du peintre. Le vrai sujet, son fils Jean ? La jeune modèle Catherine (futur madame Jean Renoir ) ?
Après avoir regardé ce DVD, lisez donc le "Renoir" de Mérigeau. Passionnant !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1915.
En ce début de XXe siècle, sur la Côte d'Azur, un vieil homme à la barbe blanche passe ses journées assis sur un fauteuil roulant. Sa femme est morte, ses rhumatismes le font souffrir, son fils Pierre a été démobilisé, son autre fils Jean blessé au front mais vivant.
Un matin, une jeune et jolie femme aux longs cheveux roux se présente au domicile du vieil homme : c'est son premier rendez-vous avec Auguste Renoir...

Ce film retrace les dernières années de la vie du célèbre peintre. Nous le découvrons chez lui, à la campagne, entouré de son plus jeune fils et d'une ribambelle de femmes à son service. Des femmes qui prennent soin de lui, sont attentives au moindre de ses désirs, l'appellent « patron ».
De ses jeunes années, de sa vie d'homme et d'artiste nous ne savons rien. De sa vie d'homme âgé, nous savons qu'il est un homme épuisé, éprouvé par la mort de sa femme, inquiet de savoir deux de ses fils loin de lui. Si ses nuits sont peuplées de cauchemars, sa rencontre avec la jeune Andrée, son dernier modèle, va raviver sa passion pour la peinture, apporter de la couleur dans son cœur et ses toiles.

Ses toiles, il les réalise de plus en plus vite : « Toute ma vie je me suis embarrassé de complications, aujourd'hui je simplifie »...
Les couleurs et la lumière ont pris le premier rôle au détriment des personnages qui passent presque au second plan. Les paysages sont lumineux, inondés de soleil et de lumière. Les couleurs se reflètent sur l'eau, le ciel, les feuilles, les arbres et les herbes folles sont un décor harmonieux. Une palette de teintes et de contrastes dont Renoir imprègne ses toiles excluant le noir dans ses tableaux : « Un tableau doit être une chose aimable et heureuse ».

Ce film est un enchantement pour les yeux, plus visuel qu'autobiographique. Michel Bouquet y est admirable de justesse et de sobriété, "volant" quelque peu la vedette à Vincent Rottiers et à Christa Théret, trois acteurs desservis par un rythme trop lent, parfois mou. Je m'attendais à un « petit chef-d'oeuvre », j'ai découvert un joli film que je conseille malgré ses défauts.
review image
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2016
livraison rapide, produit conforme à la commande.

Le film suit d'assez près la réalité familiale de la famille Renoir, tout en étant émouvant qu'en il met en rapport la fille pauvre qui n'a que son corps de modèle, à la beauté éphémère, pour vivre et le fils de famille, dont le père est riche et célèbre. Le fils aurait pu se contenter de vivre de l'héritage; il fait mieux , il épouse le modèle contre les préjugés de son temps et devient l'un des plus grand cinéaste français.
C'est un peu le" maître et serviteurs de Tolstoï." sans la neige et les moujiks.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Eté 1915, immobilisé à son fauteuil roulant, les mains défigurées par un rhumatisme polyarticulaire inflammatoire, Auguste Renoir (Michel Bouquet, magistral) essaie de continuer à peindre. Sa femme adorée de 20 ans sa cadette est morte, deux de ses trois fils sont au front et malgré sa nature luxuriante du Sud, le domaine des Collettes n'est pas entièrement isolé des échos du carnage en train de ravager l'Europe. Néanmoins, avant de disparaître la maitresse de maison a eu le bon gout de choisir un dernier modèle pour le peintre à bout de souffle. Elle s'appelle Andrée (Christa Theret), veut etre actrice et a les cheveux d'une rousseur et la peau d'une blancheur parfaites. Surtout, elle est parfaitement libre et va redonner gout à la vie au vieux peintre, même au bord de la paralysie et dans les affres de la douleur de l'age. Le retour d'un des fils du front, le lieutenant Jean Renoir (Vincent Rottiers, bon acteur malgré un timbre de voix parfois limite), apporte une bouffée d'oxygène et d'espoir dans la maison, mais vient briser le fragile équilibre de la morne propriété...

Dans un enclos de verdure luxuriante et avec une volupté flottante, Gilles Bourdos parvient à concentrer à la fois tout l'art du père et du fils dans une fresque lente et langoureuse où battent sourdement les canons et les os des camarades tués et enterrés au front. A la lumière rousse de la nudité de Christa Theret, on assiste au coucher d'un soleil avec un Michel Bouquet dont seuls les yeux et les mains semblent encore expressifs. On regrettera tout de même un petit hic : le physique et l’expression orale de C. Théret semblent un peu trop relever des critères actuels esthétiques bien plus que ceux du début du XXe siècle. Le scénario pêche parfois par quelques longueurs, mais c'est globalement une réussite.

Le Renoir de Gilles Bourdos en cache deux : Auguste et Jean Renoir, des géants. En 1915, le peintre est au crépuscule de sa vie alors que le futur réalisateur est au front. Andrée Heuschling est leur trait d'union. Modèle ultime du premier, inspiratrice du second, elle est jeune, belle, sensuelle. Andrée épousera bientôt Jean et, par son ambition - elle rêve de rôles sur grand écran - le poussera à faire du cinéma. Jean dira n'avoir fait du cinéma que pour faire d'Andrée une actrice. Il connaîtra la gloire, elle tombera dans l’oubli.

Le film de Gilles Bourdos capte ce moment clé sans se hâter. Avec une lumière et un grain impressionnistes que le Niçois, faute d'avoir pu tourner sur le domaine des Collettes à Cagnes-sur-Mer, a captés dans le Var. On assiste à une chronique, l'histoire d'une transmission, du rapport entre cette jeune fille et ces hommes. On est dans le registre du plaisir et de la sensualité. Et de leur lumière.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2014
Les couleurs , les paysages , le jeu de M.Bouquet sont tout simplement géniaux ! je regarde souvent ce film qui illumine une journée grise comme aucun autre......on aimerait "rentré" dedans et servir ce peintre magnifique de talent et de courage!!!!!!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,79 €
10,99 €