undrgrnd Cliquez ici Baby ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Soldes Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles17
4,4 sur 5 étoiles
Format: Blu-rayModifier
Prix:12,29 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 21 août 2013
Voilà un film à ne pas manquer et qui vaut beaucoup mieux que ce que à quoi on pouvait s'attendre.
Le Hitchcock de Sacha Gervasi (illustre inconnu qu'on a bien sûr oublié depuis le Terminal de Spielberg) raconte non pas l'histoire ou la vie d'Hitchcock mais celle de son film le plus célèbre : Psychose.
Et c'est bien une leçon de cinéma : après le succès de la Mort aux trousses, mais contre vents et marées (et contre tout Hollywood) le Grand Maître décide de se lancer dans le film d'horreur.
On suit alors toute la genèse de Psychose depuis le financement (Hitchcock paiera de sa poche) jusqu'au montage final (ah, l'importance du montage !), en passant par le comité de censure. C'est passionnant.
Et puis bien sûr, on découvre tous les secrets de la si fameuse scène de la douche.
L'une des toutes dernières scènes du film vaut à elle seule le déplacement : lors de la première de son film Psycho, Hitch traîne son anxiété dans les coulisses du cinéma puis à l'approche de la scène fatidique, tel un marionnettiste, il se met à rythmer en silence les réactions du public qu'il a orchestré depuis le banc de montage. Et alors que toute la salle (celle du film Psycho) frémit de peur dans les mains de Hitch, toute la salle (la nôtre) vibre aux mains d'Anthony Hopkins.
C'est tout simplement magique. La magie du cinéma.
Le reste du film est pimenté de petits clins d’œil comme l'ouverture et la clôture du film, façon série télé, où Hitch y va de son commentaire, quelques apparitions furtives de l'ombre de Hitch, l'absence de toute image de l'original Psycho, ou encore le montage même du film qui dramatise ‘à la Hitchcock’ même les situations domestiques les plus anodines !
Et puis ce film est aussi la très belle histoire d'un très beau couple : Hitch (Anthony Hopkins, imposant et diaboliquement ressemblant) et Alma son épouse et co-directrice (Hélène Mirren, la classe, as usual). Tous deux sont d'une rare présence et donnent réellement vie à leurs personnages jusqu'à éclipser tous les autres qui passent ... comme dans un décor de cinéma. Un très beau rôle pour Anthony Hopkins.
Enfin, il faut noter que ce film est tiré d'une histoire vraie (ah, ah) : l'histoire du tournage de Psycho, film lui-même inspiré d'une histoire vraie, celle d'Edward Théodore Gein, surnommé le boucher de Plainfield, qui inspira également le Silence des agneaux où sévissait ... Anthony Hopkins !
Un dernier conseil avant de voir le film : assurez-vous d'avoir aussi le DVD de Psycho à la maison, car le film de Sacha Gervasi donne une furieuse envie de re-re-re-voir celui de Maître Hitch !
0Commentaire2 sur 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 19 avril 2013
Le postulat de départ était osé : relater le temps d'un long-métrage le tournage de Psychose, chef-d'œuvre d'Alfred Hitchcock et du Cinéma au sens large.

Pourtant, Sacha Gervasi (dont les seuls faits d'armes jusqu'alors n'étaient qu'un documentaire sur Anvil et la rédaction du scénario du Terminal de Spielberg) réussit avec brio son pari. S'appuyant sur le livre de Rebello (« Alfred Hitchcock and The Making of Psychose », 1990) et sur les témoignages des quelques survivants ayant travaillés au côté du réalisateur des Oiseaux, il parvient à donner naissance à un film qui retrace avec finesse la personnalité du Maître et le tournage de Psychose, et qui, chose fort rare dans ce genre de projet, n'est pas dénué de suspens ! Un véritable tour de force, car chacun connait ce classique et le succès qu'il rencontra. La recette de cette belle réussite tient en plusieurs ingrédients, dosés avec intelligence.

Tout d'abord, en la large pincée de biographie (et de psychologie !) de laquelle le long-métrage puise une grande partie de sa saveur. Plutôt que de réaliser un biopic plus ou moins exhaustif sur la vie de Hitch, Gervasi choisit au contraire de ne s'axer que sur l'un des épisodes, déterminant, de cette riche existence : le combat mené pour le tournage de Psychose. A cette époque, le réalisateur britannique vient d'enchainer les succès (Sueurs Froides et La Mort aux Trousses), n'ayant donc plus rien à prouver aux grands studios. Cependant, il n'est toujours considéré par ces derniers que comme un faiseur de divertissements populaires, et non de grands films, fait lui pesant énormément. Souhaitant donc donner un bon coup de pied dans la fourmilière, et retourner aux prises de risque de ses débuts, il se lance dans cette aventure mouvementée.
Mais au delà de l'aspect purement historique, le réalisateur dresse un portrait relativement complet de ce que fut Hitchcock. De sa passion maladive pour les « blondes hitchcockiennes » à son rapport à la nourriture, en passant surtout par une absence de confiance en lui que seule sa femme sut lui apporter, Sacha Gervasi, en ne traitant qu'une période relativement courte de la vie du cinéaste, parvient à en donner, par petits détails, une vision passionnante.

Le deuxième ingrédient de la réussite du projet consiste en la relation que le Maître du Suspens entretint avec sa femme, Alma Reville (interprétée par la formidable Helen Mirren). Peu connue et en perpétuel retrait de son illustre mari, elle fut cependant sa muse et sa plus fidèle collaboratrice, étant pour beaucoup dans les succès cinématographiques de son époux. Le film, loin de la reléguer lui aussi dans l'ombre, la place au contraire sur un pied d'égalité avec Hitchcock, mettant en exergue les sacrifices multiples qu'elle lui consentie. En résulte une peinture touchante et très intéressante (et probablement juste !) de la vie de ce couple, finalement peu connu du grand public.

Le troisième ingrédient réside quant à lui en la pincée de sel que constituent les dialogues, brillants, écrits par McLaughlin et Rebello. Souvent mordants, il ne donne que plus de piment à la relation conjugale des deux « héros », et contribuent à l'efficacité et au rythme de l'ensemble.

En bon marmiton, Gervasi accorde également une grande place à la pièce maîtresse de ce plaisir cinématographique : Psychose ! Et si la plupart des spectateurs connaissent la pierre angulaire de la carrière du réalisateur anglais, le long-métrage parvient néanmoins à nous en révéler les dessous (véridiques), qui sont à ce titre absolument étonnants ! Du financement du film aux combats d'Alfred contre la censure, jusqu'à la distribution du long-métrage...initialement dans une seule salle !, les péripéties pour que Psychose atteigne la place que nous lui connaissons aujourd'hui sont absolument passionnantes.

De plus, l'ingrédient décisif, le plus risqué, s'avère être un succès : en confiant le rôle du réalisateur à Anthony Hopkins, Sacha Gervasi fait le bon choix. Dissimulé derrière ventre factice et prothèses faciales réussies (qui ne cherchent néanmoins pas à camoufler complétement le visage de l'acteur, choix intentionnel), Hopkins livre une prestation toute en finesse, élégance et petits détails, habitant manifestement son personnage. Face à lui, ne déméritant pas, Helen Mirren, qui connue elle aussi personnellement le fait de se trouver dans l'ombre d'un metteur en scène réputé, suite à son mariage avec Taylord Hackford, alors qu'elle n'était encore qu'une relative inconnue. Le reste du casting est au diapason, Scarlett Johansson (Janet Leigh), Jessica Biel (Vera Miles) ou encore James d'Arcy (Anthony Perkins) interprètant avec passion et talent leurs personnages respectifs.

Enfin, la réalisation exemplaire de Gervasi ajoute le dernier ingrédient à ce met fort réussi, dont de nombreux metteurs en scènes devraient prendre de la graine. Filmant d'une manière extrêmement classique (normal, au vu du sujet), il ajoute à cette qualité un sens du suspens pour le moins inhabituel. Bien que connaissant par avance la fin de Hitchcock, il est difficile de ne pas être pris par cette histoire rondement menée, dont l'aspect biographique et historique n'enlève rien à la tension de certaines scènes. Magistral !
A ceci s'ajoute enfin la musique de Danny Elfman, superbe et vibrant hommage à Bernard Herrmann, qui constitue de par le fait un élément du film à part entière.

Sans avoir besoin d'une grande connaissance sur Alfred pour pouvoir apprécier Hitchock (à part pour le clin d'œil final, à la fois à son prochain film et à sa série TV), il peut donc être vu par tous, et constitue à la fois un excellent film et un beau complément à placer aux côtés des classiques du Maître du Suspens. C'est dire !
Il ne reste plus qu'à espérer que les prochains projets de Gervasi seront menés avec autant de passion et de justesse.

Bref, Hitchcock est un achat à recommander sans hésiter !
0Commentaire7 sur 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« Hitchcock » - le film - prend le parti de montrer le maître du suspense dans des circonstances très précises et particulière. Comme celui d'une tragédie classique, le scénario se concentre sur une unité de lieu, d'intrigue et de temps, autour de la réalisation de « Psychose », alors que les producteurs hollywoodiens lâchent le réalisateur anglais, et des relations (rapports de force) entre Hitchcock et son épouse.

C'est cette histoire, très bien construite et scénarisée qui fait toute la force d'un film dont les qualités formelles sont moins manifestes. Les acteurs principaux, Anthony Hopkins en Hitchcock, Helen Mirren dans le rôle de son épouse, Tony Colette de celui de son assistante Scarlet Johansson en Janet Leigh) et Jessica Biel et Vera Miles portent également le film vers le haut.

Sans atteindre des sommets, « Hitchcock » se révèlent être un film intéressant et drôle, bien rythmé et agréable à regarder. Plus qu'un hommage à Hitchcock, il s'agit d'une belle leçon sur les rapports conjugaux (il y a bien une femme derrière chaque grand homme...).
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2013
Tous les cinéphiles avertis connaissent beaucoup de choses sur Hitch, beaucoup de choses ont été écrites sur le Maître.
Donc pour les amoureux du cinéma de Hitch, vous avez l'incarnation vivante du mythe, Hopkins est impressionnant encore dans le genre, toutes les rôles (de Perkins à janet Leigh) sont incroyablement bien trouvés, tant au niveau physique que du personnage.
Comme d'habitude Scarlett est parfaite et toujours aussi belle.
Sinon, hormis les différentes incarnations de mythes (film et réalisateur), le film en lui-même est somme toute assez quelconque, les obsessions du maître sont évoquées, mais pas assez d'un point de vue créatif, et puis l'histoire de jalousie avec sa femme est inutile.
Sinon tous les cinéphiles savaient que le cinéma de Hitch devait beaucoup à sa femme, Alma Reville.
Donc pour les cinéphiles et amoureux du cinéma de Hitch.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 décembre 2014
Superbe qualité d'image et super son. C'est techniquement parfait. Ce film n'est que bonheur et est un vibrant hommage au maître du suspens : Sir Alfred Hitchcock. Anthony Hopkins est excellent à tout point de vue que cela soit au niveau de sa prestation physique que ses mimics. La doublure de Anthony Perkins qui n'apparaît que trop peu est absolument parfaite avec une précision chirurgicale dans ses moindres gestes copiant avec perfection Anthony Perkins. Sinon le scénario est bon et l'on se délecte à travers cette histoire relatant le tournage du plus grand film de suspens de Alfred Hitchcock : Psychose. Ce film est prodigieux.
0Commentaire1 sur 1 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alfred Hitchcock est l’un des plus grands réalisateurs de tous les temps. Il a connu toutes les époques majeures du cinéma : le muet et le parlant, le noir et blanc et la couleur, le cinéma européen et l’américain. Il serait impossible de faire un biopic correct pour cet homme hors-norme. En revanche, utiliser une courte période de sa vie pour représenter l’essentiel de sa personnalité est une bonne idée. Et, heureusement, elle a été bien exécutée.
La période choisie est probablement l’une des plus cruciales : il est déjà au fait de sa renommée suite au succès éclatant de La Mort aux trousses. Comment pourrait-il se surpasser ? Il refuse tous les scripts qu’on lui propose et choisit plutôt d’adapter un livre d’épouvante à peu près inconnu, intitulé Psychose. Et comme aucun studio ne veut le suivre, il décide de dire « m****» au système hollywoodien et de le produire de façon indépendante, en assumant tous les risques. L’avenir lui donnera raison : Psychose est instantanément devenu l’un des chefs-d’œuvre du maître.

Heureusement, ce film ne se cantonne pas à dresser un compte-rendu documentaire des faits. Au contraire, il va chercher à présenter l’univers d’Hitchcock, ses passions, ses forces, ses faiblesses. Et notamment son rapport avec les femmes. A commencer par son épouse (brillamment incarnée par Helen Mirren, toujours aussi impeccable), entièrement dévouée malgré le caractère difficile de son mari, discrète mais extrêmement influente sur la production, tiraillée entre son devoir d’épouse et ses propres aspirations littéraires. Ensuite, il y a le rapport du réalisateur à ses actrices. Il y eut de belles collaborations (Grace Kelly), et d’autres bien plus orageuses (‘Tippi’ Hedren). Ici, ce sont Vera Miles et Janet Leigh, sous les traits des deux très agréables Jessica Biel et Scarlett Johansson, que l’on retrouve toutes deux avec plaisir.

Le ton du film est assez décalé, avec un humour second degré assez proche de celui d’Hitchcock, et c’est peut-être la chose la plus réussie du film. Non que le reste soit raté, mais cet humour si particulier du script est certainement ce qui est le plus biographiquement exact dans ce film. Côté mise en scène, l’image est étalonnée avec des couleurs chaudes et saturées. Les décors et costumes très 60s sont délicieusement surannés, et tout est fait pour présenter la production comme une petite affaire avec une équipe assez restreinte, familiale, presque amateur. De toute évidence, le passé est tout à fait idéalisé, au contraire du personnage principal décrit sans complaisance (mais avec respect, malgré tout). C’est au grand Anthony Hopkins, extrêmement grimé, que revient la lourde charge d’incarner le maître. A dire vrai, il s’en sort pas mal, mais le portrait est finalement assez inégal. Parfois très juste et très humain (notamment dans ses défauts), parfois à la limite de la caricature (quand il exprime de la surprise ou de la colère, notamment), l’interprétation ne convainc qu’à moitié. Dommage.

Hitchcock est donc un petit film sur un grand personnage, sympathique et intéressant à regarder, notamment pour ses acteurs, mais qui ne fera pas date.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce commentaire traitera du film et non du contenu du DVD .

Impressionnant ! A mille lieux du biopic académique et prévisible , Hitchcock est une surprise magnifique .
Alors que ces films se concentrent souvent sur la vie de l'artiste en reléguant la création artistique à l’anecdotique , voici que Sacha Gervasi prend le contrepied de cette démarche . C'est ce making of de Psycho qui révèle les névroses de Hitch . Arrivé à au zénith de sa renommée , celui que les américains n'auront jamais honoré d'un Oscar prend des risques fous dignes d'un jeune réalisateur .

Fasciné par le livre de Robert Bloch , la psychose de Norman Bates tourne à l'obsession . Jeté par les grands studios qui flippent en lisant cette histoire de tueur en série qui poignarde une femme déguisé en vieille dame , Hitchcock va devoir se battre contre ses producteurs , la censure et lui-même !

Car , et c'est la bonne surprise du film , de large pans de sa vie intime sont dévoilés . Alma , son épouse , crève l'écran et le film rend justice à son apport à l'oeuvre du maître . Alma suit son génie de mari dans sa folie : elle accepte de mettre leur maison en hypothèque , répond patiemment à ces angoisses nocturnes et subit stoïquement ses sautes d'humeur . Ce vieux couple est très touchant C'est un vrai plaisir de voir qu'Hitch est conforme au personnage que l'on attend de lui . Exubérant , drôle , génial et ...vicelard !

Le moment où il jubile de la réaction du public face à la scène de la douche le rend terriblement attachant .
Hitchcok est complexé par son physique . Sa vie sexuelle est inexistante . Sa sensibilité de petit garçon abandonné le dispute à son sadisme refoulé . Comment ce grand romantique parvenait t'il à côtoyer les plus belle femme du monde sans en éprouver de violents désirs ? Le film répond à ces questions et y répond bien . Au fur et à mesure , Hitch se rend compte que ce film le met en danger : son couple part à la dérive , la mise en scène est plus ardue qu'il le pensait et la censure lui gâche la vie .

C'est le portrait d'un homme admirable qui mettait ses tripes et sa vie dans ses films . Une photo existe que j'adore. Une des dernières où Hicth au soir de sa vie pose fier et humble avec ses cinquante trois films à ses pieds . Aussi exubérant était il , c'était un réalisateur incapable de tricher avec son public. Encore moins avec lui-même . La colère de Hitch envers les femmes le faisait s'identifier au tueur en série . Il le comprend , il dialogue avec lui , il l'aime . Ce film sera sa soupape de sécurité , l'illustration parfaite de la sublimation freudienne .

Anthonny Hopkins , après Hannibal Lecter , associe de nouveau son nom à un tueur en série . Si la ressemblance physique n'est pas évidente , il adopte incroyablement le langage corporel de l'anglais , sa voix et son élocution .

Un film absolument génial qui donne à rêver : pourquoi ne pas en faire une suite ?? Hitchcock et les Oiseaux ? Et Marnie ? Et Sueurs Froide ?

Un type formidable dont la vie valait bien un bon film . Seule bémol : Aucune allusion n'est faite à la fille d'Alma et d'Alfred .
77 commentaires4 sur 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alfred Hitchcock, réalisateur reconnu et admiré, surnommé « le maître du suspense », est arrivé au sommet de sa carrière. A la recherche d’un nouveau projet risqué et différent, il s’intéresse à l’histoire d’un tueur en série. Mais tous, producteurs, censure, amis, tentent de le décourager. Habituée aux obsessions de son mari et à son goût immodéré pour les actrices blondes, Alma, sa fidèle collaboratrice et épouse, accepte de le soutenir au risque de tout perdre. Ensemble, ils mettent tout en œuvre pour achever le film le plus célèbre et le plus controversé du réalisateur : PSYCHOSE.
Quel bonheur que ce film... Je croyais avoir affaire à une sorte de biopic, nous sommes bien mis en présence d'une comédie dramatique. Hopkins est excellent dans le rôle-titre et Helen Mirren campe a merveille Alma, son épouse inconnu mais qui commandait presque tout, excepte les impulsions du couple également traitées dans le film.
Un bluray presque parfait ou le clin d'oeil au maitre
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2014
Film biographique retraçant une période particulière, celle du tournage du film culte du grand réalisateur, Psychose.
En effet, ce film étant si personnel, et le sujet traité si tabou à l'époque, qu'Alfred Hitchcock a dû hypothéquer ses biens propres pour lever les fonds nécessaires.
Mais ce film prend tout sa dimension du fait qu'il met en exergue la relation tout à fait hors du commun de ce couple. Force est de constater que l'adage " derrière tout homme se cache une femme" n'en est que plus vrai !

Un duo mythique joué par Anthony Hopkins et Helen Mirren, absolument remarquables dans leurs interprétations.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2014
Qualités vidéo et VF dignes d'un BR. Bonus excellents.
Deux gros """reproches""", le film est tellement passionnant (scénario + jeu des acteurs exceptionnel) que j'étais déçu qu'il soit déjà terminé et c'est dommage qu'il ne fasse pas une suite avec cette fois la vie complète d'Alfred Hitchcock en temps que réalisateur.
Ne vous trompez pas. Il ne s'agit nullement d'un film à suspense Hitchcockien, mais il retrace un moment de la vie de Hitchcock pendant la réalisation « Psychose »,
Je vous le recommande vivement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus