Commentaires en ligne


8 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les oeuvres de Pierre Boulez seront-elles jamais « complètes » ? Au fil du temps, le compositeur se plaît à les retravailler..., 12 août 2013
Par 
ambrosia (France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
J'aime écouter la musique de Pierre Boulez », savourait Igor Stravinsky, découvrant Le Marteau sans maître, premier chef-d'oeuvre avéré de son cadet. Aimer ou ne pas aimer, telle n'est pas la question, le problème étant d'abord de pouvoir écouter cette musique à ­loisir, chez soi. L'affaire est désormais réglée. Comme ces écrivains entrés de leur vivant dans la prestigieuse bibliothèque de la Pléiade, Pierre Boulez voit aujourd'hui l'ensemble de sa musique enregistré, et regroupé en un seul coffret, par les soins du label allemand Deutsche Grammophon. Consécration sans risque d'un compositeur contemporain longtemps rebelle, devenu sur le tard un classique assagi des XXe et XXIe siècles ? Au moment où l'industrie discographique traverse la pire crise commerciale de son histoire, où la musique savante actuelle est en perte de repères et de public, l'initiative est à saluer, au contraire, comme un défi relevé avec panache. Et non sans péril.

A commencer par le choix épineux du titre : OEuvres complètes ! Malgré ses 88 ans et de récents accidents de santé, Pierre Boulez n'a pas dit son dernier mot, ni posé sa dernière double-croche -- Henri Dutilleux retouchait son ultime opus, Le Temps l'horloge, le matin de ses 92 ans ! Surtout, les oeuvres de son catalogue vraiment complètes, officiellement closes et refermées sur leur double-barre de mesure finale, sont minoritaires -- les deux premières sonates pour piano, Le Marteau sans maître, Rituel in memoriam Bruno Maderna. Les autres, d'un achèvement tout provisoire, bénéficient tôt ou tard d'une remise sur le métier, avec son lot imprévisible de remodelages, d'amplifications, d'étoilements -- à l'image de Pli selon pli, vaste polyptyque sur des vers de Mallarmé, dont les multiples avatars s'échelonnent de 1957 à 1990.

Insatisfaction de perfectionniste ou autocritique masochiste ? Plutôt un goût de « revenez-y », une ténacité à ne pas fixer définitivement une forme sans en avoir épuisé toutes les métamorphoses, à ne pas abandonner un gisement de timbres sans en avoir exploité toutes les pépites instrumentales. L'estampille « work in progress » -- chantier en cours, oeuvre ouverte -- a rarement aussi bien collé à une oeuvre qu'à celle de Pierre Boulez. Ni de jeunesse, ni du grand âge, sa musique est d'abord adolescente : elle n'a pas terminé sa croissance. Ainsi des douze Notations de 1945, miniatures pour piano de douze mesures chacune, d'obédience dodécaphonique, aux Notations pour orchestre, cinq sur les douze d'origine reconsidérées en 1980, développées et instrumentées pour grand effectif. Sans oublier l'univers en expansion de la galaxie Répons : dix-sept minutes à la première création, en 1981 ; trente-cinq à la deuxième, l'année suivante ; quarante-cinq à la troisième (et dernière ?), en 1984. Cette proli­fération moléculaire, Répons la doit aussi aux performances des outils informatiques de l'Ircam -- l'Institut de recherche et coordination acoustique/musique, créé en marge du Centre Georges-Pompidou, en 1974. Transformations en temps réel des motifs joués par les solistes à la périphérie de l'orchestre, renvoi du son dans l'espace, relayé et modulé en permanence par des haut-parleurs satellites, Répons met son auditeur sous cloche, le flux sonore tournoyant à l'intérieur com­me une toupie.

Musique se déroulant en spirale infinie, à l'image de l'architecture insolite du musée Guggenheim de New York, l'oeuvre de Pierre Boulez n'en possède pas moins ses constantes. Et d'abord sa griffe sonore, où se marient ses timbres instrumentaux favoris, de la guitare et des gongs du Marteau sans maître aux six solistes de Répons -- deux pianos, une harpe, un cymbalum (sorte de clavecin tzigane redécouvert par Stravinsky), un vibraphone (personnage perturbateur dans Lulu, d'Alban Berg), un glockenspiel (l'instrument magique de Papageno dans La Flûte enchantée, de Mozart). Ces instruments aux longues résonances cristallines, aux harmoniques irisées et volatiles dessinent une carte de Tendre acoustique qui ­révèle les affinités auditives secrètes, l'hédonisme exotique et amoureux de l'oreille boulézienne.

Rassemblant les oeuvres de Boulez dirigées par leur auteur, ce coffret n'est en rien le pendant du Stravinsky par Stravinsky que la firme CBS réalisa à la fin des années 1950. L'auteur du Sacre du printemps gravait pour l'éternité « sa » vérité stylistique, complément indispensable de ses partitions. Ici, il s'agit d'un album photo, d'une collection d'instantanés qui peut inspirer la postérité, mais non la figer. Pierre Boulez aime citer René Char : « Seules les traces font rêver. » A écouter sa musique ou scruter ses partitions, on se dit aussi que seuls les rêves tracent des sillons fertiles.

| Coffret de 13 CD DG/Universal.

Du jeu dans les partitions

Le jeune Pierre Boulez ne s'initia à la composition que quelques mois, de l'automne 1944 à l'été 1945, dans la classe d'« harmonie avancée » d'Olivier Messiaen, au Conservatoire de Paris. Assimilant dans la foulée les innovations rythmiques de Stravinsky et de Bartók, les bouleversements harmoniques de la seconde école de Vienne, il boucla en un tournemain son bagage musical de base. Peintres et romanciers n'ont cessé, en revanche, de stimuler l'imaginaire et la curiosité de cet « autodidacte par nécessité ». La lecture de Kafka (son Journal), Proust (A la recherche du temps perdu), Joyce (Ulysse) l'a convaincu que tout créateur doit inventer sa forme personnelle de récit, façonner son langage en dehors des anciens moules. Les tableaux de Paul Klee, ses notes de cours au Bauhaus de Weimar ont enseigné à l'auteur de Pli selon pli l'art de déduire toutes les conséquences logiques d'un dess(e)in. Quant aux aquarelles volontairement inachevées de Cézanne, elles ont appris à Pierre Boulez à laisser du « jeu » dans ses partitions, une part de blanc et de vide, une porte ouverte. Sur l'inconnu.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


30 internautes sur 36 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Précieux point d'étape d'un "work in progress", 5 juin 2013
Par 
jacqueslefataliste (Albi, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
Dans son introduction, Claude Samuel (responsable de la coordination artistique et de la rédaction de cette édition réalisée sous la supervision du compositeur), précise tout de suite les choses: "L'oeuvre de Pierre Boulez, plus que toute autre, ne connaît pas, ne connaîtra jamais l'achèvement. (...) Le présent coffret est donc (...) l'inventaire d'une oeuvre en cours d'édification. (...) Boulez ne souhaite livrer au public que des oeuvres ou des parties d'oeuvres abouties. Le programme de ce coffret est à l'image de la somme boulézienne: "work in progress"."

On l'aura donc compris: par "oeuvres complètes", il ne faut pas entendre "somme absolument exhaustive et définitive", mais "somme des oeuvres pour l'instant jugées suffisamment abouties par le compositeur" (d'où l'absence, justement signalée par Jean Marc Ferrarini dans la remarque sur mon commentaire, d'oeuvres comme "Polyphonie X" ou "Poésie pour Pouvoir"). Pierre Boulez est vivant et son oeuvre est susceptible d'évoluer encore.

Ce coffret est donc l'occasion de réécouter cette somme "évolutive, écrit Claude Samuel, depuis les rigueurs d'une première période post-wébernienne jusqu'à la souplesse - à la fantaisie ? - d'une écriture non moins précise mais libérée".

En réécoutant, ces derniers jours, plusieurs des oeuvres dont j'avais gardé un souvenir marquant, je suis certes resté plus insensible que je ne m'y attendais au "Marteau sans maître", mais j'ai en revanche été à nouveau saisi par "Pli selon Pli", "…explosante-fixe…", "Anthèmes 2", "Répons" ou encore "sur Incises". J'aime ce foisonnement fait de résonances et parfois de silences, j'aime ce vertige sonore toujours plein de clarté, jamais gratuit, j'aime ces paysages qui restent frais et constamment dépaysants!

Le coffret est une boîte (le couvercle se retire entièrement de la base) dans laquelle les CD sont rangés dans des pochettes cartonnées qui reprennent la photo principale avec le numéro du CD (cf. les images du coffret que j'ai ajoutées). Le livret, réalisé par Claude Samuel, contient:
- une "Introduction",
- un "Index alphabétique des oeuvres",
- la liste détaillée des CDs,
- une excellente "Présentation des oeuvres dans l'ordre des CD",
- des "Points de repères biographiques",
- une "Bibliographie" et, évidemment, plusieurs photos de Boulez.

Pour finir, voici la liste détaillée du contenu de chaque disque. On notera deux enregistrements entièrement inédits réalisés en 2012 pour cette édition: Improvisé - pour le Dr Kalmus (CD 6) et Une page d'éphéméride (CD 11). Pour Dérive II, un enregistrement public de 2010 a été préféré à l'enregistrement studio de 2002 réalisé en même temps que celui de Dérive I. Enfin le CD 12 est un CD bonus contenant des enregistrements historiques de 3 œuvres: Le Marteau sans maître, Le soleil des eaux et la Sonatine.

CD 1:
Douze Notations, pour piano
Pierre-Laurent Aimard (piano)
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, juin 1993

Sonatine, pour flûte et piano
Sophie Cherrier (flûte), Pierre-Laurent Aimard (piano)
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, 1990

1ère Sonate, pour piano
Pierre-Laurent Aimard (piano)
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, 1990

Le Visage Nuptial, 3ème version
Phyllis Bryn-Julson (soprano), Elizabeth Laurence (contralto)
BBC Symphony Orchestra, BBC Singers, Pierre Boulez
Londres, BBC Studio 1, Maida Vale, novembre 1989

CD 2:
2ème Sonate, pour piano
Maurizio Pollini (piano)
Munich, Herkules-Saal, juillet 1976

Livre pour quatuor, version 1962
Quatuor Parisii
Paris, Maison de Radio-France, avril et juin 2000

CD 3:
Structures Livre 1, pour deux pianos
Alfons et Aloys Kontarsky (pianos)
Paris, 1960

Le Soleil des Eaux, 4ème version 1965
Phyllis Bryn-Julson (soprano)
BBC Symphony Orchestra, BBC Singers, Pierre Boulez
Londres, BBC Studio 1, Maida Vale, novembre 1989

Le Marteau sans maître
Hilary Summers (mezzo)
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, septembre 2002

CD 4:
Pli selon pli, version définitive 1989, pour soprano et orchestre
Christine Schäfer (soprano)
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Cité de la Musique, janvier et février 2001

CD 5:
3ème Sonate, pour piano
Paavali Jumppanen (piano)
Kuopio, Music Centre, Concert Hall, juin et juillet 2004

Structures Livre 2, pour deux pianos
Pierre-Laurent Aimard, Florent Boffard (pianos)
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, juin 1993

Figures, Doubles, Prismes, 2e version 1968
BBC Symphony Orchestra, Pierre Boulez
Londres, BBC Studio 1, Maida Vale, mars 1985

CD 6:
Eclat-Multiples
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, 1981

Domaines, pour clarinette solo
Alain Damiens (clarinette)
1987 (aucune autre précision)

Domaines, pour clarinette et groupes instrumentaux
Michel Portal (clarinette), Ensemble Musique Vivante, Diego Masson
Paris, église Notre-Dame du Liban, 1971

Improvisé - pour le Dr Kalmus, pour cinq instruments
Ensemble intercontemporain (Emmanuelle Ophèle, Alain Billard, Sébastien Vichard, Odile Auboin, Eric Maria Couturier)
Paris, Salle Colonne, 14 février 2012

CD 7:
cummings ist der dichter, 2ème version 1986
BBC Singers, Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, 1990

Livre pour cordes
Wiener Philharmoniker, Pierre Boulez
Vienne, 1992 (enregistrement public, ORF, Festival Salzburg)

Rituel in memoriam Bruno Maderna
BBC Symphony Orchestra, Pierre Boulez
Londres, Henry Wood Hall, 1976

Messagesquisse, sur le nom de Paul Sacher
Jean-Guihen Queyras (cello)
Ensemble de Violoncelles de Paris, Pierre Boulez
Paris, Cité de la Musique, octobre 1999

Notations I-IV & VII
Ensemble Modern Orchestra, Pierre Boulez
Paris, Salle Pleyel, 30 septembre 2007 (enregistrement public du Festival d'automne)

Mémoriale (…explosante-fixe… Originel)
Sophie Cherrier (flûte)
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, 1990

CD 8:
…explosante-fixe… 4ème version 1995
Sophie Cherrier (flûte midi solo)
Emmanuelle Ophèle & Pierre-André Valade (flûtes)
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, octobre 1994

Anthèmes 1, pour violon solo
Jeanne-Marie Conquer (violon)
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, 2002

Anthèmes 2 pour violon et dispositif électronique (1997)
Hae-Sun Kang (violon)
Réalisation électro-acoustique: Andrew Gerzso (Ircam)
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, décembre 1999

CD 9:
Répons
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Cité de la Musique, septembre 1996

Dialogue de l'ombre double
Alain Damiens (clarinette)
Paris, Cité de la Musique, septembre 1996

CD 10:
Dérive I
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, septembre 2002

Dérive II
Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Cité de la musique, 12 mars 2010 (enregistrement public)

CD 11:
Incises
Dimitri Vassilakis (piano)
Köln, Kammermusiksaal, DeutschlandRadio, décembre 2010

sur Incises (1996-1998)
Solistes de l'Ensemble intercontemporain, Pierre Boulez
Paris, Espace de projection de l'IRCAM, décembre 1999

Une page d'éphéméride
Hideki Nagano (piano)
Paris, Salle Colonne, 14 février 2012

CD 12 (Bonus: Enregistrements historiques):
Le Marteau sans maître
Jeanne Deroubaix (contralto), Severino Gazzelloni (flûte), Georges van Gucht (xyrimba), Claude Ricou (vibraphone), Jean Batigne (percussions), Anton Stingly (guitare), Serge Collot (alto)
Pierre Boulez
Paris, 1964

Le Soleil des Eaux, 2e version 1950
Irène Joachim (soprano), Joseph Peyron (ténor), Pierre Mollet (baryton)
Orchestre National de al RTF, Roger Désormière
Paris, Théâtre des Champs-Elysées, 18 juillet 1950 (enregistrement de la création de la version de 1950, mono)

Sonatine, pour flûte et piano
Severino Gazzelloni (flûte), David Tudor (piano)
Paris, 1956

CD 13:
Interview de Pierre Boulez par Claude Samuel
Paris, IRCAM, octobre 2011
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les oeuvres complètes évolutives de Pierre Boulez : la rigueur au service de la liberté, 1 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
Intituler "Oeuvres complètes" un coffret consacré à Pierre Boulez, c'est jouer avec le feu, lorsque l'on sait que le Maître ne considère une oeuvre comme définitive qu'après être certain d'en avoir résolu tous les problèmes et exploité toutes les découvertes possibles. Avec lui, chaque nouvelle version d'une oeuvre constitue le germe de la version suivante. C'est un peu un rocher de Sisyphe, sauf que la pierre ne retombe pas, mais au contraire ne cesse de découvrir de nouveaux horizons plus élevés encore. Les enregistrements proposés ici ont été choisis avec le compositeur et l'on peut dès lors considérer ces magnifiques CD comme une référence agréée. La qualité des timbres, des interprétations, des prises de son font de l'écoute de ce coffret un moment d'esthétisme jouissif, où la rigueur sert la liberté.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 20 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Complètes ?, 4 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
Pierre Boulez aurait-il décidé de mettre un point final à son oeuvre ? Pour le moins, décidé de ne plus reprendre ses oeuvres, pour les modifier, les amplifier, les féconder ? Toujours est-il que nous avons un coffret somme du type compositeur par lui-même (ou presque) qui ne peut qu'être un point de référence incontournable quand on se penchera sur la situation de Boulez dans l'histoire musicale. Pour ma part, je suis de ceux qui pensent qu'elle est primordiale, même si je n'ai pas de vénération particulière pour le personnage. Mais l'oeuvre est d'une telle évidence !
Ce coffret doit être compris comme un choix du compositeur, une sorte de catalogue, qui intègre l'interprétation et son évolution dans le processus compositionnel : sur ce plan, ce n'est d'ailleurs pas aussi complet que cela : on aurait pu avoir trois versions du Marteau et deux de Pli, et quarante de la troisième sonate.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 superbe, 9 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
bien sûr on n'entend pas siffler du Boulez dans la rue, mais ces enregistrements sont plutôt agréables à écouter.
Et l'interview de Pierre Boulez est bien venue.
Pourquoi Pierre Boulez a t-il enregistré 4 ou 5 versions du sacre et s'est-il perdu dans Wagner alors que son temps de composition est si précieux?
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Album de référence, indispensable, 25 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
Sous la marque prestigieuse, Pierre Boulez a rassemblé une intégrale de ses œuvres, en choisissant lui-même les interprétations. Quelques enregistrements historiques sont ajoutés: la comparaison avec une version plus récente dans le coffret est donc très intéressante. Le tout est proposé à un prix très bas. Grand merci, donc à l'éditeur.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 Four Stars, 7 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
.............................................;
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


15 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 plus d'information, 4 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pierre Boulez : Oeuvres complètes (CD)
Note à Amazon : il est bien dommage que ne soient pas donnés à lire sur cette page (comme c'est le cas pour la plupart des CDs vendus sur Amazon) le titre des œuvres contenues dans ce coffret 10 CDs !
Je veux bien croire que ce sont "les œuvres complètes" de M. Boulez, mais il serait quand même bien de pouvoir en lire la liste et la disposition par CD avant de se lancer dans un tel achat.

(Je mets 5 étoiles pour le coffret qui j'en suis sûr est excellent.)
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit