Commentaires en ligne


7 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (2)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pure seventies............ !!!!!!!!!!!!!!!!!
J'avoue ne pas avoir connu ce lascar au temps béni du rock, de vagues souvenirs sur des pochettes d'artistes plus connus.
Toujours est-il qu'il est grand temps de se pencher sur la carrière de ce monsieur qui nous délivre 70 minutes de plaisir à couper le souffle ; c'est un peu comme si Leon Russel, Clapton, les stones, JJcale...
Publié il y a 15 mois par Pascal G.

versus
3.0 étoiles sur 5 on joue aux dominos
Album qui fait irrésistiblement au Layla de Derek and the dominoes , la voix , les guitares , le son et c est pour ca qu ' on l ' aime.
Après c 'est effectivement du pur 70 's , un peu lassant quand meme
Publié il y a 25 jours par joker


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pure seventies............ !!!!!!!!!!!!!!!!!, 3 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Bobby Whitlock Story: Where There'S a Will, There'S a Way (CD)
J'avoue ne pas avoir connu ce lascar au temps béni du rock, de vagues souvenirs sur des pochettes d'artistes plus connus.
Toujours est-il qu'il est grand temps de se pencher sur la carrière de ce monsieur qui nous délivre 70 minutes de plaisir à couper le souffle ; c'est un peu comme si Leon Russel, Clapton, les stones, JJcale étaient sur le même album....toute l'histoire du rock . La remasterisation est exceptionnelle....

rien que du plaisir..........;
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 sideman de luxe pour musique chaleureuse, 18 août 2013
Par 
Amazon clientèle "sc" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Bobby Whitlock Story: Where There'S a Will, There'S a Way (CD)
Bobby Whitlock fut un musicien coté qui jouait de l'orgue, du piano, de la guitare et apportait sa voix à Delaney and Bonnie. Clapton s'associa avec Delaney and Bonnie le temps d’une tournée et d'un 33t live. Il forma ensuite son super groupe Derek and the dominoes avec notamment Bobby Whitlock.
Ce dernier compose: Tell the truth, le superbe Anyday, l'énorme Why does love got to be so sad, Thorn tree in the garden etc.. pour Clapton et ce groupe légendaire qui comptait le grand Duane allman.
Ressortent 2 disques en un produits par Glyn Johns (il en fit d'autres) avec Clapton et ses amis en invités et ce n'est que du bonheur, une forme de rock libre qui relie l'Angleterre et les Etats-Unis, un son unique qui vient témoigner du grand talent de Bobby Whitlock qui sème ses nappes de Hammond et ses notes de piano sur ces pistes oubliées.
Entre le rock et la soul seventies, entre Allman Brothers et Clapton un pur régal authentique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 une bonne compil, 9 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Bobby Whitlock Story: Where There'S a Will, There'S a Way (CD)
paru déjà en vinyl ce cd reprends 2 très bons albums de bobby après son passage chez Derek and The Dominos.
comme d'habitude, rock, blues et ballades... néanmoins style très différent de "vintage" et "my time" mais tout aussi excellent.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ôôôh!On dit pas Bobby.On dit Môssieur Whitlock., 24 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Bobby Whitlock Story: Where There'S a Will, There'S a Way (CD)
L'enfance de Bobby Whitlock fût un calvaire.Totor Hugo et Cosette,à côté,c'est de la bibine.Entre les mauvais traitements répétés,infligés par son pére,et l'obligation d'aller bosser dés neuf ans dans les champs de coton,il y eût peu de place pour l'initiation musicale.Pourtant,sa mére lui apprit les rudiments du piano.Né à Memphis,il déménagea plusieurs fois avant de revenir dans le Tennessee.Sa mère estima alors que le seul salut de son fils était l'acquisition du statut de musicien professionnel.Elle le largua donc dans le centre de Memphis,lui donnant 50 dollars,un sandwich,et lui souhaitant bonne chance.

Et cette chance il l'eût rapidement,en devenant l'ami de Booker T and the Mg's,et plus spécialement de Duck Dunn et du gigantesque Steve Cropper.Il apprit son métier dans les studios Stax au contact d'Albert KIng,Sam and Dave,Carla Thomas etc...Guitariste,il se mit rapidement aux claviers,en passant des journées à observer le jeu de Booker T.Il gravera deux singles sur sa lancée.Sa rencontre avec Delaney et Bonnie Bramlett fût déterminante,puisqu'il devint leur clavier en côtoyant les Leon Russel,Carl Radle,Jim Gordon,Dave Mason entre autres.(la créme des musiciens qui dominera la scéne de ces créatives 70's.ils seront partout:dans les studios,sur toutes les scènes et...nos pochettes d'albums.)

On va la faire courte.C'est par l'intermédiaire de Delaney que B.W.rencontre Georges Harrison(il sera de l'aventure d'All things must pass)puis les membres de Blind Faith(Clapton,Windwood,Baker et Grech)en tounée US en 69.Clapton restera aux états unis et formera Derek and the Dominos avec Carl Radle,Jim Gordon et B.W.La boucle ainsi rapidement bouclée on pouvait se diriger vers l'enregistrement de ce qui allait devenir la carte de visite de B.W.et accessoirement celle de Clapton:Layla and other assorted love songs.Il est vrai que le casting avait de la gueule:les quatre précités plus Duane Allman.
Lorsque Whitlock décida de graver un premier album,il se tourna en premier vers Clapton,qui accepta volontiers de lui donner un coup de main,en compagnie de Harrison,Jim Gordon(drums)Klaus Voorman(ami des Beatles à la basse)et les inséparables souffleurs Bobby Keys(saxes)et Jim Price(trompette).Il y eût aussi quelques petits ajouts de personnel comme Chris Wood(sax de Traffic)les Bramlett et le L A Symphony Orchestra.Avec de tels ingrédients la mayonnaise devait prendre.Et elle prit.Ce premier album(éponyme)fût une véritable réussite avec un mélange équilibré de soul,de néo country sauce pop et de ballades.(album quand même refusé par Jerry Wexler,producteur et membre fondateur d'Atlantic Records...comme quoi!)
Dans cet album qui sortira plus tard chez Abc-Dunhill,on entre dans la danse avec le trés punchy"Where there's a will"avec un puissant accompagnement de Clapton et Keys,suivit de la ballade"Song for Paula" dédiée à Paula Boyd,la frangine de Pattie,qui est quand même à l'origine de l'inspiration de Layla(c'est une famille de muses).On enchaine avec le mélancolique et acoustique"A game called life" puis l'inspiré country"Country life",le néo gospel"A day without Jesus".On remarquera l'excellent solo de trombone de Jim Price sur le mature"Back in my life again",et le remarquable travail de Clapton sur le mélancolique"The scenery has slowly changed"."Straight life"est lié à un souvenir partagé.Lors d'une soirée en compagnie de Patsie Camp,celle ci voyant apparaitre les seringues déclara "I'd rather be a good girl in Atlanta that to be a junkie in LA".Une chanson était née.L'album se termine avec l'intimiste"The dreams of the hobo"écrite à quatorze ans(il déclara "the hobo is really me")et le superbe"Back in England" inspiré d'un rêve.

le second album"Raw velvet"est peut être un peu moins intimiste,plus cogneur,plus rentre dedans,à l'instar de"Bustin'my ass" "Hello LA,bye bye Birmingham" "Write you a letter"et"If you ever"oû il faut noter l'excellent solo de Rick Vito(un des musiciens préférés de B.W.).Je préfére cette version de "Tell the truth"à celle des Dominos;plus pêchue,plus "vrai".Il faut retenir"ease your pain"un gospel accéléré up tempo (Jesus et l'impact lunaire,ça peut avoir de la gueule quand on en parle comme ça.)A noter les ballades "you came along"(seul au piano)"Think about it" et "Start all over".La partie slide de Rick Vito est superbe sur"dearest I wonder".

Bref!deux albums authentiques(ce n'est pas un best of)parut en 1972,ici réunit sur un seul CD.Ces deux opus d'un auteur compositeur attachant,sont les deux premiéres pierres d'un édifice musical qu'il continue à construire à ce jour avec sa compagne Coco Carmel.
Epoque bénie,où une génération de musiciens exceptionnelle,participa à la création d'albums tout aussi exceptionnels.
Mais ça c'était avant(comme dit la pub)avant que Carl Radle,Georges Harrison et Delaney Bramlett rejoignent le paradis des musiciens,et que Eric"God"Clapton ne vire facho raciste(lui qui doit pourtant tout à la musique et à la culture Noire Américaine).Amen!
Si la musique et le personnage vous inspire,lisez A rock'nd'roll autobiography.Ce bouquin n'est pas encore traduit en français.Mais bon!Ce ne sont pas non plus les écrits d'H.Marcuse.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 on joue aux dominos, 28 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Bobby Whitlock Story: Where There'S a Will, There'S a Way (CD)
Album qui fait irrésistiblement au Layla de Derek and the dominoes , la voix , les guitares , le son et c est pour ca qu ' on l ' aime.
Après c 'est effectivement du pur 70 's , un peu lassant quand meme
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 QUELCONQUE, 19 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Bobby Whitlock Story: Where There'S a Will, There'S a Way (CD)
Clapton post Blind Faith l'avait recruté. C'est une de ses plus mauvaises périodes...Après c'est pire...Bon le seul truc émouvant, c'est sa vie qui sent le Zola...Pour le reste...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 bien dans son époque, 27 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Bobby Whitlock Story: Where There'S a Will, There'S a Way (CD)
merci à Rolling Stone mag de m'avoir conseillé ce CD, pas de regret.
on sent les influences des who, stones, derek and the dominoes...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit