undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles8
3,8 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 juin 2013
Star Trek Into Darkness n'est pas de ces films qui passent inaperçu, ne serait-ce qu'avec la présence, à son générique, de l'acteur Benedict Cumberbatch, révélé par la série Sherlock et voix originale du dragon Smaug dans la saga du Hobbit de Peter Jackson. Respectant un schéma narratif très proche du film de 2009, ce second épisode lui apparaît de beaucoup supérieur à de nombreux égards, que cela soit les relations entre les différents personnages (la force de la saga Star Trek), le casting (Benedict Cumberbatch n'est que la cerise sur un succulent gâteau), la réalisation (et l'utilisation controversée des lens flare) et, ce qui nous intéresse le plus ici, la musique de Michael Giacchino.

Michael Giacchino est un compositeur à suivre depuis plus qu'une dizaine d'années maintenant. Après avoir fait ses armes sur des jeux vidéos (Medal Of Honor) et des séries TV (Alias, Lost), il s'attaque au cinéma avec notamment d'excellents Pixar (Les Indestructibles et Ratatouille en tête), et son travail sur le film Star Trek de 2009 n'a pu qu'être salué, entre l'instauration d'un nouveau thème pour l'équipe de l'USS Enterprise et la fameuse reprise du générique de la série originale d'Alexander Courage en tant que générique de fin.

Dans Star Trek Into Darkness, Michael Giacchino va plus loin que son déjà très bon travail pour le précédent opus. Si on peut regretter l'absence, sur l'album, du générique de fin et sa fameuse reprise des principaux thèmes (se rabattre sur la B.O. du premier film pour ça), les autres pistes ne sont pas en reste, que cela soit de l'action endiablée pour la séquence d'introduction du métrage (les trois premières pistes du CD avec une reprise très glorieuse du thème principal dans la piste "Sub Prime Directive" à 1:33) ou des séquences d'émotion pure (les pistes "London Calling" et "Buying The Space Farm" sont particulièrement émouvantes avec une utilisation très sensible et très judicieuse du piano).

Michael Giacchino revient aussi sur d'autres thèmes dont celui de Spock qui bénéficie d'une interprétation particulièrement guerrière pour la confrontation avec le méchant du film qui a droit également à son propre leitmotiv. L'écoute de "San Fran Hustle" est de loin le morceau le plus musclé de toute la partition (à base de percussions) pour une scène qui ne l'est pas moins. Notons également la puissance du début de "Kronos Wartet" (la première minute et demie) qui accompagne une poursuite en vaisseau qui fait dire que J. J. Abrams est tout indiqué pour être le réalisateur du prochain Star Wars.

Si on peut reprocher à Michael Giacchino d'avoir un style assez épuré, il n'en demeure pas moins d'une grande efficacité car l'écriture est de qualité et accompagne merveilleusement les images, en témoigne la piste "Ship To Ship" où le danger accompagne chaque note, ou encore l'acte de bravoure de Kirk qui justifie une reprise du thème principal à grand renfort de chœurs majestueux ("Warp Core Values" à partir de 2:10).

Enfin, le CD bénéficie d'un son très propre et très puissant et si, répétons, le générique de fin manque cruellement (à quand une édition Deluxe dans la lignée de celle qui a vu le jour pour la B.O. du premier épisode ?), la musique de Star Trek Into Darkness confirme tout le talent et tout le bien que l'on peut penser de Michael Giacchino. A n'en pas douter l'une des meilleures musiques de films de l'année 2013, ainsi qu'une charmante alternative à la prédominance du style "Hans Zimmer et consorts".
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tout l’univers de Star Trek est présent dans cette bande originale. On retrouve les thèmes chères à la saga ainsi que de très bon nouveaux morceaux qui soutenaient magistralement le très bon film, et c’est avec plaisir qu’on les écoute en se remémorant les scènes qu’ils illustrent. Une musique très travaillé et mélodique .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 octobre 2015
Une très bonne partition de M. Giacchino qui excelle dans la composition des thèmes (l'impressionnant London Calling qui est le thème du personnage d'Harrison). Malheureusement, l'album est plombé par des manques sidérants que l'on peut compenser en achetant directement le Complete Album.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2013
Article livré en temps et en heure, en bon état.
Un plaisir que de traiter avec le vendeur.
En dehors de ça, Michael Giacchino est un bon compositeur. Il a illustré plusieurs créations de JJ Abrahms telles que "Lost", que ce soit à la télévision ou au cinéma.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 juin 2013
Sure, good music from MG. But cannot (yet) top Alexander Courage, James Horner and Jerry Goldsmith. Too bad there aren't any bonus tracks, or an extended JH-theme…
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 juin 2013
Très bons morceaux, des références musicales au thème historique de Star Trek. Un plaisir à écouter avant et après avoir vu le film.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2013
Très bonne musique, symphonique. Le thème Star Trek est bien présent et il est magnifié par une interprétation symphonique de qualité.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juin 2013
Michael Giacchino illustre donc tout ce que filme J.J Abraham que ce soit pour la télé et donc pour le ciné.
On l'eu préféré aux commandes du score de John Carter qui à ce jour est sans doute ce qu'a fait de mieux ce compositeur laborieux.
Que John Williams crée des vocations et fasse apparaître de nouveaux talents, tant mieux mais que ce soit le cas avec un James Horner, là, c'est moins bien.

Pour Star Trek Into Darkness, on passe par tous les genres et les inspirations diverses sans aucune cohérence. Il y a ce thème principal plus que poussif qui se noie dans un déluge de percussions qui, écoutées indépendamment du film, relève de la séance de torture pour cellule anti terroriste.
Aucune finesse ne ressort à la fin de cette écoute douloureuse.

A côté, les scores de Hans Zimmer passeraient presque pour des symphonies de Brahms.

Oui, le morceau The Kronos Wartet est une mince exception, avec ces choeurs chaotiques qui confèrent une ambiance singulière. Peut être aussi London Calling et son piano mélancolique. Tout en reconnaissant en même temps le compositeur Philip Glass derrière ces compositions.

Sachant donc que ce compositeur est le pendant musical de celui qui se rêve en nouveau Spielberg, on blêmit en imaginant que c'est sans doute lui à qui incombera la tache de composer les prochains Star Wars.

Les amoureux de musiques de film n'ont pas fini de geindre.
66 commentaires|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

69,74 €
23,50 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)