undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 22 janvier 2014
6 histoires à travers 5 siècles, qui s'enchevêtrent durant 170 mn, rendent très difficile la compréhension de l'idée première des réalisateurs Les Wachowski

" Par Stéphanie Belpêche ( Le journal Du Dimanche )
Les Wachowski s'interrogent sur le déterminisme et la logique, l'impact de nos choix et de nos décisions, bousculent les consciences en s'affranchissant de l'espace-temps. (...) Plus qu'une déclaration d'amour au cinéma, cette "cartographie des nuages" lyrique, démente et séditieuse, est un manifeste. "

Cette analyse, définie parfaitement l'atmosphère du film, mais à l'encontre de Stéphanie Belpêche, je n'attribue pas à ce film 5 étoiles, même si il est admirablement réalisé. Il faut le visionner plus d'une fois pour en comprendre la quintessence, ce qui le rend difficile d'approche ...

Cloud Atlas (Cartographie des nuages au Québec) est un film de science-fiction germano-américain, écrit, produit et réalisé par Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer, sorti en 2012.

Il s'agit d'une adaptation du roman Cartographie des nuages (Cloud Atlas) écrit par David Mitchell en 2004.

Synopsis:

Le film est composé d'une multitude de séquences qui se succèdent et qui durent de quelques secondes à plusieurs minutes, mettant en scène plusieurs personnages distincts qui vivent à des époques différentes. Le film met en scène des acteurs récurrents qui jouent ces différents personnages, ce qui laisse imaginer une certaine continuité entre ces personnages à travers les siècles. Deux couples, notamment, unis par un fort amour, se retrouvent à des siècles de distance, face à des adversaires (joués par Hugh Grant et Hugo Weaving) tenaces, puissants, cruels et sans scrupule.

Résumé :

Le scénario est constitué de 6 histoires se déroulant dans différents lieux à différentes époques. Chaque histoire possède un élément renvoyant à la précédente, ce qui crée un cercle. Ces histoires se focalisent sur un personnage.

- 1 - Aventures d'Adam Ewing :

1849, océan Pacifique. Adam Ewing, jeune et sympathique juriste, voyage sur un navire vers San Francisco via Honolulu. Il fait la connaissance d'un esclave auto-affranchi, passager clandestin, et qu'il parvient à sauver de la mort. Le cupide Dr Goose tente d'empoisonner Adam (afin de s'emparer du coffre rempli de pièces en or qu'il convoite, produit de la traite d'esclaves) en lui faisant boire une mixture afin, prétend-il, de soigner un ver intestinal. Le passager clandestin sauve de justesse Adam de la tentative de meurtre. Arrivé à San Francisco, Adam retrouve son épouse Tilda : tous deux vont s'engager dans le combat antiesclavagiste.

On retrouve le couple d'acteurs Jim Sturgess (Adam Ewing) et Doona Bae (Tilda Ewing) dans les aventures du couple Sonmi-451 et Hae-Joo Chang. Au début on peut voir que le Dr Goose ramasse des dents recrachées par des cannibales, renvoyant à l'histoire de Zachry qui se déroule elle aussi sur une côte, où eurent lieu des banquets de cannibales.

- 2 Aventures de Robert Frobisher :

1936, Robert Frobisher, jeune compositeur bisexuel, doit quitter son amant Rufus Sixsmith pour travailler à Edimburg chez le célèbre compositeur Vyvyan Ayrs, en tant que copiste. Il est embauché pour mettre sur partition la musique que le musicien a en tête. Robert apprend à son contact tout en écrivant sa propre œuvre, Cartographie des nuages. Il découvre également le récit d'Adam Ewing. Une nuit Vyvyan entend une mélodie dans ses rêves ; tentant de se la remémorer au réveil et de la faire noter par Robert, elle lui échappe finalement. Il se trouve que c'est l’œuvre que Robert est en train de composer, Cartographie des nuages. Pour les deux artistes cette mélodie est leur œuvre commune.

Se méprenant sur les sentiments d'Ayrs, Frobisher laisse parler son homosexualité en commençant à se rapprocher et à caresser Ayrs suite à cette réussite musicale commune. Mais ce dernier lui opposant un refus cinglant, Robert décide de partir. Ayrs lui fait un « chantage à la réputation » : s'il quitte les lieux Robert ne trouvera aucun emploi. Robert, qui a volé le pistolet Luger d'Ayrs, blesse ce dernier (sans le tuer) au moment où Ayrs s'empare de la partition. Robert s'enfuit, termine son œuvre en se réfugiant dans un hôtel sordide. Une fois celle-ci achevée, et en prenant soin de rester loin de Sixsmith tout en conservant une relation épistolaire à sens unique avec lui, il se suicide d'une balle dans la gorge dans la salle de bain de l'hôtel. Rufus Sixsmith arrive quelques instants après le suicide de son ex-amant. Robert Frobisher est passionné par le journal d'Adam Ewing.

- 3 Aventures de Luisa Rey :

1973, San Francisco, Californie. Luisa Rey, journaliste à Spyglass Magazine, rencontre Rufus Sixsmith, personnage déjà présent dans l'histoire de Robert Frobisher ; il est devenu physicien nucléaire. Sixsmith informe Rey d'un important problème de sécurité d'une nouvelle centrale nucléaire dirigée par Lloyd Hooks, mais avant de lui en apporter la preuve, il est assassiné par Bill Smoke, un tueur envoyé par Hooks. Isaac Sachs, un autre scientifique travaillant pour la centrale, transmet à Rey une copie du rapport de Sixsmith. Cependant, Smoke tue Sachs et fait tomber Rey d'un pont. Rey échappe à la mort mais perd la copie du rapport dans l'accident.

Grâce à l'aide de Joe Napier, responsable sécurité de la centrale, Rey sort vivante d'une nouvelle tentative d'assassinat et comprend qu'il s'agit en fait d'une machination des compagnies pétrolières pour réduire l'utilisation du nucléaire à leur profit. Elle peut révéler toute l'affaire. Elle lit les lettres que Robert Frobisher envoya à Sixsmith.

On retrouve le duo d'acteurs Tom Hanks (Isaac Sachs) et Halle Berry (Luisa Rey) dans les aventures de Zachry et de Meronym.

- 4 Aventures de Timothy Cavendish :

2012, Grande-Bretagne. L'éditeur Timothy Cavendish connaît un succès financier lorsqu'un auteur qu'il publie projette un célèbre critique littéraire du haut d'un immeuble, le tuant sur le coup à la surprise générale. Néanmoins ses créanciers absorbent la majeure partie de ses bénéfices si bien que, lorsque les frères de son client viennent le trouver pour qu'il leur remette sous 24 heures la somme de 50.000 livres, il n'a pas les moyens de les payer. Il appelle à l'aide son frère, qui lui donne l'adresse d'une pension de famille sûre et discrète. Tim Cavendish va donc s'y cacher, mais elle s'avère être en réalité, d'une part l'ancienne demeure du compositeur Ayrs, d'autre part une résidence pour personnes âgées, dotée d'un règlement digne d'une prison et dont le principal actionnaire n'est autre que le frère de Timothy. Avec trois autres camarades, il parvient à s'échapper de cette « prison », de ses gardiens et de son infirmière sadique, avant de retrouver son amour de jeunesse et écrire son autobiographie. Il lit le manuscrit de l'histoire de Luisa Rey.

- 5 Aventures de Sonmi-451 :

2144, péninsule de Corée. La société est régie par des corporations consuméristes sous l'empire d'une organisation appelée Corpocratie, qui fait régner une idéologie appelée l'Unanimité. La clone Sonmi-451, qui travaille dans une cafétéria appelée Papa Song, fait inopinément la rencontre d'un jeune révolutionnaire faisant partie de l'Union rebelle, Hae-Joo Chang, qui va l'éduquer et lui montrer les tares de la société dans laquelle ils vivent. Ils sont poursuivis par les forces de la répression politique. Au moment où le quartier général des rebelles va être attaqué et anéanti, Sonmi-451 a une révélation métaphysique : elle diffuse une oraison par télévision et radio, en direction des autres pays comme des planètes extérieures. Cette oraison, d'une durée de 18 minutes, expose que tout est lié, dans le temps comme dans l'espace, que l'on n'est jamais seul, que nos actes résultent de ce qui s'est produit dans le passé et que nos actes changent l'avenir.

Faite prisonnière, elle est interrogée par un archiviste, à qui elle raconte sa courte vie. À la fin de son audition, l'archiviste, au regard de son message révolutionnaire, demande à Sonmi si elle n'a pas peur que personne ne croit en ce qu'elle dit. Elle répond : « quelqu'un y croit déjà », faisant référence à l'archiviste, qui ne répond pas, troublé. Peu après, elle est exécutée comme traître, mais son message se propagera très vite sur la planète, au point qu'elle deviendra une sorte de messie voire même une déesse, si on se réfère justement aux aventures de Zachry dans le siècle suivant, où celui-ci dit : « tous s'émerveillaient comme si Sonmi en personne était assise dans notre cuisine ! » ainsi que quelques instants plus tard, la petite idole de métal très semblable à Sonmi. Elle regarde le film de la vie de Timothy Cavendish.

- 6 Aventures de Zachry :

Au xxiiie siècle, dans un futur post-cataclysmique. Zachry, homme en proie aux hallucinations de Georgie l'Ancien, vit dans une tribu peu avancée sur le plan technologique, en butte aux attaques violentes des terribles cannibales Kona. Arrive alors Meronym, une ethnologue issue du dernier bastion de civilisation technologique, les Prescients, venue étudier les coutumes locales, mais surtout à la recherche du moyen de diffusion utilisé par Sonmi. Son but est d'envoyer un message de détresse à des planètes extra-solaires, son peuple se mourant de rester sur Terre. Parvenant à guérir la nièce adorée de Zachry, celui-ci accepte de la conduire au sommet d'une montagne « taboue », censée habiter des esprits malfaisants. Tous deux parviennent à atteindre le sommet et Meronym à lancer son appel de détresse. Sur le chemin du retour, ils découvrent horrifiés que tout le village de Zachry a été massacré par les Konas. Effondré, il égorge le chef des Konas qui s'est enivré dans une maison, et découvre sa jeune nièce vivante, cachée dans un placard. Tous deux s'enfuient. Pourchassés par la bande Kona, un combat a lieu, qui voit triompher Zachry, grandement aidé par Meronym qui l'a suivi. Leur lien, amical et cordial jusque là, devient un lien amoureux. La religion de la tribu de Zachry est la vénération de Sonmi(-451).

La fin du film voit Zachry et Meronym âgés vivre heureux et simplement sur une lointaine planète extrasolaire, avec leurs petits-enfants à leurs côtés, à qui ils racontent les aventures qu'ils ont eues des décennies plus tôt.

Distribution

Acteur :

- TOM HANKS
- HALLE BERRY
- JIM BROADBENT
- HUGO WEAVING
- JIM STURGESS
- DOONA BAE
- JAMES D'ARCY
- ZHOU XUN
- KEITH DAVID
- BEN WHIHAW
- DAVID GYASI
- SUSAN SARANDON
- HUGH GRANT
- GOTZ OTTO
- ALISTAIR PETRIE

Fiche technique :

Titre original : Cloud Atlas
Titre québécois : Cartographie des nuages
Réalisation : Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer
Scénario : Andy et Lana Wachowski et Tom Tykwer, d'après Cartographie des nuages (Cloud Atlas) de David Mitchell
Décors : Hugh Bateup et Uli Hanisch
Costumes : Pierre-Yves Gayraud
Photographie : Frank Griebe et John Toll
Montage : Alexander Berner
Musique : Reinhold Heil, Johnny Klimek et Tom Tykwer
Production : Stefan Arndt, Alex Boden, Grant Hill, Tom Tykwer, Andy et Lana Wachowski
Producteurs délégués : Philip Lee et Uwe Schott
Coproducteurs : Alexander van Duelmen et Roberto Malerba
Sociétés de production : Anarchos Pictures, Cloud Atlas Production et X-Filme Creative Pool

Distribution :

- États-Unis : Warner Bros.

Budget : 100 000 000 de dollars environ
Format : couleur
Genre : science-fiction
Durée : 172 minutes
Dates de sortie :

- Canada : septembre 2012 (Festival international du film de Toronto)
- Canada, États-Unis : 26 octobre 2012
- France : 13 mars 2013
- Belgique : 20 mars 2013

Production :

Développement :

En janvier 2009, le réalisateur Tom Tykwer déclare son intention d'adapter le roman Cartographie des nuages de David Mitchell, dont les droits sont détenus par Andy et Lana Wachowski5, avec lesquels il va également écrire le scénario.

En avril 2011, les frères Wachowski annoncent qu'ils coréaliseront le film avec Tykwer.

Audition :

En juin 2010, Tom Tykwer approche les acteurs Natalie Portman, Tom Hanks, Halle Berry, James McAvoy et Ian McKellen pour jouer dans le film. Portman, McAvoy et McKellen ne sont finalement pas dans le film. Cependant, Hugo Weaving, Ben Whishaw, Susan Sarandon et Jim Broadbent rejoignent la distribution. Hugh Grant signe pour jouer dans le film quelques jours à peine avant le début du tournage.

Tournage :

Le tournage s'est déroulé entre septembre et décembre 20113. Les Wachowski réalisent l'histoire se déroulant au XIXe siècle et les deux situées dans le futur, alors que Tykwer dirige les histoires se tenant dans les années 1930, 1970 et 2012.

Lieux de tournage :

- Allemagne : Studios de Babelsberg à Potsdam
- Écosse : Scott Monument à Édimbourg, City Chambers à Édimbourg, Glasgow
- Espagne : Port de Sóller, Majorque, Îles Baléares

Accueil :

Box-Office :

Monde Monde : 130 482 868 $

- États-Unis, Canada : 27 108 272 $
- France : 439 470 entrées

Accueil critique :

Le film recueille 66 % de critiques favorables, avec une note moyenne de 6,6/10 et sur la base de 250 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes. Sur Metacritic, il obtient un score de 55/100 sur la base de 45 critiques collectées. En France, il obtient une note moyenne de 3,4/5 pour les 29 critiques recensées sur le site AlloCiné.

Distinctions :

- Washington D.C. Area Film Critics Association Awards 2012 : meilleure direction artistique
- San Diego Film Critics Society Awards 2012 : meilleurs décors
- Austin Film Critics Association Awards 2012 : meilleure musique de film pour Reinhold Heil, Johnny Klimek et Tom Tykwer
- Saturn Awards 2013 : meilleur montage et meilleur maquillage
- Prix du film allemand 2013 : meilleure photographie, meilleur montage, meilleurs décors, meilleurs costumes et meilleur maquillage
- Critics' Choice Movie Awards 2013 : meilleur maquillage
- Online Film Critics Society Awards 2013 : meilleur montage
- Houston Film Critics Society Awards 2013 : meilleure musique de film pour Reinhold Heil, Johnny Klimek et Tom Tykwer

- Nominations :

- Satellite Awards 2012 : meilleur montage, meilleurs costumes et meilleurs effets spéciaux
- Golden Globes 2013 : meilleure musique de film pour Reinhold Heil, Johnny Klimek et Tom Tykwer
- Saturn Awards 2013 : meilleur film de science-fiction, meilleurs décors et meilleurs costumes
- Prix du film allemand 2013 : meilleur film, meilleure réalisation, meilleure musique et meilleur son
- Critics' Choice Movie Awards 2013 : meilleurs costumes et meilleurs effets spéciaux
- Art Directors Guild 2013 : meilleure direction artistique d'un film fantastique pour Uli Hanisch et Hugh Bateup
- Black Reel Awards 2013 : meilleure actrice pour Halle Berry

Analyse :

« Les faibles sont pitance, les forts s'emplissent la panse. »

Avec Cloud Atlas, les Wachowski voulaient, d'après leurs propres mots, « réaliser leur propre 2001, l'Odyssée de l'espace ». Le film s'érige ainsi comme une prophétie pessimiste retraçant l'histoire de l'humanité au travers de six récits, passant par l'avènement d'un hyper-capitalisme et se terminant à la déchéance de notre civilisation.

Le film met en scène une humanité répétant les mêmes cycles, s'exprimant dans une perspective de « la plus grande leçon de l'histoire, c'est qu'on ne retient pas de leçon de l'histoire » ou encore « notre société n'est pas moins obscurantiste que ne le furent les sociétés précédentes, tout comme notre peuple n'est pas plus clairvoyant que ne le furent les autres peuples de l'histoire ». On y présente notamment l'exploitation des hommes sous différentes formes à chaque époque, dégageant un ordre établi reposant sur la maxime « le faible est la nourriture dont le fort se nourrit ». On y présente ainsi les hommes de pouvoir comme l'adversaire, le mal de l'humanité.

Le film oppose à ces derniers la notion de révolution intérieure, s'exprimant ici par la réponse d'Adam Ewing lorsqu'on lui dit qu'il n'est qu'une goutte d'eau insignifiante dans un vaste océan : « qu'est-ce qu'un océan ? si ce n'est une multitude de gouttes d'eau ? », et là par Sonmi-451 lorsque l'archiviste lui demande pourquoi elle exprime une vérité que personne ne croit : « quelqu'un y croit déjà ». L'un des propos du film est d'illustrer la manière dont chaque décision individuelle à une époque donnée peut se répercuter et avoir une incidence amplifiée par l'effet papillon, bonne ou mauvaise, sur la vie des autres, dans un espace-temps qui n'est pas le même, d’où les paroles de Sonmi-451 : « Nos vies ne nous appartiennent pas. De la matrice à la tombe, nous sommes liés aux autres. Passé et présent. Et par chacun de nos crimes, chacune de nos attentions bienveillantes, nous affectons notre avenir. »

La manière dont se présente le récit permet d'aborder certaines questions existentielles et de proposer une réflexion sur la nature et la condition humaine : le film traite aussi bien de l'amour, qui occupe une place très importante dans l'histoire, que de la mort et la vie après la mort, de la liberté des individus, du rachat des fautes.

La réincarnation est aussi l'un des principaux enjeux du film. Chacun des différents personnages interprétés par un même acteur ou une même actrice constitue la réincarnation du personnage de l'époque précédente. La mort d'un personnage n'est donc pas une fatalité, comme le souligne David Mitchell, l'auteur du roman : « Dans un monde où la réincarnation est possible et dans un film où le passé, le présent et le futur s’enchevêtrent, la mort est juste un nouveau point de passage d’un univers à l’autre. »

La continuité des différentes histoires est donc très marquée, par les acteurs jouant plusieurs rôles différents, mais aussi par la bande-son: la musique du Sextuor Cloud Atlas est souvent présente, sous différents arrangements. Enfin, les six personnages principaux ont tous un point commun physique : une tache de naissance de la forme d'une étoile filante. A la scène finale, on voit Zachry regarder la Terre et les étoiles qui l'entourent. Cette galaxie à la forme de la comète que possèdent plusieurs acteurs:

- Celle de Adam Ewing est située sur sa poitrine : on l'aperçoit au moment ou le docteur Henry Goose lui ouvre sa chemise, au début du film.

- Celle de Robert Frobisher est située en bas de son dos, juste au-dessus des fesses : on la voit au réveil de sa dernière nuit avec son amant Rufus Sixsmith, au début du film.

- Celle de Luisa Rey est située sur son épaule gauche et est immanquable, car Rufus Sixsmith vieux la lui fait remarquer (« pas banale, cette marque de naissance » car Sixsmith savait, pour avoir été son amant, que Robert Frobisher avait la même) lorsqu'ils sont tous deux coincés dans un ascenseur en panne, au début du film toujours.

- Celle de Timothy Cavendish est située sur sa cuisse gauche, et est extrêmement difficile à apercevoir, on peut la remarquer lors d'une scène où Cavendish se remémore sa « première fois » avec son amour de jeunesse, lorsqu’ils s'installent dans le lit de cette dernière.

- Celle de Sonmi-451 est située sur son cou, pourtant elle est également difficile à repérer : lorsqu'elle se fait enlever son « collier », au milieu du film, il y a un plan rapproché sur son visage et on voit sa tache de naissance sur le côté gauche de son cou.

- Celle de Zachry est située sur son crâne, on ne la voit qu'à la toute fin du film, à la scène finale : la caméra le filme de dos et on ne voit sa tache un court instant.

Différences avec le roman :

Le film s'écarte du roman sur plusieurs points...

La différence la plus notable est que le film repose visuellement sur la récurrence d'acteurs, que l'on retrouve sous les traits de personnages distincts vivant à des époques différentes, laissant penser qu'il y a une réminiscence de ces personnages à travers les siècles, si ce n'est une réincarnation, alors que le roman n'évoque, ni ne laisse supposer, aucun personnage récurrent, chacun des personnages ayant sa propre vie et ayant un caractère distinct des autres ;

- s'agissant de Robert Frobisher, le film fait état de manière évidente de l'homosexualité du personnage, qui finira par blesser Vyvyan Ayrs avec un pistolet ; le roman en revanche ne mentionne aucune tentative de meurtre du compositeur et n'évoque que très légèrement, en quelques mots, l'homosexualité du personnage sans en faire un élément essentiel du récit ; en revanche les lettres de Frobisher, dans le roman, mentionnent longuement la relation sentimentale qu'entretient Frobisher avec Jocasta (épouse d'Ayrs) puis avec Eva (fille d'Ayrs et de Jocasta) ; le suicide du personnage est principalement relié, non pas à l'homosexualité, mais à un dépit amoureux concernant Eva ; l'action du roman se déroule en Belgique (près de Bruges) tandis que celle du film est censée se dérouler en Grande-Bretagne, dans la même maison qui deviendra ultérieurement la demeure « détenant » Cavendish ;

- s'agissant de Luisa Rey, le roman évoque le licenciement de Luisa Rey et la mort du directeur général du groupe SeaWorld, ce que ne fait pas le film ; dans le roman c'est Megan qui remet les lettres de Frobisher à Luisa, alors que c'est l'inverse dans le film ; l'action du film se déroule en 1973 alors que celle du roman a lieu en 1976 ;

- s'agissant de Sonmi-451, le roman indique que la sortie de l'héroïne de Papa Song, puis son éducation accélérée, puis sa mise en relation avec l'Union rebelle, étaient un plan scénarisé par la Corpocratie, qui tentait de prouver que les Factaires (clones esclaves) sont d'une nature différente des Citoyens ; l'oraison de Sonmi n'a pas été prévue par la Corpocratie, qui s'est laissée prendre à son propre piège ; la résistance de la prétendue Union rebelle n'existe pas, c'est une fiction créée par la Corpocratie pour détecter les jeunes rebelles et les surveiller ; dans le film en revanche, Sonmi est aidée dans son évasion par Hae-Joo Chang et une histoire d'amour va naître entre eux (il n'y a aucune histoire d'amour explicite dans le roman) ;

- s'agissant de Zachry, le roman n'évoque aucune histoire d'amour entre le héros et Meronym ; le film se termine par Zachry et Meronym qui s'aiment et qui vivent sur une lointaine planète, alors que le roman se termine sur le journal d'Ewing et que le sort de Zachry et de Meronym demeure totalement inconnu.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juillet 2013
Il y aurait beaucoup à dire, et de manière justifiée, sur la qualité du présent Blu-ray. Comme beaucoup de produit de son éditeur, il n'est pas la hauteur, tant du support que de l'œuvre proposée. Inutile de s'étendre et de crier d'effroi, l'important est semble-t-il ailleurs.

Cloud Atlas est un film rare et éminemment précieux. À l'heure où la production cinématographique se standardise dangereusement (multiplication des blockbusters uniformes, remakes à la pelle et autres "créations" dénuées d'âmes), on compte sur les doigts de la main d'un manchot les metteurs en scène capables de rassembler les talents et l'argent nécessaires à un projet aussi fou et ample.

Cloud Atlas est une fable science fictonnelle techniquement sublime, riche d'un casting fort et improbable. 3h de délire scénaristique et filmique, pas moins. Un OVNI en somme. Si c'est aussi la limite de l'œuvre (virtuose et inclassable, mais à quelle fin ?), cette dernière est un cri d'amour vibrant pour le septième art, une tentative folle de renouer avec un genre tombé en désuétude, en littérature comme au cinéma : la fresque.

Il faut donc rendre hommage aux frères et sœurs Wachowsky, ainsi qu'à Tom Twyker, pour s'être lancés dans pareille aventure, dans une odyssée aussi dingue. Ne pas regarder ce film, ne pas l'acheter, c'est quelque part donner raison à une production de plus en plus normative. Loin de moi l'idée de faire dans l'injonction impérative, mais il n'en demeure pas moins que la pérennité commerciale de création de cette envergure est une question essentielle.
0Commentaire|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cloud atlas est l'un de ces films qui radicalise les avis des spectateurs: soit on adore, soit on déteste.

Je vais donc me placer du côté de ceux qui ont aimé malgré la complexité extrême du propos. Il serait dommage à mon avis de ne pas apprécier la prise de risque et l'implication des réalisateurs dans cette oeuvre.
Certes, il faut s'accrocher durant presque 3h mais il faut réfléchir...et c'est cela qui m'a plu dans ce film. A aucun moment Cloud Atlas ne laisse regarder comme un simple divertissement cinématographique. Il interroge le spectateur et l’interpelle.

Cloud Atlas n'est pas seulement un film de science-fiction mais un film qui explore les genres. On passe ainsi du thriller à l’anticipation, à la romance, au film historique ou à la comédie. Ces genres s'imbriquent dans 6 histoires indépendantes qui sont liées entre elles par des personnages, des lieux, des éléments. Nous retrouvons ainsi des personnalités qui se réincarnent à travers les siècles et qui sont marqués par un tâche de naissance particulière en forme de comète.
La totalité du film et l'ensemble des histoires semblent constituer une histoire de l'humanité qui sombre peu à peu dans l'obscurité (esclavage, nucléaire, cannibalisme, clonage humain, etc.) tout en conservant une note d'espoir (amour, possibilité de rédemption).
Les personnages que nous retrouvons recommencent éternellement le même cycle sans apprendre de leurs erreurs. A travers les siècles, l'amour résiste et revient également cycliquement.
S'il est difficile de comprendre le propos général durant la première moitié du film, l'importance des notions d'amour, de vérité sont importantes tout comme la notion de servitude et d’esclavage de l'homme, le plus faible restant sous le joug du plus fort.

Si le compréhension linéaire n'est pas possible, le puzzle se construit toutefois au fur et à mesure et notre cerveau travaille à plein régime pour intégrer les images qui défilent à un tout, à un sens général. Il s'agit de faire coïncider ce que l’on a vu, ce que l'on voit avec ce que l’on verra pour trouver le sens du propos.

*******Si vous ne voulez pas d'éclaircissements sur les histoires et le film ne pas lire la suite.

-1849 Adam Ewing est un jeune juriste de San Francisco qui va découvrir l’horreur de l’esclavage à l’occasion d’un voyage. Il fait la connaissance d'un esclave auto-affranchi sur son navire, à l'occasion du voyage de retour. Son choix de sauver de la mort ce passager clandestin scellera son destin face au cupide Dr Goose (Tom Hanks qui n'a pas que des rôles sympathiques dans cette épopée). Rongé par l’appât du gain, le médecin tente d'empoisonner Adam. Sauvé par l'esclave, Adam retrouve son épouse Tilda et s'engage dans le combat contre les esclavagistes.

-1936 Robert Frobisher est un jeune artiste bisexuel dont la mauvaise réputation n'est plus à faire. Amoureux de Rufus Sixsmith, il le quitte néanmoins pour travailler chez le célèbre compositeur Vyvyan Ayrs. Embauché pour retranscrire les musiques du compositeur, il compose en parallèle son oeuvre personnelle,Cartographie des nuages, tout en écrivant à son amant dont il semble très proche.
Robert fait la découverte du journal de bord d'Adam Ewing.
Robert se retrouve dans une situation compliquée lorsque Vyvian Ayrs le menace de ruiner sa réputation et de s’approprier sa composition. Les choses s'aggravent lorsqu'il le blesse avec sa propre arme pour s'enfuir dans un hôtel sordide où il terminera son oeuvre avant de se suicider. Oeuvre qui sera écoutée en 1973 par des personnages réincarnés.

-1973 Luisa Rey est une journaliste afro-américaine en plein développement du nucléaire.
Elle fait la rencontre de Rufus Sixsmith dans un ascenseur (personnage présent dans l'histoire de Robert Frobisher mais plus âgé et devenu physicien nucléaire) qui repère immédiatement sa marque de naissance.
Il la contacte plus tard pour l'informe du grave problème de sécurité d'une nouvelle centrale nucléaire dirigée par Lloyd Hooks.
Il est assassiné par Bill Smoke (un tueur envoyé par Hooks que l'on retrouve dans les différentes histoires dans des rôles très négatifs)avant de lui en apporter la preuve.
Aidée de deux employés de Seabord Corporation (dont un personnage joué par Tom Hanks qui débute le mea culpa pour les atrocités qu'il commet dans la plupart de ses vies) , Luisa Rey va tenter de faire éclater la vérité.

-2012 Timothy Cavendish est un éditeur un peu crapuleux de 65 ans qui, poursuivi par des malfrats, se retrouve interné dans une maison de retraite par un mauvais tour joué par son frère qu'il a trahit en couchant avec sa femme et à qui il doit de l'argent ( la maison de retraite est également l'ancienne demeure du compositeur Ayrs) . Son histoire va être adaptée au cinéma et sera visionnée par Sonmi 451 en 1144.

- 2144 Sonmi 451 est une clone qui travaille à Papa Song’s, un restaurant. Au coeur de la péninsule de Corée, Neo Seoul se compose d'une société régie par des corporations consuméristes sous l'empire d'une organisation appelée Corpocratie, qui fait régner une idéologie appelée « L'Unanimité ».
Au cœur de cette société, les sang purs évoluent au milieu de clones créés pour servir.
Sonmi fait la rencontre d'un jeune révolutionnaire faisant partie de l'Union rebelle, Hae-Joo Chang. Celui-ci va l'éclairer sur son rôle majeur destiné à faire éclater la vérité en dénonçant les tares de la société dans laquelle ils vivent.
Cette histoire est en quelque sorte celle qui articulent les histoires entre elles.
Sonmi-451 a diffusé une Oraison par télévision et radio, en direction des autres pays comme des planètes extérieures. Cette Oraison, d'une durée de 18 minutes, expose que Tout est lié, dans le Temps comme dans l'Espace, que l'on n'est jamais seul, que nos actes résultent de ce qui s'est produit dans le passé et que nos actes changent l'avenir.
Capturée et interrogée par un Archiviste, elle est ensuite exécutée mais la portée de son message se propagera et elle deviendra une sorte de déesse (voir l'histoire de Zachry dans le siècle suivant).

- 23ème siècle, 106ème années après la Chute, Zachry est une sorte de berger qui subit les violence d'une tribu cannibale. Lâche, il a laissé son beau-frère et son neveu mourir sous la lame ennemie. Perturbé (en proie aux hallucinations), il vit sous le joug de coutumes et de croyances diverses.
La venue de Meromym – représentante des Prescients –venue étudier les coutumes locales va le faire évoluer et se comporter avec courage. La jeune femme est à la recherche du moyen de diffusion utilisé par Sonmi. Son peuple meut sur Terre et elle veut tenter d'envoyer un message de détresse à des planètes extra-solaires.

La boucle se ferme sur cette histoire qui a permis le récit de toutes les autres.

********************************************************************

Malgré les informations que j'ai cité, il faut être conscient que le film ne se résume pas à cela. Les couches de compréhensions étant légion et les éléments qui s'entremêlent étant très nombreux, il est impossible de résumer cette épopée.

Le mieux est de s'y atteler, et de le visionner plusieurs fois.
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2013
Fidèle au livre de David Mitchell, un film unique, sublime, hors du temps, ... Parfait tant par le choix d'acteur que par la réalisation !! je recommande !
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2015
De bons acteurs , de bonnes intrigues , de belles images ....et pourtant ça ne suffit pas car ce film est desservi par trop d'intrigues différentes au sein du film qui ne sont pas forcément complémentaires.Le montage du film est déstabilisant, ce pourrait être un atout car les histoires sont intéressantes mais là encore avec tout ces aller-retours c'est l'inverse qui se produit :trop embrouillé .Le fait de prendre les mêmes acteurs pour les différentes histoires est original mais ça renforce ce sentiment de fouillis.Autre inconvénient :qui dit beaucoup d'histoires dit beaucoup de temps pour les adapter ... à la fin j'avais hâte que le film se termine .Les réalisateurs auraient gagné à faire un film moins ambitieux (ou prétentieux) , en épurant le tout cela aurait pu donner un chef - d' oeuvre au lieu de quoi on se retrouve devant un film trop trop trop !
Et comme vous le savez tous: point trop n'en faut!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 octobre 2014
C"est assuré.Même si pour certains le résultat reste mi-figue mi-raisin ,ce premier film sur la réincarnation et la loi du karma est une merveille!Un bijou et une vraie claque.La petite étoile en moins est pour la trop grande épaisseur peut-être de la trame et certains passages un peu déroutants dans l'alternance des époques.Il faut un temps d'adaptation et le début est un peu longuet,mais ça vaut le coup de continuer.Et il est vrai qu'aussi le film finit par être plus long tant on fait arrêt sur image pour essayer de reconnaître les acteurs d'une époque à l'autre!Certains grimage nous laissent bouche-bée!Mais LE point fort est l'évolution entre les personnages entre les siècles,on a vraiment l'impression du glissement de terrain lent des situations qui les relient propre à la loi du karma.Chapeau très bas pour cette première dans le monde(parfois?)stéréotypé du cinéma!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 août 2013
il est clair qu'il faut ce grater la tête pour suivre l'histoire, même à la fin ..... je cherche encore pour être sur
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 décembre 2013
Que de travail dans ce film : ça fait réfléchir, rêver et pleurer! magnifique moment !Je le conseil fortement !!
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2015
Dès que vous commencez à regarder cette splendeur cinématographique vous avez un sentiment étrange qui vient dès le début du récit .... où suis-je et à quelle époque ?
L'accent "acadien" de Tom Hanks est aussi très surprenant.
Attention à ceux celles et ceux qui ont le mal des transports car les changements d'époques sont rapides et il faut être en alerte, attentif aux histoires qui sont narrées car elles ont toutes un fil conducteur ....
Reconnaître l'acteur qui se "cache" sous tel ou tel personnage est aussi un exercice qui vous surprendra vraiment !
Superbe film sur la confrontation des croyances entre les civilisations ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mars 2014
Trop fururiste a mon gout, mais je pensais qu'avec ce genre d'acteurs, je ne serais pas deçue mais je me suis ennuyé
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus