undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles4
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
4
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:15,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 20 décembre 2015
C'est avec ce disque que BOC est entré dans la cour des très grands.
BOC le seul groupe de métal qui swingue !
Astronomy est une vraie perle dont on ne se lasse jamais.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 novembre 2013
Remarquable travail sonore avec replique mini vinyle + OBI : INDISPENSABLE pour les fans du BOC.
Pressé à 3000 exemplaires
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 novembre 2011
CHRONIQUE DE HERVE PICART MAGAZINE BEST MAI 1978 N°118 Page 4
3° Album 1974 33T Réf : CBS S 80103
"Traités secrets", que certains considèrent comme le meilleur disque de BOC (ce qui se défend), n'a pas tout à fait la même texture que son prédécesseur. "Tyrannie et Mutation" était un fuseau de métal brillant, lancé à pleine vitesse. Cet album est fait d'un acier plus mat, moins fulgurant, mais comme animé d'une vie rampante. En fait, on pense assez souvent au Velvet Underground à son écoute, peut être parce que certains rythmes ophidiens et cette façon de faire couver le feu électrique rappelleront toujours Lou Reed. Si le fameux "ME 262" et la deuxième face ont des rythmes très rock, l'ensemble du disque est ressenti comme un hymne plus lancinant qu'entrainant.
"The Red & The Black" fonçait dans la nuit. "Subhulman", incontestablement sommet du disque, se déplie puis s'enroule comme une marée qui prend son temps pour vous submerger, sûre de sa puissance et de son infaillibilité.
L'on en est ici au troisième pas aussi dans la démarche intellectuelle du groupe. Après avoir annoncé l'ère nouvelle, la mutation qui sans relâche frappait à notre porte , voici proposée l'idéologie bien nietzschéenne, où l'on parle de surhommes et de domination. En fait la démarche philosophique de Meltzer et Pearlman a conduit le groupe à une pensée préfasciste, et l'attirance esthétique du Cult pour le métal, la surpuissance et le noir considéré comme lumière a précipité le groupe dans un état quasi nazi. Il y a au niveau du concept une fascination pour les insignes, le paramilitaire, les machines de guerre comme le Messerschmitt ou, plus subtils, les traités secrets qui est des plus troublantes, voire douteuse. Ce qui explique que les juifs de New York vont faire quelques ennuis au groupe. Si l'idéologie est contestable (un égarement intellectuel plus qu'autre chose d'ailleurs), la musique est, elle, au-dessus de tout reproche, et c'est quand même l'essentiel. Avec "Secret Treaties", dernière pochette noire et blanche, se clôt une trilogie idéologique et s'affirme une maturité musicale achevée.
.
.
......(Dans ce délire mystico-divinatoire, nous nous permettons d'introduire quelques éléments qui sans doute replaceront les intentions du groupe à un plus juste niveau. )
Extrait de l'interview déjà mentionnée entre ce journaliste français, Francis Dordor, Allen Lanier et Donald Roeser tous deux membres du BOC
F. D. : Quel était le concept général de « Secret Treaties » ?
A.L. et D.R. : Nous avons toujours été fascinés par le mysticisme et la technologie, ainsi que par la science-fiction. « Secret Treaties » est une projection historique des rapports pouvant exister entre le rock et la politique. Ces deux éléments en réalité, entretiennent le même genre d'illusion du pouvoir que leur octroient les média. Mais cette illusion, il est aussi souhaitable de jouer avec que de la dénoncer avec force, car si l'on se réfère aux faits historiques, on s'aperçoit que la première media-star fut Adolf Hitler. Des films comme (« un homme dans la foule » d'Elia Kazan) ou « Network » tentent de démonter les mécanismes de ces résistibles ascensions. « Secret Treaties » est plus ambigu parce qu'il magnifie ce qu'il condamne.
.
.
F.D. : D'autres l'ont fait pour vous comme par exemple certaines ligues, certains comités juifs à New York ont tenté de faire pression sur vous en vous taxant de groupe néo-nazi.
A.L. et D.R. : Mais nous n'avons rien à faire avec ça. C'est d'une telle stupidité. Nous avons joué un jeu et ce jeu est celui de l'illusion portée à son plus haut niveau. Parce que cette illusion est entrainée par un extravagant véhicule émotionnel qui est le Rock'n'Roll. Ce véhicule n'est pas plus contrôlable que ne l'étaient les discours d'Hitler, c'est là notre démonstration. Nous acceptons le mythe sur scène mais ne pouvons l'assumer hors de ce contexte parce qu'une fois cette excitation émotionnelle disparue, l'illusion doit disparaitre aussi. Sinon il n'y a plus aucun contrôle
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour étaler leur domination sur le monde, les tortionnaires firent une démonstration en puissance majeure. Nous allions savoir ce que le mot soumission signifie pour de bon. Nous étions des sous-hommes et ils (se) nous le justifiaient avec une férocité incroyable. Dans les charniers de cadavres amoncelés depuis leur arrivée, ils se mirent à récolter dans les cavités oculaires les yeux des victimes. Leur moisson était abondante. Ils accompagnaient leur œuvre par un chant toujours ponctué par une ritournelle enfantine qui nous avait glacé le sang, comme si la violence d’«Apocalypse Now» avait été ficelée avec les partitions de l’ «Ode à la Joie». Les bourreaux faisaient carrière sans attendre le départ de leurs aînés. Leurs jours de Gloire étaient arrivés. Les sillons de leurs 33 Tours étaient abreuvés de notre sang impie.
Les télépathes flamboyants captaient nos coupables pensées de résistance à cet envahisseur venu d’ailleurs, d’une autre Galaxie. Ils s’essayaient bien, pour donner le change, à tester les plus fiers destroyers destructeurs d’une tyrannie que nous connûmes jadis. Avec l’emblématique Messerschmitt ME-262 devant lequel ils posaient en costume d’époque, les musiciens du Culte de l’Huître Bleue parachevaient l’œuvre de destruction massive. Anéantis psychiquement pour subir pareils outrages sans que nous ne puissions réagir en quoi que ce soit, nous ne savions que trop qu’aucune Royal Air Force n’allait pouvoir arrêter le carnage. Et ces damnées Guitares d’Enfer (anagramme de Fender), qui copulaient sans vergogne avec les amplis Marshall (traduction de la Maison de Mars, dieu de la Guerre), nous faisaient hocher la tête et taper du pied, masochistes que nous étions !
L’Intelligence Extra-Terrestre Suprême guidait les manches des Six-cordes. La Terre était enfin devenue leur champ d’observation de l’Univers. Le diagnostic agnostique du Docteur Fougeray était toujours aussi erroné. Le spectacle auquel nous assistions justifiait quoi qu’il en dise que les 5 guitares du Cult fussent en fusion sur l’Autel Sacrificiel. Ce pauvre Phil croyait encore, avant d’être foudroyé plus tard par une hémorragie cérébrale, aux vertus de la Couleur Pourpre et aux bienfaits de l’Arc-en-Ciel amenés par le Chevalier Blackmore. Or, les temps étaient au vermillon, au carmin bruni. L’Astronomie était assise sur un Trône vers lequel nous n’osions plus lever les cieux. La Mutation s’était opérée par des mélopées autant incantatoires qu’incandescentes. Le triptyque Rachat-Tyrannie-Domination s’était imposé en force. L’inquiétant Blue Öyster Cult tranchait dans le vif de nos chairs ensanglantées : nos mémoires, notre Inconscient Universel garderaient ces images en Noir et Blanc gravées pour nos plus scrupuleux cauchemars. A jamais et pour toujours, je crois bien… Désormais la Couleur pouvait apparaître.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)