Commentaires en ligne 


11 évaluations
5 étoiles:
 (7)
4 étoiles:
 (1)
3 étoiles:
 (3)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La fin de l'innocence
Chien Blanc, White Dog, c'est le terme employé pour parler des chiens dressés par la police pour s'attaquer aux Noirs. C'est aussi, s'agissant du livre, un voyage au coeur de la haine, de la mesquinerie et de la connerie crasse qui n'épargne personne ; Blancs, Noirs, acteurs hollywoodiens, tous réunis sous la grande bannière de...
Publié le 3 mai 2008 par Robert Redford

versus
10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un conte en noir et blanc
Sans doute écrit au lendemain de la séparation de Romain Gary et Jean Seberg, ce roman autobiographique est une peinture acide des Etats-Unis de la fin des années soixante. L'auteur y expose avec véhémence le dégoût certain que lui inspire cette Amérique consumériste où les combats politico-ethniques...
Publié le 10 octobre 2002 par ayapos


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La fin de l'innocence, 3 mai 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
Chien Blanc, White Dog, c'est le terme employé pour parler des chiens dressés par la police pour s'attaquer aux Noirs. C'est aussi, s'agissant du livre, un voyage au coeur de la haine, de la mesquinerie et de la connerie crasse qui n'épargne personne ; Blancs, Noirs, acteurs hollywoodiens, tous réunis sous la grande bannière de l'hypocrisie et de la bêtise humaine.

On ressort de ce livre bouleversé par le sort réservé à l'animal, mais aussi par ce qu'il représente ; l'innocence dévoyée par les salauds, comme cette Clara méprisée par les Blancs comme les Noirs parce qu'elle a des amants noirs.

Toutes les couleurs sont laides.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le livre aux couleurs des temps, 23 mai 2011
Par 
Josyane Sbalchiero (Montbrison France) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
Alors que j'ai passé toute une période de ma vie où je quittais Gary pour Steinbeck et inversement j'ai raté Chien Blanc que je viens de découvrir.

Gary est un cynique au vrai sens du terme, alors, si vous vous intéressez aux problèmes de notre société lisez ce livre, écoutez ce regard, voyez avec les mots vifs et sans concession de cet homme qui ne se désespère que d'une chose comment cesser d'avoir un jour de l'espoir.

De quoi est-il question ? de l'indéfinissable couleur de la bêtise humaine.
Pas drôle l'histoire du chien ? Non, pas drôle.
Encore un truc qui va alourdir la journée ? Pas sûr !!! Parce que le talent de Gary c'est de savoir nous faire rire de nos grandes médiocrités. Pas de grands éclats de rire mais des vrais sourires et puis il y a Madeleine... Et je ne dirais rien sur Madeleine...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


21 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'Amérique et la France des années 60, 4 mars 2003
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
Dans « Chien Blanc », Romain Gary nous relate des événements qui ont marqué sa vie et celle de son épouse d’alors, Jean Seberg, entre 1968 et 1969, entre Paris et Los Angeles. La trame de son récit est l’histoire de ce chien errant, un berger allemand, qu’il recueille un soir de pluie et qui se révèle être un « chien blanc » : un chien dressé en Alabama pour chasser les noirs. Optimiste et idéaliste, Gary refuse de faire piquer Batka (c’est le nom qu’il lui donne alors que son vrai nom est Fido) et le confie à un spécialiste du dressage qui travaille pour les studios de Hollywood. Le spécialiste en question fera finalement de Batka un « Chien Noir » qui attaque les blanc… Romain Gary nous jette alors un regard mi-amusé, mi-révolté, mais toujours bienveillant sur l’Amérique. Il ne manque pas d’égratigner au passage quelques-unes des belles âmes le plus en vue de l’époque en dévoilant au grand jour leur hypocrisie, quand ce n’est pas leur crasse imbécilité. Son regard critique sur les stars hollywoodiennes peut sembler parfois excessif, mais il n’en sonne pas moins terriblement juste… Enfin, on rira de bon cœur sur les provocations de Gary à Paris pendant les événements de Mai 1968. Ce qui étonne notamment, c’est que ce récit de Mai 1968, bien que n’ayant pas de recul historique dont nous disposons aujourd’hui, semble au diapason de la vision que nous en avons aujourd’hui. A lire et à relire. Pour réfléchir mais aussi pour rire.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Batka, 18 avril 2013
Par 
foxie "vie en livres" (france) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
1968 : année cruciale dans la lutte pour les droits civques des Noirs aux Etats-Unis. Romain Gary et sa femme, Jean Seberg sont vivement engagés dans ce mouvement des deux côtés de l’Atlantique, leur notoriété leur donnant une tribune large et respectée.
Ce livre, écrit sous forme d’autobiographie, raconte l’histoire de Batka un chien perdu que le couple trouve un jour devant leur porte. Ils l’adoptent mais s’aperçoivent bientôt que ce chien est dressé pour attaquer férocement les Noirs. Ils refusent de s’en séparer .Ils le confient à un refuge où un employé noir l’amadoue… Maintenant il n’attaque plus les Noirs mais montre les crocs aux Blancs.
Dans un climat de bêtise et de haine tout devient possible…avec un dressage approprié !...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un conte en noir et blanc, 10 octobre 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien blanc (Relié)
Sans doute écrit au lendemain de la séparation de Romain Gary et Jean Seberg, ce roman autobiographique est une peinture acide des Etats-Unis de la fin des années soixante. L'auteur y expose avec véhémence le dégoût certain que lui inspire cette Amérique consumériste où les combats politico-ethniques Noirs-Blancs se révèlent mesquins, vains et dénués de toute Humanité. Cynique de bout en bout, Romain Gary y apparaît presque misanthrope. Les quelques petites touches de rêve de Fraternité trahissent néanmoins l'espoir profond que l'auteur fonde en l'Homme : « Il est moins grave de perdre que de se perdre. »
Si l'écriture et l'argumentation peuvent parfois paraître faciles, cet ouvrage a le mérite d'exposer sans complaisance une certaine image du racisme et d'aider à mieux connaître Romain Gary, l'homme.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un très grand livre, 17 octobre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
Une fois de plus, je n'ai pas pu lacher ce livre de Romain Gary.
Ce dernier dépeind avec une telle virtuosité la sociéte des années 60/70, tous les mots utilisés sont très précis et son analyse sur le monde est d'une telle justesse. Certains thèmes traités sont malheureusement toujours d'actualité, ce livre est véritable réquisitoire contre la betise humaine. A lire absolument!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 si raciste, s'abstenir!, 14 juin 2014
Par 
Leblanc-halmos (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
Si le racisme vous accable, ce livre, avec le scalpel de l'humour va vous soigner profond'aimant. Un chien, on ne lui dit rien, il comprend tout. Un raciste, on lui dit tout, il ne comprend toujours rien.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 a découvrir, 11 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
Découvert ce livre par une référence d'un éducateur canin sur la possibilité de changer des habitudes même à un vieux chien.
En, fait thème de fond avec pour toile les évènements de 68 en France et simultanément aux USA. Particulier, mais bon moment de lecture.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3.0 étoiles sur 5 Politiquement correct, 17 avril 2011
Par 
Damien Coullon (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
Un chien blanc, c'est un chien dressé à agresser les Noirs. Les années 60 aux Etats-Unis, c'est notamment la lutte pour les droits civiques des Noirs - lutte pour laquelle Jean Seberg, mariée à l'époque avec Romain Gary, s'engageait par mauvaise conscience, organisant des réunions de soutien mais surtout signant des chèques, beaucoup de chèques, comme il était de bon ton de faire dans la bonne société blanche hollywoodienne de l'époque.

Dans un tel contexte, quand Romain Gary récupère par hasard un berger allemand « chien blanc », c'est forcément la crise au foyer. Gary se sert de cette histoire pour établir un parallèle entre son combat pour faire de ce berger allemand un chien sans préjugés et la lutte pour les droits civiques, et en profite pour en raconter (partiellement) les coulisses, dans sa vie privée comme dans la vie plus publique de la bonne société.

Conséquence de ce choix, Chien Blanc est à mon goût un roman trop autobiographique, trop « Romain Gary, héros de toutes les causes, tellement au-dessus de la mêlée, mais capable des bonnes indignations où il faut quand il faut, et puis tellement viril aussi ». Manque de recul peut-être.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 "et avec les oreilles, vous faites quoi ?", 4 mars 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chien Blanc (Poche)
La lutte pour l'égalité raciale aux USA à la fin des années 1960 vue par Romain Gary, avec un petit détour par Paris en mai 68, qui est d'ailleurs l'épisode le plus hilarant de ce roman. Je ne sais pas si c'est ce qu'a vraiment vécu Romain Gary, mais en tout cas ça m'a bien fait rire. Dans l'ensemble, un roman pas mal, mais à mon avis ce n'est pas le meilleur bouquin de Gary.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


‹ Précédent | 1 2 | Suivant ›
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Chien blanc
Chien blanc de Romain Gary
EUR 5,99
Ajouter à votre liste d'envies Voir les options d'achat
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit