Commentaires en ligne


4 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hotter, le wotantissime
En quelque sorte, le nom de Hotter est lié à Wagner comme celui de Gould à Bach (mais toute comparaison s'arrête là :). Après des débuts en concert en 1929 (dans Handel) puis sur scène en 1930 (Mozart), les années trente le voient sur de nombreuses scènes allemandes puis européennes; il participe...
Publié il y a 22 mois par Savinien

versus
6 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 CD indigne d'une maison de disques même en solde
Les CD 1 et 2 sont inaudibles.Quant aux autres ils sont insupportables. Certe Hans Hotter ne chante plus depuis ses adieux en 1989 ; ses enregistrements en studio sont rares , mais ses captations live sont nombreuses et en général d'excellente qualité.Ces CD ont dû être récupéres dans une poubelle . Un produit a detruire qui discredite...
Publié il y a 22 mois par Gilbert CHAUVIN


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Hotter, le wotantissime, 13 juillet 2013
Par 
Savinien (Liège, Belgique) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hans Hotter : The Wotan of the Century at His Best (CD)
En quelque sorte, le nom de Hotter est lié à Wagner comme celui de Gould à Bach (mais toute comparaison s'arrête là :). Après des débuts en concert en 1929 (dans Handel) puis sur scène en 1930 (Mozart), les années trente le voient sur de nombreuses scènes allemandes puis européennes; il participe notamment à la création d'opéras de Richard Strauss (le Commandant dans Friedenstag en 1938, et Olivier dans Capriccio en 1942).

Doté d'une stature impressionnante et d'une voix puissante et sombre, conteur hors pair au phrasé naturellement noble et au timbre de bronze massif, les années 50 vont le consacrer définitivement dans son statut d'insurpassable wagnérien (à commencer par ses débuts fracassants au Metropolitan dans le Hollandais). Après l'étoile filante Sigurd Björling en Wotan l'année de la réouverture, Bayreuth le réclame en 1952. Il y sera le Kurwenal du dernier Karajan sur la Colline sacrée, mais aussi Amfortas, et enfin un Wotan magistral, rôle qu'il trustera à Bayreuth jusqu'en 1958 (et encore trois étés par la suite), et qu'il chantera en outre pendant plus de vingt ans (jusqu'en 1972 à Paris, à 63 ans !). A Bayreuth il sera à nouveau Amfortas en 1953, Gunther en 1955, Hans Sachs en 1956, Kurwenal en 1957, deux fois Pogner (1958 et 1960), deux fois le Hollandais (en 1955 et 1965), et le plus noble des Gurnemanz de 1960 à 1966.

Le titre Membran (quelque peu pompeux et commercial comme il se doit) annonce la couleur : "le Wotan du Siècle à son meilleur". Le rôle de Wotan sera donc bien représenté dans ce coffret, avec 3 disques sur les 10, et au passage un (petit) clin d'oeil à un rôle non wotantatoire (si j'ose dire) de la Tétralogie : Hunding (mais on n'aura par contre pas droit à Gunther). D'autres grands rôles wagnériens de Hotter occupent encore 3 disques supplémentaires : on trouvera ainsi le Hollandais, Kurwenal, Sachs (mais pas Pogner), Gurnemanz (mais pas Amfortas !). A noter encore qu'un disque entier (et bien rempli) est consacré à ses formidables rôles straussiens (Morosus, La Roche, Mandryka, Jochanaan, Oreste).

Le contenu du coffret est détaillé ci-dessous. Comme d'habitude chez Membran, l'édition est minimaliste et incomplète, dans un son globalement assez correct (selon la captation, évidemment), mais une compilation pas toujours très soignée (voir notamment les horripilantes coupures mentionnées aux CDs 2-3). Cependant, une fois de plus, ce coffret Membran permet de retrouver à prix ridicule un beau panel de l'art d'une des grandes voix de son siècle. Et quelle voix ! Celle du dieu des dieux, ce n'est pas rien, tout de même ! ;)

CD 1: Wagner : Das Rheingold. Les principales scènes avec Wotan, 35 minutes en tout, extraites de la captation de Bayreuth 1956 sous la baguette de Hans Knappertsbusch (avec Georgine von Milinkovic, Ludwig Suthaus, Gustav Neidlinger, Gré Brouwenstijn, Josef Greindl) -- Die Walküre : Acte 3 Scène 3 (complète), dans la légendaire captation studio de 1957 avec Léopold Ludwig à la tête du Philharmonia Orchestra, et la Brünnhilde suprême de Birgit Nilsson (voir l'album complet). En complément, le court monologue de Hunding, live au Metropolitan en 1954, sous la direction de Fritz Stiedry.

CD 2: Wagner : Die Walküre. L'entrée de Wotan extraite d'une captation à la Scala (avec Nilsson et Karajan, en 1958), est suivie de la confrontation avec la Fricka électrique de Rita Gorr à Bayreuth en 1958 (avec Knappertsbusch). Même captation pour la Scène 2 de l'Acte 2 (avec la Brünnhilde d'Astrid Varnay), amputée toutefois des derniers mots de Wotan (coupé après "Siegmund falle !"). S'enchaine la Scène 3 de l'Acte 3 (amputée de l'Incantation du feu !!), avec cette fois la saisissante Brünnhilde de Martha Mödl, dans la captation Keilberth 1953 (alternative à la version "officielle" de Clemens Kraus).

CD 3: Wagner : Siegfried. La (quasi) totalité du rôle du Wanderer, avec souvent des micro-coupures au début ou à la fin. Ainsi la Scène 2 de l'Acte 1 (avec le Mime de Paul Kuen) commence au moment où le Voyageur met sa tête en gage; il manque donc toute l'introduction (et le pourtant immanquable "Heil dir" !). Idem pour la Scène 1 de l'Acte 2, sans le début, mais avec l'Alberich de Neidlinger et le Fafner de Greindl. S'ensuit la Scène 1 de l'Acte 3, avec l'Erda de Maria von Ilosvay; ces trois extraits tirés de la captation Bayreuth 1957 sous la baguette de Knappertsbusch. Pour terminer, la Scène 2 de l'Acte 3 (sans la première phrase du Wanderer, décidément !), avec le Siegfried de Windgassen dans la captation légendaire de Clemens Kraus 1953.

CD 4: Wagner : Der Fliegende Holländer. En ouverture, l'indispensable captation studio de Léopold Ludwig avec la Senta d'acier de Birgit Nilsson (en 1957, voir ci-dessus); le plus beau "Wie aus der Ferne" de toute la discographie ! Ensuite, extraits du l'enregistrement légendaire de Clemens Kraus à Munich en 1944, le Monologue du Hollandais et toute la scène suivante (avec le Daland de Georg Hann et le Steuerman de Franz Klarwein), et à nouveau la scène "Wie aus der Ferne" (avec cette fois Viorica Ursuleac). Enfin, un extrait capté pour la radio de Hambourg en 1951 (avec Helene Werth, Bernd Aldenhoff, Kurt Böhme et Res Fischer, direction Wilhelm Schuster), et à nouveau le Monologue enregistré en 1960 pour la radio de Bavière (sous la baguette de Meinhard von Zallinger).

CD 5: Wagner : Tristan et Isolde. D'abord un extrait de la production de Karajan en 1952 (avec Ramon Vinay et Ira Malaniuk), ensuite près d'une demie heure issue de Bayreuth 1957 (avec Wolfgang Windgassen, sous la direction de Wolfgang Sawallisch). -- Parsifal : quarante minutes d'un solide Gurnemanz capté au Metropolitan en 1954, sous la baguette de Fritz Stiedry (avec le Parsifal de Set Svanholm).

CD 6: Wagner : Die Meistersinger von Nürnberg. Les deux monologues de Sachs encadrent ce CD, le premier en studio en 1944 à Munich (sous la baguette de Heinz Hollreiser), le second en 1960 à la Radio de Bavière (dirigé par Meinhard von Zallinger). Entre ces deux captations (et dans un son parfois plus problématique, avec souffle et distorsions orchestrales), plus d'une heure des Meistersinger d'André Cluytens à Bayreuth en 1956, avec notamment Wolfgang Windgassen, Gré Brouwenstijn et Josef Greindl.

CD7 : Marschner : Hans Heiling (Opéra de Berlin, Artur Rother, 1943) -- Beethoven : Fidelio (avec Gottlob Frick et Herbert von Karajan, live à la Scala de Milan en 1960) -- Mozart : Les Noces de Figaro (2 airs, en allemand, avec la Suzanna de Irma Beilke, et le Wiener Philharmoniker de Josef Krips), live à Salzbourg en 1942), Die Zauberflöte (Hotter en narrateur, à Cologne en 1954 avec Josef Keilberth) -- Handel : Giulio Cesare (Philharmonia Orchestra, George Weldon, 1951) -- Pfitzner : Palestrina (25 minutes, avec Julius Patzak, sous la direction de Richard Kraus, pour la Radio de Cologne en 1952) -- Mussorgsky : Boris Godunov (2 airs de Boris, en allemand, l'Orchestre de la Radio de Bavière, Eugen Jochum, 1957).

CD 8: Une piste en particulier vaut ici le détour : une formidable scène du Grand Inquisiteur, extraite du Don Carlo de Verdi, chantée en italien et en live au Metropolitan en 1952, avec Fritz Stiedry et le Philippe II de Jerome Hines. Le reste du CD est constitué essentiellement de grands airs d'opéras italiens, chantés en allemand. Rossini: Le Barbier de Séville, Bizet: Carmen, Leoncavallo: Pagliacci, Verdi: Otello (Orchestre de l'Opéra de Berlin, dirigé par Artur Roter, 1941-1943) -- Verdi: Aïda (avec Hilde Scheppan, dirigé par Artur Roter en 1942) -- Verdi: Falstaff (20 minutes, avec Wilhelm Ulbricht, Orchestre de Leipzig, Hans Weisbach, 1939) -- Rossini: Le Barbier de Séville (live à Munich, Joseph Keilberth, 1959).

CD 9: Richard Strauss. Die Schweigsame Frau (2 extraits de la légendaire production de Karl Böhm à Salzbourg en 1959, avec Fritz Wunderlich et Hilde Güden) -- Capriccio (Philharmonia Orchestra, Wolfgang Sawallisch, 1958) -- Arabella (plus de 30 minutes d'un fameux Mandryka, avec l'Arabella de Maria Reining, sous la baguette de Karl Böhm à Salzbourg en 1947) -- Salomé (avec Ljuba Welitsch, au Metropolitan sous la direction de Fritz Reiner en 1952, ainsi qu'un court extrait d'une représentation au Wiener Staatsoper sous la direction du compositeur, en 1942) -- Elektra (avec l'Elektra d'Astrid Varnay, extrait d'une intégrale studio réalisée à Cologne en 1953 sous la direction de Richard Kraus).

CD 10: consacré à des lieders captés lors de récitals entre 1942 et 1945, avec Michael Raucheisen au piano (et la participation de Hilde Scheppan dans Schubert). On signalera particulièrement la Légende op.38 "Gregor Auf dem Stein" de Carl Loewe (composée de 5 lieders, non renseignés sur la pochette). Les autres lieders sont de Nicolai (2), Weber (2), Loewe (1), Schubert (3), Wolf, Pfitzner (2), Schumann, et Brahms (2).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Remarquable, 14 septembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hans Hotter : The Wotan of the Century at His Best (CD)
Pour tout amateur de la musique de Wagner, ce coffret s'impose absolument, d'autant plus qu'il est proposé à un prix très raisonnable. Sans rajouter au commentaire très détaillé déjà publié, le coffret n'est qu'une série de moments magiques tant par la voix de Hans Hotter que moments de captation uniques à la fois musicaux et historiques (Munich 1944 Clemens Krauss). A ne pas rater
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le plus grand baryton du siècle, 20 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hans Hotter : The Wotan of the Century at His Best (CD)
Coffret exceptionnel comme le plus souvent chez cet éditeur pour un prix défiant toute concurrence Le son est le plus souvent très bon
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 CD indigne d'une maison de disques même en solde, 27 juillet 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hans Hotter : The Wotan of the Century at His Best (CD)
Les CD 1 et 2 sont inaudibles.Quant aux autres ils sont insupportables. Certe Hans Hotter ne chante plus depuis ses adieux en 1989 ; ses enregistrements en studio sont rares , mais ses captations live sont nombreuses et en général d'excellente qualité.Ces CD ont dû être récupéres dans une poubelle . Un produit a detruire qui discredite Amazon.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit