undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

5
3,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
0
3 étoiles
3
2 étoiles
0
1 étoile
0
Steelheart
Format: Format KindleModifier
Prix:2,49 €

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
"Stealheart" est une bonne histoire, Brandon Sanderson est incapable d'écrire une mauvaise histoire.

Mais c'est une histoire où il ne se renouvelle pas et où il manque un souffle entre romantisme et héroïsme qu'on trouve dans ses romans "adultes". On part sur des bases connues : un environnement à la nature modifiée (un superhéros fait régner une nuit perpétuelle, contre un paysage de poussière et de désolation dans Mistborn ou une enclave grisâtre dans Elantris), un dictateur semi-dieu surpuissant (ici Steeheart, régnant sur Newcago, ex Chicago), une bande hétéroclite vivant dans le secret et unie dans un but commun (ici abattre le règne dictatorial des super héros, survivre en volant dans Mistborn), une héroïne exceptionnelle (même si là exceptionnellement elle n'est que le deuxième personnage, le récit étant mené par un geek tellement geek qu'il en est caricatural). Le récit se déroule souplement et est rythmé, mais je n'ai jamais eu le souffle coupé ou suspendu comme dans ses autres livres. Est-ce dû au caractère volontairement "young adult" du roman? (Mais qui me semble forcé, un vrai bon "young adult" ne se lit pas comme si on sentait à chaque page que l'auteur veut s'adresser à des jeunes) Est-ce dû aux situations un peu simples (bataille-repli-idée du geek qui demande un truc farfelu mais dont il se dit que ça pourra servir plus tard- re bataille...) ? Aux dialogues qui m'ont aussi semblé un peu forcés?

Je pense que comme d'habitude chez BS, il y a plein de bonnes idées, mais qui semblent ici avoir été délayées avec paresse et manque d'ambition. Parfois il serait bon que certaines histoires restent dans des tiroirs ou soient travaillées sur une plus longue période de temps...
99 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Film à grand... euh... livre à grand spectacle ! Sanderson a compris, dans sa grande et folle sagesse, qu'il passe son temps, dans ses livres, à créer des super-héros, à coup de Shardblades ou d'Allomancie... il a donc naturellement franchi un pas supplémentaire dans un livre très pictural, très américain, je trouve, Steelheart est un futur film que Marvel ne renierait pas.
Des humains, du jour au lendemain, se voient dotés de supers pouvoirs. Ils ne s'en servent pas pour faire le bien, et les plus puissants de ces surhommes, qu'on appelle des "Epics" se créent des micro-empires dans une Amérique dévastée par ce fléau.
Le héros, David, décide de s'élever contre Goliath - pardon - Steelheart, le plus puissant des Epics de l'Ouest des Etats-Unis. Ce super vilain a tué son père, et David a vu Steelheart saigner, il sait donc qu'il n'est pas invulnérable.
Le livre est drôle, si l'histoire est simple, on est souvent face à la quadrature du cercle, on cherche, avec David, quelle est la faiblesse de Steelheart, j'ai cru la trouver, mais non, Sanderson a été plus malin que moi, encore une fois...
Ce livre est AMUSANT, avant tout, une ode à la mauvaise métaphore - un sport dans lequel David excelle - qui m'a fait rire plus d'une fois. On retrouve le Sanderson d'Elantris, avec une situation inextricable, qui trouve une solution inattendue, ce qui est bien joué. Le ton est décalé, David, le héros pas super-héros, m'a souvent évoqué le héros du dessin-animé 'Dragons', un peu gauche, dégingandé, nonchalant, mais très pointu, et spécialiste de son domaine...
Un bon moment à passer, je recommande.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 4 octobre 2013
-
Brandon Sanderson, jamais à court d'idées ni d'énergie, nous a concocté ici un mélange réussi de thèmes porteurs (super-héros, monde post-apocalyptique, young adult) et de ses ingrédients habituels. Les lecteurs fidèles de l'auteur ne manqueront pas de faire certaines comparaisons (avec "Fils des brumes", pour l'organisation sociale d'un petit groupe de résistants qui œuvrent en secret, mais aussi "Elantris", je ne sais pas trop pour quelle raison, peut-être à cause de la mélancolie qui sous-tend la narration - pourtant très dynamique et humoristique). L'inventivité générale m'a souvent fait penser à Daryl Gregory, un autre de mes auteurs préférés (Pandemonium,The Devil's Alphabet,Raising Stony Mayhall).
Malgré cela, l'ensemble m'a paru original, riche en bonnes idées et pas avare en surprises (je pensais les avoir devinées, cela a été le cas, mais pas d'une manière exhaustive, certaines m'avaient échappé !).

Le décor :

15 ans plus tôt une sorte d'étoile rouge est apparue dans le ciel. Sa nature demeure mystérieuse, le monde ayant rapidement sombré dans le chaos alors que l'apparition de cette étoile, "Calamity", s'accompagnait de la transformation de certains humains en êtres différents, rarement pour leur apparence, mais pour leurs aptitudes étonnantes - des pouvoirs aussi variés qu'étonnants.
L'origine de Calamity et de la transformation d'humains en "épics" a donné naissance à moults conjonctures, mais personne n'y comprend toujours rien. Ces pouvoirs défient toutes les lois scientifiques, on ne peut que constater et s'adapter.

La Brandon Touch :

Ces super-héros ont un gros défaut : ce sont des monstres ! Ils n'éprouvent plus aucune empathie pour les humains, les tuant sans sourciller, utilisant leurs pouvoirs avec gourmandise. En revanche ils aiment dominer et régner et les plus puissants, comme Steelheart, règnent sur une ville qu'ils ont choisie (Newcago pour Steelheart), épaulés de quelques épics moins puissants.
Les épics ne sont pas immortels, mais leurs pouvoirs sont tels qu'ils pourraient tout aussi bien l'être (du moins jusqu'à l'heure de leur mort naturelle, ils vieillissent lentement mais vieillissent tout de même) s'ils n'avaient pas chacun un talon d'achille - secret qu'ils cherchent par-dessus tout à protéger...
Le monde est ainsi terrassé par ces monstres et survit plutôt qu'il ne vit. L'espoir est presque mort, les humains sont résignés à leur sort. Plus personne ou presque ne croit encore qu'une nouvelle génération d'épics, des bons ceux-ci, viendront combattre les méchants et sauver l'humanité.

L'ensemble des ce paramètres décalés, que je ne vous détaillerais pas plus ici, a été soigneusement pensé et tourne très bien. Rien n'a été oublié et c'est bien agréable dans ce genre de monde inventé qui fonctionne le plus souvent sur trois pattes, pendant que l'auteur se concentre sur l'action / la romance / les affreux tourments qui rongent les personnages principaux / l'intrigue. L'amenée des choses est très satisfaisante, bien intégrée à la narration, toute en légèreté. La manière dont la trame est enchevêtrée permet également de nous faire participer à un jeu de déduction, très distrayant.

L'ambiance est assez ambivalente : il y a beaucoup d'humour, dans la voix off du narrateur (un garçon de 18 ans - merci BS de n'avoir pas essayé de la jouer en fille ^_^ - qui manie bien l'auto-dérision et qui est parfois d'une fraîcheur désarmante), dans les dialogues (un personnage haut en couleur, une jeune fille super-combattante-super jolie-mais qui ne rigole pas) et dans certaines situations. L'action est centrale, à la fois par l'enchaînement de scènes d'action proprement dites (la raison de ma restriction d'étoiles, ces descriptions d’actions m'ennuient, je n'arrive à les ingurgiter que si l'auteur est doué, comme ici, mais je ne les apprécie pas pour autant) que pour l'histoire en elle-même : celle de la préparation d'une attaque.

Ce que j'ai sans doute préféré dans ce livre, d'une lecture agréable et addictive par ailleurs est, comme toujours chez cet auteur (et certainement l'unes des raisons pour lesquelles je lui reste aussi fidèle) la profondeur sous la narration ludique : celle-ci, riche en action, rebondissements et situations drastiques, permet parfois d'exposer quelques idées très pertinentes. De même, la réflexion de fond sur la raison d'être de sur-humains devenus monstrueux, alors qu'ils devenaient d'une puissance anormale, est intéressante - sans être jamais moralisatrice. Enfin, certains profils stéréotypés nous échappent-ils soudainement, pour devenir consistants, voire même d'une complexité inhabituelle dans ce genre de roman, j'ai été très surprise à un moment, alors que cela ne m'arrive plus qu'exceptionnellement.

At last but not least, cerise sur la gâteau : ce roman, qui annonce clairement une suite, a tout de même une fin propre !
J'ai refermé ce livre sans frustration, mais avec la détermination de sauter sur le tome suivant dès sa sortie - as usual pour chacun des livres de l'auteur, il me faut bien l'admettre...
1010 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 4 juin 2015
Il s'agit là d'un récit fait pour plaire aux plus grand nombre de lecteurs de SF et amateurs de séries/films à succès inspirés des comics. De fait, il ne sort pas des sentiers battus et ne réserve pas de grandes surprises narratives et scénaristiques car trop calqué sur une trame cinématographique. « Steelheart » reste toutefois un roman agréable à lire et la découverte de cet univers apocalyptique dans lequel des super-humains quasiment défiés et corrompus par leurs pouvoirs ont asservi l'humanité représente l'aspect le plus intéressant du livre.

Les héros sont malheureusement un peu trop caricaturaux et simplistes, quant aux « vilains » j'aurais espéré qu'ils soient plus développés et approfondis. Est-ce une volonté de la part de l'auteur de réserver cet aspect de l'univers dans la suite « Firefight » ? Les dernières pages peuvent le laisser croire.

Je recommanderai ce livre aux lecteurs qui attendent une lecture distractive facile et plaisante, dans laquelle la narration permet de se plonger dans un univers à la manière d'un film. Les bases sont bonnes mais il manque d'un peu de profondeur et de subtilité. Je vais donc lire sa suite « Firefight » pour confirmer ou infirmer cette impression.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 24 mars 2014
Great service from amazon, no discussion. The book itself is interesting. Very typical American style of writing, not sure though how 'Young adult' this is owing extreme violence and murders. Certainly not Shakespeare and it's obviously designed like most American best sellers, that is, you have quick chapters, moderate character development, albeit I'll grant that the ending was not as rushed as many in this genre tend to be. I will leave it for the moment as 'it has potential' though I fear the author is pushing for (or is being pushed towards) another 'Twilight/Hunger Games/Divergent' path.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Firefight
Firefight de Brandon Sanderson
EUR 9,99

Legion: Skin Deep (English Edition)
EUR 4,49

Mitosis: A Reckoners Story
Mitosis: A Reckoners Story de Brandon Sanderson
EUR 1,49