undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Rentrée scolaire Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

11
4,3 sur 5 étoiles
Camille Claudel 1915
Format: DVDModifier
Prix:6,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

12 sur 14 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 31 août 2013
Remarquable film à tous points de vue. Dumont reprend la trajectoire de Camille Claudel là où l'avait laissée Bruno Nuytten dans son film de 1988. Mais le "Camille Claudel" de Dumont n'a rien d'un biopic balisé, c'est une oeuvre d'artiste en quête de vérité, oeuvre exigeante, déchirante, austère, janséniste même, dépourvu de sentimentalisme et pourtant si près du pur sentiment de compassion, où le réalisateur est engagé dans un un corps à corps implacable avec le génie sacrifié, rendu muet par un monde sourd à la voix de Dieu.

Binoche, à l'origine du projet, sans fard, intégralement "nue" pourrait-on dire, confirme son statut de comédienne habitée. Dumont n'hésite pas à faire jouer d'authentiques malades mentaux pour approcher au plus près de la vérité. De cette rencontre sort, assurément, un grand film français, ballotté entre faux saints et vrais martyrs, planant loin, très loin au-dessus de la production actuelle, même dans le registre du cinéma d'auteur.
66 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
20 sur 24 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
A Montdevergues, Camille Claudel vit en recluse : captive d’un asile, étrangère au monde des femmes qui l’entourent, toutes prisonnières de leurs propres démons intérieurs.

Âme unique, consumée de l’intérieur, elle est un feu qu’on a éteint.

Exilée de son art, sa main saisit, pour un court instant, de la glaise au sol ; et reviennent alors les gestes ancestraux du pétrir, l’art de modeler des formes à partir du néant.
Ce souffle qui la fit sculpteur, vient épouser ses doigts tremblants, oublieux. Mais tout cela est trop dur, fait trop mal ; et la terre retourne à la terre, informe.

Car “l’âge mûr” est venu entretemps, l’arracher à l’amour, trancher la vivacité de ses mains créatrices.

Alors elle survit en elle-même, dans l’attente de son frère, Paul, qui viendra, modelé dans la peur, refuser la présence de cette sœur devenue si lointaine, débordante comme un fleuve aux digues brisées.

Tous deux sont emmurés, à leur manière. Leur ré-union, leur communion fraternelle tant espérée n’aura pas lieu. Ces deux êtres sont possédés, hantés par le besoin vital d’exprimer tout le poison qui coule en eux, toute cette cigüe qui leur mord les lèvres et qui finit par creuser entre eux une tranchée d’absence.

L’auteur de L'Annonce faite à Marie: Mystère en quatre actes et un prologue – face à cette “Violaine” au souffle court, marquée de la lèpre de la “folie” –, recule, pétrifié.
Il est facile de tomber dans l’écueil de l’anathème, d’hurler avec les loups contre cet immense poète, redevenu un petit frère apeuré face à cette sœur de lait qu’il ne reconnaît plus, qu’il ne peut plus connaître. Qui sommes-nous pour juger de ce qu’il eût dû faire en pareille circonstance ?
Que celui qui n'a jamais connu la peur, ose lui jeter la première pierre.

Claudel avait peur des “fous”, effrayé sans doute par l’idée de perdre le contrôle de sa raison, lui qui savait ce que c’est que de se frotter à la matière noire de la poésie, que de mener, après Rimbaud, ce “combat spirituel qui est aussi brutal que la bataille d'hommes”.

Sa sœur, Camille, avait probablement tout aussi peur des “folles” qui peuplaient l’asile de Montdevergues : Dumont la montre bien excédée par les vociférations de celles-ci, cherchant à se frayer un chemin loin d’elles. Car c’est à son corps défendant qu’elle les côtoie. Elle non plus ne peut les comprendre – et d’ailleurs qui le pourrait ?

Dans Camille Claudel 1915, Bruno Dumont s’attache à montrer l’invisible dialogue de Camille Claudel, emmurée dans un corps qui ne lui permet plus de s’échapper de son enfer intérieur par l’exutoire de la création.

Cette parole muette, qui résonne en son crâne, est encore la seule qui puisse lui apporter un maigre réconfort, comme un mince filet d’eau qui la fuie sans cesse.

De même que Nerval, Van Gogh ou Artaud en d’autres temps, Camille Claudel fait face à l’étrange, prête à en découdre – tout en sachant au fond d’elle-même que la lutte sera par trop inégale.

Cloîtrée entre des murs, cloîtrée dans ce corps qui lui pèse comme un fardeau impossible à déposer, ne peuvent plus sortir de ses yeux que des larmes. Un peu d’eau salée dans le désert qui la calcine chaque jour un peu plus.

Sa vie et sa parole se dessèchent lentement, avant de tomber dans la gueule noire du silence, dans le puits sans fond de l’extrême solitude.

Dans cette ténèbre froide où elle gît, quelques gouttes de lumière tombent sur son visage déjà tourné vers l’ailleurs. Des gouttes comme des tessons de lumière : fragile obole pour une âme coupée de ses racines.

Autour de sa silhouette, amaigrie comme un fantôme de chair, la nature bruit, insouciante.

Le soleil arde dans un ciel chauffé à blanc, la conscience dépose ses armes et tout se clôt.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
9 sur 11 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 1 novembre 2013
Juliette Binoche soulève la qualité du film, je suis bouleversé de voir à quel point le pouvoir des hommes ne pouvait pas comme aujourd'hui encore toléré la grandeur d'une femme. C'est moins évident aujourd'hui, mais encore trop présent. Ce film dépasse l'histoire d'une femme, c'est le miroir de notre sociétéet comme homme je nous souhaite une évolution avant que nous perdions cette planête.

Le pouvoir gèré seulement par les hommes est cancérigène et destructeur.Un autre film qui nous fait réfléchir c'est Maintenant ou on va ? Pour une Terre équilibrée partageons les pouvoirs décisionnels avec les femmes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 novembre 2014
On ne se rend pas compte du malheur qu'a vécu cet artiste de génie.
Et dire que cela a duré trente ans.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 mars 2014
Encore un magnifique travail de Bruno Dumont un des rares réalisateurs français qui nourrissent quelque ambition artistique. Cela se paye au niveau des entrées et c'est dommage. Pour refuser d'entrer dans le système et ses compromissions il risque de ne plus pouvoir faire de film. Voir les millions d'entrées pour Les 3 Frères ne laisse augurer rien de bon pour l'avenir du cinéma français.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
très bien jouer, Juliette Binoche est très forte dans ce rôle , sans maquillage sans artifice je trouve qu'elle dégage un charme très naturel . Beau film tout simplement.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 4 mars 2015
Bien-sûr , c'est " Accroche-toi , Jeannot ! "et on est loin des niaiseries sentimentalo-bobos à la française Périlleux et original .Félicitations aux amis humains acteurs .Compte tenu de cet étrange agrégat , Binoche s'en sort pas mal .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 24 septembre 2013
Camille Claudel 1915
Jai beaucoup aimé, mais...
Pour lecteurs non avertis, c'est un film difficile: peu de tension, concentration sur la physionomie de Camille. Juliette Binoche est superbe dans son interprétation. La figure de Paul Claudel est bien moins campée et trop peu développée.
Un peu plus d'explications sur les raisons de la détention et surtout sur sa prolongation auraient été intéressantes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 décembre 2014
Film / drame de très bonne qualité, l'envoie était impeccable, le produit conforme à la demande, donc rien à redire, je recommande
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 août 2014
Cela a déjà été dit, le film retrace la vie de l'artiste en 1915, dans l'établissement pour malades mentaux où l'avait placée sa famille.

La mise en scène est extrêmement statique, il ne se passe pas grand-chose. De plus, le frère de Camille, Paul, est décrit comme un froid catholique, préoccupé avant tout de sa foi et presque indifférent à l'égard de sa soeur. L'acteur qui incarne l'écrivain est d'ailleurs peu crédible, trop guindé et sans vie.

Mais tout ça est rattrapé par le remarquable talent de Juliette Binoche, très convaincante dans les longs et difficiles monologues qu'elle a en charge, sans plans de coupe, la caméra fixée sur son visage.

Un beau numéro d'acteur, qui à lui seul justifie les 3 étoiles que j'ai attribuées au film.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Camille Claudel
Camille Claudel de Isabelle Adjani (DVD - 2008)
EUR 7,99

Flandres
Flandres de Adélaïde Leroux (DVD - 2010)
EUR 7,98

Berthe MORISOT
Berthe MORISOT de Marine Delterme (DVD - 2013)
EUR 7,99