undrgrnd NEWNEEEW Cliquez ici nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

251
4,0 sur 5 étoiles
Immortelle randonnée
Format: Format KindleModifier
Prix:9,98 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 novembre 2013
livre qui se lit d'une seule traite. L'auteur nous entraine sur les chemins de Saint Jacques dans un style agréable, les anecdotes et reflexions captivantes font que l'on n'a pas envie de poser le livre sans arriver au bout .
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 11 décembre 2014
Loin des sentiers battus, et du politiquement correct, ce livre est a l’opposé du guide vert pour faire compostelle et c’est tant mieux ! Des anecdotes, des points de vues personnels et francs, Jean-Christophe Rufin, raconte son quotidien dans cette aventure. Il raconte cela avec un franc parlé teinté d’ironie et d’humour. Comme n’importe qui, se demandant, si faut le faire et comment y aller, où manger, où dormir, où se laver ?! Une aventure où a l’impression d'être a ses cotes, sincère et un brin cynique, mais toujours polie !
Ca me donne envie d’en découvrir un peu plus sur cette auteur “ de l'Académie française” qui est partie loin de son institution pour notre plus grand plaisir.

On y trouve aussi et surtout de longue réflexion sur l’aspect chrétien de se périple, avec du recul et du on sens, il préfère parler de spiritualité.
C’est aussi et surtout un voyage personnel et sans complexe, il nous fait part de ces réflexions au grès des rencontres heureuses ou non.

On s’en retourne dans le quotidien comme si de rien n'était. Non ! Après toute aventure, on est marqué par ce que cela nous apporte en bien ou en moins bien, cela enrichie notre perception du monde, meme si on reprend le quotidien dans un rythme effréné! Au contraire, c’est dans ces moments là qu’il est bon de prendre une demi seconde pour se téléporter dans ces endroits dépaysants, où l’on vécu une aventure personnelle, a tout point de vue.

Bravo et merci.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Le lecteur familier de Jean Christophe Rufin pensait tout savoir de la personnalité de l'auteur après avoir lu "Un léopard sur le garrot" publié en 2008. Sans doute n'a - t- il pas réalisé à l'époque qu'en ajoutant au titre de son ouvrage : "Chronique d'un médecin nomade", l'intéressé annonçait sans doute que le médecin se ferait un jour pèlerin sur le chemin de Compostelle. C'est désormais chose faite comme en témoigne "Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi." publié en 2013 aux éditions Guérin. Jean Christophe Rufin ne fait jamais les choses à moitié. Médecin, il dirige "Médecin sans frontière", romancier, il siège à l'académie française, citoyen engagé, il devient diplomate en Afrique, pèlerin sur le chemin de Compostelle, il parcourt à pieds 800 kilomètres entre Hendaye et Santiago. Le récit qu'il nous livre évoque ses douleurs, ses rencontres, ses éblouissements, ses fatigues et ses désillusions, mais traite aussi de l'expérience faite en chemin de la spiritualité, de la réflexion sur Dieu et le phénomène religieux. On notera que si l'auteur souligne le caractère passager de sa "marche vers Dieu", il n'en termine pas moins son récit en écrivant: " Je vais reprendre la route"
Au total "Immortelle randonnée" est un petit livre authentique, sans fard, dans lequel l'évocation du quotidien du pèlerin "vrai" n'altère en rien celle des élans de la spiritualité. Le lecteur n'en attendait pas moins de l'auteur, dont il découvre un nouvel aspect de sa personnalité.
Le candidat à Compostelle lira cet ouvrage s'il veut aller au-delà des innombrables guides et autres pages du Net. Parions que ce récit incite de nombreux lecteurs à se mettre en chemin.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Jean-Christophe Rufin, médecin et académicien, écrivain et ambassadeur, a su transformer le vaccinostyle en plume à écrire avec grand talent. Bien que réticent aux pompes officielles, le lecteur s’est glissé avec délice dans celles du marcheur sur le chemin de Compostelle. Afin de rendre tangible son voyage intérieur, le pèlerin Rufin le débute par les préliminaires du voyage, un pseudo choix entre la HRP (Haute route pyrénéenne) et le camino puisque le départ est à la croisée des sentiers mais déjà l’esprit du lieu aimante son choix au-delà du raisonnable : « […] le Chemin est l’objet… d’une passion que partagent nombre de ceux qui l’ont parcouru » [d’où la signification du titre : « Compostelle malgré moi »]. L’organisation, le point de départ, le pourquoi du comment défilent ; le lecteur est embarqué, voyageant de concert avec le soliste lancé sur la portée musicale de l’antique tracé, à la recherche du champ de l’étoile (campo stella). Pourtant, l’auteur ne se leurre pas : « […] en quittant le domaine du rêve et du fantasme, le Chemin apparaît pour ce qu’il est : un long ruban d’efforts, une tranche du monde ordinaire, une épreuve pour le corps et l’esprit. Il faudra batailler rude pour y remettre un peu de merveilleux. » Dans l’oscillation entre le trivial et l’envolée, Jean-Christophe Rufin hypnotise. Comme il ne se voile jamais la face, regarde le monde tel qu’il se présente, il entraîne l’adhésion du lecteur, conquis et fraternel, souffreteux et enthousiaste. Rufin s’étonne que « chier dans la nature » remette l’homme à sa place, humble face aux contingences du quotidien. Cette entrée en matière n’embaume pas le récit dans le mausolée des livres mort-nés mais elle le nimbe d’une authenticité dont l’auteur ne se départira jamais : « La clochardisation du marcheur se fait très vite » ; « Une semaine de marche n’est encore qu’une promenade. Longue, pénible, inhabituelle, certes mais huit jours correspondent à une séquence de vacances. Au-delà, on entre dans un espace tout à fait nouveau. L’enchaînement des jours, la constance de l’effort, l’accumulation de la fatigue font du Chemin une expérience incomparable ». L’auteur ne magnifie rien mais pointe son stylet comme un chirurgien de l’âme sur les plaies intérieures et les sutures du paysage. Bien qu’il ne développe pas toujours à bon escient ses intuitions et ses réflexions, à l’exemple des joies minuscules du pèlerin qui ne sont pour lui que menu-fretin dans le grand bain des turpitudes où il se débat, Jean-Christophe Rufin n’esquive rien et pose très souvent un regard pertinent sur son voyage. Il n’hésitera pas à se coltiner avec la drague, le sexe, la foi, le harassement et la vacuité du monde mais il le fera toujours avec humour, sans aucun dogmatisme. La question que peut se poser le lecteur est à partir de quoi un écrivain se distingue d’un tâcheron. Il est bien difficile de donner une réponse précise mais Jean-Christophe Rufin est un écrivain stylé et un homme à suivre. Son journal reste un vrai plaisir de lecture, totalement « encré » dans le tempo du camino.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 février 2014
J'ai passé un moment assez sympathique sur le côté randonnée, les anecdotes font sourires, mais je suis déçue du récit qui est parfois trop peu respectueux de la diversité de chacun à choisir son mode de vie pour parcourir le chemin. Peu modeste et parfois un cynisme sur les autres alors que le parcours quand même de Mr Rufin reste une très courte portion du chemin.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 septembre 2013
Ce livre m'a passionnée ! Le récit, d'abord journalistique, se transforme peu à peu, à une descente en soi à une remise en question du sens de sa vie par l'auteur,. Ce chemin vers Compostelle, d'abord,entamé comme unesimple marche de vacance, entraine l'auteur vers sa propre VERITE. On le suit avec le plus vif intérêt et, naturellement , lstyle est excellentN
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 29 juillet 2013
Nous avons rejoint des amis sur le Camino del Norte au mois de mai pour un "essai"..
L'année prochaine nous ferons une plus grande partie toujours sur le nord.
J'ai lu " Immortelle randonnée" après cette expérience...
Jean Christophe Ruffin est un écrivain VRAI .
Merci à lui pour tout ce qu'il écrit
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Un académicien qui délaisse l’épée et le bicorne pour le bâton de pèlerin et le sac à dos, ce n’est pas commun. C’est pourtant le choix qu’a fait cet incroyant, à l’âge où la plupart d’entre nous ne songent plus qu’à un repos bien mérité. Suivant le "Chemin du Nord", de Hendaye à Saint-Jacques-de-Compostelle, notre pèlerin d’occasion va vivre une expérience unique, qu’il conte avec humour et sincérité. Beautés (paysages sauvages du Pays Basque et des Asturies) et laideurs (pipelines de la côte Cantabrique) alternent au gré des huit cent kilomètres parcourus. Quelques rencontres trouent la solitude, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, jusqu’au rendez-vous avec la femme aimée, venue le rejoindre pour les derniers kilomètres. Beaucoup d’humour dans ce récit à une voix, beaucoup d’amour aussi pour une humanité en quête de valeurs vraies. Seuls les chiens, curieusement, ne trouvent pas grâce aux yeux de ce merveilleux conteur. Une erreur de jeunesse, sans doute…
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 février 2015
Je suis allée à Compostelle avec mon mari et notre plus jeune fils....En voiture. Mon mari n'ayant qu'une semaine de vacances;
Nous avons eu un accident de voiture après Santander. Pas grave, juste la voiture. De quoi douter ....Mais cahin-caha, nous sommes quand même arrivés à destination. Et revenus!
J'ai acheté le livre de Jean-Christophe RUFIN, que je ne connaissais pas, afin de me faire une autre idée du Camino de Compostelle.
J'ai passé, à défaut d'avoir les renseignements pratiques que je recherchais, de très bons moments avec ce livre. On sourit, on réfléchi, on pense, on fronce les sourcils, on râle, on rêve....
Ce livre fait partie de ceux dont je garde quelques phrases dans un coin de mes pensées.
Oublions Compostelle. Gardons le récit, bien organisé et les sentiments de Jean-Christophe, bien décrits.
Ce livre m'a "obligé" à me poser des tas de questions et c'est pour cela que je l'ai apprécié!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 11 mai 2014
L'évocation de J-C. Rufin de "comment " il est parti sur le Chemin est déterminante...Il est parti, voilà tout... Il est difficile et parfois du domaine de l'intime de dire pourquoi, un jour, la personne est prête à changer son rythme de vie, à troquer sa tenue de ville pour une tout-terrain, porter son sac à dos et d'aborder le chemin...Encensé par de nombreux pèlerins, la liberté et le retour sur soi sont des valeurs qui émergent à travers l'effort et l'hostilité de la marche. J-C. Rufin nous apporte son vécu, et celui des nombreux marcheurs rencontrés, y décrit, avec des touches d' humour voir d'émerveillement, les lieux inhospitaliers comme les lieux magiques traversés. Il s'est laissé porter par le vent du pèlerinage et son récit captivant m'a beaucoup intéressée, habitant au bord dudit Chemin et y croisant de nombreux adeptes. Ami-e-s de la nature et de la marche, ce livre est pour vous !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le grand Coeur
Le grand Coeur de Jean-Christophe Rufin
EUR 7,99

L'Abyssin
L'Abyssin de Jean-Christophe Rufin
EUR 9,49

Check-point
Check-point de Jean-Christophe Rufin
EUR 14,99