undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,9 sur 5 étoiles11
3,9 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:4,98 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 mars 2014
Pour tous ceux qui aiment Orgueil et préjugés ! Ce roman permet d'entendre les ombres de l'ouvrage de Jane Austen : les domestiques qui n'apparaissent que ponctuellement (on se souvient surtout de Mrs Hill...). Ici ils sont les personnages majeurs, ce sont eux les protagonistes de l'intrigue romanesque construite par Jo Baker et on s'attache à Sarah, la jeune servante dont l'âge est le même que celui des soeurs Bennett mais dont la condition en est très éloignée.
Une approche originale donc d'Orgueil et Préjugés dont on retrouve la trame mais du côté jardin !
Un livre à conseiller donc...
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Upstairs Downstairs, Downton Abbey, et bien d'autres séries, films ou romans nous montrent à quel point nos amis anglais aiment se pencher sur la cohabitation de deux mondes sous le même toit, celui des aristocrates et celui de leurs domestiques.
Jo Baker a eu l'idée de re-écrire "Pride and Prejudice" (Orgueil et Préjugés") du point de vue des quelques domestiques de la maison des Bennet, appelée Longbourn. Ici, nous restons dans les cuisines et l'arrière cour de ces membres de la gentry peu fortunés et c'est l'histoire de Sarah, leur servante et de Mr. et Mrs. Hill, le majordome et la gouvernante qui nous intéresse, celle de leurs maîtres et jeunes maîtresses n'étant évoquée qu'en fonction du travail que leurs vies et leurs aventures impliquent pour leurs domestiques. Ainsi, par exemple, Mr.Darcy n'est évoqué qu'à la fin du roman et les escapades de Jane ou Elizabeth ne le sont qu'en qu'en fonction du travail de nettoyage que leurs vêtements trempés et boueux occasionnent.
Les lecteurs ayant en tête l'intrigue de "Pride and Prejudice" peuvent donc la suivre en filigrane, d'un point de vue tout à fait nouveau. Jo Baker nous révèle ainsi ce qui était resté dans l'ombre, ce qui permet à cette famille, les Bennet, de fonctionner, à leurs repas d'être servis et leur maison chauffée.
Les lecteurs qui ne connaissent pas l'oeuvre de Jane Austen, s'intéresseront plus directement aux personnages imaginés par Jo Baker.
Mais que l'on soit dans un cas ou dans l'autre, c'est surtout l'histoire de Sarah qui nous captive. C'est une jeune fille qui ne connaît pas grand chose de la vie en dehors de son rude labeur mais l'arrivée d'un jeune homme, qui va être employé comme valet et la soulager un peu de ses lourdes tâches, va tout chambouler.
La dernière partie du roman est un peu différente car si pendant les deux premiers tiers, la vie des domestiques n'a en rien influé sur celle de leurs maîtres et inversement, des révélations concernant le passé de Mr Bennet nous le font voir sous un autre angle et modifient ainsi la vision que nous avons de son personnage à la lecture de "Pride and Prejudice". Je l'ai plutôt regretté, même si cette partie du roman est très intéressante et fort bien écrite comme tout le reste de "Longbourn"!

Donc, que vous soyez ou non spécialiste de Jane Austen, "Longbourn" ne vous décevra pas. C'est un roman très captivant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 11 juillet 2014
Pour ceux qui n'en auraient pas encore entendu parler, c'est l'histoire d'Orgueil et Préjugés "downstairs". C'est à dire que c'est la vie des domestiques de Longbourn au moment du déroulement des évènements du livre.

Je l'ai donc lu en anglais et je dois dire que j'ai avancé doucement parce que le vocabulaire et l'écriture sont très riches. On est bien loin de certaines austeneries de base que je peux lire en une après-midi, en anglais ou pas, et c'est une bonne chose. Ici, l'auteur a une belle plume et sans conteste une éducation et une culture solide. Même si cela ralentit ma lecture en anglais, c'est vraiment un point positif et assez rare qu'il faut souligner.

Nous plongeons donc dans la vie de Sarah, et là encore, nul doute que Jo Baker s'est particulièrement bien documentée sur la domesticité de l'époque. Nous entrons dans tous les détails des tâches qui font la journée de cette jeune fille, parfois même un peu trop je dois dire. Je pense que le livre n'aurait pas souffert de moins de réalisme si l'on nous avait épargné le contenu des pots de chambre!

Ce qui est particulièrement intéressant dans cette approche, c'est que l'on découvre les personnages que l'on pensait si bien connaître sous un angle tout différent. On a de la peine pour Mary, et même un peu pour Mr. Collins, et on se rend compte que Lizzy aussi à ses défauts et cela de façon assez amusante. C'est Sarah qui le dit: Miss Elizabeth n'arpenterait pas si facilement toute la campagne à pieds dans la boue si c'était elle qui devait laver ses jupes!

Ce qui est moins intéressant dans le procédé en revanche, c'est qu'en toute honnêteté, il ne se passe pas grand chose... Dans l'original, même si ce sont Lizzy et Darcy qui nous intéressent, il y a nombre d'autres intrigues secondaires qui manquent ici. Et le pire est le retour dans le passé de l'un des personnages durant lequel je me suis particulièrement ennuyée.

Quant à son rapprochement avec Orgueil et Préjugés, n'en attendez pas trop. Non seulement, on ne suit l'histoire que de loin mais en plus, je n'ai pas du tout aimé les actes attribués à certains personnages. Quelques petites déceptions sur la fin donc et si cela reste très agréable à lire, je reste perplexe sur l'accueil triomphal qui lui a été fait je dois dire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2014
Il est plaisant de se replonger dans l'univers de Jane Austen mais j'y ai trouvé quelques longueurs, notamment quand l'auteur s'écarte davantage de sa "source" pour inventer le passé des personnages ou se projeter dans leur futur, au-delà des mariages qui terminent Pride & Prejudice.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2014
Life is not as easy for Sarah the housemaid as for her mistress. Under the pretext of seeing the backstage, this well-constructed and well-written book will take you to a journey across XVIIIth century england including its darkest sides : you'll meet children in a poorhouse, soldiers exhausted in a Napoleonian war in Spain, a master getting his servant pregnant, a footman who was born a slave...
Did Jane Austen really know her characters ? Now I am going to re-read "Pride and prejudice", just to check whether Mary, Mr. Bennett, and others are compatible with this version !
Anyway, this book provides more real pleasure to be read in itself than as a game of hide-and-seek with the original...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2014
A real pageturner. For Jane Austen ' s aficionados. the author melds into Austen ' s world both in fact and fiction. And the style is perfect. Read it ! Ma Belo
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 juillet 2014
L'idée de départ est piquante, que se passait-il 'downstairs' quand une des plus célèbres histoires d'amour se déroulait 'upstairs'? le lien, discret, avec le roman de Jane Austen est habilement fait. La fresque historique est solidement documentée. Les personnages sont très attachants, leurs liens subtilement décrits. Le lecteur n'est à aucun moment invité à faire un lien avec le présent, avec son présent, mais l'indifférence au coût que peut représenter pour autrui notre mode de vie est-elle morte avec la société dépeinte dans le livre?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 novembre 2015
Un roman très bien écrit et construit où l'on suit la vie de Sarah, femme de chambre à Longbourn. On rencontre donc les personnages de l'ombre de la vie aristocratique anglaise. Que se passe-t-il dans la cuisine de Longbourn alors qu'Elisabeth rejette Collins et Darcy et que Jane regrette le départ de Bingley ? Emouvant et profond. A lire absolument si vous aimez Jane Austen. .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 novembre 2014
Pour les inconditionnels de Jane Austen, livre sympa comme tout. On découvre les serviteurs de la maison Bennet dans Pride and prejudice. Bon témoignage sur cette époque. Un des serviteurs combat en Espagne , très intéressant du point de vue historique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 août 2014
A la fois charmant et palpitant, Longbourn s’inspire essentiellement de Pride And Prejudice de Jane Austen et en est comme le miroir. Dans ce livre, Jo Baker, nous donne à relire l’intrigue d’origine à travers le regard des domestiques de la maison. Dans l'envers du décor feutré de la famille Bennet et en parallèle avec le roman de Jane Austen, qu’on reconnaît en pointillés, Jo Baker donne vie aux petites gens de service et met en scène leurs difficultés, doutes, et intrigues amoureuses.
Longbourn ouvre l'espace confiné de Pride and Prejudice et se situe plus précisément dans le contexte social du moment. Un passage sur la guerre d'indépendance de l'Espagne et des allusions à la monarchie peu brillante au Royaume Uni en 1808-12 nous éclairent également sur le contexte historique du roman de Jane Austen.
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

11,99 €
7,28 €
12,99 €