undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

18
3,9 sur 5 étoiles
Dette : 5000 ans d'histoire
Format: BrochéModifier
Prix:29,90 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

26 sur 27 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 novembre 2013
J'écris ce commentaire pour, si je puis me permettre, donner quelques indications qui auraient pu être précieuses à d'autres lecteurs critiquant cet ouvrage comme si c'était une tentative de recensement exhaustif de la pensée économique pour en faire un gigantesque essai d'économie.
Ce livre est un ouvrage d'anthropologie culturelle, et pas d'économie. Il ne se focalise d'ailleurs pas que sûr ça mais sur énormément de faits sociaux, historiques et juridiques, qui, en tout cas ce fut le cas pour ma part, éclairent sur notre culture, via un point d'entrée qui est la dette en tant que fait socio-anthropologique, et non pas économique ! Evidemment il est nécessaire d'en passer par cette discipline des sciences humaines pour en parler, mais en tant qu'un des révélateurs de la nature du fait de la dette, et pas comme seul point d'ancrage possible pour comprendre celui-ci.
Bref, attendre de ce livre un essai d'économie c'est passer à côté de nombreuses pépites présentes dans ces pages... Notamment du fait que l'économie n'est pas une chose en soi mais bien un fait culturel...
Le seul point noir du livre, à mon sens, est la pauvreté, ou plutôt la timidité de sa conclusion. Mais ça ne représente même pas un dixième du livre.
Donc, à tout lecteur avide de comprendre nos héritages culturels, lisez !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 mars 2014
Avant la crise financière 2008, il n'était même pas imaginable d'invoquer le droit de ne pas payer ses dettes. Nous étions tous devenus - en esprit - des luthériens résignés ou des banquiers calvinistes .
Venu d'un horizon politique marginal, l'anarchisme internationaliste, mais doté d'une culture immense et d'une remarquable plume, Graeber montre, preuves à l'appui que 1) les remises de dette généralisées ont été très courantes jusqu'à une époque récente (la dernière en Europe date du plan Marshall) 2) le système actuel du taux d'intérêt utilisé comme martingale d'indexation généralisée de l'économie résulte de la réinvention dans les années 70 par Milton Friedman et Eugene Fama des pires pratiques usuraires qui apparaissent régulièrement à l'occasion des périodes de désordre politiques, comme les guerres entre cités grecques, la conquête des amériques, les guerres de religion, la traite atlantique du 18ème siècle et la traite minière du 19ème siècle. C'est afin sortir de la logique redoutable de l'intérêt qui transforme les plus endettés en d'implacables recouvreurs d'impayés que la Société a su imaginer des solutions variées - plus ou moins étatiques ou plus ou moins anarchistes - mais évitant toutes de réduire les hommes à des multiplicateurs d'obligations financières. Graeber nous laisse libre de choisir notre camp en fonction de nos intérêts... mais par pitié ... plus de taux d'intérêt !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 5 décembre 2014
Un panorama très complet sur la création de monnaie, le rôle de la dette à travers les âges et les civilisations, l'utilisation du troc dans l'antiquité, souvent surestimé par les économistes. On n'y trouvera pas de solutions concrètes mais l'auteur affirme que toutes les dettes ne sont pas légitimes et quelles ne doivent pas, a toute prix, être remboursées intégralement. Aujourd'hui, affirme t-il , ce sont les riches qui sont les débiteurs.

Dans ce livre très documenté, le lecteur perd parfois le fil du thème principal, la dette, noyé sous un flot considérable de références qui ne sont pas en lien direct avec ce thème ou qui n'y sont pas rattachés explicitement par l'auteur.
Un livre d'anthropologie beaucoup plus qu'un livre d'économie qui risque de décevoir les lecteurs à la recherche d'explications et solutions pour aujourd'hui. A conseiller pour son érudition foisonnante et exhaustive.

Lire une critique complète sur ce blog: [...]
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 28 septembre 2014
Le livre traite de l'histoire de la dette et de la monnaie. Les sources sont très diverses: économie, anthropologie et archéologie. Par exemple, pour remettre en cause l'idée que la monnaie s'est substituée au troc, l'auteur apporte les arguments suivants:
une société basée sur le troc est une imagination formelle de certains économistes mais est impossible à vivre
aucun anthropologue n'a été témoin d'une société basée sur le troc
aucun document archéologique n'en fait mention.

L'idée est plutôt que le troc n'a été rendu possible que par l'existence de la monnaie qui permet de comparer des choux et des carottes.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 17 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 octobre 2013
Mon commentaire sera celui du seul commentaire déposé par un lecteur à ce jour.
La réponse à la question principale qui y est posée est tout simplement dans le livre. Et il faut une bonne dose d'aveuglement pour ne pas l'y avoir lue. A moins que ce ne soit que pour formuler une critique, et seulement dans ce but là ?
Elle est aussi dans la vie quotidienne ... la nôtre, la vôtre. Bien sur, il y aura toujours celui qui s'estime plus malin que tous , le seul peut être à être libre et autodéterminé ... à agir comme un acteur conscient et rationnel sur des marchés où règnent pureté et perfection de la sacro-sainte concurrence .
Il faut alors relire ce livre ... avec l'intention de départ de s'ouvrir à sa compréhension et à celle des autres pauvres êtres humain.
"La dette ne s'attrape pas comme un virus" voilà l'affirmation. Bien .
Regardez autour de vous ... simplement ... tranquillement... objectivement.
Que peut-on faire aujourd'hui sans crédit , sans dette ? Tout le système vous y pousse et seuls quelques illuminés bien sympathiques au demeurant n'en ont pas... ou ont bénéficié de conditions de départ le leur permettant.
Pour comprendre le propos de Graeber il ne faut pas confondre dette et surendettement. Bien que ce soit la première qui seule conduise au second. N'est-il pas exact qu'aujourd'hui pour "vivre" il soit nécessaire d'emprunter ? Et qu'appelle-t-on "vivre" ? Avoir un toit ? Un crédit souvent sur 25 ou 30 ans. Travailler ? Pour cela il est imposer de devoir se déplacer. Un ou 2 crédits par foyer pour financer les bagnoles (de durée plus courte mais "revolving" puisqu'il faut les renouveler ...) . Etudier ? ...
Mais est-il vraiment utile de continuer ? N'est ce donc pas effectivement une épidémie ?
Enfin, comment nier la relation forte entre dette et violence? Entre guerre et dette ? Mais là .... pas de critique ? Graeber aurait-il raison ?
Quand aux économistes ... je citerai Piketty dans son dernier ouvrage (Le Capital au XXI eme siècle)p945 : "Je n'aime pas beaucoup l'expression "science économique", qui me semble terriblement arrogante et qui pourrait faire croire que l'économie aurait atteint une scientificité supérieure, spécifique, distincte des autres sciences sociales.Je préfère nettement l'expression "économie politique" peut être un peu vieillotte, mais qui a le mérite d'illustrer ce qui me paraît être la seule spécificité acceptable de l'économie au sein des sciences sociales, à savoir la visée politique, normative et morale."
Et là, c'est un économiste qui le dit !!
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 8 octobre 2014
Vous recherchez un livre intelligent? Vous l'avez!
Engagé, chacune de ses pages est également un généreux concentré de faits passionnants liés à l'homme.
Il est difficile de trouver de tels livres je trouve.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 février 2015
Passés les trois premiers chapitres inutilement provocateurs, le livre s'avère passionnant et didactique. L'analyse anthropologique de la dette et de la monnaie d'une part, puis l'explication historique de ce qu'ont été les dettes à travers les siècles permettent de comprendre les enjeux actuels des Etats confrontés à des dettes impayables. Un livre à lire
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 16 mars 2015
Ce livre m'a beaucoup appris sur un sujet que je connaissais peu avec une étude de la dette qui est complète à travers les âges.
Très bonne analyse sur le problème de la dette qui n'est toujours pas résolu.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 août 2015
Ne croyez pas ce qu'on dit à la télé ou dans les journaux, sachez mieux lire le monde et mieux le comprendre. Lisez ce livre pour y voir plus clair.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 3 novembre 2013
Plus qu'un livre d'économie l'auteur propose une réflexion historique sur l'émergence de la monnaie par le mécanisme de la dette. L'occasion d'analyser les mécanismes d'échange des sociétés humaines: échange non marchand, esclavage, irruption du marché et des États, la monnaie comme enfant de la guerre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Debt - Updated and Expanded: The First 5,000 Years
Debt - Updated and Expanded: The First 5,000 Years de David Graeber (Broché - 28 octobre 2014)
EUR 15,58

La démocratie aux marges
La démocratie aux marges de David Graeber (Broché - 15 janvier 2014)
EUR 12,00

Pour une anthropologie anarchiste
Pour une anthropologie anarchiste de David Graeber (Broché - 28 juin 2006)
EUR 10,00