undrgrnd Cliquez ici Toys Litte nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles29
4,2 sur 5 étoiles
Format: Téléchargement MP3|Modifier
Prix:10,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Si plusieurs suites peuvent convenir à l'intro inachevée, la première qui vient à l'esprit c'est « ...observent en souriant l'agitation de la scène française Rock qui doit se demander où ils vont chercher tout cela ».

Curieusement, on parle peu des Phoenix en France ce qui sans leur mettre de pression, ne ferait certainement aucune différence sur leur créativité bien éloignée de la production nationale. A mon sens sur la 1ère marche du podium Rock France, ils doivent se sentir esseulés. Les Phoenix se sont envolés dans la catégorie internationale dans laquelle ils battent des ailes conquérantes, les griffes sorties au sein de la seine anglo-saxonne notoire pour souvent descendre en vol des volatiles français.

Cet album, au titre qui peut laisser perplexe est le 4ème opus des toujours jeunes français à en juger par leur énergie déployée à encore mieux faire que le précédent. Les albums de Phoenix se suivent mais ne se ressemblent pas dans leur sonoriyé et dans leur style. Pourtant, ce qui s'en dégage reste un matériau qui se remet avec succès en question pour un résultat réjouissant. WAP est différent de `It's never been like that' et sa sonorité caractéristique un peu `écorchée'. WAP joue avec talent sur plusieurs registres. Comme pour leurs productions précédentes, il s'agit d'un album dont on ne se lassera pas de sitôt.

Après ma découverte initiale de `1901' la bouche bée pendant 3'18'', difficile de recommander un morceau plus qu'un autre. Paradoxalement, les morceaux forment une unité variée. Il s'agit bien de rock mais les Phoenix vont chercher d'autres instruments comme l'impressionnant synthé vrombissant de `Rome'.

Allez-y, faites vous plaisir utilement, rejoignez les Phoenix en haut de leur montagne.

Fabien Jacquot - Asnières sur Seine
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Si plusieurs suites peuvent convenir à l'intro inachevée, la première qui vient à l'esprit c'est « ...observent en souriant l'agitation de la scène française Rock qui doit se demander où ils vont chercher tout cela ».

Curieusement, on parle peu des Phoenix en France ce qui sans leur mettre de pression, ne ferait certainement aucune différence sur leur créativité bien éloignée de la production nationale. A mon sens sur la 1ère marche du podium Rock France, ils doivent se sentir esseulés. Les Phoenix se sont envolés dans la catégorie internationale dans laquelle ils battent des ailes conquérantes, les griffes sorties au sein de la seine anglo-saxonne notoire pour souvent descendre en vol des volatiles français.

Cet album, au titre qui peut laisser perplexe est le 4ème opus des toujours jeunes français à en juger par leur énergie déployée à encore mieux faire que le précédent. Les albums de Phoenix se suivent mais ne se ressemblent pas dans leur sonoriyé et dans leur style. Pourtant, ce qui s'en dégage reste un matériau qui se remet avec succès en question pour un résultat réjouissant. WAP est différent de `It's never been like that' et sa sonorité caractéristique un peu `écorchée'. WAP joue avec talent sur plusieurs registres. Comme pour leurs productions précédentes, il s'agit d'un album dont on ne se lassera pas de sitôt.

Après ma découverte initiale de `1901' la bouche bée pendant 3'18'', difficile de recommander un morceau plus qu'un autre. Paradoxalement, les morceaux forment une unité variée. Il s'agit bien de rock mais les Phoenix vont chercher d'autres instruments comme l'impressionnant synthé vrombissant de `Rome'.

Allez-y, faites vous plaisir utilement, rejoignez les Phoenix en haut de leur montagne.

Fabien Jacquot - Asnières sur Seine
0Commentaire|21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 juillet 2009
Je n'avais jamais écouté ce groupe, j'y suis venu à cause d'un remix de Yuksek. Je suis capable de l'écouter plusieurs fois dans la journée, ce qui est très rare.
Il n'y a rien de génial là-dedans, on n'a pas l'impression de faire une réelle découverte, c'est une sorte de pop bubblegum très agréable qui donne envie de danser, de sourire, dans le même esprit que Tahiti 80.
Dans le Dvd, il y a un documentaire qui montre le groupe en studio tout au long de l'enregistrement, on n'entend pas ce qu'ils se disent puisque le bande-son est constituée par le disque dans son intégralité, mais c'est bien monté. Il y a aussi des commentaires des musiciens, morceau par morceau, ils devoilent ainsi la manière dont ils ont procédé à l'enregistrement, c'est très intéressant et les musiciens dévoilent ainsi un peu de leur personnalité.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cela fait un moment que les Versaillais de Phoenix sont connus de ce côté-ci de l'Atlantique. De l'autre, c'est-à-dire aux US, jusqu'à maintenant, Thomas Mars était surtout connu pour être le monsieur de Sophia Copolla. Puis est venu un opus faisant sensation en 2006. 'Wolfgang Amadeus Phoenix' est le disque censé enfoncer le clou et confirmer l'apogée du groupe pour devenir quelque chose de plus "gros". L'objectif est-il atteint? on peut penser que la réponse est affirmative. Sans rien renier au son qui a fait leur succès, Phoenix ajoute une dose de fun dans sa musique, de telle manière qu'elle ne se prend pas au sérieux, contrairement à trop de groupes français tombant dans le travers de la pop intellectualisée. Ce n'st pas le cas ici et c'est tant mieux. Les titres sont efficaces et l'ensemble plus cohérent que jamais. Phoenix poursuit son petit bonhomme de chemin et le fait plutôt bien. Le meilleur est encore à venir.
0Commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2009
Cher Baron, les goûts et les couleurs ça ne se discute pas. Ceci dit, il est assez amusant de noter que les gens qui les détestaient au début les détestent toujours autant, et idem pour ceux qui comme moi les kiffent depuis le fabuleux UNITED. Chapeau en tous cas pour le côté persévérant et un brin maso: moi Muse j'ai trouvé ça minable dès le 1er album et je ne me suis pas infligé le supplice des suivants (les singles radio m'ont suffis!). Mais revenons aux frenchies but chics Phoenix: ce 4ème disque ressemble à un résumé des précédents et forme finalement un tout supérieur à la somme de ses parties. Voix, mélodies, arrangements, cohérence: ce disque est génial. De plus, je le trouve à la fois direct et long en bouche, comme un St Estephe millésimé. Un futur classique (que ça plaise ou non).
11 commentaire|7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
En réponse à votre avis défavorable du troisième trimestre du groupe Phoenix, permettez-moi, cher professeur d'Art du Rock, de revenir sur vos griefs quant à leur devoir de fin d'année scolaire, le très finement nommé Wolfgang Amadeus Phoenix.

Tout d'abord, la prétendue prétention affichée de groupe français qui a réussi est totalement injuste et (par conséquent) fausse. Au même titre que de nombreux groupes américains ou new-yorkais se révèlent être de parfaits Anglais (pour exemple, je citerai Interpol,The Strokes ou les Pixies), Phoenix n'a rien d'un groupe français. Ils sont déjà italo-américains par leur mère, qui les a élevés dans la plus pure tradition de musique urbaine des années quatre-vingt dix, et leurs notes de performance scénique vous rappelleront qu'ils n'ont rien à envier aux grosses machines britanniques et américaines ; "de vrais pros" dixit le préparateur scène du Saturday Night Live.

Notez d'ailleurs que le titre rappelle à la fois le vieux continent et la musique qu'elle représente aux yeux du monde, mais également la fantaisie et le génie de Mozart. Ce trait d'esprit vous a peut-être échappé ?

Pour ce qui est de la courte durée du devoir (36 minutes), les mélomanes rock de l'époque des cassettes (K7) - dont je fais partie - ont souvent tendance à croire qu'un album n'est bon que s'il tient sur une face de UXS 90 (pour votre gouverne, et afin de prévenir tout malentendu de ma part si il arrivait que vous soyez, cher professeur d'Art du Rock, plus jeune que mes Phoenix, une UXS 90 est une cassette de 90 minutes, soit deux faces de quarante-cinq minutes chacune). S'il dépasse la face, il gâche la seconde face, qui ne peut être remplie dans ce cas qu'avec un album plus court, ou alors, il prend les deux faces, et là ce n'est plus un album : c'est un double. Si l'on en croit quelques durées de disques cultes (je citerai Doolittle des Pixies : 39 minutes, Raw Power des Stooges : 33 minutes, L'histoire de Melody Nelson de Gainsbourg : 27 minutes), la longueur n'a rien à voir avec la qualité. Voyez plutôt cela comme un appel : Wolfgang Amadeus Phoenix a été conçu pour être écouté en boucle. Entre quatre et dix fois par jour. Ce qui équivaut à une pelletée d'albums, vous en conviendrez.

Pour finir, les critiques hautaines comparant ce devoir à du soft-rock à la Toto pour grosses cylindrées américaines en route vers Las Vegas relèvent de la pure calomnie. Tout d'abord, il y a une structure, pas une suite de titres construits comme une recette couplet-refrain-couplet-refrain-pont-refrain-refrain. La plage electro du milieu, entourées de guitares un peu funky/disco (alors que les Daft Punk ont tous les honneurs avec leur pièce montée caramel-vanille, c'est à désespérer) aère l'ensemble avant de replonger vers un rock il est vrai produit et très arrangé, mais qui ne se facilite pas la tâche en étant positif et joyeux, tout le contraire des groupes pour ados en mal de reconnaissance.

Pour toutes ces raisons, cher professeur d'Art du Rock, je vous demande instamment de revoir à la hausse votre appréciation quant à cette oeuvre qui, j'en suis sûr, restera un jalon parmi tous les autres rapport de fin d'année de votre établissement. Cordialement.
44 commentaires|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2009
Phoenix revient avec un album monstrueux!!!
des titres a vrillé un cerveau: grosse basse, maitrise rock...un aboutissement? une tuerie tout simplement
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 11 juin 2009
Au début de leur carrière, je pensais sincèrement que Phoenix était surévalué, et ce pour la simple et bonne raison qu'ils sont un groupe français faisant de la bonne pop, j'avais le sentiment que les journalistes plaçaient en eux un espoir de renouveau de la pop venue de France, alors qu'à ce moment, je jugeais le groupe loin derrière ses influences.
Depuis le précédent It's Never Been Like That, Phoenix s'est situé à la hauteur d'un groupe international, avec ce Wolfgang Amadeus Phoenix, on se situe maintenant au-dessus de tout ça. Le groupe s'amuse maintenant dans la veine lancée par le précédent album, en y ajoutant des touches électroniques. Concrètement, ça aurait pu donner un album à la façon des Killers (que je déteste), mais comme les garçons sont malins, ils ont préféré utilisé une électro intelligente en se servant du son french touch. Dès le début, c'est l'influence combinée de Laurent Garnier, Air et Daft Punk, mixée aux accents pop rock façon Beach Boys, avec des pointes de l'intelligence d'Elvis Costello. Rien que ça...
Et là où les Killers font mal aux oreilles, Phoenix devient une mélopée splendide.
A la fois posés et sur le dance floor, Phoenix livre un album dont la qualité ne trouve de comparaison qu'à l'international.
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 avril 2010
Je vais faire simple.
Je suis un fan, j'ai tous leurs albums et celui-ci est incontestablement le meilleur!
(comme quoi les goûts et les couleurs... N'est ce pas? De là à mettre 2 étoiles!?)
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juillet 2009
On peut scinder le disque en 3 parties.
Partie 1 Enorme Lisztomania, Atomique 1901, Excellent Fences que du très lourd.
Partie 2 On fait redescendre la pression avec des instrumentaux dispensables
Partie 3 On finit par des morceaux dans la veine de la partie 1 mais un ton en dessous.
En conclusion, un très bon album, le meilleur pour moi de Phoenix. Le jour où ils réussissent un album du niveau des 3 premiers morceaux ce sera l'album de l'année.
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

4,99 €