Commentaires en ligne


2 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Voyage en quête d'absolu, 30 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mozart: Piano Concerto No. 20, Beethoven : Piano Concerto No. 5 (CD)
Tout est dit dans le précédent commentaire. Je ne peux que confirmer l'exceptionnelle interprétation de Clara Haskil : un moment de grâce, de lévitation, de pureté inouïe. J'avais hésité à acheter ce CD car je dois avoir plus de 30 versions du 20ème concerto de Mozart dont 3 avec Clara Haskil. Mais on atteint ici le sublime. Tout est clair, précis, nuancé, naturel, la musique avance, se déploie avec évidence sans maniérisme et sans affectation. Symbiose remarquable avec Klemperer et son orchestre, que j'aime décidément de plus en plus avec le temps.
Le Beethoven avec Robert Casadesus me paraît moins essentiel, tout en étant de haut niveau. Le parallèle entre 2 pianistes si différents est surprenant mais intéressant au final.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Inoubliable", 28 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Il y a des interprètes géniaux mais il y a des interprètes hors normes bien au-dessus encore comme, par exemple, Yehudi Menuhin, Wilhem Furtwängler et
sans aucun doute Clara Haskil. Ce qui les distingue des autres c'est probablement, en plus de leur génie, un amour inconditionnel pour la musique
qu'ils jouent. Le présent enregistrement est un parfait exemple de l'art extraordinaire de Clara Haskil.
Cette dernière était souvent très insatisfaite de ses prestations. Elle était beaucoup trop modeste pour dire et même réaliser que le problème venait
de ceux qui l'accompagnaient. Elle n'était heureuse qu'avec Arthur Grumiaux mais jamais dans les concertos. Le présent enregistrement fait pourtant exception.
Elle écrivit, en effet, que le concert avec Klemperer avait été "inoubliable".

Clara Haskil est considérée par la critique, encore aujourd'hui, comme la plus grande interprète des concertos pour piano de Mozart en particulier
du Concerto K 466 qu'elle a enregistré de nombreuses fois. Les enregistrements les plus connus sont probablement ceux avec Ferenc Friscay. J'ai le
K 466 avec Friscay qui avait été édité par DG et où le commentateur écrivait dans le livret qu'il s'agissait d'un des plus grands enregistrements du XXème siècle.
Je n'avais jamais été convaincu. Dans un livre sur les chefs d'orchestres, Friscay avait été classé dans les chefs d'orchestres "météores" et Klemperer dans
les "monstres sacrés". Les météores étaient les chefs d'orchestre du plus haut niveau mais qui n'étaient pas assez reconnus contrairement aux monstres sacrés.
La comparaison des deux enregistrements se révèle très largement à l'avantage de Klemperer et Clara Haskil ne s'était pas trompée en faisant, chose
extrêmement rare, un compliment sur le concert. Klemperer fut un chef d'orchestre trop froid, refoulant (il le reconnaissait lui-même se déclarant pas du
tout romantique) ses émotions. Cela donnait des enregistrements grandioses mais souvent sans vie. Pour Malher cela pouvait être très bien mais
pas pour nombres d'autres compositeurs. Mais ce jour là probablement inspiré par la petite Clara, Klemperer se transfigura.
L'entrée de l'orchestre semble presque sonner comme une ouverture avec Furtwängler et
Friscay semble très pâle par rapport à l'orchestre de Londres dirigé par Klemperer.

Clara Haskil est plus extraordinaire que jamais et il n'y a rien à dire sauf que tout son jeu n'est qu'un message d'amour qui nous touche au plus profond. Tout
n'est pas parfait dans le jeu de Klemperer qui n'écoute pas suffisamment (comme souvent) le soliste: il est un peu trop véhément quand il répond aux appels
d'une douceur ineffable de Clara Haskil à la fin du second mouvement ou quand il adopte un tempo un peu trop rapide à la fin du troisième. Mais à ces petits
bémols près il est admirable.

C'est bien cet enregistrement et pas ceux avec Friscay qu'il faut compter parmi les plus grands du XXème siècle.

Pour le concerto l'empereur, Casadeus a de nombreuses qualités malheureusement l'orchestre donne l'impression d'un mammouth obèse en train de danser
en tutu autour de lui. Pour ce concerto la conjonction Fischer/Furtwängler fait toujours référence absolue de toute façon.

Dans tous les cas, pour ce trésor extraordinaire qu'est le concerto de Mozart, il n'y a pas à hésiter.

"Inoubliable"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit