Commentaires en ligne


3 évaluations

4 étoiles
0

3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une si longue attente ..., 23 juillet 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : 40th Anniversary Olympia 2012 (CD)
Pas entre le concert de février 2012 et la sortie de cet album, quoique, mais bien les 34 années qu'il aura fallu patienter depuis le dernier "live" de notre Barde emblématique ("Tro ar Bed" 1979) . Ca valait sans doute le coup d'attendre, ce combiné CD/DVD est un vrai petit bijou . Le concert est un concentré d'émotion, de nostalgie, de talent bien sûr mais surtout de magie . La magie des compagnons retrouvés (Dan et René, la Dream Team), d'un répertoire intemporel revisité avec beaucoup de bonheur, la magie d'une salle légendaire d'où (presque) tout est parti . La crêpe, pardon, la madeleine de Proust en quelque sorte . Aujourd'hui ces 40 années ne sont pas seulement gravées sur un CD ou un DVD, mais aussi dans nos coeurs, Bretons ou non . Bev eo ar Vojenn atav, setu chañs vat deoc'h gant ar pladenn nevez-se Alan, ha trugarez vras ur vech c'hoaz .
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Plijadur penn da benn! (du plaisir du début à la fin), 4 septembre 2013
Par 
Jean-pascal Guillet "bluegrass and Co" (lot) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : 40th Anniversary Olympia 2012 (CD)
Ce commentaire concerne surtout le dvd qui retraçe l'intégralité du concert de l'Olympia, le cd ne contient lui que des extraits choisis de ce même concert.

Le 16 février 2012 Alan Stivell célèbre le 40eme anniversaire de son mythique concert à l'Olympia, concert de 72 qui restera un des évènements fondateurs du renouveau de la musique celte et qui propulsera notre barde préféré vers la renommée nationale voire internationale.Pour se faire Stivell a réuni autour de lui quelques survivants de cette belle époque, à commencer par son ancien guitariste Dan Ar Bras et oh divine surprise le violoniste René Werneer que l'on n'avait pas revu depuis.Et puis bien-sûr la nouvelle génération est là avec Pat O'May guitariste de "heavy-metal celtique" (oui ça existe!) et la désormais incontournable Nolwenn Leroy. Alors oui d'accord, j'entend le loup le renard et la belette et les détracteurs en tout genre monter au créneau! On est bien d'accord le "Bretonne" de Nolwenn Leroy n'apporte strictement rien de plus à la musique celte pour celui qui écoute et vit (comme moi) depuis 40 ans cette musique, ses versions de "Tri martelod" et autre suite "sud-armoricaine" sont plates à pleurer. Mais son disque aura peut-être permis à beaucoup de gens de découvrir que la culture bretonne est bien vivante et que si elle est aussi vigoureuse c'est parce qu'elle reste ouverte sur l'extérieure et toujours prête à tous les métissages et rien n'empêche après la découverte de "Bretonne" d'aller jeter un oreille sur ce qu'il se fait au quatre coins de la Bretagne.

Le concert débute par une splendide intro du Bagad Quic en Groigne de Saint-Malo, (pas de musique bretonne sans bagad!), suivent tous les classiques de Stivell dont la harpe sera omni présente pendant tout le show, l'introduction du toujours très effacé Dan Ar Bras pour "Wind of Keltia", frissons garantis et retour sur 72! On a droit à une sublime version de "Brian Boru" en duo avec Nolwenn Leroy,(justement!), un petit chef d'oeuvre. L'ambiance monte d'un cran avec l'arrivée de Pat O'May qui va littéralement booster "Suite Sud-Armoricaine". Emouvantes les retrouvailles avec René Werneer sur "The trees they grow high", ces deux là ne s'étaient pas revus depuis 35 ans! On pourrait décortiquer ainsi chaque morceau de ce concert, rien à jeter,le tout se termine en apothéose avec des versions démentes de "Ian Morrisson Reel et "Brezhoneg'Roak" , Pat O'May et Gaetan Grandjean déchainés aux guitares sur fond de bagad . La fête quoi!

Après un obligatoire "Tri Martelod", tout le monde se quitte sur "Bro Gozh" l'hymne breton, notre marseillaise à nous en quelques sortes! Kenavo et Breizh Atao!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un retour réussi à son premier album à succes... La légende est toujours vivante, 22 mars 2014
Par 
Jord - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : 40th Anniversary Olympia 2012 (CD)
Alan Stivell (de son vrai nom Alain Cochevelou "kozh stivelloù, les vieilles fontaines") est un chanteur multi-instrumentiste (bombarde, binioù bras ha kozh, tin whistle, synthés, cithare, harpe celtique) : de ses premiers albums à ces derniers en date, il n'a jamais cessé d'expérimenter toutes sortes de Musiques du Monde tout en restant fidèle à ses racines. Il n'y a qu'à voir le nombre d'artistes étrangers ayant participé à ses albums: "Kate Bush" "Jim Kerr" "Paddy Moloney" "Shane MacGowan" "Graeme Allwright" " Angelo Branduardi" "Idir" "Youssou N'Dour" "Khaled" "Djura" "Joan Baez" etc... ou Bretons (et Français) "Glenmor" "Sœurs Goadec" "Andrea Ar Gouilh" "Tri Yann" "Frères Guichen" "Frères Molard" "Soïg Sibéril" "Dom Duff" "Gwennyn" "Pat O'May" "Nolwenn Leroy" "Dan Ar Braz" "Bagad Bleimor" "René Werneer" "Gabriel Yacoub" "Michel Santangeli" "Robert Le Gall" "Padrig Sicard." etc...
Quoi qu'il en soit, aucun des ses albums ne se ressemble, et s'il revient de temps en temps à ses origines comme ce présent CD qui célèbre le 40ème anniversaire de son premier passage (Pardon, son 2ème car En 1957, à treize ans, il interprète trois morceaux solos en première partie de Line Renaud) à l'Olympia en 1972 (A noter que la "Suite Sud Armoricaine" (Pardon Speied) est la première chanson paillarde chantée dans cette salle mythique et que "Brezhoneg' Raok" est la première chanson rock en langue bretonne), il a vraiment exploré universellement la presque totalité de ce qu'on appelle "Musique du Monde".
Note 5 pour cet album, note 6 pour l'ensemble de son œuvre...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit