undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici

Commentaires client

4,6 sur 5 étoiles25
4,6 sur 5 étoiles
Format: CD|Modifier
Prix:16,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Une fois n’est pas coutume, démarrons avec la conclusion car si vous ne lisez qu’une ligne de cette rubrique, c’est celle-ci; cet album est une grande réussite!

Décidément, Goldfrapp échappant à toute classification mais naviguant entre les genres depuis Felt Mountain, nous livre un petit bijou mélodique et mélancolique. Alors, album trop morose ? Non, mélodie et mélancolie livrées avec tant de talents sont autant de motivation pour faire une pause avant de d’aller de l’avant.

Ce 6ème album explore et exploite avec talents la veine d’une musique plus minimaliste et intimiste. La production se montre légère voire aérienne, les instruments majoritairement acoustiques. On retrouve l’ambiance de certaines compositions de « Felt Moutain » mais également de « Seventh Tree ».

Les blogs Internet ont déjà échangé les paroles des morceaux, avant même la sortie de l’album ( !) tant chaque touche de ces compositions a son importance.

L’album se compose de titres prénoms (à l’exception de « Stranger »), livrés comme une histoire intime individuelle tant les mélodies conjuguées à la voix envoutante d’Alison viennent se nicher sous votre épiderme. On regrette d’ailleurs, l’absence d’un titre de l’insaisissable « Alison » pour que cette dernière nous livre une partie de ses mystères. Malgré cela, on sent bien que Goldfrapp se dévoile au travers de cette dizaine de nouveautés.
.
Le clip de « Drew », à l’image de l’album égrène de belles images noir et blanc et vous grise de ses mélopées.

En 10 titres de « Tales of Us », votre esprit sera repu de luxe, calme et volupté et vous invitera à redémarrer l’album.

Voilà, il n’y a rien à dire de plus, hormis de vous inviter à partager le voyage dans lequel Goldfrapp vous invite. Vous pensiez bien connaitre Goldfrapp ou vous souhaitez les découvrir.
Dans les 2 cas, vous serez surpris !

Fabien Jacquot
0Commentaire|14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2013
J'avoue ne pas comprendre la cohérence discographique de Golfrapp. On se demande s'il s'agit des mêmes qui ont produit "Supernature" et "Tales of Us". J'aimerais trouver des interviews qui rendent comptent de ce virage musical, ou de ce retour aux sources. Quoi qu'il en soit, ce dernier album est parfait, orchestrations et mélodies au service de la voix d'Alisson Goldfrapp plus envoûtante que jamais. Je me drogue avec cet album depuis des semaines !!
0Commentaire|5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 10 septembre 2013
Treize ans déjà qu’on découvrait dans les bacs, Felt Mountain, le premier album et chef d’œuvre de Goldfrapp, groupe dont personne n’avait entendu parler, composé du duo Alison Goldfrapp / Will Gregory, et dans lequel officiait alors à la basse Adrian Utley, guitariste et bassiste de Portishead. La présence de ce dernier n’était pas si surprenante, Felt Montain se présentant comme un mélange de trip hop et de musique cinématographique à la Ennio Morricone.

Et cela fait treize ans que j’attendais cet album, Tales of us, car après Felt Mountain Goldfrapp était devenue une sorte de diva des dancefloors, avec des remixes tirés du premier album et avec un second disque, Black Cherry, très orienté pop électronique. Je n’avais alors plus suivi que de loin en loin la carrière du groupe.

Et puis j’ai découvert il y a quelques jours la couverture du nouvel opus, sobre, élégante, et j’ai eu une intuition. Et si ce nouvel album était un nouveau chef d’œuvre ? Intuition confirmée par la critique qu’en la revue Magic de ce mois-ci. Et intuition vérifiée dès sa première écoute.

Car on y retrouve tous les éléments qui avaient fait de Felt Mountain une merveille, que ce soit la délicatesse et la grâce des mélodies qui vous prennent à la gorge (juste pour exemple, Drew ou Alvar), la voix envoûtante d’Alison Goldfrapp qui varie les registres avec une telle aisance (et quelques bidouillages électroniques bien à elle), passant d’un souffle ou d’un susurrement à de hautes envolées cristallines, et qui fait penser parfois à la Kate Bush de la maturité (Alvar), ou les arrangements mélangeant avec une rare subtilité les sonorités acoustiques des guitares et des cordes, et les programmations électroniques.

L’ensemble nous plonge dans un univers élégiaque (pour reprendre le terme de Vincent Théval dans Magic), dans lequel même le titre le plus rythmé de l’album, Thea, est empreint de nostalgie. Mais à la douceur et à la délicatesse viennent se joindre quelques moments plus enlevés, des climax rythmiques ou lyriques (écouter le superbe Clay qui clôt l’album).

Tales of us n’est pas une redite de Felt Mountain, même si on y découvre quelques réminiscences, comme sur Stranger ou sur Clay avec ses quelques touches de clavecin. Il renferme un univers qui lui est propre, où chaque chanson nous fait dire, que décidément c’est celle-là la plus belle de l’album, et qui nous donne envie d’y rester plongé. Comme le dit Fabien Jacquot, il n’y a qu’à alors le réécouter du début.

Ce n’est pas seulement une merveille, c’est un miracle.
22 commentaires|15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 novembre 2014
La musique peut aussi servir de lanterne magique, et faire naître dans nos esprits des images inédites, qui nous seront propres tout en étant l'écho des songes de l'artiste. Quelques fois, plus rarement sans doute, la musique peut même nous raconter de véritables histoires, pour peu que quelques mots évocateurs - mais pas envahissants - l'accompagne. C'est le défi que s'est lancé le duo de Goldfrapp, dans ce "Tales of Us" qui est leur album le plus ambitieux à date : chaque morceau est un portrait, esquissant un drame personnel, et l'illustrant par des constructions sonores délicates, parfois "cinématographiques", mais laissant à la voix magnifique d'Alison la charge de porter l'émotion au coeur de ces évocations rêveuses d'autres vies que les nôtres. Une indicible magie imprègne fortement tout l'album, et pourvu qu'on accepte de se laisser entraîner les yeux grands fermés dans cette promenade nocturne largement somnambulique, on sera prêt à pardonner à Goldfrapp la baisse d'inspiration mélodique qui ralentit le coeur de "Tales of Us" et l'empêche d'atteindre le statut de chef d'oeuvre, qu'on aurait tant aimé lui concéder !
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2014
Cet album est vraiment magnifique !
Il n'y a pas grand chose à ajouter.

J'ai un petit et grand faible pour le titre "Thea" & "Annabelle"...

Par contre mon intervention cible plus particulièrement cette version :

j'ai lu l'intégralité des commentaires mais aucun n'expliquent, parlent en détail de cette édition
à quand-même 123,59 EUR (O_o)

A ce prix il serait fort aimable d'en détailler son contenu, si une âme charitable pouvait nous en faire un résumé ???
Merci bien d'avance... ;)

Edit: après une recherche en voici le contenu :

Tales of us Coffret 2 CD + LP + DVD

Retrouvez le dernier album de Goldfrapp dans une édition spéciale:

- l’album en CD

- la version vinyle (gatefold 180 grs numéroté avec
certificat d’authenticité)

- un 2ème CD de lives et de remixes

- un DVD avec l’album en 5.1, le making-of de
l’album et les courts-métrages de Annabel et Drew.

- Un livre de 40 pages d’images exclusives.

P.S: à Amazon, va falloir vous alignez sur la F**c car eux le vendent et proposent à :

=> 110€24 et Livraison offerte...
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2013
cet album est une pure merveille un bijou de mélancolie de pureté et de poesie je suis entièrement d'accord avec l'autre commentaire .... acheter le et mettez le sur une vrai platine ...fermez les yeux et c'est parti pour un sublime voyage .....
0Commentaire|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 avril 2014
Mais quel bel album !! de la vrai musique et une vraie voix ! un concept album, oui, mais qui se mouille, de nos jours, pour réaliser un concept album ! voila une Artiste, avec un grand A. Belle production de qualité. pas un morceaux en dessous des autres. regarder les clips qui vont avec ou encore mieux le moyen métrage qui sort actuellement au cine.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 septembre 2013
Comme beaucoup, j'ai découvert Goldfrapp avec le somptueux Felt Mountain. Puis, m'étant volontairement écarté des deux albums suivants pas trop à mon goût, la renaissance d'intérêt pour ce groupe est revenue avec Seventh Tree (2008). Si j'ai jeté un oreille sur Head First (2010), je n'y ai trouvé rien de ce qui m'a plu dans Felt Mountain et Seventh Tree. Aujourd'hui, mon triptyque personnel est bouclé puisque ce Tales of Us est un excellent album.

L'édition vinyle est tout simplement magnifique, de plus, elle est accompagnée de la copie CD et d'un poster :)
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 juin 2014
Moins pop que "Seventh Tree", moins électro que "Felt Mountain", le plus sobre des albums de Goldfrapp, le plus acoustique aussi, se laisse apprivoiser au gré des écoutes et s'impose comme un très beau concept album. Prise de risque assumée, pour un groupe qui devait se refaire une crédibilité artistique suite au précédent opus en forme de blague de mauvais goût. Cette fois, nous sommes effectivement plus proches de Scott Walker que de Lady Gaga, et c'est tant mieux. Un disque homogène, où rien n'est à jeter, et qui risque de rester longtemps encore sur la platine. Un disque intemporel, un disque éternel.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2014
Capable du meilleur comme du pire, Golfrapp revient à une formule on ne peut plus intimiste "guitare/cordes/chant" pour replonger dans la mélancolie pure et dure. C'est sombre, triste mais toujours aussi fascinant que sur l'album culte Felt Mountain. Les morceaux tiennent sur quelques accords, mais la voix d'Alison et la qualité des arrangements qui se rajoutent petit à petit font évoluer la musique vers des sommets d'émotion. L'album forme un tout dont il est difficile d'extraire un tube potentiel tant le contenu est homogène.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles