Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Cliquez ici undrgrnd cliquez_ici nav_GWeek16Q2 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles15
4,3 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 15 novembre 2013
Un hiver récent, Florian Rochat a perdu son chien. Il en est resté tout déprimé, mais il a noté ses réflexions et écrit ce petit livrel qui touchera tous ceux qui ont perdu un vieux compagnon aimant et fidèle. Une petite chienne a été attendue puis éduquée pour prendre sa suite, plutôt que le remplacer, car certains chiens qui nous avaient choisis restent irremplaçables. Et ce livre qui aurait pu être triste est devenu un hymne à la vie et à la nature dans cette région de Suisse où habitent Florian et son épouse prés d'une forêt, dans une vie qui fait rêver. Une suite de réflexions émaillées des lectures américaines de gens à chiens, qui donnent envie d'aller plus loin dans la connaissance de ces auteurs contemporains. Merci à Florian !
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 décembre 2013
Avec l’histoire de son premier chien, maintenant disparu, et de son deuxième, avec lequel il fera l’apprentissage de l’éducation d’un chiot, Florian Rochat nous fait entrer dans l’intimité d’une relation forte, constante, faite surtout de joie et de plaisir, de complicité aussi. L’auteur nous fait partager l’enthousiasme qui l’a parfois saisi lors de ses promenades à pied ou à ski de fond avec son compagnon, la joyeuse compétition qui se crée entre eux…

Florian Rochat est en bonne compagnie lorsqu’il cite également quelques-uns des auteurs qu’il affectionne et qui ont eux aussi écrit leur histoire avec leur compagnon. Il nous donne ainsi l’envie de (re)lire Jim Harrisson, Jim Fergus, et d’autres…
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2014
5 jours avant mes 40ans j'ai perdu mon labrador qui a été 13ans à mes côtés. c'est pourquoi j'avais envie de lire ce livre. il est un bel hommage sans tomber dans la niaiserie, parfois drôle parfois dur mais toujours tendre. j aurais aimé écrire un si bel hommage pour mon pumbaa.
11 commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2013
Quoi de plus banal que d’adopter un chien, de l’intégrer dans sa vie, de le voir grandir, s’épanouir, vieillir et de l’accompagner dans ses derniers moments? C’est ce qui arrive à des millions de gens qui ont choisi de partager leur existence avec cet animal réputé «le meilleur ami de l’homme». Banal oui, mais ce l’est moins quand on en fait un livre pour évoquer quelques-uns des moments de ce compagnonnage ineffable. C’est ce que fait avec bonheur Florian Rochat, dans «Un printemps sans chien», un délice de moins de cent pages finement écrites à savourer d’une seule traite. L’auteur y évoque ce que fut, sur les pentes du Jura suisse, sa vie avec Droopy, un vigoureux Flatcoated retriver noir, mort à l’âge de 13 ans. C’est sa triste mort qui a motivé la décision de l’auteur, ancien journaliste, de lui rendre cet hommage tout en présentant Kidou, le jeune chiot de même race qu’il a choisi pour lui succéder. Des pages pleines de vie, de joies, de nature, d’émotions, de quoi s’y sentir bien d’un bout à l’autre quand on a ou quand on a eu un chien qui vous a tant donné comme ils le font sans défaillir quand ils se sentent aimés. C’est tout sauf banal, tant il est vrai que chaque relation d’un homme avec son chien est unique et mérite d’être racontée, surtout quand c’est avec talent et c’est le cas. Pierre-André Krol
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 décembre 2013
Pas besoin d'être une "dame-à-chien" pour aimer ce bref récit. Tout en évoquant vie et mort de Droopy, puis l'arrivée de Kidou dans sa vie, Florian Rochat nous mène tout droit aux émotions liées à nos attachements les plus profonds. Une écriture naturelle, des citations d'auteurs de renom donnent de l'ampleur à ce texte attachant qui mérite d'être glissé sans tarder sous le sapin, à côté de l'os destiné au compagnon fidèle...
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2013
Quiconque aime son chien, un chien ou les chiens aimera ce livre. L'histoire d'un homme et de ses deux chiens qui commence tristement et finit tendrement. Un récit bien écrit, émouvant, souvent drôle, juste et généreux, très bien observé. Une sympathique leçon de joie simple entre un homme et ses deux fidèles compagnons. On termine en souriant en se rappelant les petites larmes du début.
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2014
Ce récit simple et touchant est une véritable ode a l'amour entre un humain et un chien, et par extension a la nature et le monde naturel. L'auteur décrit avec beaucoup de sensibilité la connivence et le bonheur partagé avec son chien Droopy et comment cette relation intensifie mutuellement leur joie de vivre. Un bonheur a lire.
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 mars 2015
Très beau récit, témoignage rempli de vérité , écrit avec une naturelle simplicité qui fait qu'on dévore ce livre d'une traite .
A recommander a tous les amis des chiens et pour les autres qui doutent encore des qualités inouïes du meilleur ami de l'homme .
11 commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2015
Excellent ouvrage ou l auteur livre sans pudeur la douleur d avoir perdu son compagnon à quatre pattes qui lui est reste fidèle jusqu'à son dernier souffle . expérience douloureuse que j ai moi même vécu avec mon setter irlandais . un complicité hors du commun nous unissait . je ne pouvais rien lui dissimuler de mes états d âme même éloignés de 500 km . il sentait si j allais mieux ou si je souffraient et cela se traduisait par une grande apathie et il développait une sorte de psoriasis qui ne s assechait que lorsque j allais mieux .
11 commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 mars 2014
Une histoire d'amour entre un homme et ses deux chiens, leurs balades et leur grande complicité sur les sentiers de campagne au rythme des saisons. Ce récit, d'une grande simplicité et donc accessible à tous, même ceux qui son totalement étrangers à l'univers canin donneront peut-être l'envie à certaines personnes d'accueillir dans leur vie un compagnon à quatre pattes puisque, d'après son auteur, la vie est plus belle et plus dense auprès d'un chien dont l'amour pour son maître est indéfectible et sans faille aucune.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)