Commentaires en ligne 


6 évaluations
5 étoiles:
 (2)
4 étoiles:
 (4)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le cru Waters 2014 est franchement bon, 26 août 2013
Par 
Blaster of Muppets (Andrésy, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Feast (CD)
Trois ans après un treizième album éponyme plutôt bien fichu (à défaut d'être étincelant), monsieur Jeff Waters revient avec son groupe Annihilator et une galette intitulée Feast ("festin" en français) à la pochette sombre et peu ragoûtante que l'on croirait sortie de la bande dessinée (ou de la série télévisée) The Walking Dead. Vu la jaquette, on serait en droit de penser que ce quatorzième essai va être bien plus méchant et qu'Annihilator a sérieusement durci le ton... Autant le dire tout de suite, ce n'est pas le cas. Stylistiquement, Feast est dans la lignée des productions alignées par le groupe depuis un moment... mais ce n'est pas forcément une mauvaise chose car la qualité est au rendez-vous, et même un peu plus que sur ses deux prédecesseurs (Metal et Annihilator). Ouvrons une petite parenthèse avant de se lancer dans les détails de ce nouvel album : c'est encore Dave Padden que l'on retrouve derrière le micro, pour la cinquième fois consécutive ! Cette stabilité est plutôt étonnante quand on connait ce groupe aux changements de line-up incessants depuis sa création. Parenthèse refermée, passons à la musique !

Vous êtes venus pour du bon vieux thrash des familles ? Deadlock ne vous fera pas regretter le déplacement. Le riff qui ouvre l'album nous renvoit immédiatement aux débuts du genre, à l'époque des premiers Metallica ou Slayer. Même le chant de Padden, sur le pré-refrain, rappelle le fameux phrasé de Tom Araya. La compo est rapide, incisive, sans temps morts. Ne vous laissez cependant pas abuser par ce démarrage old-school, la suite de l'album passe en revue (presque) tout ce que Waters sait faire (avec en plus quelques surprises comme l'intro funky de Never Surrender) et se révèle assez varié. Il y a même une ballade (Perfect Angel Eyes), chose qui ne s'était pas produite depuis 2004, sur l'album All For You. Reprenons les choses dans l'ordre. Après Deadlock, c'est No Way Out (un autre morceau assez rapide mais moins old-school) qui confirme la bonne impression de départ. Tout le style Annihilator est là : une intro inquiétante et dissonnante à la guitare, des changements de rythme, des riffs carrés, un break plus mélodique, du solo qui calme bien l'apprenti guitariste... Smear Campaign est une autre très bonne compo, encore plus moderne que les deux précédentes (avec un riff que Metallica aurait pu utiliser sur St. Anger), qui alterne couplet heavy et accélération sur le refrain. Et la bonne nouvelle, c'est que le plaisir ne s'arrête pas là.
Alors qu'on pouvait reprocher à l'album précédent de placer ses trois meilleures pistes (qui en plus étaient les plus thrash) d'entrée de jeu, ce qui donnait une suite non pas mauvaise mais tout de même un peu décevante, Feast ne grille pas toutes ses cartouches et en a encore sous le pied une fois le premier quart d'heure passé. Never Surrender est une compo funky-thrash surprenante, l'intro et le couplet font penser à du Infectious Grooves (ou à du Red Hot Chili Peppers) alors que le refrain se montre bien plus agressif. Jusque là, les pistes s'enchaînent et chacune s'offre le luxe, en plus d'être réussie, d'avoir une personnalité bien distincte. Et ça continue avec Wrapped qui nous rappelle que Waters aime bien placer une compo plus hard rock (souvenez-vous de Shallow Grave, Nothing To Me ou, plus récemment, de la reprise de Romeo's Delight de Van Halen) de temps en temps. Là, c'est du hard bien heavy avec des touches punk, et c'est Danko Jones (déjà invité par Jeff sur Metal) qui se charge du chant.
La qualité baisse (à mon goût) avec la ballade Perfect Angel Eyes qui ne me surprend (elle ressemble à une ballade typique du groupe, avec le même genre de mélodie et de guitare que sur Phoenix Rising, In The Blood...) et ne m'émeut pas. En revanche, les trois dernières pistes se chargent de remonter le niveau de fort belle manière. On revient aux choses sérieuses avec des compos plus agressives, torturées et longues (One Falls, Two Rise dure même plus de huit minutes), de bons titres à tiroirs, aux intros mélancoliques et soignées (Fight The World et One Falls, Two Rise), avec passages heavy ou ultra-speed, dans la plus pure tradition Annihilatorienne.

Feast est-il la tuerie de 2013 ? Un tsunami thrash qui renouvelle le genre ? Un album magique capable de se hisser au niveau des cultissimes Alice In Hell et Never, Neverland ? Non, on n'ira pas jusque là. Par contre, il est assurément solide, homogène dans sa qualité et globalement très convaincant. Pas LE meilleur Annihilator donc mais un très bon cru, gorgé de riffs, breaks et soli impeccables comme Mr. Waters sait en balancer quand il est en forme. La production est bonne, l'ensemble est bien metal, technique et véloce... Pour vous aider à vous faire une idée plus précise, disons que Feast aurait plus tendance à se rapprocher d'albums comme Waking The Fury ou Schizo Deluxe que d'autres oeuvres plus inégales ou moyennes (à mon goût) comme Criteria For A Black Widow, All For One ou Metal. Le retour du Canadien schizo est donc grandement apprécié par votre serviteur et je ne doute pas qu'il fasse également plaisir à de nombreux fans. Maintenant, vivement la tournée (qui compte deux dates en France, l'une en région parisienne, l'autre à Lyon, en octobre prochain) !

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Double annihilation, 5 octobre 2013
Par 
Stefan (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Feast (CD)
Les années passent, les modes vont, viennent et changent... A peu de choses près, rien de ceci n'a d'emprise sur la musique de Jeff Waters, leader incontesté et incontestable des thrashers canadiens d'Annihilator. Vous ne serez donc pas surpris si je vous dis que Feast, déjà 14ème album du combo depuis 1989 et Alice in Hell, continue de développer ce metal rapide, incisif et mélodique où brille particulièrement la guitare de Jeff.

Et comme c'est (majoritairement) de thrash metal dont il s'agit, il ne faut pas s'étonner que ça parte pied au plancher dès Deadlock qui, pour agressif et véloce qu'il soit, et servi par une performance brute de décoffrage du vocaliste Dave Padden, n'en oublie pas d'être mélodique et accrocheur. C'est d'ailleurs le cas de la majorité des titres où, évidemment, brille toujours l'excellent et cultissime Jeff Waters, instrumentiste fin et technique, mais jamais trop démonstratif, comme chaque riff, chaque solo le démontrent aisément (écoutez en particulier No Way Out et Demon Code, deux modèles du genre).

Parfois, le groupe et son leader dévient de ce chemin tout tracé, cependant. C'est le cas sur Wrapped évoquant à la fois les groove-funkeries "slapesques" des Red Hot Chili Peppers et l'aggro-metal d'un Pantera, c'est d'ailleurs un des seuls moments de gêne de l'album parce que, franchement, pour rigolo et forcément bien joué que ça soit, ce n'est ni ce qu'on attend d'Annihilator, ni le domaine dans lequel ils s'expriment le mieux. Autre moment "off", Perfect Angel Eyes... Une ballade ! Plutôt bien troussée d'ailleurs, et, nul doute !, une respiration pas inutile dans un album sinon frontalement rentre-dedans mais, parce qu'il y a un mais, un poil trop lacrymale et facile pour réellement convaincre. Heureusement, ce ne sont que les deux rares moments où on se dit qu'Annihilator se perd tout de même un petit peu...

Parce que le reste est classique, efficace et garanti contre toute déception, du thrash typique de Waters & Co soit exactement ce qu'on attend du groupe et qui est, présentement, rondement mené. Et comme en plus la version deluxe (ô combien conseillée) nous propose des réenregistrements de 15 classiques du groupe d'avant l'arrivée de Dave Padden en 2003, titré Re-Kill, et que ces remakes sont de qualité et permettent de replonger avec délice dans la considérable carrière passée de la formation, on ne boude aucunement son plaisir.

Aux amateurs de thrash, petits ou grands, on conseillera vivement de se pencher sur ce Feast/Re-Kill généreux et bien troussé, album classique et efficace d'une formation nettement sous-estimée qui mérite toute leur attention... Et tant pis pour des cervicales forcément endolories au terme de deux heures de headbanging furieux !

Feast:
Jeff Waters - guitars, bass, verse vocals on "Demon Code", chorus
David Padden - vocals
Mike Harshaw - drums
&
Dan Beehler, Amanda Beehler, Jeff Jobling, Mark Lafrance, Danko Jones - chorus

Re-Kill:
Jeff Waters - guitars, bass, vocals on "21", chorus
David Padden - vocals
Mike Harshaw - drums
Alberto Campuzano - bass guitars
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 trouble-fètes, 30 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Feast (CD)
bon cet album est très bon comme d hab chez annihilator.très varié il est tant brutal que mélodique la est la griffe de sieur waters incomparable dans son thrash. mélodique. pour ce qui ne le possède pas il vaut mieux acheter la réédition 2014 avec un bonus cd rétro re-kill avec que des super titres toutes époques ainsi qu un dvd wacken 2013 mais le plus beau reste peut ètre cette pochette en hologramme tirer de walking dead on croirait , magnifique.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un bon nouvel album, un CD bonus...décevant ! 3,5 / 5, 14 octobre 2013
Par 
F. Stephane (france) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Feast (CD)
Je ne vais pas m'apesantir sur les mérites de "Feast", les commentaires déjà présents ont bien retranscris mon avis.
Pas dément (ce genre de groupe a définitivement ses classiques derrière lui) mais très plaisant, voire jouissif parfois (deadlock) ou assez inhabituel (l'intro de "no surrender"). Même la ballade, domaine dans lequel Jeff se plante en général dans les grands largeurs est ici tolérable.

Je voulais surtout ici parler du second CD : 15 classiques réenregistrés avec une prod moderne et le line up actuel. Alléchant sur le papier, décevant dans les cages à miel.
Tout est super bien joué, tout est utlra propre...trop justement !
Certes le son est meilleur (et encore c'est question de goût) mais l'interprétation est trop appliquée, trop scolaire. Padden, qui constitue selon moi une excellente recrue sur les derniers opus, souffre de la comparaison avec tous les chanteurs des versions originales.
J'en veux pour preuve cette version de "world salad" avec une voix utlra mélodique, au lieu de la voix éraillée, certes dégueulasse, mais qui servait bien le propos de Randy Rampage. Idem, même si moins choquant, sur "King of the Kill". Au final, tous les titres perdent en patate à cause de la voix, et c'est vraiment dommage !

Rien de honteux non plus hein (à part sur les titres de Rampage quand même...) mais la grosse claque se transforme en sympathique pichenette...et quand on écoute du metal ce n'est pas le but !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 excellent, 29 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Feast (CD)
le dernier album est percutant et moderne , dans la progression logique que l' on peut attendre d ' un groupe
comme Annihilator ; le second cd , réenregistrant les standards du groupe avec le line-up actuel est tout simplement
génial , avec une production et une qualité de son magnifique !!!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Annihilator reste au top, 9 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Feast (CD)
encore meilleur que le précédent..danko jones en guest et qui assure..ne vous fiez pas à la 1ere écoute mais plongez vous dedans plusieurs fois et vous ne pourrez plus vous en passer! Jeff Waters assure comme toujours et se bonifie avec le temps.du thrash différent,bien technique mais qui percute grave!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Feast
Feast de Annihilator (CD - 2013)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit