undrgrnd Cliquez ici Toys Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_ss16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles2
4,5 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: CD|Modifier
Prix:35,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Voila un très bel opéra que l'on a plaisir à acquérir ne serait ce que par le somptueux écrin qui l'entoure.

En effet, dans un format livre cartonné, dans une matière luxueuse, avec une couverture représentant un superbe tableau (il faut le souligner tant il est fréquent de voir des pochette assez laides), les deux disques sont insérés dans leur pochette cartonnée bien protectrice.

Le livret complet en français et en anglais et une présentation remarquable doublée d'illustrations complètent le tout.

J'avais hâte d'écouter cet opéra car je connaissais déjà de Gossec le génial requiem Requiem pré-berliozien et ses magnifiques symphonies Symphonies

Manquait l'opéra. Et là nous sommes servis puisque c'est Guy Van Waas, un vrai passionné de ce répertoire qui a déjà servi avec bonheur des compositeur comme Gretry Céphale et Procris ou Dauvergne Dauvergne: La Vénitienne, comédie-ballet qui remet le couvert avec l'ensemble "les agremens" et le choeur de Namur.

Une distribution idoine pour exhumer cette curiosité que je voulais absolument découvrir.

L'œuvre date de 1782. Gluck a déjà réformé l'opéra et même si le livret de ce Thésée est inspiré de celui que Quinault écrivit pour Lully 100 ans auparavant, le style n'est plus du tout à la tragédie lyrique du grand siècle.

Rameau est bien loin aussi car Gossec écrit ici une oeuvre classique étonnamment moderne. On sait d'ailleurs que Mozart qui le rencontra à Paris eut toujours une grande admiration pour sa musique.

Thésée est un opéra où domine l'aspect héroique et guerrier qui va si bien à Gossec, qui sera plus tard un des chantres des hymnes révolutionnaires.
L'ouverture grandiose nous met déjà dans le bain avec ses violons qui grondent en crescendo et ses trompettes triomphales.

Les solistes sont vraiment tous à leur place quant au chœur il est un véritable acteur à part entière et occupe une place centrale dans l'opus.

Très honnêtement, voila une musique à découvrir absolument, c'est un chainon essentiel dans l'histoire de l'opéra français, plus complexe que Gretry, d'une inspiration mélodique remarquable, et surtout d'une force dramatique véritable.

Un bel objet et une superbe découverte.
1010 commentaires|8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
100 PREMIERS RÉVISEURSle 21 décembre 2013
L'un des très grands mérites de cette collection de livres-disques du Palazetto Bru Zane est de remettre en lumière des oeuvres du répertoire (principalement XVIII et XIXèmes siècles) totalement oubliées et rarement, voire jamais, enregistrées faisant le bonheur des collectionneurs, des amateurs de rareté ou d'oeuvres campant leur époque. On y trouvera de grandes réussites comme des échecs (voir Catel: Sémiramis par exemple de mon point de vue).

Rien de transcendant, disons-le d'emblée, avec ce Thésée de Gossec, même si l'oeuvre se laisse écouter avec un certain bonheur. Voici un opéra ô combien caractéristique ce ces années de la toute fin du XVIIIème où le style français, hérité de Rameau mais profondément transformé par la révolution qu'apporta Gluck, s'opposait aux compositeurs italiens vedettes de l'époque tels Spontini ou Piccini par exemple. Le tout dans un climat révolutionnaire et sur fond d'intrigues pour s'accaparer les honneurs et leurs conséquences financières. Dure époque sans doute !

En choisissant le thème de Thésée et le livret de l'inévitable Quinault, Gossec décide d'explorer avant tout le côté psychologique des protagonistes partagés entre la folie, la loyauté, l'esprit de sacrifice, la trahison et la fourberie. Oublions le texte, pompeux, pour se concentrer sur l'intrigue générale et les incessantes circonvolutions psychologiques que celle-ci permet d'induire. Gossec s'attache alors à souligner ces changements, souvent brusques et peu crédibles comme trop souvent dans le genre de l'opéra, en produisant une musique harmoniquement très complexe mais souvent assez réussie.

Thésée est aussi une synthèse quasi parfaite des deux courants qui agitent alors le microcosme musical de l'époque. Celui d'un retour vers la tradition incarnée par Rameau, dont un passage est d'ailleurs intégralement réutilisé dans un des airs du Roi, avec son formalisme et ses règles relativement strictes mais que Gossec modernise et simplifie; celui de la continuité de l'oeuvre de Gluck qui a tout bouleversé sur son passage et jeté les bases de ce que deviendra le grand opéra romantique quelques décennies plus tard. Certes, la musique de Thésée est souvent un peu trop démonstrative mais elle recèle aussi de très beaux airs qui finissent donc par l'emporter.

Guy Van Maas à la tête des Agréments s'est fait une spécialité de ce répertoire. Il n'y a donc pas grand chose à dire de cette captation sur le vif d'assez belle qualité. La distribution vocale est globalement bonne même si la Médée de Jennifer Borghi est loin de m'avoir convaincu. Il lui manque cette passion, ce grain de folie qui devrait la caractériser. On a ici un beau chant mais guère d'émotion.

On donnera donc quatre étoiles pour le travail sur le texte d'accompagnement (bien que moins documenté que d'accoutumée), le courage éditorial même si, intrinsèquement, l'oeuvre ne mérite guère plus que trois étoiles.
77 commentaires|6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)