undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

12
4,4 sur 5 étoiles
Last Patrol
Format: Album vinyleModifier
Prix:23,84 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 23 février 2014
Enfin le gang de dave wyndorf revient aux sources du "stoner psychédélique" sur cet album. Bien que les derniers albums en date sonts trés bons,celui ci est excéllent!Rien que le morceau titre vaut l'achat de cet album,tant son riff final qui semble ne plus vouloir s'arréter nous raméne aux ambiances des premiers albums du groupe.Ici c'est le retour des percus',des riffs sabbathien et des moments 60's et 70's qui vous envolent totalements à chaque écoutes.Il n'y a rien à jeter,ce disque est parfait et dave wyndorf chante de façon magistral malgrés les trés nombreux excés causés dans son passé.à noter une pochette sublime qui me rappelle mon motorhead favori:"another perfect day".Voilà un album qui fera le bonheur des fans d'une des meilleures scéne que le metal et le rock onts engendrés,le stoner!Du trés trés grand art.18sur20.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 2 février 2014
Dave Wyndorf,tete pensante du vaisseau Monster Magnet depuis environ 25 ans,nous propose donc le petit dernier,un last patrol touffu et bien plus qualitatif que les derniers opus en date,mastermind en tete.
En effet,le groupe renoue avec l'inspiration du tryptique"superjudge,dopes to infinity,powertrip".Ce n'est pas ta période préférée?Bonne journée à toi et n'oublie pas de refermer en partant..
Ici,le travail de groupe semble prédominer et l'écriture revient enfin au premier plan laissant loin derrière les obligations contractuelles et les morceaux livrés dans l'urgence."i live behind the clouds",balancé en préambule est chargé d'une certaine tension ou les cordes vocales de Wyndorf empreintes de profondeur accompagnent une mélodie à tomber."last patrol"compo martelée au final vitaminée,accord simples mais mis en relief par un interpretation au taquet.La plupart des compos méritent leur laius alors on va séverement synthetiser le propos afin aller droit au but:"paradise","the duke of supernature"et son tempo très "the levee breaks"de Led Zep,"end of time"et "stay tuned",envolée solistiques bienvenue(et parfois un peu convenue),un bal électrique stoner rock entetant et jubilatoire dont la cohésion se veut rassurante sur la santé des Américains qui une nouvelle fois réussira à combler la majorité de ses aficionados.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Mastermind, sorti en 2010, nous avait mis la puce à l'oreille. Après avoir tenté un virage "hard rock de stade" qui aura vu le groupe, et en premier lieu Wyndorf, se perdre dans ses démons et abandonner bien des fans éplorés en route, Monster Magnet semblait renouer avec ses premières amours, le space rock plombé de Dopes to Infinity, chef d'oeuvre indépassable d'un genre qui ne s'appelait pas encore stoner mais, plus encore, album rock incontournable pour qui s'intéresse au rock en général.

Avec son intro, acoutico-enfumée, rappelant Cage around the sun, l’album plonge immédiatement l’auditeur dans une torpeur opiacée avant de s’eemparer de lui pour les presque 10 minutes de délire spacial de Last Patrol, entre soli à rallonge (notons au passage que le nouveau guitariste Garrett Sweeny ferait presque oublier le guitar hero historique du groupe Ed Mundell), effet spaciaux divers et variés, montées acides et descentes en piqués, le tout parfaitement maitrisé. Comme disait Peter Toch, dans un tout autre style de musique, « fasten your seatbelt and light up your spliff », on ne saurait donner plus sage conseil, le voyage qui s’annonce se prêtant sans conteste à la réverie pachidermique (Paradise, The Duke (of supernature)).

On pourrait lister tous les titres, pour la première fois depuis bien longtemps (Dopes to Infinity ?) il n’y a pas de temps mort sur cet album, et Monster Magnet renoue définitivement avec le stoner rock psychédélique qu’il a presque inventé à lui tout seul… with a little help from Hawkwind ;)

A l’image de son charismatique leader, Monster Magnet nous revient plus affuté, sûr de lui et serein que jamais.

CREW.KOOS
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Mais je rajouterais une petite chose utile : ce skeud énorme a été pour moi la porte d'entrée chez MM, dont le style peut rebuter certains amateurs de pistes léchées. Cet opus offre le meilleur des 2 mondes avec une approche bien nette mais en même temps qui préserve le coté stoner / 70's avec ses riffs puissants et ses vrilles en jam jubilatoires. Mention spéciale au titre d'ouverture, I live behind the clouds", trippant !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 octobre 2013
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

Ils sont de retour les MONSTER MAGNET, ces monstres du stoner rock, avec ce « Last patrol »... qui marque un certain virage en arrière.
Ni la drogue, ni les changements de guitaristes au cours des années passées, n'auront eu la peau de Dave Wyndorf. Ce type, à sa façon, est un gourou du stoner rock qui sait composer de morceaux qui tuent avec des suites d'accords simples, mais qui dans ses mains deviennent magiques.
J'ai parlé, en début de chronique, d'un virage en arrière. C'est vrai car délaissant le hard rock, les refrains qui marquent au fer rouge, MONSTER MAGNET retrouve le gout du space rock, du psychédélique tout en préférant ici le son rock au détriment de rythmiques plus heavy.
Quelques exemples pris au hasard :
On y trouve
Ce « Last Patrol » qui aurait pu, en plus concis, être un tube, mais qui devient un titre hypnotique et qui n'en finit pas de mourir.
Ce « Hallelujah » possède un quelque chose de bluesy comme si John Lee Hooker renaissant de ses cendres, devenait psychédélique et mystique.
Ce « Three King Fishers » qui respire à plein nez le parfum vénéneux de BLACK SABBATH version « je suis dans l'espace ».
Ce « Mindless Ones » très rock embué de bidoullages et effets psyché via les 70.
Ce « The Duke » qui aurait pu être écrit par LED ZEP himself.
Alors ces fameuses suites d'accords dont je parlais plus haut , et bien Dave les a habillé de sons venu d'ailleurs tout en gardant cette aura inimitable qui se dégage de sa musique, quelque soit la manière dont elle est jouée.
Ici le l'expression psyché old school n'est pas un vain mot. Je dirai que cette galette est vraiment bonne et sa musique ensorcelante, même si je regrette un peu la teneur en électricité musclée que l'on retrouvait sur leurs albums précédents .

Un bon cru.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 12 avril 2015
Enfin un album inspiré, cohérent, où aucun titre ne semble avoir été laborieux à écrire, tant l'écoute est fluide et tout sonne juste.
Mastermind laissait déjà espérer un retour en grâce, mais Lost patrol est encore bien supérieur.
J'ai souhaité acheter d'abord cette première mouture, malgré la réécriture toute récente en Milking the stars, mais il me tarde maintenant de le découvrir aussi.
Pourquoi n'ai-je pas mis 5 étoiles : je n'ai toujours pas retrouvé l'énergie impertinente de Powertrip !...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
MONSTER MAGNET est l'entité électrique, le véhicule déglingué qu'a créé Dave WYNDORF pour s'exprimer. Cette incarnation a produit des merveilles de Hard psychédélique pur et dur (Spine Of God en 1991 et Superjudge en 1993) ainsi qu'un pur chef d’œuvre, certes plus accessible mais totalement jouissif : Dopes To Infinity (1995). Après quoi, Dave WYNDORF a entraîné son entité vers un Hard Rock plus formaté, plus carré, certes très maîtrisé et puissant mais parfois à la limite de l’auto parodie. D'où une collection d'albums chromés, remuants mais exempts d'un certain esprit d'aventure. Certes, MONSTER MAGNET avait dégraissé son Hard Rock pour le ramener vers quelque chose de plus sale, proche dans l'esprit des STOOGES et du MC5 (4-Way Diablo en 2007 et Mastermind en 2010) mais la magie n'opérait qu'à moitié.

Last Patrol constitue indéniablement un retour en majesté. Certes, le gros Rock bien énervé est toujours présent : écoutez Hallelujah et essayez de ne pas taper du pied ! De même que le pillonage rythmique du morceau Last Patrol n'exclue pas un groove démoniaque. Mais le Hard psychédélique fait son grand retour, avec tout ce que cela implique de sinuosité, de grandeur, de structures déjantées, d'ambiances glauques, de couleurs vraiment très spéciales.

D'ailleurs, WYNDORF ne s'y est pas trompé puisqu'il ouvre cet album de la rédemption par le programmatique I Live Behind The Stars : le genre de composition qui démarre sur un tempo rampant, avec un plan hypnotique et qui monte en pression vers les étoiles. The Duke Of Supernature est une sorte de ballade tendue et menaçante, avec chant trafiqué, grosses pulsations de la basse et claviers vintage obsédants en arrière plan. Plus dépouillée, la ballade Stay Tuned montre que, même sans effets, le chant rauque et sardonique de WYNDORF véhicule des émotions poignantes, un peu comme le jeune Iggy POP savait si bien le faire. Enfin, WYNDORF et sa bande offrent un lifting lourd et épais à la charmante ballade orientalisante du chanteur folk DONOVAN (initialement parue en 1966 sur l'album Sunshine Superman).

Un titre comme Mindless Ones représente une synthèse fantastique entre l'efficacité imparable du Hard et les tourbillons psychédéliques. De même que l'urgence qu'irradie End Of Time invite à emprunter la planche du Surfer d'argent : magistral et épique !

Sur l'édition spéciale, MONSTER MAGNET livre deux titres supplémentaires : le trépidant, cinglant, énervé et direct Strobe Light Beatdown, et One Dead Moon qui débute délicatement sur le mode guitare acoustique et voix avant d'exploser sur un groove titanesque, le schéma se reproduisant plusieurs fois. Deux titres d'excellente facture qui justifient une édition spéciale.

MONSTER MAGNET a amplement réussi son coup avec un album qui atteint presque les sommets de Dopes To Infinity. C'est le genre d'album puissant, varié, où la mise en son sert parfaitement des compositions fortes, servies par des musiciens à la fois maîtres de leur sujet et portés par un feeling authentique. Last Patrol vous propose un voyage spatial traversé d'orages électriques : aurez-vous l'audace de le tenter ?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ce nouvel album de Monster Magnet est une tuerie de heavy space rock stoner si vous permettez cette définition de style. Dès le premier titre, qui débute en voix avec une ponctuation à la guitare oppressante, on sent que ça va partir, il faudra attendre plus de 2mn pour apprécier une rythmique au lourd tempo. D’autres intros sont trompeuses comme celle de ce sabbathien « Last Patrol » excellent titre quelque peu exotique. J’aime beaucoup « Three Kingfishers » un mi tempo plein de recherche à la guitare traînante, j’apprécie autant l’hallucinant « Mindless Ones » et le nerveux et long « End Of Time » au final très space rock qui se fond avec le début du dernier titre « Stay Tuned » très planant. La guitare de Garett Sweeny est magnifique et la voix du leader Dave Wyndorf possède un timbre rauque tout à fait adaptée à l’intensité des morceaux. Un des meilleurs opus du monstre magnétique que je rapproche volontiers de l’excellent Dopes To Infinity. (9 titres / 51mn17)
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 décembre 2013
Avec ce disque, Monster Magnet revient à un style plus proche de ses meilleurs albums durant la deuxième moitié des années 90. C'est une excellente nouvelle car les trois précédents albums n'étaient pas forcement de ce même niveau. Last patrol renoue avec les codes familiers du groupe mais qui s'en plaindra ? Le résultat est là, l'accroche est immédiate, le son est chaud, les guitares somptueuses, malgré l'absence du guitariste Ed Mundell, ce disque est une franche réussite.
La version deluxe vaut le coup car les deux morceaux supplémentaires sont très bons, le nerveux Stobe light beatdown d'abord puis le feutré One dead moon sont tout aussi bons que les 9 chansons précédentes sur le disque.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
0 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 août 2014
Pour moi c'est le meilleur album de stoner psyché (space) de tout les temps tout simplement. Difficile de trouver un album qui fait voyager autant un vrai voyage de l'esprit, c'est le but que le groupe a cherché avec cette album et c'est on ne peu plus réussie.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Dopes To Infinity
Dopes To Infinity de Monster Magnet (CD - 2013)


Mastermind
Mastermind de Monster Magnet (CD - 2010)