undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

431
4,4 sur 5 étoiles
Au revoir là-haut
Format: Format KindleModifier
Prix:9,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

16 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 9 mars 2014
"Je m'amuse beaucoup". C'est Pierre Lemaitre qui le confie dans un papier du journal Le Monde
Et moi donc! ... Avec son dernier livre, quel plaisir macabre et jubilatoire!

Dans les derniers combats de la Grande Guerre, deux jeunes poilus, improbables frères d'armes, se sauvent la mise mutuellement. A la démobilisation et au difficile retour à la vie civile, ils ne sont que des rébus pour une société désirant tourner le dos aux années noires.
Le combat pour la survie continue, entre secrets, regrets, blessures du corps et de l'âme. Quelqu'en soit le prix, le désir de revanche sur les hommes et la vie est le plus fort et va être le terreau d'une magistrale et cynique escroquerie.

Dès les premières pages, la lecture se fait avec un creux à l'estomac, car combien effrayant est le destin de ces jeunes hommes dans l'affreuse tuerie de 14/18!
Vacarme des armes, odeurs pestilentielles, blessures atroces des gueules cassées, horreur de soi, incurie des gradés et misère du trouffion, toute la guerre est là, dans son carnage de machine infernale. Dans la réadaptation si difficile, c'est tout le désenchantement et la détresse d'une génération sacrifiée en "chair à canon", instrumentalisée par la raison d'état, ses affidés et leurs excès.

Réquisitoire envers l'administration, l'armée, les turpitudes opportunistes de la société d'après-guerre, le frénétique commerce de la mort et de la commémoration, face à l'indifférence de la nation pour les rescapés.
C'est aussi une réflexion sur le patriotisme, le courage, la couardise, la loyauté.

Pierre Lemaitre, en conteur magistral, nous fait changer d'époque, avec une écriture vivante et des portraits hauts en couleur, au plus près du réel. Ca secoue, fait vibrer, fait trembler et compatir. Ca se lit comme un carnet de soldat avec le langage coloré et gouailleur de ce début de siècle. L'auteur a le sens de la formule et joue joliment avec les mots.
C'est à la fois d'une tristesse infinie et d'une cruauté glaçante mais aussi une chronique ironique aux personnages et situations croqués avec humour.

Après ce livre, je ne verrai plus monuments aux morts et cimetières militaires de la même manière...
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
62 sur 65 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 11 janvier 2014
Mais quelle galerie de portraits ! Car c'est bien avant tout de cela qu'il s'agit. Albert, le bon soldat pétri de conscience, de morale, dont la vertu sert la chance lorsqu'elle s'avère nécessaire ; Edouard, la gueule cassée, fracassée, l'inimaginable et l'indicible que l'on prend en pitié au point de lui pardonner toute son amoralité ; Aulnay-Pradelle, ce nouveau riche dégoulinant d'arrivisme, que l'on aime haïr et dont la réussite machiavélique nous irrite ; la douce cruauté de Madeleine ; le doux-acide Péricourt ; l'obséquieux-minable édile ; l'inspecteur méticulo-crasseux ; l'enfant innocent ; la compagne bonne et simple... La liste est sans fin et la précision du trait au rendez-vous de chaque page. On en redemande car tout est vrai, même si rien ne l'est ; on a croisé chacun, pourtant ces portraits sont uniques, nouveaux, osés, irrévérencieux, anti-académiques.

C'est le Goncourt pour ceux qui ont peur du Goncourt (à l'image du finaliste de l'an passé, La vérité sur l'affaire Harry Québert, finalement distingué par les lycéens), le roman sur la Grande guerre destinés à ceux que le sujet n'attirerait pas nécessairement de prime abord dans un roman. Car il est impossible de le refermer !

L'entrée en matière est un peu longue (mais c'est absolument nécessaire, il ne faut surtout pas se décourager !). Les personnages mettent du temps à s'installer mais la greffe prend, durablement. Le factuel donne la matière, la construction patiente et d'une efficacité redoutable donne le corps du récit, son déroulement implacable. Reste l'ironie, le cynisme brûlant, absolument décapant, qui augmente au fil des pages et offre à cette fresque le poids du chef d'oeuvre. Bien plus que la critique d'une époque, c'est celle d'une civilisation, l'affrontement des à-pics, le champ de bataille de la guerre qui, une fois les fusils remisés, voit se déchirer les arêtes les plus sombres des caractères humains, ces facettes obscures que l'on sait, que l'on sent, qui font splendeurs et misères de notre espèce.

Alors on jubile, mais en lisant de biais : il est impossible de rire avec légèreté. On dévore d'un oeil seulement, mais d'un oeil affamé et insatiable ! Tout est vrai car tout est tellement humain. Jusqu'au plus improbable. Quelle réussite ! On en a jamais assez...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
92 sur 98 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 novembre 2013
Acheté mercredi, dévoré et terminé hier matin.
J'ai eu vent de ce roman en écoutant une émission littéraire il y a une dizaine de jours. Ma passion pour tout ce qui touche à la "grande guerre" m' a irrésistiblement attiré vers cet auteur jusqu'alors inconnu pour moi.
D'abord le choix du titre, Au revoir la haut, m'a mis en confiance: ce sont les derniers mots d'un fusillé de 1914 (réhabilité en 1922) à son épouse ; j'aime qu'une injustice soit réparée...., et pour cette époque, il reste beaucoup à faire!
Ici la guerre est la vedette; enfin ses débordements, je veux dire tout ce qu'elle peut engendrer de violent, de moche, de sale. Aux tranchées putrides a succédé un monde plus putride encore, que Pierre Lemaître décrit sans concession.
Le plus cruel est le constat au fil des pages que ce monde là perdure de nos jours, laissant l'amère saveur de sacrifices inutiles avec ses mensonges encore plus gros, ses "affaires" tout aussi puantes ...
Derrière l'auteur de polar qui sait vous tenir en haleine jusqu'au bout, j'ai beaucoup aimé aussi le style, la justesse des analyses de caractères et l'implacable pamphlet contre les "élites" adoratrices du fric et du pouvoir qui les y mène.
Pour faire court, j'ai aimé: ça m'entretient la colère, celle que je nourris contre ceux qui ont exterminé impunément mes grands frères , français et boches, en en tirant gloire et fortune.
33 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
80 sur 88 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 novembre 2013
Au revoir là-haut est une œuvre à part entière. Le livre est une fresque de la France d'après guerre, la Grande Guerre...
Je connaissais LeMaître dans ses quelques romans policiers et j'ai découvert en ce roman quelque chose de fameux.

Un réquisitoire contre la violence qui se soldera finalement par la violence. Guerre barbare, sang versé dans le déchirement de nations devenues folles.
Au travers du destin des personnages, nous vivons la peine, nous vivons la vengeance, nous vivons le traitement affame des combattants héroïques oubliés. Lire ce livre est presque un devoir pour nous, citoyens français.

Lire ce livre, c'est honorer la Mémoire de ceux qui sont tombés sous le feu sanguinaire. Nulle haine coule dans ce livre, seulement une réalité dure et parfois d'une violence insoutenable. Le prix est si mérité...
La littérature n'est pas morte, voilà la chose que l'on se dit en posant les yeux sur ce livre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 7 novembre 2014
Le prix Goncourt 2013 ; et en le lisant, on peut facilement imaginer pourquoi. Je vais commencer par expliquer que je n'ai acheté ce roman que lorsque j'ai appris qu'il venait dans "ma" ville et que je suis allé à sa rencontre : la période de la guerre 14-18 n'est effectivement pas mon fort. Et bien, figurez-vous que j'ai réellement apprécié cet ouvrage. L'histoire, qui débute dans les tous derniers jours du premier conflit mondial, démontre dès les premières pages que l'histoire ne va pas être un conte de fées. Coups bas et trahisons lors du premier chapitre. Et c'est cet événement aussi étrange que stupéfiant qui va se prolonger dans l'après-guerre. Arrivisme, politique, vanité, inconscience sont les mots-clés d'une histoire dure, mais qui éclaire sur la cupidité des certains hommes sur leurs contemporains et la force destructrice des certains possesseurs du pouvoir : du Pouvoir même.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 juillet 2015
On ne sort pas intact de la lecture de ce roman car il vous impacte telle la secousse suivant la chute d'un obus qui vous cloue dans les derniers jours de la "Grande Guerre" et des mois qui l'ont suivi. "Ce n'est pas le coeur'" nous confie Pierre LEMAITRE, "C'est l'angoisse" (Page 202). Tant d'illusion, de joie, de malheur, de détresse que l'on partage avec les deux "héros" de cette P'…..de guerre qui n'a de grande que le nom. Pour résumé tant d'humanité, de fraternité, d'amitié et d'amours filiaux inavoués confrontés à tant de vanité, de combines, de corruption, de profits mal gagnés, etc…, et ce, 'sur le dos des victimes, des mutilés et de leurs familles ou de leurs proches. Le pire du pire en somme ! Ou plus simplement encore, le système où quelque soit les circonstances de lieux et de temps, "business is business".
Le style est remarquable de précision et de finesse. Il est riche, acéré et flamboyant. Il combine tout à la fois légèreté et humour avec cynisme et tragédie. En sorte qu'il fait de ce roman une véritable oeuvre de littérature moderne. Même si j'eusse préférer une autre fin, quelque chose de plus subtile.
Les enseignants du secondaire seraient bien inspirés de mettre ce bouquin dans les mains de tous leurs lycéens plutôt que de se perdre en états d'âmes, conjectures et raccourcis sur la Première Guerre Mondiale.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
102 sur 119 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Le maître du polar (à découvrir le machiavélique Alex) devient un maître en littérature ! Une étonnante reconversion de l’auteur qui signe ici un livre magnifique, une écriture éblouissante et un scénario qui laisse sans voix ! Le thème qui tourne autour de la fin de la guerre de 14-18 est très original. Les deux personnages principaux l’un une « gueule cassée » fils d‘une riche famille, l’autre un brave soldat qui se sent responsable de lui car il lui a sauvé la vie vont monter une escroquerie car l’argent manque, le tout sur fond de vérité historique. Tous les caractères sont parfaitement étudiés et nous permettent de découvrir une fresque de cette époque de l’après-guerre où le propre de l’homme est bien de faire du profit !Un livre à savourer et un auteur à redécouvrir sous un jour nouveau qui signe là un vrai bijou .
Et couronne par le prix Goncourt récompense amplement justifiée !
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
14 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 mars 2014
Le premier paragraphe est oppressant, dérangeant, mémorable. Il laisse présager du reste du livre dont la tonalité ne change guère ... Malgré un intérêt évident pour le scénario captivant et les personnages, j'ai du faire un effort sur toute la durée de la lecture, tant l'ambiance est lourde, les sentiments exacerbés, les scènes crues. J'estime qu'on est loin de la qualité d'écriture d'un Goncourt, c'est à mon sens un bon thriller historique, avec hélas beaucoup de longueurs, un rythme inégal, des répétitions, quelques clichés.
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
80 sur 94 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Après quelques romans policiers très réussis Pierre Lemaitre opère un grand virage et nous livre un roman sur l'après- guerre de 14/18. L'histoire débute sur la décision du lieutenant d'Aulnay-Pradelle de mener ses hommes à un dernier combat malgré la certitude d'un armistice très proche. Trois rescapés lors de cette boucherie: Aulnay-Pradelle et deux hommes Albert Maillard et Edouard Péricourt qui, malgré ses blessures, sauvera son camarade. Revenus à la vie civile force est d'admettre que la France est bien plus reconnaissante envers ses morts qu'envers ses vivants, blessés, fracassés par cette terrible guerre. Un salaud et deux héros qui sont la base de ce roman très documenté et formidablement bien écrit. L'auteur, en véritable humaniste, en profite pour dénoncer toutes les hypocrisies et les non-dits autour de la guerre, grande pourvoyeuse de progrès industriels.
Pierre Lemaître envisage une grande fresque allant de 1913 à 2013 où, selon sa volonté, chaque nouveau roman s'ouvrira sur un personnage secondaire du roman précédent. Je m'en réjouis déjà.
44 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 avril 2015
Vous trouvez les Goncourt barbants ? Vous en avez marre d’entendre parler de la Grande Guerre ? Vous trouvez qu’un bon auteur est celui qui sait se limiter à deux cent pages ? Le titre ne vous dit rien ? Eh bien, détrompez–vous, laissez-là vos appréhensions et courrez, courrez à la bibliothèque pour lire ce magnifique roman.
Ce n’est que du bonheur. Jubilatoire du début à la fin. Prenant, intelligent, drôle et surtout pas pédant pour un sou. Bref un coup de maitre, et jamais on ne ressent la lassitude, l’essoufflement qui eussent été bien naturels devant tout le travail qu’un tel roman a exigé. Non, l’auteur s’amuse en écrivant, et le lecteur ressent ce plaisir et … le partage.
L’histoire, en bref, de deux gueules cassées, des réprouvés, des amochés qui n’ont rien en commun si ce n’est qu’ils ont failli mourir ensemble, que l’un a sauvé l’autre. Rien en commun que des terribles souvenirs du front, l’horreur, la blessure physique pour l’un et psychique pour l’autre. Et puisqu’ils sont des réprouvés et qu’il faut bien vivre, ils montent une escroquerie pour se mettre à l’abri et s’enfuir dans les colonies. Mais c’est aussi l’histoire d’une autre escroquerie, en col blanc cette fois-ci, d’un père, qui a perdu son fils …
Les personnages sont très bien étudiés et se révèlent au fur et à mesure de l’intrigue dans toute leur ambiguïté. Car tous mêlent le bien et le mal dans des proportions variables, ce qui leur confère du coup un réalisme saisissant.
L’écriture est efficace, le ton souvent ironique, les images justes et plusieurs expressions sont de véritables petits bijoux, des formules assassines qui font mouche.
A ne manquer sous aucun prétexte.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Alex
Alex de Pierre Lemaitre
EUR 8,99