Commentaires en ligne


5 évaluations
5 étoiles:
 (3)
4 étoiles:
 (2)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 De 1 à 9, 21 janvier 2015
Par 
Denis Urval (France) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 10 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray] (Blu-ray)
Ce cycle des neuf symphonies de Ludwig van B. a été enregistré au Suntory Hall de Tokyo en 2012 par l’orchestre de la radio bavaroise et son chef, Mariss Jansons (né en 1943).

Parlons de la réalisation avant de parler de l’interprétation : pour Beethoven, un orchestre rachitique faisant un petit bruit dans son coin, tout comme une formation symphonique jouant de manière neutre et anonyme en s’ennuyant de rabâcher le grand répertoire, c’est rédhibitoire. Les symphonies de Beethoven, c’est d’abord un son qui fait instantanément dresser l’oreille et en impose à l’auditeur, le chef ne vient qu’après. De ce point de vue, on ne peut qu’admirer la beauté plastique et la cohésion de l’orchestre, la netteté du jeu, le flûtiste solo, les graves sur lesquels s’appuie l’édifice, l’envie de jouer des musiciens, qui est palpable.

Côté direction, Mariss Jansons sculpte de magnifiques objets sonores, et il confère beaucoup d’allant et d’allure à l’ensemble (et pas dans les moindres œuvres du cycle: Troisième, Septième). Les symphonies un, deux et quatre ont bien avec les autres les affinités, l’unité de ton qu’il faut : elles ne sont pas minorées indûment. Quelqu’un qui découvrirait le cycle dans ces interprétations s’en trouverait donc bien : l’image, très bien définie, lui permet d’être attentif au travail de l’orchestre, et ce qu’on écoute, ce sont les symphonies servies à un haut niveau, sans les maniérismes du jour.

Maintenant, personne n’a comme Beethoven écrit une musique qui à la fois soit aussi indépendante de tout programme et de toute anecdote, qui puisse autant s’apprécier en termes purement musicaux, et qui, en même temps, ait autant une valeur et une portée qui dépasse ses qualités proprement esthétiques. Les deux, bien sûr, se rejoignent avec les plus grands beethovéniens. Dans la Cinquième, Jansons me laisse un peu sur ma faim : c’est une interprétation mesurée, et malgré de très beaux moments et les usuelles qualités plastiques de ces interprétations, elle manque de flamme : elle ne raconte pas avec assez de conviction son histoire d’épreuves amères, d’espoir reconquis et de victoire sur soi. Dans le premier mouvement de la Pastorale, l’ivresse que procure la nature retrouvée doit atteindre dans le développement un paroxysme : avec Jansons, on est content de laisser le bitume et d’être enfin au vert pour le week-end, mais on ne devient pas fou de joie en fusionnant avec le grand Tout.

Parlons des deux dernières : la Huitième, œuvre bien plus forte qu’elle n’y paraît, d’un caractère si déconcertant, est abordée avec beaucoup d’humour, un vrai respect et un certain élan : c’est ici bien sûr moins éruptif qu’avec Hermann Scherchen, mais c’est un bon test pour le niveau de l’ensemble du cycle, que Jansons réussit indéniablement.

Les solistes de la Neuvième sont : Christiane Karg, soprano, Mihoko Fujimura, mezzo, Michael Schade, ténor, Michael Volle, baryton. Le choeur est bien sûr celui de la Radio Bavaroise. Mariss Jansons a l’air gentil, vu comme ça, mais c’est bien connu qu’il a la tête épique : les Gurrelieder, la Messe glagolitique, il peut, et ici, il est à la hauteur de la tâche. C’est un des très bons volets du cycle. Dès le premier mouvement, on est saisi, le climat y est, et l’auditeur est de tout cœur avec les interprètes. On peut rêver d’un Scherzo plus démoniaque, mais le soufflé ne retombe pas. L’Adagio molto e cantabile prend à peine plus de 13 minutes: Jansons fait partie du petit nombre de chefs qui savent qu'on peut rendre justice à cette musique sans la retenir au motif que plus c’est lent, plus c’est métaphysique et profond. De ce fait, la fin fonctionne bien comme un prélude au Finale. Lequel Finale est inégal, mais il a ses moments, et si les deux solistes masculins font le travail sans marquer beaucoup (ce ne sont certes pas Ludwig Weber et Anton Dermota) Christiane Karg, comme à son ordinaire, est simplement idéale.

Ce coffret risque fort d’être pris entre deux feux : les amateurs de grandes baguettes historiques organiseront une joute dont l’issue est connue d’avance (And the winner is… Furtwängler ? Klemperer ? Schuricht ? Hans Richter ?). Les partisans des harnoncoureries et autres gardinages trouveront leur bonheur ailleurs. Pourtant ce cycle pose à Beethoven de bonnes questions et il apporte souvent sur l’interprétation de ces œuvres des réponses pleines de saveur et de sens.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très belle intégrale en blu-ray, 14 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray] (Blu-ray)
Pour ne parler que de technique de ce blu-ray, l'image est très belle, la qualité du son (DTS-HD MA) est excellente avec une acoustique parfaite du Suntory Hall à Tokyo. La réalisation est sobre, sans ces effets "artistiques" (flous, fondus, arrêts sur image et autres gadgets énervants et sans aucun intérêt que certains réalisateurs nous imposent). Le public est calme et discipliné. Jansons est agréable à regarder diriger. L'orchestre est excellentissime.
Le coffret en carton contient 3 blu-ray dans 3 boitiers standard (plastique bleu).
J'ai globalement aimé l'interprétation (magnifique 5ème !!). Les tempos sont assez vifs.
J'ai une autre intégrale de ces symphonies en blu-ray (Thielemann) et je préfère largement celle-ci, à tous points de vue.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très belle intégrale des symphonies de Beethoven, 17 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray] (Blu-ray)
Passionné par ce monument de la symphonie,j'ai beaucoup apprécié la direction de Mariss Jansons,qui est vraiment l'un des grands chefs d'orchestre de notre époque.J'attache de l'importance aux tempi ,qui me conviennent totalement.Les prises de vue sont très intéressantes et l'on vit à la fois la direction et la formation dans son action.La technique actuelle autorise de très belles séquences,qui ne sont pas trop courtes,en l'occurrence.
Après la très belle version vidéo de Claudio Abbado des années 2000,l'on est,me semble-t-il,à nouveau à des sommets.La formation bavaroise m'a autant donné satisfaction que sa devancière.Les deux chefs ne monopolisent pas l'image,comme c'était le cas avec Karajan...
Je dois avouer que je n'ai pas écouté ces deux intégrales "en aveugle".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 EXCELLENT, 30 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray] (Blu-ray)
L'interpretation est assez différente de celle d'Abbado à l'academie Ste Cecile, interpretation que j'aime beaucoup.
Ceci dit, M. Jansons est un très bon chef, avec de bonnes idées, et il dirige un excellent orchestre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 4) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une réussite, 9 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray] (Blu-ray)
Très beau son, belle prise de son orchestre magnifique mais l'interprétation est quand même conventionnelle. Il suffit d'écouter les marches funèbres des 3 et 7 émes symphonies et l'on voit que l'on n'est pas chez Furtwangler...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray]
EUR 57,70
En stock
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit