undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

7
4,4 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
2
2 étoiles
0
1 étoile
0
Beethoven : The Symphonies and Reflections
Format: CDModifier
Prix:46,95 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

13 sur 16 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 14 décembre 2013
On n'a pas eu de telles interprétations des symphonies de Beethoven depuis ... des « lustres ». Inutile de rappeler le désastre de Thielemann à Vienne. Jansons cisèle comme à son habitude « son » orchestre qu'il a amené au fil des années à un niveau digne des plus grands, mais c'est de dentelle qu'il faut parler ici : élégance, subtilité, respect du texte. On songe parfois à Bruno Walter ou René Leibowitz, pour chercher à comparer des choses qui ne le sont peut-être pas, mais jamais à Furtwängler que je vénère pourtant parmi tous, surtout dans ce répertoire. C'est autre chose, c'est du Jansons tout simplement ... et comme on aimerait que la philharmonie de Berlin songe à lui en 2018 au départ de Rattle !

Un petit bémol, sempiternel refrain auquel on ne peut décidément rien apparemment : il s'agit de CD et non de SACD, on est donc en stéréo. Comme je possède également la version en BluRay de cette intégrale, je mesure ce qu'on aurait gagné à avoir ici aussi du multicanal et, surtout, encore davantage de « haute fidélité » grâce à ce support (comme le fait le label du Concertgebouw avec le même chef). C'est dommage tout de même de posséder des sources somptueuses et de les compresser en CD en 16 bits à 44.1kHz.

Malgré cela, à acquérir sans hésitation ...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
5 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Sur le papier, tout semble alléchant : l'un des meilleurs chefs actuels, dirigeant un orchestre de très haut rang dans un répertoire quasi idiomatique. Le tout au service d'un vrai projet musical, mettant en regard les symphonies de Beethoven et des oeuvres contemporaines composées pour l'occasion, faisant écho aux chefs d'oeuvre du grand maître.
L'exercice avait déjà été tenté, avec plus ou moins de réussite : on se souvient notamment du triste prélude au concerto pour violon composé par Brice Pauset. Ici, pas de déchets : les compositeurs ont su se nourrir de Beethoven sans perdre leur langage propre (et très varié). Et cela paie : le "Con Brio" de Widmann a bénéficié d'une création française il y a 3 ans déjà, et les oeuvres de Shchedrin, Mochizuki et Kancheli devraient s'inscrire au répertoire rapidement, elles en ont en tout cas véritablement le potentiel. Je suis plus réservé sur les pièces de Staud et de Serksnyte, très honorables mais moins réussies.
Cependant, le bât blesse sur les interprétations de Beethoven. Au milieu d'une discographie si riche, il faut pour s'imposer autre chose qu'un projet : une vision de chaque oeuvre et du corpus dans son intégralité. Beethoven est à la fois le dernier des classiques et le premier des romantiques et chaque chef doit choisir son point de vue. Karajan ou Harnoncourt en quelque sorte (Paavo Järvi ou Thielemann pour prendre des références plus récentes). Mariss Jansons semble hésiter constamment, livrant une lecture scrupuleuse, mais jamais d'interprétation. Alors, certes, l'orchestre est excellent (surtout dans les conditions du live, malgré quelques défauts de justesse dans la 9ème). Mais où est la vigueur ? l'énergie ? Curieusement, c'est dans les créations que l'on entend de véritables interprétations. Peut-être est-ce dû au décalage horaire, la majorité des symphonies ayant été enregistrées à Tokyo (seules les 3è et 6è ont été enregistrées à Munich et il s'agit des meilleures interprétations).
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
11 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 janvier 2014
Jansons à la baguette, dirigeant l'excellent orchestre de la radio bavaroise (bien plus constant et interessant que l'actuel philharmonique de Berlin) pour une énième intégrale des symphonies de Beethoven.
Jansons a de toutes évidences quelques choses à nous dire et je ne peux affirmer que cette intégrale est inutile.

Le chef et l'orchestre ont assimilé et digéré les baroqueux, intégré les grands anciens, et proposent des lectures d'une précision, d'une beauté, d'une finesse et d'une rigueur incontestables. Rien à voir avec les lectures tonitruantes et souvent lassantes de Chailly avec Leipzig, on est ici plus proches d'Abbado dernière manière.

Mais où sont les prises de risques ? Les emportements ? La fouge de Beethoven dans tous ça !!??
C'est à mon goût bien trop sage, trop analytique. C'est l'oeuvre d'un chef qui connait son Beethoven par coeur, qui a réellement un sacré talent (plus que Thielemann, Chailly, Rattle pour ne parler que des intégrales récentes...).
Mais j'aurais souhaité entendre plus de folies, de spontanéité, de partis pris, quite à être moins propre au final.

Sans dire que c'était mieux "avant", dans leurs styles, dans le desordre Karajan (à Berlin pour ces 3 intégrales), Furtwangler, Toscanini (avec le NBC d'avant guerre), Giulini, Bohm à Vienne, Szell, Leibowitz à Londres ou encore plus récemment Barenboim à Berlin, Jarvi à Breme, Gardiner ont tous montré le Beethoven conquérent, révolutionnaire, mais aussi le Beethoven romantique voire plus classique.

Une intégrale à découvrir pour quiconque souhaite approfondir sa connaissance (analytique) du corpus symphonique du géant de Bonn, mais sans doute pas en mode "1ere lecture".
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 6 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
On ne présente plus Mariss Jansons qui dirige depuis 2003 le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks et qui par son travail et sa persévérance a placé l'orchestre dans les meilleurs mondiaux.
Que dire les symphonies sont merveilleusement interprétées avec beaucoup de raffinement et une entente parfaite entre le chef et son orchestre !!!
J'ai pu le constater en regardant sur une chaîne Allemande BAYERN les concerts de ce coffret enregistrés en direct à Tokyo dans la Suntory Hall superbe programme !!!
La prise de son est exceptionnelle !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 12 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 27 octobre 2013
Depuis Harnoncourt,aucune intégrale des symphonies n'avait convaincu - ou du moins n'avait été marquée par le sceau de la nécessité ; Jansons à la tête de son orchestre bavarois vient heureusement d'enrichir un répertoire que la récente intégrale berlinoise (Abbado) tendait à nous faire passer pour sclérosé. Enregistrées à Munich et au Suntory Hall de Tokyo chaque symphonie trace sa voix, avec ce qui lui est propre et ce dont elle témoigne comme partie d'un projet compositionnel. Jansons les conduits avec franchise et enthousiasme, par amour, pas par devoir, mais également avec une reflection avancée sur les oeuvres, des choix parfaitement assumés en matière de tempi, de dynamique, de couleurs, d'organisation générale.
L'idée d'adjoindre à ces symphonies des "reponses" ("Reflections") contemporaines, n'allait pas de soi ; mais avouons que le résultat est à la hauteur de l'ambition affichée : le Testament de Chédrine, Fires de Serksnyté, l'ouverture de Widman, les Maniai de Staud, l'intermezzo de Mochizuki, etc s'écoutent avec plaisir et intérêt et contribuent à la réussite de ce coffret remarquable.
55 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 4 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 7 février 2014
It is great, I did not expect it to be such a beauty. For me, real Furtwanglerian, this is probably the best cycle of the last 30 - 40 years. OK, there was Barenboim in Berlin and Abbado in Vienna, but this cycle is even better, because - the orchestra is top notch, it is better than Berliner or Viennese, at least in this recording, and the interpretation is very soulful, very touching and profound. On the surface, it perhaps reminds Karajan and his interpretations, but inside it is much warmer, much deeper. It has Furtwanglerish metaphysical and spiritual qualities in the Karajanesque form, if you want. But bravo!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 10 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 novembre 2013
Des interprétations des symphonies souvent exceptionnelles et originales (l'Eroica est tres symptomatique) couplées avec des oeuvres contemporaines dédiées à Beethoven de trés haut niveau.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Beethoven : les Symphonies
Beethoven : les Symphonies de Ludwig van Beethoven (CD - 2011)

Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray]
Mariss Jansons: Beethoven Symphonies [Blu-ray] de Beethoven (Blu-ray - 2013)
EUR 56,28