Commentaires en ligne 


3 évaluations
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:
 (3)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un capitaine sans équipage..., 7 octobre 2013
Par 
orion (Vinland) - Voir tous mes commentaires
(TOP 100 COMMENTATEURS)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Resilient ltd edition (CD)
Ah, le mystère Rock n' Rolf...
Après avoir jeté l'éponge en 2011 (après six ans de silence discographique), le capitaine du navire corsaire Running Wild faisait un retour inattendu dès 2012 avec Shadowmaker. Et depuis, le voilà devenu un boulimique de travail, enchaînant la sortie de son projet parallèle, Giant X en début d'année et maintenant, mettant sur le marché le successeur à "Shadowmaker", "Resilient". Quelle mouche le pique donc ?

"Shadowmaker" n'a pas eu que des partisans, loin de là, même parmi les fans du groupe (si, il en reste !) en raison peut-être de son aspect un peu trop Hard US / Heavy Rock sur certains titres ("Me And The Boys", "Piece Of The Action"). Des titres qui auguraient quelque part de l'album de Giant X. On pouvait donc penser que Rock n'Rolf ayant mis de côté ses compos les plus orientées hard rock pour Giant X, Running Wild allait nous refaire du Running Wild 100% Pirate Metal. Mais est-ce que cela allait faire de "Resilient" un meilleur album pour autant ? Pas forcément..

Effectivement, ce nouvel album ne nous offre plus ce type de morceaux. On retrouve un Running Wild fidèle à lui même... du moins, fidèle au style des derniers albums (comprendre depuis "The Rivalry"). Car du Running Wild époque fin 80, début 90, je crois qu'on peut faire définitivement une croix dessus. Des morceaux bien speed comme "Whirlwind", "Merciless Game" ou "Masquerade", ça semble définitivement terminé. Il y a bien "Fireheart" qui peut faire un peu illusion sur ce nouvel opus mais tout de même, on est assez loin du tempo furieux de ces morceaux.
Heureusement, comme à son habitude, le Rolf a l'art du titre qui pénètre dans le cortex avec refrain qui claque et ça commence plutôt sur de bonnes bases avec ce "Soldiers Of Fortune" qui correspond tout à fait à ce qu'on a envie d'entendre. Rock n'Rolf est fidèle à lui-même vocalement. A ce sujet, je n'ai pas bien compris certaines critiques de mes confrères au sujet de sa performance vocale sur l'album précédent. Rolf n'a jamais été un grand chanteur. Découvrir qu'il ne chante pas très bien sur le quatorzième album de Running Wild, c'est comme découvrir que Metallica fait du Thrash avec l'album Death Magnetic... mais passons.
Comme ce premier morceau, d'autres titres sont de bonne facture comme "The Drift" et "Run Riot" avec leurs riffs bien mélodiques typiquement estampillés Pirate Metal. Ces morceaux étant ceux qui rappellent le plus l'époque "Death Or Glory" / "Blazon Stone". L'ultime morceau, "Bloody Island", LE titre épique de l'album (comme quasiment à chaque fois), rappelle lui aussi la grande époque. On y retrouve le Running Wild (enfin, le Rock n'Rolf) inspiré. Ce titre aurait pu figurer sur un des albums que je viens de citer, il n'aurait pas fait tâche. Et heureusement qu'il y a ces morceaux car, à côté de ça, on a quelques titres pas forcément mauvais mais qui montrent un Rock n'Rolf en pilotage automatique ("Resilient", "Adventure Galley", "Down To The Wire", "Crystal Gold") rappelant eux les morceaux de la dernière période, pas tous inoubliables.

Avis mitigé après de nombreuses écoutes et au final, malgré les quelques très bons titres cités plus haut, cet album m'emballe moins que "Shadowmaker" qui montrait un peu plus de variété finalement (si l'on acceptait, ce que certains n'ont pas pu, que Running Wild évolue vers un style plus typé Hard Rock).
Enfin, dernière chose qui peut paraître anecdotique mais qui me gène depuis un moment : Running Wild ne semble plus être un groupe à proprement parler. Comme pour "Shadowmaker", on ne retrouve à la conception de cet album que Rock n'Rolf aidé de Peter Jordan pour les solos et c'est tout. Certes, Running Wild a toujours été le bébé de Rolf Kasparek, surtout sur les derniers albums où l'on avait l'impression que les autres musiciens n'étaient là que pour le décor. Mais du coup, peut-on encore parler de groupe ? On a plus l'impression qu'il s'agit maintenant d'albums solos du monsieur. Le pire, c'est l'absence de batteur. A l'écoute, le résultat est tout de même un peu trop mécanique. Et puis, le côté "je bricole mon truc tout seul dans mon coin" ne correspond pas à un groupe de l'envergure Running Wild (on dira ce qu'on voudra mais ce nom, c'est quand même une sacrée référence en terme de Heavy Speed à l'Allemande).
En tout cas, si le monsieur veut enfin se décider à tourner, il va bien falloir qu'il recrute un vrai groupe. Ou alors il va se contenter d'enchaîner les albums faits maison et là, je crains le pire...
14 / 20

Retrouvez cette chronique (et d'autres) sur le site "auxportesdumetal.com"
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Le véritable Côme Back du pirate, 20 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Resilient ltd edition (CD)
Shadowmaker m'avait déjà surpris dans le bon sens, Résilient est une confirmation à tout point de vue!

Commençons par le petit bémol, même si Rock'n'rolf est un maître en la matière, il faudrait qu'il songe à s'entourer notamment à la batterie car on croirait par moment une boîte à rythme (moins flagrant que Shadowmaker). Mais, passe ce point, nous voilà replonger dans l'âge d'or de Running Wild avec ces refrains de tueurs, les grondements et les tonalités liés à la piraterie, bref, du 100% Heavy teuton comme on l'aime!! La cerise sur le gâteau n'est autre que ce morceau épique "Bloody Island", un morceau enorme de près de 10min, une réussite!

Allez Rolf, on s'entoure un peu, et on vient faire un tour au hellfest!

4/5
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 RUNNING WILD REVIENT EN FORME, 7 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Resilient ltd edition (CD)
de olivier no limit du webzine METAL FRANCE

RUNNING WILD revient avec « resilient ». Ce monstre du heavy /speed metal Allemand marqua de son sceau plus d'une génération. Son coté épique porté par le thème des pirates accoucha d'albums tel que « Death or Glory », « Under Jolly Roger », des musts dans leur genre. Puis fin de l'aventure en 2005 et retour de Rolf Kasparak et de son « bébé » avec l'atroce « Shadowmaker ». Un album vraiment mauvais et bâclé.

Alors ce « the resilient » vaut il le coup ?

Bon commençons par le mix. Si vous poussez un peu trop fort votre chaine, la musique sature dans les graves. Peut-être est-ce dû au fait que ce soit du téléchargement (légal) pour la promo du cd et non la mouture définitive. Faut dire les guitares sont en béton.

Après qu'en est-il de cette rondelle ?

Bon on ne peut pas avoir été et être de nouveau, les époques changent.

Certains diront que le bonhomme surfe sur ce qu'il sait faire, que les titres présents ici sont du déjà entendu, qu'il n'y a aucune surprise, que même parfois on pourrait penser au « pompage » d'anciens titres, que son inspiration tourne en rond et c'est vrai.

Mais dans ma chronique je ne veux pas faire la même erreur que sur celle de BLACK SABBATH. J'avais été mitigé, plein de retenues pour me rendre compte, des semaines plus tard que leur album était bon.

Tout cela pour vous dire que même s'il n'a rien d'exceptionnel et qu'il sent un peu le réchauffé et bien ma foi ce « the resilent » est plutôt pas mal du tout. RUNNING WILD fait du RUNNING WILD ! Il redore son blason et fait oublier la déception de «Shadowmaker ».

Des titres comme «Soldiers of Fortune », « The Drift », respirent à plein nez la mer, la piraterie, l'aventure, le côté épique de la bête, toutes voiles dehors. « Resilient » est un bon heavy metal, dont le riff aurait pu être pondu par ACCEPT et « Adventure Highway » et «Crystal Gold » sont des hard rock plutôt « avenants » aux riffs qui vous prennent bien la tête. «Desert Rose » et le très long «Bloody Island » ont quelque chose de THIN LIZZY (surtout les solos.)

Et puis il y a toujours de ces refrains bâtis sur les mêmes accords, mais qui là reprennent vie et brillance.

Alors vous l'avouerais je, malgré ce que j'ai pu écrire plus avant dans cette chronique, j'ai ressenti à l'écoute de cet album, le petit frison qui fait toute la différence. Cela faisait un bail que RUNNING WILD n'avait pas pondu un truc comme cela, même si c'est de la redite au niveau de l'inspiration.

Perso, je m'en fous, seul compte le plaisir immédiat... ; Et là je m'en suis pris une sacrée dose !!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Resilient ltd edition
Resilient ltd edition de Running wild (CD - 2013)
Ajouter au panier Ajouter à votre liste d'envies
Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit