Commentaires en ligne


9 évaluations


3 étoiles
0

2 étoiles
0

1 étoiles
0

 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

23 internautes sur 25 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellentissime !!! enfin disponible en CD !!!, 27 novembre 2002
Par 
S. Steve "progfan" (Paris, France) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (VRAI NOM)   
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Usa (CD)
USA est le dernier disque du Roi cramoisi à n'avoir pas été encore ré-edité en CD. Cette excellente version remastérisée par Robert Fripp lui-même laisse penser qu'il a été enregistré recemment tant le son est parfait.
1974, le groupe est alors constitué de Bill Bruford (percussions), John Wetton (bass et vocaux), David Cross (violon et mellotron) et evidemment Robert Fripp (Guitar). Sur deux titres Eddie Jobson le comparse de John Wetton dans le groupe UK vient également renforcé le groupe.
Des titres mythiques se succèdent : Larks tongues in Aspic part II (avec Eddie Jobson violon), Lament (le même au piano), Schizoid Man, Easy money, ... tout y est ou presque.
Pour fêter le 30e anniversaire du groupe, le CD s'est enrichi de 2 titres supplementaires : Starless et Fracture.
Un collector a achété immédiatement si vous êtes fan de cette musique du délire que seul King Crimson a su composer sans jamais nous ennuyer.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 CHRONIQUE DE PHILIPPE MANOEUVRE MAGAZINE ROCK&FOLK, 19 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : USA (CD)
CHRONIQUE DE PHILIPPE MANOEUVRE MAGAZINE ROCK&FOLK JUILLET 1975 N° 102 Page 85/87
9° Album 1975 33T Réf : Island 6396 043
Cette chronique n'est pas destinée aux fans de King Crimson. Eux savent déjà ce que vaut cet album. Je suis sûr qu'ils sont en train de l'écouter en versant des larmes sur la dissolution du Roi Cramoisi, et ils ne doivent guère apprécier qu'un guitariste sérieux comme Fripp vienne faire du rock électronique avec Eno.
Je n'étais pas un fan de King Crimson, parce qu'on ne peut pas acheter toute la production discographique et qu'après avoir laissé passer le premier album, il y en avait deux, puis trois, cinq, que sais-je ... Mais voilà le dernier : là, je monte dans le train, et c'est live in the U.S.A. en prime. A ma décharge, il faut bien avouer que King Crimson, comme tous les autres groupes qui produisent une musique soignée au sein de laquelle le binaire n'est pas de rigueur, se doivent d'être affublés d'une de l'étiquette "progressiste" que, ma part, j'ai toujours traduite par "avant-gardistointellectualliste". Un cauchemar. En 1974, le King Crimson était une boule de radium brûlant, habitée par un génie (King Frippson ..uh, hu). Je veux dire que Fripp est un guitariste lovecraftien, really, arrachant de ses cordes des râles, des fouaillements viscéraux, le plus miraculeux assemblage de sons jamais entendu. Mais il n'est pas seul. John Wetton fait claquer sa basse comme un marteau, les mellotrons épurent de frissonnantes fêlures que scie le violon. Ce qui est remarquable, c'est qu'on ne peut parler de rythmique, de solistes ; tout s'entrecroise, et l'ensemble est un capharnaüm très articulé qui rampe dans les stades où hurlent les kids.
"Boogie ! " Vous vous rendez compte ? Ils ont hurlé "boogie" à Robert Fripp ! Qui aurait osé imaginer cela par ici ? Mais là-bas....
"Larks Tongues In Aspic 2" est devenu au contact de la fièvre des ballrooms, une immense pile électrique. Un méchant fracas qui vous abandonne pantelant au seuil du labyrinthe où le Minotaure a été remplacé par le Schizo du 21° siècle ... Personne n'en ressortira vivant. Pire, cet album va plaire aux rockers, aux durs de durs, et ils vont retrouver dans ce long battement une science du break que l'on croyait oubliée depuis "Led Zep 2".
Mais avec King Crimson, ni swing, ni tempo. Une polyrythmie, baby. Et il y a un ou deux morceaux lents, enregistrés en studio, qu'on n'oserait pas écouter dans le noir tant ils suggèrent une invasion grouillante et batracienne. Revienne la batterie de Bill Bruford, et on jurerait qu'il a tendu ses toms de peaux humaines. Et quand monte la lune, les dents cisaillent les barreaux des ratières, les lèvres gercées aspirent le désert rouge. Glace et braise, à la manière des couleurs de la pochette. Définitivement, il y a suffisamment là-dedans pour vous occuper des années. Un spasme éternel. Et on peut même danser sur "21st Century Schizoïd Man".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un grand live de King Crimson, 26 août 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Usa (CD)
Un grand nombre de live de King Crimson sont parus assez récemment et celui-ci est la réédition du vinyle paru dans les années 70.
C'est un témoin de l'époque très créative de Starless & Bible Black et Larks tongues in Aspic, avec les inoubliables John Wetton à la basse/chant et Bill Bruford batterie.
Les reprises sont parmi les meilleures interprétations, tout le groupe est en fusion et Robert Fripp nous vrille ses meilleures soli de guitare, témoin l'excellente impro Asbury Park.
Et l'ajout en CD de Starless et Fracture ferment en beauté cet album.
Si vous aimez KC et le "rock progressif", un album à posséder.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Starless, et c'est encore plus beau !!, 10 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : USA (CD)
Le Vinyl était déjà une merveille, l'édition du 30ème anniversaire en Compact Disc est encore plus complète.
C'est une nouvelle découverte de tous les titres et le plaisir d'écouter dans la continuité Fracture puis l'implacable beauté de Starless.
USA était un magnifique Live, il est désormais un Chef d'Oeuvre.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4.0 étoiles sur 5 crimson, 10 avril 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : USA (CD)
Bon live de Crimson avec pour moi la meilleure formation: Fripp - Wetton - bruford. Bon son pour ne rien gacher
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Exceptionnel !, 9 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : USA (CD)
J'ai usé mon vinyl, tellement j'étais fascinné par cette musique indéfinissable, rock symphonique, lyrique, trash, onirique, virtuose et variée qui réussit la performance de vous transporter sans rupture, sans temps mort, d'un univers à l'autre. Robert Fripp, guitare, Bill Brufford, batterie, David Cross, violon sont trois solistes époustoufflants qui servent à merveille avec énérgie et poèsie une musique parmi les plus intelligentes conçues au XXème siècle. Vraiment, quel bonheur de retrouver tout cela sur CD avec trois morceaux de plus ! Pour les amateurs, voir aussi la très honorable adaptation de Médéric Collignon, trompettiste de jazz, "à la recherche du roi frippé" qui en se substituant à Fripp confirme bien l'universalité de ces compositions.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellent, 17 août 2009
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : USA (CD)
Qualité sonore supérieure à "Earthbound", qualité musicale identique. "USA" est un live de Crimso vraiment excellent, le groupe (alors constitué de Fripp, Wetton, Bruford, Cross) est en pleine forme, et les morceaux interprétés ici ("Larks' Tongues In Aspic 2", "Lament", "Exiles") sont superbes. Un live vraiment réussi !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un monument, 13 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : USA (CD)
USA est un concert phare du rock progressif. Car il s'agit ici d'un "live" proche du hard rock et non d'un album composé en studio. Malgré cela, toute la créativité et la démesure des morceaux schizophréniques du Roi Pourpre est préservée et même magnifiée par l'amplification extrême de ce concert: force, puissance, son agressif mais très maitrisé. King Crimson au sommet de son art. Excellent et Incontournable. Avis aux amateurs.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Aucun internaute (sur 5) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 CA DEPOTE, 14 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : USA (CD)
ON NE LE TROUVAIS PLUS SAUF EN VENTE A DES PRIX DE FOLIE J ADORE CE CONCERT DE KC PERIODE JAZZ ROCK UN MUST
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit