undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

85
4,2 sur 5 étoiles
Le Nom de la Rose [Blu-ray]
Format: Blu-rayModifier
Prix:14,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

13 sur 13 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 21 juin 2014
Je parle ici de la version bluray francaise sortie il y a quelques mois. Le grain dans les scenes sombres est tres present. Cela derange car le film parait soudain tres date. A contrario les scenes lumineuses (peu nombreuses) sont superbes. L ensemble reste moyen car le traitement entre le sombre et le clair desequilibre completement la premiere bonne impression. Pour ma part c est une grande deception. J ai revendu ce bluray en attendant un travail vraiment complet.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 mars 2014
L'apport de la HD est indéniable mais pas qu'en bien.

On gagne en définition et le traitement des couleurs semble enfin retrouver un certain équilibre, de ce point de vue c'est le jour et la nuit par rapport à l'édition DVD. Néanmoins, la HD ne révèle pas seulement les détails de l'image mais souligne avec force le bruit/grain présent sur la pellicule. D'aucuns vous diront que le problème avec le bruit, c'est de ne pas forcer la dose sur les filtres numériques au risque d'également supprimer une bonne partie de l'information (donc diminuer la définition)... mais nous sommes en 2014 et les algorithmes de traitement de l'image ont énormément évolué depuis quelques années. Donc nous avons là un blu ray à l'image honorable mais sur laquelle il semble possible de faire mieux.

A noter également pour les amateurs de VO : aucune possibilité de s'affranchir des sous-titres qui sont disponibles uniquement en français. Cela devient une regrettable habitude de la part des éditeurs français.

Coté bonus, c'est le minimum syndical avec un documentaire exclusif intitulé "L'énigme des noms" en HD + le commentaire audio de Jean-Jacques Annaud. N'espérez rien d'autre. La totalité des bonus inclus dans l'édition collector DVD édité par Warner en 2004 a purement et simplement disparu. On n'a même pas droit à la bande annonce. Même remarque concernant la présentation du coffret (adieu le beau coffret carton avec inscription en relief et vernis sélectif de l'édition Warner).

Pour conclure, à voir pour redécouvrir le film en HD mais compte tenu de la faiblesse globale (contenu pauvre, qualité d'image à améliorer), je trouve le positionnement tarifaire plutôt salé (19,90€ au moment où j'écris l'article).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
L'édition au format blu ray par TF1 du Nom de la rose brasse le chaud mais aussi parfois un peu le froid. Tout d'abord, c'est l'édition sans le livret qui est désormais livrée alors que le livret était encore annoncé lors de mon achat. Seule la VO est 5.1 DTSHDMA HD, la VF devant se contenter du 2.0 mais tout de même encodée également en DTS HDMA Niveau image, le constat est satisfaisant bien que parfois un peu mitigé car le nouveau master 1080p présente toujours quelques petits accidents de pellicule dont une belle rayure (ligne verticale) après 20 minutes de film. Dans l'ensemble il faut reconnaître que le film est tout de même bien propre et après la demi-heure, le défauts de master se font très rares. Côté définition c'est également un peu fluctuant avec des séquences superbes surtout en extérieur et des plans (minoritaires) à la définition un peu plus mollassonne. Globalement toutefois, le regain de définition général l'emporte assez nettement tout de même, surtout sur les gros plans des visages bien sculptés ou les textures des vêtements aux détails jusqu'alors insoupçonnés en DVD. Le problème vidéo réside davantage dans la gestion du grain argentique (témoin il est vrai, de la période de production) : C'est un film assez granuleux mais sur de nombreuses séquences, le grain est bien maîtrisé, il reste relativement fin et équilibré. Par contre parfois, surtout lors de scènes sous-éclairées, il tend à se renforcer. Les scènes de brume également patinent parfois un peu sur les mouvements de caméra... A nouveau, les jolis plans l'emportent facilement dans l'ensemble mais les fluctuations sont un peu dommageables. Du gros travail a été manifestement effectué sur ce transfert mais il reste sensiblement imparfait. Le film en blu ray devient tout de même sans problème la version de référence reléguant assez loin derrière le DVD niveau image.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
61 sur 69 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
NB: Amazon met souvent sur la même page "Produit" des commentaires de Films en mêlant les éditions DVD et Blu-Ray sans tenir compte des différences de contenu et de support de ces différentes éditions. Difficile de comprendre les raisons de ce mélange... Ce commentaire porte sur cette édition: The Name of the Rose [Blu-ray] Edition Import US.

MàJ: Depuis quelques années le Site mélange sur une même page les commentaires sur différentes éditions d'un même produit. Aujourd'hui je viens de voir que ce commentaire qui porte sur l'édition Blu-Ray Import US apparait sur les pages de différentes éditions DVD du Film, mais aussi, maintenant, sur la page de l'édition France du Blu-Ray qui va bientôt sortir. Je pense que si le Site mélange ainsi les commentaires sur les différentes éditions d'un produit c'est afin d'en augmenter le nombre sur chaque "Page Produit" et tenter ainsi de montrer l'intérêt, ou la "popularité", que les Internautes portent aux produits, tout cela ce faisant justement au détriment des Internautes qui, eux, ne s'y retrouvent pas dans ce mélange de commentaires qui peut pousser certains de ceux qui les lisent à se tromper d'édition. Pour certains produit il y a une centaine (parfois plus) de commentaires et il faut parfois en "passer" des dizaines avant de trouver ceux portant sur l'édition qui nous intéresse, quel intérêt?...

La Note porte sur l'aspect Technique du Blu-Ray.

Ce Blu-Ray est Régions A et B, donc lisible sur un Lecteur Blu-Ray français.

Si vous avez déjà vu "Le Nom de la Rose", vous aurez remarqué que le réalisateur, Jean-Jacques Annaud, a fait le choix d'un certain dépouillement visuel, d'une certaine froideur dans la Photo, qui s'accorde avec les personnes et le cadre des lieux où se déroule l'histoire, les extérieurs hivernaux sont presque tristes, et les scènes à l'intérieur de l'abbaye montrent des salles peu meublées, durant le métrage seuls brillent la beauté des enluminures des parchemins, quelques ornements d'apparat des Moines supérieurs, des objet religieux, et les costumes de certains des inquisiteurs. Un gros travail avait d'ailleurs été accompli pour le tournage afin de recréer des vêtements et toutes sortes d'accessoires afin qu'ils soient tels qu'à l'époque où se déroule l'histoire. Seules les scènes se déroulant dans la bibliothèque secrète, étonnant labyrinthe à l'architecture à la fois mystérieuse et esthétique, offrent une atmosphère chaleureuse avec ses éclairages à la bougie. Pourtant, malgré cette austérité apparente je trouve que "Le Nom de la Rose" offre un superbe spectacle, d'où mon attente de le voir en Haute Définition.

Malheureusement, dès les premières images il est visible que "Le Nom de la Rose" n'a bénéficié d'aucune attention de la part de l'éditeur pour le passage à la Haute Définition et, justement, le problème de la HD c'est qu'en cas de mauvais portage sur le support les défauts ressortent. Le Master n'est pas exempt de défauts, j'ai particulièrement été agacé dans la dernière partie du film par des points bleus en bas à droite de l'écran qui m'ont laissé penser un moment que des pixels de mon téléviseur étaient morts, de plus l'image tremble parfois et des fourmillements apparaissent assez souvent. La Définition est moyenne avec un Piqué assez faible. La gestion des contrastes n'est pas très bonne, ceux-ci varient de moyens à corrects, et les Noirs sont assez approximatifs. Le grain Cinéma est très présent et dans certaines scènes en extérieurs embrumés on ne fait plus que deviner des décors ou des personnages. En intérieur le grain est présent dans de nombreuses scènes mais se montre moins gênant. Le niveau de Détail n'est pas très élevé et inégal, dans certains gros plans les visages sont bien détaillés, quelques textures de vêtements sont parfois visibles, mais globalement, c'est assez décevant. Les contours ne sont pas tranchés. Les couleurs sont restituées sans nuances ni dégradés des teintes. Les arrières plans fourmillent souvent et ne sont pas très détaillés. Les 2 seules scènes plaisantes à regarder sont celles se déroulant dans la Bibliothèque secrète, surtout la première fois que "Guillaume de Baskerville" (Sean Connery) et "Adso" (Christian Slater) s'y rendent avec pour seul éclairage des bougies, les scènes sont plutôt belles et offrent un relief agréable et une atmosphère des lieux bien restituée, même si dans la seconde scène se déroulant à cet endroit il y a plus de grain et de fourmillements, ces passages s'approchent d'une image en Haute Définition. Sur l'ensemble du métrage l'aspect tridimensionnel que peut apporter le Blu-Ray est quasiment absent, même dans les plans très larges.

Il y a donc quelques scènes assez belles, plus particulièrement les scènes se déroulant de nuit quand les personnages sont éclairés à la bougie, une sensation agréable qui est plutôt due à l'esthétique de l'image elle-même qu'à sa qualité, et puis par-ci, par-là, quelques scènes sont de la qualité d'un DVD upscalé, mais sur l'ensemble du film l'image est globalement moyenne et trop souvent mauvaise.

(Captures d'écran sur mon Blog: L'avis des Bêtes.)

La Piste Audio Anglais en DTS-HD Master Audio 5.1, sans être exceptionnelle, est le seul point positif de ce Blu-Ray La Piste Audio Français est en Dolby Digital 2.0.

Le Menu est composé de sigles et non de termes (Audio, Chapitres, Bonus) , les Titres des Bonus s'affichent en Anglais (c'est la première fois que je vois un Blu-Ray Warner Import avec un tel Menu et qui n'affiche pas les titres des Bonus en français...).

Bonus:

"Commentaries." 2 commentaire Audio de Jean-Jacques Annaud, l'un en Anglais (sans Sous-Titres) l'autre en Français.

"The Abbey Of Crime: Umberto Eco's Name of the Rose." Making-Of en Allemand avec Sous-Titres Anglais, Italien, Espagnol, Néerlandais, et quelques autres mais pas Français. 43 MN 30 S.

"Photo Video Journey." Documentaire avec Jean-Jacques Annaud. Sous-Titres Anglais mais pas Français. 16 MN 06 S.

"Theatrical Trailer." Sans Sous-Titres.
77 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 3 mars 2015
Annaud réussi encore un classique, avec cette adaptation réussie du livre ardu de Umberto Eco, retraçant à travers une habile intrigue policière la lutte entre l'obscurantisme et la lumière ; l'obscurantisme étant le chérissement du dogme et la peur de l'inconnu, opposé à la connaissance d'où qu'elle vienne, et si la connaissance ne vient pas du dogme alors il faut la détruire.L'oeuvre réhabilite entre les lignes les grands êtres comme Pythagore (celui dont on ne pouvait prononcer le nom à une certaine époque). Platon ne disait-il pas d'ailleurs, "que si on peut comprendre qu'un enfant aie peur du noir, il est incompréhensible que l'adulte aie peur de la lumière". La saveur d'un film repose aussi bien sur l'élévation de la foi, la sincérité de coeur, la découverte des plaisirs matériels, que la psychopathie et le fanatisme de personnes dont le mental domine les émotions (les inquisiteurs). Comment ne pas parler de l'excellent casting, avec un Connery ressuscité, mais aussi Michael Lonsdale , ou l'acteur fétiche de JJ Annaud déjà vu dans "la Guerre du Feu", Ron Pelman, et toute une galerie de gueules cassées. D'ailleurs le bonus avec le réalisateur parlant du tournage est encore une fois passionnant, Annaud racontant avec verve comment l'existence de ce film tient vraiment du miracle, à voir pour comprendre.Le moyen âge entre ombres et lumières...
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
50 PREMIERS REVISEURSle 20 avril 2014
Un de ces films qu'il faut avoir vu, aucun résumé, aucune évaluation, même les plus talentueuses ne pourront lui rendre honneur...
On ne pourra pas transmettre cette sensation d'oppression que l'on ressent pendant tout le film, ni l'atmosphère mystérieuse que donne ces décors très gris, sombre qui ne font qu'accentuer ces sensations.

Dans une abbaye bénédictine, se produisent de mystérieux décès, les morts ont tous une mystérieuse trace noir au doigt et à la langue.
A son arrivée au monastère le frère franciscain Guillaume de Baskerville (Sean Connery) accompagné de son jeune novice Adso (Christian Slater) est sollicité par l'abbé (Michael Lonsdale) pour résoudre le mystère entourant ces meurtres.
Mais le temps lui est compté, car l'inquisiteur Bernardo Gui (F. Murray Abraham) est en route.....

Incontestablement un chef d'œuvre réalisé par Jean-Jacques Annaud, Sean Connery grandiose dans ce rôle, sûrement un des meilleurs de sa carrière...

La qualité de l'image est excellente et accentue ce "manque" de couleur voulu par Jean-Jacques Annaud, le son en Français Dolby Digital 2.0.

Trop peu de récompenses ont couronnés ce film:

- César du meilleur film étranger en 1987:
- Prix David di Donatello, meilleure direction artistique, meilleurs costumes, meilleure photographie en 1987.
- Prix du Film allemand, meilleur acteur (Sean Connery), meilleure direction artistique en 1987.
- Ruban d'argent, meilleure photographie, meilleurs costumes, meilleure direction artistique en 1987.
- BAFTA Awards, meilleur acteur (Sean Connery), meilleur maquillage en 1988
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
En l'an 1327, dans une abbaye bénédictine, des moines disparaissent. Un franciscain, Guillaume de Baskerville, aidé du jeune novice Adso von Melk, mène l'enquête. C'est l'époque où l'Eglise, en pleine crise, se voit disputer son pouvoir spirituel et temporel. C'est aussi l'apogée de l'Inquisition. Pendant sept jours, Guillaume et Adso suivent les traces d'un criminel et mettent au jour toutes les luxures de l'abbaye. Ils se heurtent au silence buté et à l'austérité des moines. Entre passages secrets, mystères et labyrinthe, l'enquête progresse laborieusement. Comment sont morts les moines ? Pourquoi ? Que cherche-t-on à cacher dans l'immense bibliothèque ?

Un thriller moyenâgeux très attendu préparé avec soin pendant trois ans, respectant le mieux possible l'époque et qui a coûté la bagatelle de dix-neuf millions de dollars. Très spirituel, très policier, très mystérieux et admirablement bien joué par un grand Sean Connery à une année-lumière de James Bond. Jean-Jacques Annaud, toujours passionnément entraîné par ses sujets, fut là bien inspiré et ce long métrage, qui a fait le tour du monde depuis sa sortie en 1986, le consacra.

Inspiré du roman éponyme d'Umberto Eco, "Le Nom de la rose" est un film spectaculaire qui mêle une intrigue policière à l'évocation réaliste d'un Moyen-Age cruel et contrasté : les paysans les plus pauvres y côtoient les dignitaires d'une Eglise richissime, tandis que l'Inquisition allume les feux où vont brûler hérétiques et sorcières. Le film peut être vu avec un large public d'adolescents entre treize et dix-huit ans environ. Ce film transpire ses multiples influences (peinture, roman noir) avec une grande réussite et donne grande envie, si cela n'est pas déjà fait, de lire le roman, car si le film se concentre sur l'élucidation des crimes à l'abbaye, le propos du livre est beaucoup plus vaste et offre une passionnante réflexion théologique et philosophique.

Suspense, érudition, humour, luxure et cruauté : une œuvre cinématographique à la mesure de l'âme humaine, dans ce qu'elle a de plus vil comme de plus lumineux.

Enfin, on recommande chaudement les bonus de cette édition collecter qui s'avèrent particulièrement intéressants, notamment la longue interview du réalisateur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
12 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 23 octobre 2005
Longtemps ce film aura été un de mes préférés.

Adapté du roman du même nom écrit par Umberto Eco .Ce livre à marqué la littérature mais aussi les salles obscures avec son adaptation cinématographique.
Tout d' abord un scénario en béton qui retranscrit assez fidèlement le roman, servit par des comédiens absolument remarquables et convaincants .
Et dire que les producteurs été sceptique à propos de Sean Connery dans le rôle de Guillaume de Baskerville à cause de l' image de James Bond trop encré dans l'inconscient collectif.
Christian Slater qui faisait ici ses débuts montrer déjà un talent indéniable qu' il n' a pas su réitérer par la suite , c' est bien dommage!!
Ron Perlman le bossu , F Murray Abraham oscarisé pour le rôle de Antonio Salieri dans Amadeus et tellement d' autres qui jouent à la perfection.

Les lieux et décors sont magnifique ,malgré parfois l' austérité ambiante.
L' atmosphère est glaciale , le mystère et le suspens règne. On suit sans jamais s' ennuyer l' intrigue qui surprend de bout en bout.
Quand a l' histoire je vous la laisse découvrir sinon le plaisir ne serait pas entier.

L'un des meilleurs films qu' il été donner de réaliser dans les années 80!!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Le" Nom de la Rose", superbe adaptation du roman d'Umberto Eco nous emmène dans un sombre moyen-âge traversé d'éclairs hérétiques ("Penitentiagite" et autres billevesées patarines ou bogomiles) durement réprimés par la toute puissante Inquisition incarnée en la personne d'un de ses plus implacables représentants, Bernard Gui (auteur du "Manuel de l'Inquisiteur").

Ce monastère est donc le siège de crimes défiant la raison. Il revient à Guillaume de Baskerville (superbe prestation de Sean Connery) d'éucider, en compagnie du jeune Adso de Melk, la raison de ces meurtres et d'en pourchasser l'auteur.

Ce film, comme le livre, peut se "décoder" à plusieurs niveaux , policier, historique et philosophique. J'en retiendrai le premier niveau puisqu'Eco et JJ Annaud se sont amusés à pasticher l'incomparable et mythique Sherlock Holmes. Le nom, la "loupe", les herbes (équivalentes à la solution à 7%) sont autant d'allusions au Maître.

Il fallait bien un personnage de cette trempe pour résoudre un tel imbroglio meurtrier
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 mars 2007
Dans un moyen-âge en proie à toutes les superstitions, un mystérieux monastère isolé au fin fond d'une montagne enneigée est le cadre d'une série de meurtres inexplicables que les moines ont tôt fait de rattacher au Malin. L'enquête est menée par l'audacieux frère Guillaume, un moine franciscain aux idées révolutionnaires pour l'époque et en conflit ouvert avec la haute autorité de l'inquisition. Les décors, autant intérieurs que paysages, sont absolument superbes, et la lourde et inquiétante atmosphère de l'intrigue est magnifiquement rendue par des cadrages et des éclairages de toute beauté. Il faut aussi accorder une mention toute spéciale au fantastique travail du casting et des maquilleurs, qui ont réussi à rassembler là une troupe de moines moyenâgeux dont les caractéristiques physiques font penser à une antichambre de l'enfer, ajoutant ainsi encore à la sourde oppression qui pèse sur le spectateur tout au long du film.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le nom de la rose
Le nom de la rose de Sean Connery (DVD - 1998)
EUR 24,99

La Guerre du feu [Blu-ray]
La Guerre du feu [Blu-ray] de Everett McGill (Blu-ray - 2015)
EUR 11,75

1492, Christophe Colomb [Blu-ray]
1492, Christophe Colomb [Blu-ray] de Gérard Depardieu (Blu-ray - 2010)
EUR 14,99