Commentaires en ligne 


1 Evaluation
5 étoiles:    (0)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:    (0)
2 étoiles:
 (1)
1 étoiles:    (0)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 
Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Un excellent réalisateur ne fait pas un bon écrivain, 5 août 2014
Par 
Lady Lama (Paris) - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Complete Strain Trilogy: The Strain, The Fall, The Night Eternal (Format Kindle)
"The Strain" est le premier tome d'une trilogie écrite par Guillermo del Toro, réalisateur que j'admire pour son imagination et les univers qu'il créés. Il a été épaulé par Chuck Hogan pour cette narration. Cet été la série éponyme a été lancée à la télévision. C'est du classique "Dracula" remis au goût du jour, et flirtant avec le genre "zombies": beaucoup plus terrifiant (j'ai du mal à voir les épisodes le soir, j'avoue!), beaucoup plus noir (la fin de l'espèce humaine possible en peut être un mois), avec une forte identité visuelle, une ambiance très identifiable et bourré de suspense.

J'ai souhaité lire en parallèle le roman, et... J'aurai dû m'abstenir.
1. D'abord cela affadit la série. Je connais à l'avance ce qui va se passer, le suspense ne fonctionne plus. C'est intéressant pour approfondir des épisodes déjà vus, c'est tout. Mais comme la première moitié de la saison 1 ne couvre même pas le premier cinquième du roman, il faut y aller tout doucement.
2. Ensuite ce qui est grandiose à l'écran ne rend pas aussi bien dans le roman. On peut decrire en détail certaines scènes, on sera loin du choc visuel projeté sur un écran.
3. Et c'est là que le bat blesse. Le pouvoir d'un livre, au-delà d'une bonne histoire, ce sont les mots. Et ici c'est pauvre, tant en terme de vocabulaire que de style narratif. Il y a 3 comparaisons ou métaphores par page en moyenne (sans exagérer), ce qui rend la lecture difficilement supportable. Et il manque une âme.
4. Enfin, je n'ai vu aucun apport du roman par rapport à la série. Au contraire, la comparaison des deux ne fait que montrer la médiocrité du premier et le talent de la seconde.

Bref, un excellent réalisateur ne fait pas un bon écrivain (même épaulé par quelqu'un du métier).

Je doute de lire les deux tomes suivants. En tout cas pas avant que les saisons suivantes soient diffusées (je souhaite une longue vie à la série!).
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit