undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres

Commentaires client

152
3,7 sur 5 étoiles
Elysium [Blu-ray + Copie digitale]
Format: Blu-rayModifier
Prix:8,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

39 sur 52 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 17 août 2013
Après une première claque lors de la sortie de DISTRICT 9, on s'en prend une seconde avec ce second film du génial réalisateur sud-africain, dont certains éléments ressemblent étrangement aux premiers : bidonville, deux mondes distincts...Matt DAMON tenait absolument à tourner avec l'intéressé et il n'a pas à le regretter : une direction d'acteurs remarquable, des effets spéciaux bluffants, des seconds rôles parfaits, une réalisation brillante et nerveuse, sans temps morts ; tout y est. Le thème, frôlant parfois le manichéisme, et la fin, un peu trop utopiste, jettent un voile, très léger, sur un ensemble qui tient parfaitement la route. Blockbluster intelligent, qui devrait faire date et qui tient encore de la science, mais plus vraiment de la fiction...Recommandé
22 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Voilà un très bon film qui fera date dans les récits d'anticipation. Humain et fort, le destin de Matt Damon commence au coeur d'un bidon-ville américain pour se poursuivre au delà de ses rêves, sur la station en orbite, Elysium.
Franchir les frontières, celle du Mexique par exemple, pour se réfugier aux USA ou ailleurs, est , aujourd'hui, un vrai casse-tête.
Demain, c'est en levant les yeux et en fixant l'infini grand bleu que les hommes, les femmes et les enfants, prieront pour leur salut. Ne serait-ce que pour accéder à la haute technologie, celle-là même qui pourra soigner ou rendre l'intégrité d'un corps endommagé, souffrant ou déficient.
A coup d'images fortes, vives et foudroyantes, "Elysium" nous propulse loin, très loin... et nous oblige à regarder autour de nous, ici, maintenant...
Excellente séance mi-SF, mi-politique, aux confins d'un futur tout proche.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 juillet 2014
On retrouve l'ambiance poussiéreuse et la science-fiction décalée et poétique qu'on avait adorées dans "District 9", avec encore de très bonnes idées de scénario, des scènes d'action à couper le souffle, et des thèmes originaux et inédits.
(Pour la petite comparaison, juste avant j'ai vu "Oblivion", beaucoup plus classique et hollywoodien, c'est creux et catastrophique à côté du brillant "Elysium".)
Matt Damon est parfait dans un rôle de héros d'action et de drame, sérieusement égratigné, complètement désespéré, et peu académique (il n'est pas parfait moralement).
Les effets spéciaux sont extraordinaires, et au service d'un scénario bien ficelé.
A voir et à revoir, je le recommande à tous les fans de SF de qualité !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
16 sur 22 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
En 2154, il existe deux catégories de personnes : ceux très riches, qui vivent sur la parfaite station spatiale crée par les hommes appelée Elysium, et les autres, ceux qui vivent sur la Terre devenue surpeuplée et ruinée. La population de la Terre tente désespérément d’échapper aux crimes et à la pauvreté qui ne cessent de ne propager. Max, un homme ordinaire pour qui rejoindre Elysium est plus que vital, est la seule personne ayant une chance de rétablir l’égalité entre ces deux mondes. Alors que sa vie ne tient plus qu’à un fil, il hésite à prendre part à cette mission des plus dangereuses - s’élever contre la Secrétaire Delacourt et ses forces armées – mais s’il réussit, il pourra sauver non seulement sa vie mais aussi celle de millions de personnes sur Terre.
A présent c'est certain Blomkamp est parti pour être un très grand réalisateur ! Après l'excellent district 9, voilà Elysium ! C'est dans la continuité, un peu le même univers délabré et moribond,un peu le même sujet : l'exclusion et la soif de liberté, un peu le même destin : un très grand film! Matt Damon est excellent et Jodie Foster super dans un rôle qu'on ne lui connaissait pas... La mise en scène futuriste est impeccable, le scénario finement conçu et brillamment mené sans temps mort, des scènes d'action bien remuantes et bien filmée. Du grand cinéma, de la bonne S-F comme on aimerait en voir plus souvent! A consommer immédiatement et sans modération!
Un bluray vraiment royal une image bluffante et un son ébouriffant
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 15 août 2015
Merci pour l'envoie. Des traces de doigts sur le disque. Boitier correcte. Envoie rapide, Produit conforme a l'annonce. Super Film, superbes acteurs, très très film de SF. Merci.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
2 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 15 juin 2014
Un bon moment de ciné d'anticipation selon l'auteur du très bon "District neuf" (la filiation à tous les niveaux est évidente!); une vision futuriste plutôt désenchantée, dans la veine de bons films tels "In time", "soleil vert"(+++) ou, dans une moindre mesure "Oblivion"; bonne recommandation.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 19 juin 2015
Euh pas aimé, trop futuriste, trop moche l'Avenir, une forte envie de couper et de se mettre sous la couette
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
23 sur 33 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Commentaire sur le film et non sur le support posté sur DVD et non sur le BLU RAY.

J'ai longuement hésité à mettre trois étoiles ou quatre car Elysium n'est pas le film que j'attendais.
La bande-annonce semblait annoncer un héros qui allait se battre pour abattre les inégalités entre les Terriens et les Elyséens mais le pitch nous explique qu'il s'agit (du moins dans la majorité du film) de sauver sa propre vie.
D'un certain côté, j'ai bien aimé cette idée d'un héros égoïste qui nous change des sauveurs du monde. D'un autre côté, la manière dont l'histoire est traitée enlève au film une certaine dimension.

Si je suis allée voir le film, c'est plus pour Matt Damon et pour son réalisateur que pour l'histoire. Je dois ainsi avouer que je suis un peu déçue de l'ensemble qui est loin d'atteindre la profondeur et l'impact de Distric 9 qui m'avait complètement bluffée et enthousiasmée.

Dans ce film, les extraterrestres sont remplacés par les terriens qui vivent dans des villes dévastées.
Si la population riche s'est déplacée, elle continue de faire sa loi sur la Terre par la présence de robots qui font la loi et d'Elyséens qui exploitent les terriens.
Les riches sont ainsi les méchants et les pauvres les gentils sans aucune nuance. L'humanité ayant trouvé un moyen de guérir les maladies (sans jamais songer à guérir les terriens) et de vivre toujours jeune (tout en faisant des enfants et malgré la surpopulation qui pourrait toucher Elysium?).
Malgré quelques scènes révélant la discrimination sociale, la misère, le désespoir et la cruauté du monde d'en haut, la thématique a vraiment un goût de déjà vu. On oscille entre le film mordant et le Blockbuster hollywoodien de base. Malheureusement c'est ce dernier qui gagne avec des scènes d'actions et de violences gratuites qui font mal aux yeux avec des mouvements de caméras incessants et brusques.
Difficile de mettre le doigt sur ce qui m'a vraiment manqué dans ce film. L'anticipation sociale est relativement mordante mais manque parfois de souffle. L'ensemble est trop manichéens et sans nuances alors même qu'il cherche à dénoncer des inégalités profondes.

De son côté Matt Damon campe un gentil voyou repenti qui essaie de travailler même si les méchants policiers robotisés l'embêtent. Les méchants ne sont plus sur Terre mais sur Elysium. La Terre est peuplée de gens pauvres mais gentils dont le seul but est de s'envoler vers la Terre promise.
Mention spéciale à Jodie Foster dans son rôle de garce.

Malgré mes critiques, il y a dans ce film la touche de son réalisateur et parfois les images et les paroles font mouches. Qu'elle est intelligente cette bonne sœur pleine de sagesse qui montre à notre Héros comme la Terre est belle bu de l'espace, lui enjoignant bien ainsi de ne pas se laisser bercer par les apparences.

Ne pas lire ce paragraphe pour ne pas apprendre d'infos compromettantes sur l'histoire****

Certains éléments manquent de crédibilité et je ne suis pas contre les explications éclairées des commentateurs.
Déjà, la manière dont le héros tombe malade m'a quelque peu étonnée. Franchement pourquoi rentre-t-il dans ce caisson? Est-ce vraiment crédible? pas vraiment à mon humble avis.
Pourquoi n'a-t-il pas d'accès aux informations qu'il a dans la tête? Je m'attendais à voir se développer un Néo en puissance, rendu plus intelligent par les connaissances qu'il a intégré et se servant de cela pour renverser le système. Que nenni, il est un transporteur (malgré quelques scènes visuellement "matrixiennes")
"Je n'ai jamais vu de système de protection de données informatiques détruisant le support mais pas les données" m'a susurré mon mari informaticien lors de la scène finale.
Ensuite comment le système connait-il le nom de tous les terriens puisqu'ils ne sont pas tatoués? Y-a-t-il des registres de naissance malgré la surpopulation terrestres?
Pourquoi certains Elysséens travaillent comme secrétaires alors que seuls les riches sont censées y vivre?
Et comment respirent-ils de l'air pur dans cette grande roue à ciel ouvert sur l’espace? Pourquoi n'ont-ils pas de système de défense?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 22 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
1000 PREMIERS RÉVISEURSle 6 septembre 2013
Neill Blomkamp, après l'excellent District 9, continue d'explorer un genre qui semble cher à son cœur : la science-fiction. Mais pas une science-fiction foisonnante d'aventures se déroulant sur des planètes lointaines et inconnues. Non. Une science-fiction pleine de sang et de larmes, une science-fiction qui reste invariablement ancrée sur une Terre dévastée.

Dans District 9, son premier film, Blomkamp livrait, en plus d'un très grand film fantastique, une dénonciation acide de l'apartheid sud-africain. Dans Elysium, c'est la politique des pays développés vis à vis des pays du tiers monde (et plus particulièrement la situation entre Amérique et Mexique) qui est visée. Tenant donc un message à fort potentiel et un budget conséquent (à peu près 100 millions de dollars), le réalisateur s'entoure alors d'un casting irréprochable.
Matt Damon, tatoué et rasé, tient le film entier sur ses épaules (musclées pour l'occasion) dans un rôle à contre-emploi, tandis que Jodie Foster, en seconde tête d'affiche, est irréprochable en politicienne navigant en eaux troubles.
Du côté des seconds couteaux, William Fichtner (Pearl Harbor), Alice Braga (Predators) et Diego Luna (Le Terminal) livrent des performances, qui, sans être inoubliables, n'en demeurent pas moins sans défauts. La surprise vient alors de Sharlto Copley (héros de District 9), méconnaissable dans un rôle de fou écumant de rage et de violence. Véritablement habité par son personnage, il parvient à hisser sa prestation à la hauteur de celle de Damon, et prouve qu'il est un comédien à suivre de près.

L'histoire, portée par cette brochette d'acteurs confirmés, trouve également un moyen d'expression pour le moins réussi grâce aux décors et effets spéciaux du film. Ce dernier s'ouvre sur une vision dantesque de buildings transformés en bidonvilles, pour, quelques plans plus tard, enchaîner sur Elysium, immaculée station spatiale pour milliardaires.
La note est dès lors donnée : le long-métrage se base sur une dichotomie radicale entre terriens misérables et élyséens privilégiés, mais surtout, sur deux esthétiques diamétralement opposées.
D'un côté, la Terre, dortoir à ciel ouvert où grouillent vermine et pauvreté et où dominent les décors de plateaux, entre teintes ternes, usines crasseuses et maisons décrépites et branlantes. De l'autre, la station spatiale, au design épuré remarquable, nous transporte dans un univers où fiction et réalité se rejoignent. Des vaisseaux spatiaux côtoyant des villas hollywoodiennes ou encore des banquets avec vue sur la Terre donnent un sentiment d'irréalité, appuyé par cette vision de la blanche Elysium admirée par un enfant depuis la planète bleue. Le réalisateur, comme pour son précédent film, souhaite donc nous faire comprendre que quelque chose ne va pas dans cette société. Et, collatéralement, dans la nôtre.

Cependant, il est surprenant de voir les monstrueusement grosses ficelles que Neill Blomkamp utilise pour ancrer en profondeur son message. District 9 jouait sur le sous-entendu permanent vis à vis de l'apartheid, sur des situations chocs et jusqu'au-boutistes et sur un cynisme troublant. Ici, étrangement, les bases d'une telle réflexion sont posées...mais ne sont jamais développées, car vite cannibalisées par des rebondissements sans prises de risques qui se veulent tout public. Le script, prometteur au début, donne ainsi vite l'impression de redescendre comme un soufflé, pour, lors des séquences finales, devenir aussi plat qu'un ballon crevé. Comme si Blomkamp avait voulu jouer sur deux terrains, la série B sans censure et le blockbuster calibré. La pente étant glissante, Elysium mise alors beaucoup sur ses scènes d'action.

Et dans le genre, la plus grande partie du long-métrage est sans défauts : effets spéciaux parfaits, musique martiale, combats chorégraphiés au millimètre, scènes de fusillades empestant la poudre, la poussière et l'hémoglobine (à ma grande surprise, certaines séquences frôlent d'ailleurs le gore !), bref, à défaut d'une mise en valeur forte des idées porteuses, on peut légitimement se dire que le projet se rattrape du point de vue de l'action.

Mais néanmoins, plus le temps passe et plus la lisibilité des combats perd en efficacité : d'un léger tremblement au début du film, on arrive à une scène de combat final pratiquement illisible faute à des plans terriblement hachés et à une caméra secouée à n'en plus finir. Dommage, car le sentiment d'urgence qui s'en dégage aurait mérité un travail plus valorisant de l'image.

Que dire, donc, au final, d'Elysium ?
Sans être un chef-d'œuvre donnant lieu à une intrigue riche et inédite (seule la station et l'apparence robotique de Damon paraissent novateurs), il n'en est pas moins un très efficace film de science-fiction, mais surtout, la première expérience d'un talentueux réalisateur dans l'univers du gros budget. Encore tâtonnant à trouver où positionner sa créativité et son esprit revendicatif à Hollywood, Neill Blomkamp ne semble néanmoins avoir perdu ni son intégrité, ni son sens du spectacle. Il est donc probable que le temps lui apprenne à ne pas tenter à tout prix le compromis artistique, ce compromis qui constitue le talon d'Achille du présent long-métrage.
Et ce dès District 10, en cours d'écriture.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 10 août 2014
Pour sauver son amour d'enfance, un homme pauvre décide de tout tenter pour rejoindre le paradis sur orbite que les riches devenus quasi immortel se sont créé.
Tout, c'est renouer avec sont passé de délinquance, tenter d'atteindre sont rêve, son destin,
Tout c'est se faire transformer en arme de guerre robot humain...

Action, Combats, station spatiale, tout pour sauver ses enfants même si on a rien.
Pas une histoire mémorable mais de l'action qui vous fait passer un très bon moment !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé

Oblivion [Blu-ray]
Oblivion [Blu-ray] de Tom Cruise (Blu-ray - 2014)
EUR 10,99

District 9 [Blu-ray]
District 9 [Blu-ray] de Sharlto Copley (Blu-ray - 2010)
EUR 17,11