Commentaires en ligne


8 évaluations
5 étoiles:
 (6)
4 étoiles:    (0)
3 étoiles:
 (1)
2 étoiles:    (0)
1 étoiles:
 (1)
 
 
 
 
 
Moyenne des commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients
Créer votre propre commentaire
 
 

Le commentaire favorable le plus utile
Le commentaire critique le plus utile


18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Punks à paillettes
Le meilleur disque (de toute façon ils n''en ont fait que deux, et oubliez la reformation actuelle des deux survivants just for the money) d'un des groupes les plus essentiels des années 70.

Souvent assimilés et réduits à leurs excès (le look ahurissant pour l''époque, les défonces à tous les...
Publié le 30 janvier 2007 par Lester Gangbangs

versus
6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Inégal
La face A (morceaux 1 à 5) est indémodable, renversante, rien à dire là-dessus. Le son de guitare de Thunders, tronçonneuse (Thunders chante sur "Subway Train", voix nasillarde et vraiment bonne), est grandiose.
Mais la face B, exception faite de "Subway Train" et éventuellement de "Pills", est une autre affaire ; là, on est...
Publié le 11 juillet 2008 par Barthel Damien


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

18 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Punks à paillettes, 30 janvier 2007
Par 
Lester Gangbangs - Voir tous mes commentaires
(TESTEURS)    (TOP 500 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (CD)
Le meilleur disque (de toute façon ils n''en ont fait que deux, et oubliez la reformation actuelle des deux survivants just for the money) d'un des groupes les plus essentiels des années 70.

Souvent assimilés et réduits à leurs excès (le look ahurissant pour l''époque, les défonces à tous les étages), l''importance des Dolls se situe au niveau strictement musical.

La doublette introductive de ce Cd (« Personality crisis », « Looking for a kiss ») est stupéfiante de perfection plus de trente ans après. Johansen (plus encore que l''autre lippu américain Steven Tyler d''Aerosmith) est par son magnétisme le clone parfait de Mick Jagger, les guitares rageuses de Thunders et du trop souvent sous-estimé Syl Sylvain incrustent le danger dans tous les morceaux, et la rythmique enclume sévère. Le tout superbement produit par Todd Rundgren qui a du se souvenir de ses années garage avec Nazz pour leur concocter ce son de déglingue rock'n'roll.

Une hystérique tournée anglaise (avec mort du batteur par OD) allait donner plein d''idées de groupes à tous les morveux british. Le punk était en route.

Que vous ayez 20 Cds ou 20 000, celui-là doit être dans le lot.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Rock and roll sissification, 14 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (Album vinyle)
S'habiller en nanas fanfreluchées pour faire du rock and roll , il n'y a que des mecs pour avoir cette idée-là !
Mais c'est pas si bête : le rock and roll est une musique de nanas , j'en démords pas .
On a eu d'autres cas : Little Richard ( qui s'arrêtait au rimmel ) les lourdingues Alice Cooper , Twisted Sisters ... la bande à Basile , Ange , Fancy chez nous , Pavid Mochwie dans l'englisherie , Abba ( seulement deux sur les quatre , parité oblige ) Motorhead ... de bocherie aussi autrefois , toute la gestapette paraît-il ...
Bon , c'est pas le tout , le rouge à babines , les bottes en skaï , les plumes , les frisettes , c'est bien joli , mais après , faut assurer "musicalement" comme disent les nazes prétentieux ...
Pas de problème avec les New York Dolls , ils assurent . Ils ont de très longs cheveux ! Ils sont teigneux , mal embouchés , Johnny Volume ( son premier faux nom ) fout du tonnerre dans sa rapière et David Johansen nous promet des renversements très sexués : si c'est pas des trucs pour filles , ça , je revends ma harpe en rubis et en nylon d'Aquitaine au premier manchot qui passe !
Les Dolls comme leur nom l'indique viennent de New York , ce qui pour un groupe de rock and roll est la moindre des choses . C'est presque tous un peu des gros babanes aux origines diverses ... plutôt prolétaires ( Queens , Bronx , Brooklyn ... ) irlandaises , norvégiennes , italiennes , juives , colombiennes : un bon creuset de hargne .
Ils vadrouillent de squats en squats , ont un petit succès parmi les camés , les poivrots et les drag-queens de la Factory , se droguent-draguent-drinkent , baisent , meurent , baisent , se battent , baisent , jouent de la guitare , baisent , picolent , baisent ... routine .
Bref , des stars avant même d'avoir enregistré quoi que ce soit !
À l'époque , se traveloter , c'est apparemment un bon plan pour attirer les filles ... et qu'en plus tu joues du rock and roll , la musique pour les filles !
Deux trucs peuvent faire peur quand on parle des New York Dolls : Todd Rundgren ( qui produit l'album ) et le terme "glam rock" qui définit ( très mal et très mensongèrement ) leur musique , pour ceux qui ne les aiment pas ...
Sauf qu'aux manettes en front-line , il y a David Johansen ( Mick Jagger amerloque en plus joli ) et Johnny Thunders ( meilleur Keith que l'original , puisqu'il est mort ) et ces gars-là savent écrire , chanter et jouer des chansons ( ah oui , on dit des "titres" chez les nazes prétentieux , j'oublie toujours ) des trucs sexy pour les filles , pas comme tous les tocards qui ont tâté du glam pour se faire juter dans la gaine en cuir , mais pas pour la grandeur du rock and roll si j'en juge par leurs piteuses productions .
En fait pas la peine d'avoir peur .
Rundgren produit l'album presque par hasard , parce qu'on n'en trouve pas d'autre que lui assez cinglé pour se coltiner des mecs fardés comme Yvette Horner les jours d'accordéon .
Les New York Dolls de par leurs activités rock and rollesques et extra sont en effet loin de rassurer la gentry musicale de l'époque : dès qu'on veut leur parler boulot , ils t'insultent .
Et puis alors en 73 , on fait plutôt du folk à New York , du hard-rock ennuyeux en Angleterre ( comme il se doit ) du prog dans tout le reste de la planète ( Rundgren a quelques casseroles dans le domaine , il lui faut des vacances purificatrices ) et nous , en France , on écoute le big bazar , Demis Roussos , Gérard Lenorman et Michel Polnareff ( nous sommes un pays génial ! ) . Heureusement qu'il y avait Johnny ! Le seul à relever le niveau côté francaoui ...
Pour le glam , on abrège : c'est rien du tout .
Les New York Dolls font du rock and roll , point barre .
Todd Rundgren le bien élevé se retrouve donc à la tête d'une entreprise a priori crapuleuse : faire enregistrer un disque de rock and roll à des déglingos à platform-shoes .
Mais visiblement il y prend goût : il se réfugie dans la technique , plutôt bon guitariste il comprend très vite que Thunders est un client sérieux qui n'a pas choisi son nom au hasard ...
Rundgren sait tout faire alors il se croit indispensable : il joue au street brother , prend les petites frappes par le cou pour leur jurer dans l'oreille qu'ils sont géniaux et qu'il faut se mettre au boulot ( au quoi ???? ) il vérifie les branchements ( le fil rouge sur le bouton blanc , le fil vert sur le bouton bleu ) il joue aussi du piano , du moog ( il y en a juste un peu ) il retient tous les noms des potards sur les machines , capable de les traduire en allemand pour aller en racheter à Bielefeld , c'est le gars qu'il faut pour rassembler et renforcer les os du gang .
Mais les écriveurs de chansons "right to the heart" , ceux qui sont fans des Ronettes , des Shangri-las , d'Elvis , de Chuck Berry et de Bob Dylan ( un bon résumé de leur musique ) c'est Johansen et Thunders ! Les chansons sont bonnes puisqu'ils les ont testées mille fois dans les squats et qu'ils en sont ressortis vivants .
Essayez donc de proposer de mauvais morceaux à des gens qui ne payent pas leurs places , vous m'en direz des nouvelles ! Ça vaut tous les cours de guitares ... "t'accorde pas , t'accorde pas , tu t'en fous" que ça gueule au premier rang , alors tu t'accordes pas et ça sonne super ! Ta guitare parle un drôle de sabir un peu grinçant ! Ça pue la rue , c'est sale et c'est beau ! Les punks ont toujours raison . Thunders savait ça puisqu'ils les a inventés .
La raya fout l'ambiance dans le studio avec leurs bas résilles et leurs cuillers grillées ! J'aurais adoré assister à l'enregistrement autant pour la vue que pour le son ! Autre chose que les Beach Boys !
Voir l'autre dandy progressivement cerné par les traves pas toujours conscients du travail à mener , en train d'expliquer aux tataves raides bourrés et en pleine extase forcément artistique ( jamais disque de rock and roll n'a semblé aussi euphorique ) comment il fallait jouer , chanter , lever la jambe , mettre un peu plus de rouge ( de luxure ) dans le chant et un peu plus de mascara ( de blues ) dans la guitare ... ça devait être quelque chose !
Les Stones en mieux , parce que plus rapide , plus fun , plus fauché , plus girlie , plus déconnant , plus rock and roll !
Hey , on entend les Ronettes et les Shangri-las ! Oui je sais qu'elles ne sont pas là , mais on les entend quand même ! Cherchez pas à comprendre , c'est de la magie .
Le premier disque des New York Dolls est le dernier grand disque de rock and roll de notre civilisation , avant que cette musique ne meure et ne renaisse en 77 grâce aux punks ! Yeah !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


19 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Wham bam!, 23 juin 2006
Par 
Jean Bal (Conflans-en-Jarnisy, France) - Voir tous mes commentaires
(TOP 50 COMMENTATEURS)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (CD)
Ce disque est certainement l'un des plus influents de la scène rock du début des 70s. Poussant à l'extrême les clichés crades du courant "stonesien" de la période Let It Bleed/Exile On Main Street, cet enregistrement va littéralement être à l'origine du mouvement punk américain, inauguré par les Ramones dès 74 au CBGB de New York. Plus "trash" que véritablement "glam", il est avec Fun House des Stooges l'une des bibles musicales qui va aussi conduire toute une génération de jeunes britanniques à se lancer dans une musique primaire et provoquante, qui secouera la fin de la décennie et changera à jamais la face du rock.
Non, ce disque n'a rien à voir avec du hard-rock, même si le look des Dolls a très certainement incité les Kiss à jouer avec le maquillage de leurs frangines. C'est un manifeste de rock adolescent, mal maîtrisé, mais bouillonnant de testostérone. Une sorte de cri ultime, adressé par une génération paumée à une société qui s'effondre dans les miasmes du Vietnam et la faillite des valeurs hippies.
Rageuse, exhubérante et totalement dénuée du moindre bon goût, cette musique élémentaire a prouvé - dans la tradition des garage bands des 60s - qu'on pouvait s'amuser comme des fous même si on ne savait jouer que trois riffs sur une guitare désaccordée et si on chantait comme un chat en rut.
De « Personnality Crisis » à « Frankenstein », en passant par « Jetboy », voilà un recueil de morceaux passionnants, et souvent mal fichus, qui n'a pas pris une ride en 35 ans. Du rock "fun" et énergétique, crasseux comme un peep show sur Bowery, tonique comme une baston entre gangs du Queens. Rock'n'roll, vous dis-je!
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Légendaire, 21 mai 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (CD)
Ce que j'aime dans cet album c'est ce mélange entre l'impression de "rareté", d'originalité de ce groupe et en même temps ce petit air familier qui ressort de son écoute. Un look glam improbable qui contraste totalement avec le côté particulièrement musclé de leur musique, qui préfigure (créé ?!) le punk-rock, qui n'est pas non plus sans rappeler parfois les Stones, le groupe aura une immense influence, sur des groupes aussi divers par exemple que les B52's et les Guns 'n Roses. Au total, l'album procure un sentiment de grande homogénéité dans son énergie sauvage ("Jet Boy" qui clôture l'album est un très grand moment). A noter, "Frankenstein" est une perle qui évoque déjà le Blue Oyster Cult de "Spectres".
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


5.0 étoiles sur 5 Poupées subversives, 2 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (CD)
Les NYDolls appartiennent à un courant musical ayant démarré en 1972 appelé "Décadent" prononcé à l'anglaise "dicaydunt" et dont les têtes de file en Angleterre étaient David Bowie et Roxy Music, et aux Etats Unis, Alice Cooper et eux mêmes.
De décadent ils en ont surtout l'apparence provocante, de poupées toute en paillètes et en androginie ambivalente. Là s'arrête la ressemblance avec leurs collègues qui produisaient une musique raffinée et recherchée. Car les NY Dolls, à l'inverse, se vautraient dans un rock très bazique et extrêmement agressif avec un son volontairement sale et pourri, tant au niveau des voix que des guitares. Sans le savoir, ils étaient les précurseurs du style punk qui ne viendra que plus tard (en 1976).
Au delà de cette comparaison, leur musique s'inscrit dans ce qui est aujourd'hui devenu l'une des expressions traditionnelles du rock, de celui qui se veut contestataire et subversif, et qui a commencé déjà en 1964 avec les Kinks ou les Pretty Things, s'est poursuivi ensuite avec les Stooges ou MC5, puis les punks (Clash et Sex Pistols) et a perduré dans le rap avec des groupes comme Urban Dance Squad pour n'en citer que quelques uns parmi les meilleurs. Les meilleurs du genre, dont ils font largement partie, faut-il le souligner.
Alors, pour tous ceux qui aiment l'énergie la plus explosive du rock, dépêchez vous de découvrir ce must.
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Inégal, 11 juillet 2008
Par 
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (CD)
La face A (morceaux 1 à 5) est indémodable, renversante, rien à dire là-dessus. Le son de guitare de Thunders, tronçonneuse (Thunders chante sur "Subway Train", voix nasillarde et vraiment bonne), est grandiose.
Mais la face B, exception faite de "Subway Train" et éventuellement de "Pills", est une autre affaire ; là, on est dans la platitude absolue. Quel dommage, ça démarrait si bien...
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un monument du rock, unique, 16 février 2005
Par 
Meyer "andre meyer" (France Alsace) - Voir tous mes commentaires
(VRAI NOM)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (CD)
New Yorks Dolls reste un groupe de Rock unique. Mi glam-rock, mi hard-rock, le groupe signe un album aggressif et provocateur. Des riffs accrocheurs et lourds, une interprataion nerveuse. Bref, un groupe très particulier qui signent un album très particulier. Tout fan de hard-rock devrait au minimum ecouter, si pas le posséder dans sa discotheque personnelle
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


2 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 DES TACHERONS, 27 mai 2013
Par 
BAGRATION "MOLTO LENTE" (FRANCE) - Voir tous mes commentaires
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   
Ce commentaire fait référence à cette édition : New York Dolls (CD)
Ce groupe préfigure le monde musical dans lequel nous vivons...Le show off sans imagination d'un monde warholisé...On peut tout supporter de rockeuses et rockers qui ont du talent...Le reste c'est de la grosse pizza des prés...Donc je leur préconise de se reformer avec Y.Horner en guest-star et Patricia Carli, Patricia Kas et Patricia Dubois en chorus girls...

Pauvres types !
Aidez d'autres clients à trouver les commentaires les plus utiles 
Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non


Du plus utile au moins utile | Du plus récent au plus ancien

Ce produit

Rechercher uniquement parmi les commentaires portant sur ce produit