undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

35
4,4 sur 5 étoiles
Le Mépris [Édition 50ème Anniversaire]
Format: Blu-rayModifier
Prix:28,99 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

36 sur 39 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
500 PREMIERS RÉVISEURSle 28 juillet 2008
L'émotion qui se dégage de ce film vous étreint dès le générique. Car ce que personne n'a souligné jusqu'ici, c'est que le générique du MEPRIS est un des plus beaux et des plus cinématographiques qui soit : un cadreur (c'est Raoul Coutard, le véritable chef op' du film) suit en travelling une jeune femme. En se rapprochant du premier plan, le cadreur vérifie sa lumière, puis "panote" sa caméra, la pointant sur nous, le cadre de son objectif épousant le cadre de l'écran que l'on regarde. Sensation étrange, alors, d'être filmé, observé, de faire partie de la distribution... La voix de Godard égrenne le générique, sur les violons frissonnants de Georges Delerue... Le film pourrait s'arrêtait là tellement c'est beau !

LE MEPRIS est sans doute le plus grand des films abordables de Jean Luc Godard. Voulu comme tel, gros budget, montage financier international, et star à gogo. Le plus mythique aussi, en tout cas, grâce à la présence de Brigitte Bardot, anti-thèse parfaite de la Nouvelle Vague, et paradoxalement, parfaitement à sa place dans ce film. Godard confronte deux mythes : le mythe populaire de BB, l'actrice, et le mythe de Fritz Lang, le vrai, le cinéaste tant admiré par Godard. Et de même qu'Orson Welles coupa les cheveux roux de Rita Hayworh dans LA DAME DE SHANGHAI, Godard desmystifie Bardot, la filmant en perruque noire, le temps d'une scène (coiffure que portait Anna Karina dans VIVRE SA VIE).

Bardot dans le film, c'est Camille. Camille est mariée à Paul (Piccoli), scénariste qui accepte de travailler pour Fritz Lang sur une adaptation de "l'Odyssée". Le film est produit par Jérémie Prokosh (joué par Jack Palance) qui évidemment tombe raide dingue de Camille. Celle-ci est d'autant plus fragile, que son couple avec Paul vacille.

Jean Luc Godard nous parle ici d'amour et de cinéma, ou d'amour du cinéma. C'est un film qui parle de création, alors qu'en même temps, on assiste à la lente destruction d'un couple. Visuellement, Godard s'est surpassé, dans l'art de cadrer, dans l'art du travelling (dont il disait que c'était affaire de morale !) et dans l'utilisation des couleurs, d'autant plus éclatantes, que les coeurs deviennent noirs et secs. Son film précédent, LES CARABINIERS, avait été très mal reçu, qualifié de mal filmé, mal éclairé, mal foutu. Godard souhaitait aussi montrer, avec LE MEPRIS, qu'il savait et pouvait faire "classique". LE MEPRIS enchaîne les scènes mythiques, comme « et mes fesses, tu les trouves belles mes fesses ? ». Bardot avait ce talent de montrer ses fesses, à la fois avec un naturel déconcertant, presque enfantin, et une provocation calculée. Et pourtant, cette scène et un rajout, obtenu après des semaines de discussions d'avocats, parce que les co-producteurs américain qui avaient payé pour avoir Bardot, étaient déçus de ne pas la voir... à poil, comme dans un Playboy. Les scènes de Bardot, nue, ont été tournées plus tard, mais Godard, perfide, détourna les codes érotiques, pour en faire des scènes mythiques. Retenons aussi Michel Piccoli en chapeau dans son bain (hommage à Dean Martin), la longue scène de dispute (25 minutes) en appartement, très autobiographique (la liaison Godard-Anna Karina était houleuse à l'époque...) ou bien sûr les dernières scènes filmées à la villa Malaparte, où Bardot explose de sensualité, dans ce décor de rêve où la tragédie (soulignée par les statues antiques) trouvera son apogée.

LE MEPRIS est un chef d'oeuvre, un des films les plus célèbres de son auteur, et un des plus classiques aussi dans sa forme, moins expérimental que PIERROT LE FOU et que ses films des années 80. Michel Piccoli y est prodigieux, Godard ne tarissant pas d'éloge sur lui. Et Godard rendant hommage à un comédien est un fait suffisamment rare pour être souligné ! Un film à portée de tous, à condition d'être un minimum réceptif, attentif, et se laisser prendre à cette histoire de passion, de destruction, d'introspection. LE MEPRIS est un poème violent, lyrique, envoûtant, enveloppé par le plus beau thème composé par George Delerue.
66 commentairesCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
3 sur 3 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 décembre 2013
Ce commentaire se penche sur cette édition collector et sur celle-là seule, car je trouvais que ça manquait de détails.

Le Blue-Ray est le blue-ray courant à 19€, avec livret intégré et tous les bonus.
Le poster est celui de la boîte du coffret, à savoir BB allongée en maillot et qui fait la moue.
Le livre est celui des éditions Gallimard, de très bonne facture.
Le CD contient les 6 titres de la BO, le tout dans une pochette en carton type single à l'image de la boite du coffret.
Le DVD est le rouge, avec quelques bonus inédits par rapport au blue-ray.

Un coffret qui vaut le coup, donc.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
13 sur 15 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 26 septembre 2001
Tiré d'un grand roman d'Alberto Moravia, ce film a un peu perdu de son odeur de soufre avec les années. Mais Michel Piccoli et Brigitte Bardot, somptueusement lascive, forment un duo inoubliable, qui n'a pas pris une ride.La grande époque du cinéma français dans toute sa splendeur.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
15 sur 18 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 12 septembre 2007
C'est un joyau de la filmographie de Jean-Luc Godard. Et un régal pour nous les cinephiles. Avec "VIVRE SA VIE" et "PIERROT LE FOU" les trois grands, grands, tres grands films de Godard. Brigitte Bardot sublime, Piccoli superbe, Palance authentique et Fritz Lang un plaisir pour les yeux et les oreilles. Godard a pu sublimer la grande star sur un scenario base au "MEPRIS" de Moravia. Personne d'autre ne pourrait le faire avec tant de pudeur et d'amour cinematographique. Les plans en cinemascope comme on n'en a jamais vu auparavant. Et une musique de Georges Delerue qui restera le grand classique des gens qui aiment vraiment le cinema. Tout pour le prix d'un seul. Alors quoi!!! Vous attendez encore!!! Achetez le et regardez le une fois par mois. Ca vous fera changer les idees!!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 8 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 juillet 2010
Simplicité et amour du cinéma on permis à
Jean Luc Godard d'offir à BB sans doute son
meilleur film, et aussi un vrai chef d'œuvre.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
4 sur 5 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 18 novembre 2011
Godard a réalisé Le mépris, avec Piccoli et B.B., d'après un court texte d'Alberto Moravia, un « roman de gare » dira-t-il. Il filme le désamour mais lui laisse tout son mystère. Il n'explique rien. De micro-rupture en micro-rupture, Paul va perdre Camille sans qu'on sache pourquoi. Tout au plus peut-on deviner que Paul manque de cette possessivité qui pourrait retenir cette belle femme au masque buté et impénétrable. Il la veut libre et Camille en déduit qu'il ne la veut plus. Au générique, elle lui fait dire, en énumérant toutes les parties de son corps, qu'il les aime « toutes ». Mais cette récapitulation signifie-t-elle qu'il aime Camille « toute » ? N'annonce-t-elle pas d'emblée une totalisation impossible ? A plusieurs reprises, Camille semble attendre que Paul lui dise : « Non, ne pars pas, reste avec moi, dînons ensemble, partons ensemble » et le spectateur a envie de souffler à Paul le bonne réplique. Mais Paul ne saisit pas Camille, ne joue pas l'emprise sur elle et la laisse au contraire flirter sous son nez avec le producteur américain. Pervers, Paul ? Il récolte le mépris, peut-être à cause d'une méprise. Une fois encore, l'amour chez Godard semble impossible, ou du moins ce qui fait durer un couple. Il y a aussi un film dans le film. C'est le grand cinéaste allemand, Fritz Lang soi-même qui, lui, tourne l'Odyssée. Paul devait remanier le scénario. Mais Paul a une vision iconoclaste d'Ulysse. Pour lui, si Ulysse a quitté Ithaque, c'est qu'il n'aimait déjà plus Pénélope, avant même de partir. Et s'il met tant de temps à revenir, c'est qu'il ne tient pas à la retrouver. Paul exprime-t-il inconsciemment, par cette interprétation, que lui aussi n'aime plus Camille-Pénélope ? Camille le ressent-elle et méprise-t-elle le manque de courage de Paul à son égard ? C'est la mort qui triomphera une fois de plus de toutes les interprétations ouvertes par le film, mort convoquée pour écrire le mot FIN.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
6 sur 7 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 20 juillet 2009
Du Godard, à son sommet pour moi... Et la musique de Delerue donne toute la dimension et la profondeur du film, extraordinaire !!!
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 22 janvier 2015
Des prises de vue inoubliables. Des répliques brillantes. Et pourtant, le visuel et le parler font un drôle de ménage dans ce film.
On dirait du théâtre de poupées : un ping-pong de déclarations où la mimique est presque sans importance. Pour Jack Palance et Fritz Lang, c'est évident, et pour BB et Michel Piccoli, c'est surtout les poses "conversationnelles" qui pimentent leur grande scène ( avec les gifles "innocentes", comme des virgules ). Malheureusement, dans ce jeu "se faire pardonner" de cour de récré ( Moravia est loin ... ), Camille perd le fil ( coquetterie obstinée ? ) et sera forcée de "mépriser" - le public ne le prendra pas trop au sérieux, tout comme son accident mortel sur la route vers Rome. Car, durant le film, elle est devenue immortelle.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
19 sur 24 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 6 juillet 2004
Certes c'est du Godard mais si l'on est allergique à l'auteur, ce film est peut-être celui qui peut vous donner accès à une partie de son univers. Le film est exceptionnel à plus d'un titre : Bardot est sublime et la scène du début qui détaille son corps avec Piccoli est entrée dans la légende du cinéma.
Dans la légende aussi, le générique parlé qui annonce le drame, la présence hommage de Fritz Lang et puis il y a la musique exceptionnelle de Georges Delerue, sans doute une des plus belles musiques de film qui soit : d'ailleurs elle est très souvent reprise pour des illustrations musicales.
N'oublions pas Capri et la villa de Malaparte perdue dans les rochers avec son escalier mythique.
Que l'on aime ou non Godard, ce film est un des monuments de l'histoire du cinéma.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
7 sur 9 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 4 septembre 2008
Seine et Marne le 4 septembre 2008

Bonjour à tous,

L'intrigue a été tournée dans les studios de Cinecitta en Italie et à Capri, une île baignée de soleil dont les bleus profonds demeurent inoubliables à ceux qui sont sensibles à la beauté.

Paul et Camille, deux trentenaires semblent être un couple soudé. Ils vivent dans un appartement inachevé. Lui, écrit des romans policiers, mais se met à l'écriture de pièces de théâtre. Cependant, un producteur américain contacte Paul afin qu'il écrive le scénario de son prochain film, bien qu'il finance actuellement celui de «L'odyssée» d'Homère, dont la direction est réalisée par Fritz Lang en personne ! Paul, Michel Piccoli, doit rencontrer l'homme d'affaires et Camille doit le rejoindre. Tout va bien dans le couple, pourtant un événement va provoquer un profond mépris de Camille à l'encontre de Paul... d'où le titre du film.

Le scénario a été tiré d'un roman d'Alberto Moravia et çà n'est pas l'unique. Il y a dans ce cinéma beaucoup de citations célèbres : M le maudit, un américain bien tranquille... et le voile du mystère est levé laissant place à une vérité éclatante.

JL Godard préssentait plutôt Franck Sinatra et Kim Novak pour les rôles de Camille et Paul. Ensuite ce fut Sophia Loren et Mastroianni car le mari de Sophia Loren a financé en partie, le film. C'est alors que le jeune réalisateur se tourna vers Brigitte Bardot qui était alors une vedette internationale et habituée à des rôles plus légers.

Quant à moi, j'adore ce cinéma, parce que Brigitte Bardot y est splendide, ainsi que les scènes tournées à Capri. Camille paraît être une ravissante idiote, mais Jean-Luc Godard lui donne l'occasion de rétablir la vérité sur ce qu'elle est à n'en pas douter, dans la vie : une ravissante belle femme, à l'intelligence aiguisée.

La première scène montre en clair-obscur deux corps complètement dénudés. Les questions réponses qui s'ensuivent semblent nécessaires pour montrer au spectateur combien le couple est uni.

Peu de temps avant l'arrivée de Camille, Paul découvre que le producteur sait que sa femme est très belle. Camille explose alors à l'écran de simplicité et de fraîcheur. L'ôte propose alors d'aller en ville, prendre un verre. Seulement, il possède une décapotable à deux places... Paul les rejoindra en taxi... Le tête à tête entre elle et l'inconnu dure trente cinq longues minutes et fait découvrir à Camille ce dont son mari est capable pour signer ce contrat !

De fait, Paul explique une fois à Capri, sur le tournage de L'odyssée, qu'il a agi non seulement pour lui, mais pour elle, puisqu'il pourrait rembourser le crédit de l'appartement ! Mais quelque chose est désormais «cassé» dans le cœur de Camille, qui est incapable d'aimer un homme qui la jette dans d'autres bras pour de l'argent, pour sa carrière. Elle embrasse entre deux scènes l'homme amoureux, sachant que Paul les observe.

A ce moment, le spectateur découvre que le tournage d'un film est un jeu d'enfants, où les pions peuvent se reposer entre deux scènes, discuter éternellement tout en gagnant beaucoup d'argent...

La fin tragique du "Mépris" a marqué les mémoires, mais sans Brigitte Bardot qu'aurait été ce film ? Toutefois, ce dernier est à découvrir, absolument.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
A bout de souffle [Blu-ray]
A bout de souffle [Blu-ray] de Jean-Paul Belmondo (Blu-ray - 2010)
EUR 19,99

Pierrot le fou [Blu-ray]
Pierrot le fou [Blu-ray] de Jean-Paul Belmondo (Blu-ray - 2010)
EUR 21,38

Et Dieu... créa la femme
Et Dieu... créa la femme de Brigitte Bardot (DVD - 2000)
EUR 15,99