undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

1
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
0
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
III:the Rommel Chronicles
Format: CDModifier
Prix:15,96 €+Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
Ah ! Un nouvel album de Hail Of Bullets ! Ce super groupe néerlandais fait partie des valeurs encore sûres du circuit death à l’ancienne.
Je me régale à chacune de leurs sorties.

Voici ce dernier III - The Rommel Chronicles, trois ans après le précédent On Divine Winds.
Le concept s’oriente ici sur les moments marquants de la vie du Generalfeldmarschall Erwin Rommel, surnommé le Renard du Désert lors de sa campagne avec l’Afrikakorps, de sa naissance en 1891 à sa mort en 1944.

Le line-up est resté le même : la paire de gratteux de Thanatos (Gebédi et Baayens), l’ex-batteur de Gorefest (Warby), l’ancien bassiste de Houwitser (van Eekelen), le chanteur d’Asphyx (van Drunen). Une équipe de choc de professionnels bien rôdés qui dominent la scène death metal hollandaise depuis des décennies.
Ce qu’on aime avec Hail Of Bullets, c’est que ça ne change absolument pas d’un album à l’autre : toujours ce même riffing terriblement efficace et puissant, sans technique particulière, les rythmiques mid ou doom tempo métronomiques et le chant unique de van Drunen.
Une recette qui marche dans tous les groupes que touchent ces gaillards, d’Asphyx à Grand Supreme Blood Court.
Difficile de résister à une qualité aussi constante de la part de ces légendes. La musique colle toujours autant au concept militaire, on imagine vraiment des chars avancer au début de DAK avant que les riffs de tueur qui suivent nous mettent au tapis. C’est lourd et puissant comme un gros panzer de l’époque.

On observe par ailleurs une progression tout au long du disque, qui passe d’un death presque épique, correspondant aux heures de gloire du Feldmarschall jusqu’au doom de sa disgrâce et de son suicide en 1944.

La production d’Ed Warby et le mixage/mastering de Dan Swanö donnent à l’album toute sa force de persuasion et en font une arme de destruction redoutable.

On aurait tort de se priver d’un tel objet, car rares sont les albums aussi cohérents conceptuellement que musicalement.
Entre Asphyx, Hail Of Bullets et Grand Supreme Blood Court (espérons que ça continue), on a là un noyau dur de death metal doomisant néerlandais old school qui nous promet de belles perles pour les années à venir, à un rythme très régulier.

Retrouvez cette chronique martiale (et d'autres plus martiales encore) sur le site "auxportesdumetal.com"
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus