undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

18
4,2 sur 5 étoiles
Un monde pour Clara (Black Moon)
Format: Format KindleModifier
Prix:11,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

2 sur 2 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 janvier 2014
J’avais un bon souvenir de cet auteur français, Jean-Luc Marcastel, qui a écrit Le Dernier Hiver. C’est donc avec plaisir que je me suis lancée dans cette lecture pour laquelle j’ai eu un coup de cœur ! Aussi bien pour l’histoire que pour la couverture, d’ailleurs.

C’est une histoire qui opère subtilement un glissement de l’utopie vers la dystopie. En effet, comme le révèle le résumé, l’écologie est l’idéologie qui s’impose dans le monde de Diane (la sœur jumelle de Clara qui, elle, est décédée). C’est d’ailleurs curieux de nommer ce livre « Le Monde de Clara » alors que ce dernier personnage n’est pas vraiment – oui et non, en fait – le personnage éponyme de l’histoire. C’est un titre très recherché car il évoque tout simplement le leitmotiv de l’idéologie. C’est la phrase que reprendront sans cesse les personnages pour construire ce nouveau monde : « Un monde pour Clara ! », car il s’agit de venger la mort de la jumelle de Diane.

Jusqu’à la moitié de l’histoire, le lecteur se dit : « C’est génial ! Tout est écolo ! », mais il ne manque pas aussi de déceler les non-dits derrière les apparences. C’est donc un récit qui va mélanger deux points de vue, grâce à une conversion du regard : celui qui se sent bien dans ce nouveau monde, et celui qui le critique. Bien sûr, il ne s’agit pas ici de deux personnages différents, mais de Diane, qui va tout d’abord incarner Gaïa aux yeux des fidèles, puis incarner un sentiment de déception et, sans doute, de révolte. A vous de découvrir la suite.

Cette magnifique histoire est ornée d’une écriture à la pointe poétique, qui retranscrit bien les sentiments de Diane à chaque moment de l’histoire, ce qui en fait un récit poignant. J’ai ressenti la confusion de ce personnage face à ce monde soi-disant idyllique. Je me suis parfaitement identifiée à Diane tout au long de l’histoire. Nos sentiments se sont unis.

Le lecteur sent naître la révolte à petit feu. Le développement de ce thème passe notamment par les scènes successives de réveil, comme si Diane s’ouvrait de plus en plus à ce monde dans ce qu’il a de violent. Le fait de faire découvrir au personnage et au lecteur – en même temps – la fresque de ce monde est une très bonne idée, car cela nous permet dans un premier temps de nous émerveiller, puis de juger et de confronter nos impressions aux personnages qui sont tels des moutons dans cette secte. Et là, c’est bien entendu la décadence face à une terrible vérité : cette société n’est rien d’autre qu’une dictature qui créé de nombreuses inégalités. En fait, c’est la façon dont l’auteur amène les idées qui est remarquable, ce ne sont pas tant les rebondissements, puisque l’on devine bien, dès le début, que ce n’est pas un monde idéal.

Bref, tout cela pour dire qu’une seule idéologie ne doit pas s’imposer. Il faut laisser vie au pluralisme et à l’expression des idées, si l’on ne veut pas que ce monde devienne le nôtre. Donc, une belle leçon de vie, de société, et surtout, d’actualité ! Une belle dystopie qui se dévore, et surtout, qui se distingue de son genre dans l’organisation même du récit. C’est surprenant, original, et cela en est d’autant plus marquant.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 19 novembre 2014
Bonjour, j'ai d'abord été attirée par la sublime couverture de ce livre.
Le début du livre est horriblement réaliste avec les catastrophes naturelles qui s'enchaînent et les références à Fukushima, etc... Nous rencontrons Diane une jeune femme comme nous qui a été frappée par la tragédie avec la mort de sa sœur jumelle Clara lors de l'explosion de la centrale de Gravelines. Elle se rend à une manifestation, plus pour suivre son ami Léo qu'autre chose, restant une militante de base. Mais le destin s'en mêle : elle est touchée par une balle devant les caméras et tombe dans le coma.

A son réveil, dix ans plus tard, tout a changé. Nous sommes aussi perdus qu'elle dans ce nouveau monde crée, en son nom," pour sa sœur Clara". Les écolos ont pris le pouvoir et dans Néo-Lutécia, l'ancien Paris, la nature a repris le dessus. Tout est féerique, les hommes et les animaux cohabitent, on apprend aux enfants à l'école à respecter la nature...

Seulement voilà, peu à peu, Diane va découvrir que tous n'est pas si rose. Paris est une ville modèle certe mais dans le reste de la France et une partie du monde, on stérilise les enfants et limite la natalité à un enfant par couple. Les pauvres sont mis à rude épreuve, en effet les médicaments, pétrole, etc... sont interdits et quiconque s'oppose à ses lois se voit emmené dans un "camp de réadaptation" et personne ne le voit plus jamais...

Vous l'aurez compris cela rappelle quelques mauvais souvenirs et Diane qu'on utilise comme icône pour commettre toutes ces atrocités se rebelle....

Je ne vous en direz pas plus vous ayant déjà pas mal spoilé le livre. Passons à mon avis qui je le crains même après plusieurs jours de réflexion est mitigé. En effet ce livre contient tout ce que j'aime et recherche dans un livre : un sujet et des personnages forts, de l'action bien amenée... Mais voilà je n'ai pas réussi à apprécier le personnage principal, je n'ai pas vibré pour Diane et son sort ne m'intéressait guère. J'aurais aimé que l'auteur se consacre à la vie des gens "normaux", leur quotidien. Et plus de passage avec Léo l'ami de Diane qui lui aussi a vécu une tragédie et y a répondu par la violence. Je trouve son personnage plus puissant, car même s'il fait beaucoup d'erreur il reste fidèle et passionné et pense agir pour le mieux.

Bref, une lecture qui je l'espère trouvera son public car ce livre à tout pour plaire et son sujet est fort : L'homme est-il naturellement nuisible à lui-même et aux autres? Y-a-t-il un espoir pour notre planète?...

Mais malheureusement je suis passée à côté, peut-être est-il trop pessimiste pour moi?
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
VINE VOICEle 22 octobre 2013
Bienvenue dans une histoire que je qualifierais d’envoûtante. Diane, la sœur de Clara, se réveille après 10 ans de coma dans un monde non seulement totalement différent d’avant, mais aussi totalement différent de ce qu’elle aurait aimé avoir. L’anticipation ici est bien élaborée. J’ai vraiment beaucoup aimé.

Elle avait souhaité un monde meilleur suite à la catastrophe qui a tué sa sœur. Léo, son ami, a contribué à ce changement durant le coma de Diane, accompagné d’une secte vraiment dérangeante… Je suis entrée dans un monde écologique et effrayant. J’ai ouvert les yeux en même temps que l’héroïne. Ce qui, au départ, était la solution à tout devient un véritable cauchemar et se retourne non seulement contre la population, mais aussi contre Diane directement. Elle avait souhaité ce monde, elle en devient l’icône elle-même sans le vouloir. Et à cause de tout ça, il va lui arriver bien des histoires et l’envie de retrouver son monde d’avant va devenir plus qu’important… vital.

J’ai beaucoup aimé les personnages principaux. Même s’ils prennent des voies différentes, ils sont touchant chacun à leur manière. J’ai aussi beaucoup aimé la tournure que l’auteur donne aux événements. La première partie m’a plu, la deuxième m’a définitivement conquise. Même si cela reste dans le domaine des romans Jeunes Adultes, tout est rondement mené et donne un roman d’anticipation très accessible.

Et mention très bien à l’illustrateur de la couverture. Je la trouve magnifique.

Jean-Luc Marcastel signe une histoire très riche, très captivante, très rythmée. A la fin, on en redemande. Merci beaucoup à Black Moon de m’avoir confié cette lecture.
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
1 sur 1 personnes ont trouvé le commentaire suivant utile
le 22 janvier 2014
Bonjour
quel plaisir de lire ce roman ! De plus, nous avions eu la chance de rencontrer Jean-Luc Marcastel au salon de Montreuil.

Alors je ne peux qu'etre d'accord avec tous les commentaires précédents, mais j'ajouterai, ainsi que M Marcastel me l'avait recommandé, à ne pas mettre entre toutes les mains.
C'est un livre destiné aux ados et plus.
Ma fille, pourtant grande lectrice, a 12 ans et est trop jeune : attention SPOILER : une scène de viol est plutôt dur pour cet age (meme si cela reste sous-entendu, mais quand meme)
De meme, elle n'est qu'en 5eme, et n'a pas encore vraiment étudie la 2eme guerre, le nazisme, les dictatures, je trouve que c'est une culture générale nécessaire pour apprécier pleinement ce roman que j'ai trouvé vraiment super.
11 commentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 31 juillet 2015
C'est un livre qui se lit facilement, avec un "bon" début , et beaucoup d'idées (je ne sais pas si ça ce dit, mais je m'en fiche c'est mon commentaire. :o ).
Mais pas crédible du tout, autant le début passe bien, mais la suite se gate vraiment...

*Attention spoilé*
Le peuple s'est révolté pour un monde plus proche de la nature, et contre le gouvernement actuel (la république, d'ailleurs l'auteur confond "république" et "démocratie" apparemment...), au final ils se retrouvent avec un dictateur qui s’approprie les richesses, les forces à se stériliser , et là, personne ne fait rien. Même notre héro Léo , qui est si sensible à la mort injuste de sa mère, et de Clara (soeur jumelle de Diane) , éclate volontiers des cranes de mains nus des personnes qui sont contre la stérilisation (entre autre)... Mais malgré tout il reste plus attachant (car moins plat) que notre héroïne.
Enfin bref, heureusement Diane se réveille de son coma au bout de 10 ans (oui parce que sinon vous vous doutez bien qu'elle n'aurait jamais laissé faire ça, elle !) , et ouvre les yeux à Léo, et va sauver le monde de ses soi disant écolos extrémistes.
Je trouve que les messages derrière ce livre peuvent etre dangereux, faisant passer les écolos pour des tyrans, et défendant finalement l'énergie nucléaire (bah oui si elle est utilisée avec le super procédé que la Maman de Diane et Clara a mit en place, ça devient meme écologique ! Allez payons des chercheurs pour qu'ils trouvent ce super procédé.. :D ). Du coup ce roman qui aurait pu permettre à certaine personnes de se remettre en question, va au final les conforter dans leur choix d'etre passif..
Pour revenir à un sujet plus léger, je trouvai sympa l'amitié entre Diane et Léo, je me disais: "y aurait il enfin une histoire avec une relation homme/femme sans ambiguïté ?" Mais au bout de quelques pages on se rend compte que non, et c'est confirmé à la fin... Dommage.
*fin du spoiler*

Enfin bref, je n'ai pas accroché avec le style d'écriture de l'auteur, que je trouvai redondant, un petit livre de 350 pages qui aurait très bien pu etre écrit en seulement 250. Mais bon je mets quand même 2 étoiles car je n'ai pas passé un mauvais moment en le lisant, malgré tout.

Si vous voulez une bonne dystopie, je vous conseillerai plutot "Delirium" , ou "Les insoumies" si vous voulez plus d'actions (sans compter Hunger Games , ou Uglies qu'on ne présente plus..).

Désolée pour mon commentaire brouillon (et de rabat-joie), je laisse rarement de commentaires sur les livres normalement, car je trouves souvent plusieurs personnes partageant mon avis (et s'exprimant mieux que moi), mais pas là. Je vais donc surement me faire lyncher. hahaha
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
le 3 juin 2015
Un monde pour Clara est une dystopie de 352 pages de Jean-Luc Marcastel, publiée par les Editions Hachette dans leur collection Blackmoon et en vente à 16,50€. Autant vous dire tout de suite que j’ai eu un gros coup de cœur pour ce livre qui a su me toucher et profondément me marquer.

Je trouve que le point fort ne réside pas forcément en l’héroïne même si j’ai apprécié son évolution au cours du roman. Diane est une héroïne qui n’a pas forcément confiance en elle mais qui a dû caractère. Elle qui a vécu dans l’ombre de sa jumelle pendant son enfance et doit faire face à la mort de celle-ci et apprendre à s’imposer elle-même. Elle est à la fois forte et fragile. Au début du roman, on peut comprendre qu’elle soit déstabilisée mais elle m’a agacé. Je la trouvais trop naïve et agaçante dans sa demi-révolte. « Je ne suis pas celle qu’ils croient », « ce n’est pas moi »… Elle répétait toujours la même chose ! Au fur et à mesure de l’histoire, elle prend du poil de la bête et devient forte, courageuse et battante. Certes, elle reste fragile mais il n’y a plus cet apitoiement sur elle-même que je comprenais mais qui m’agaçait.

Ce livre m’a beaucoup touché car il parle d’un thème qui me touche beaucoup car je pense qu’il est important : l’écologie. L’écologie est quelque-chose d’actuel et d’important. Et j’ai beaucoup aimé les messages que fait passer l’auteur car je m’y reconnaissais directement dans les histoires « d’écologistes modérés » : faire quelque-chose pour la planète mais sans jamais toucher à son petit confort. Certes, c’est mieux que rien, mais ce n’est pas suffisant. Et à côté de ça, l’auteur nous présent le parti des écologistes extrêmes en nous-disant qu’au final, ce n’est pas mieux. J’ai beaucoup aimé ce message qui nous dit à la fois d’agir vraiment avant qu’on nous l’impose. J’ai aussi beaucoup apprécié le message qu’il y a autour des extrêmes et comment, finalement, nous qui croyons que plus jamais nous pourrons voir dans notre pays une dictature, comment nous nous laissons embrigader. Comment, sous couvert de faire le bien et peut-être en pensant uniquement à le faire, on en arrive à faire le mal.

Mais ce n’est pas non plus le seul thème abordé : le thème du deuil est aussi très présent. Les jumeaux ou les jumelles ont toujours été sources de questionnement. On se demande souvent comment le jumeau/la jumelle restant(e) fait pour survivre à la perte de son double. J’ai beaucoup apprécié la manière avec laquelle l’auteur abord ce sujet, en rajoutant au livre une touche de magie qui pourrait aussi s’expliquer par comme étant une réaction traumatique psychologique.

Ce livre m’a beaucoup marqué car il aborde des thèmes actuels qui sont importants à mes yeux. C’est un livre à mettre entre toutes les mains, pas trop jeunes car il y a aussi des scènes dures. Ce livre incite à l’action tout autant qu’il prévient. J’ai apprécié la morale qu’on peut sortir de cette histoire et la vérité que l’auteur pointe.

Je ne peux que recommander ce livre à partir de 14 ans !

Conclusion

Cette dystopie aborde plusieurs thèmes très forts : le deuil, l’écologie, la dictature, le sacrifice, le viol… C’est un roman marquant, à mettre entre toutes les mains, à la fois pour inciter à l’écologie mais aussi pour mettre en garde contre les beaux discours. Une belle morale, de beaux messages, une jolie plume… Bref, un livre à découvrir d’urgence !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Un Français chez Black Moon, ça ne se loupe pas! "Un monde pour Clara" est un très bon roman d'anticipation, j'ai dévoré cette dystopie à la française.

L'histoire se passe en France dans un futur proche. L'héroïne : Diane et son meilleur ami Léo font parti des "Enfants de Gaïa", un groupe politique qui milite pour l'écologie. Le pays a été touché par une nouvelle catastrophe nucléaire qui a provoqué beaucoup de morts dont la mère de Léo et la sœur de Diane : Clara. Lors d'une manifestation où Diane raconte son histoire à une journaliste, elle est touchée à la tête par une balle anti-émeute et se réveille, dix-ans plus tard.

La première partie du roman sert à mettre en place l'univers et l'histoire et est donc, plutôt calme. Diane sort du coma et découvre ce nouveau monde que le parti et son leader : Etienne de Ronsard ont bâti. Paris n'existe plus et la nouvelle ville qui a pris sa place : Néo Lutecia respecte parfaitement la nature. Durant cette première moitié, on découvre, d'abord avec émerveillement, les dispositifs mis en place pour sauvegarder la planète. Pourtant, comme Diane, on se rend petit à petit compte que cette perfection cache une terrible vérité : les Hommes vivent sous une dictature et toute la France n'est pas modelée sur le modèle de Néo Lutecia.
La seconde partie nous plonge en profondeur dans l'univers créé par Jean-Luc Marcastel. Nous découvrons avec Diane la face cachée de cette nouvelle France et la vérité sur plusieurs éléments. C'est à ce moment-là que Diane fait la connaissance avec une fillette : Zoé. Ce nouveau personnage influencera les décisions de Diane par la suite.

Concernant les personnages, Diane est une jeune fille qui a les pieds sur terre. Contrairement à Léo, complètement aveugle face à la réalité, Diane se rend vite compte que ce monde n'a rien à avoir avec celui qu'elle espérait. Ce n'est pas un personnage fort à l'origine, contrairement à beaucoup d'héroïnes du genre. Non, Diane tire sa force de Clara, sa jumelle ou plutôt de son souvenir. Nous assistons donc à des conversations et même si Clara est morte, nous découvrons à quel point elles étaient proches.
Le point de vue est interne mais l'auteur a choisi la troisième personne. Pourtant, les sentiments sont exacerbés et nous connaissons la moindre pensée de notre héroïne, ce qui est presque vital dans le "young adult". Même si Diane ne dit pas "je", je n'ai eu aucun mal à m'attacher à elle.
Léo m'a par contre laissé une impression mitigée. J'ai été exaspérée par sa manie de fuir la vérité. Il est persuadé qu'il oeuvre pour la bonne cause et pourtant, il n'hésite pas à tuer, même des innocents! J'ai eu envie de m'attacher à lui mais j'ai eu du mal sauf vers la fin du livre...

Pour conclure, j'ai passé un très bon moment avec ce roman. J'ai beaucoup aimé le thème, très actuel, de l'écologie. L'idée d'un monde où la Nature est devenue prioritaire sur le bien-être de l'Homme est parfaitement bien exploitée et j'attends avec impatience la suite de l'histoire (si suite il y a...).
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Le résumé prometteur, la jolie couverture et le nom de l’auteur tout a fait que je voulais lire Un monde pour Clara. Alors quand Hachette m’a proposé de le découvrir ce roman, je n’ai pas hésité et je n’ai pas été déçu. L'univers créé par Jean-Luc Marcastel est tout simplement incroyable (trop incroyable même pour qu’il soit mis en place en seulement dix ans, mais bon !). Comme Diane, on commence par s’émerveiller : ce Paris recouvert de verdure, les arbres, la nature semble vraiment idyllique. Puis on découvre l’envers du décor : l’auteur nous montre ce à quoi mène l’extrémisme, quel qu’il soit. Une dictature n’a pas besoin d’uniforme et de drapeau, elle nécessite juste un homme qui impose ses idées, même si elles paraissent louables

Et si le début est un peu long, on ne peut s’empêcher de tourner les pages. J’ai vraiment pris plaisir à retrouver la plume de Jean-Luc Marcastel. Il n’y a pas à dire, il sait vraiment nous embarquer dans ses histoires. Ses descriptions sont telles que l’on se croirait vraiment dans cette France où la Nature prime sur l’être humain. Concernant les personnages , j’ai eu un peu de mal à supporter Léo et l’admiration que Diane a pour lui m’a souvent fait lever les yeux au ciel mais ça ne m’a pas empêché de dévorer le roman.
Pourtant, je dois avouer que je suis restée sur ma faim en refermant Un monde pour Clara. J’aurai aimé une vraie fin. Ici, on doit faire appel à notre imagination et finalement construire notre propre Happy end, cela m’a laissé un petit goût d’inachevé.

Si vous avez aimé Le dernier Hiver, vous aimerez Un monde pour Clara, même si l’ambiance y est beaucoup moins sombre. Ici, Jean-Luc Marcastel nous montre que les meilleures volontés peuvent parfois conduire aux pires atrocités… À méditer !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Cruellement marqués par une catastrophe nucléaire d’une ampleur effroyable dix ans plus tôt, Diane a perdu Clara sa sœur jumelle et Léo, sa mère. Bien décidés à changer le monde et les mentalités sur l’écologie, ils sont tous deux membres d’une secte nommée « les enfants de Gaïa » et participent à une marche pacifiste anti-nucléaire dans Paris. Les choses tournent mal lors de la manifestation et Diane est gravement touchée à la tête par une balle antiémeute. Elle tombe dans le coma et se réveille dix ans plus tard. Or le monde qu’elle connaissait est totalement modifié et il est très très loin du monde qu’elle avait imaginé avec Léo.

Lorsque Diane se réveille elle s’aperçoit que la France a changée, les enfants de Gaïa ont pris le pouvoir et ce nouveau parti politique œuvre prioritairement pour la planète et ce au détriment de l’humanité qui hormis une minorité, se retrouve à vivre comme au moyen âge. Léo est devenu un homme important au sein de cette nouvelle société, aveuglé par ses responsabilités et son désir de changer le monde et de l’améliorer il ne mesure pas l’ampleur de la folie qui l’entoure et pousse Diane par tous les moyens (quitte à lui mentir) à y participer.

Diane est une jeune femme hantée par le souvenir de Clara sa jumelle, qu’elle voit partout et qu’elle entend dès qu’elle a besoin de courage. Clara était l’ainée de quelques minutes, d’après Diane, Clara était aussi la plus forte des deux, probablement celle qui n’aurait pas dû mourir… Clara c’est en quelque sorte le moteur de Diane qui n’hésite pas à lui laisser la parole et son corps lorsqu’elle ne se sent pas assez forte pour agir seule. J’ai trouvé cette manière très touchante de faire revivre Clara à travers Diane, et par la suite sa rencontre avec la petite Zoé m’a également beaucoup touchée…

J’ai beaucoup aimé suivre le chemin de pensées de Diane et notamment son revirement d’opinion. Sa manière de suivre les indications qu’on lui donne jusqu’à ce qu’elle décide subitement que c’est mal et que c’est contraire à la morale, la sienne mais avant tout celle de l’humanité. Elle va se battre pour cela et se découvrir une force et une volonté dont elle ignorait l’existence. C’était bouleversant et vraiment poignant à certains moments…

Jean-Luc Marcastel à un style fluide et ce roman se laisse dévorer du début jusqu’à la fin, sans interruption, sans anicroches et avec quelques larmes je dois bien l’admettre. La fin m’a brisé le cœur, tous les personnages n’ont pas leur Happy End et j’espère vraiment que l’auteur est actuellement en train d’écrire une suite !

En bref : Chair de poule assurée pour les Verts d’aujourd’hui ! Ce roman dystopique est bien loin des intrigues imaginaires que j’ai pu lire jusqu’à lors. Avec « un monde pour Clara », l’auteur a cherché à nous démontrer comment une véritable dictature est née d’une simple idée populaire. Loin de la société de rêve, nous découvrons un véritable cauchemar né du fantasme d’un seul homme qui aura réussi à atteindre son but grâce au malheur des autres. Mais c’est aussi une histoire belle et émouvante, déchirante même, un amour fait de non-dit et une héroïne qui va apprendre à se dépasser toujours avec la même idée fixe: Un monde meilleur…

Ce roman d’anticipation sort le 9 octobre !
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
J’ai adoré le personnage de Diane. [Même si, pour ma part, j'aurais réagi plus vite !] Elle a un grand cœur, elle est sensible, humaine et elle sait ce qu’elle veut, ou ne veut pas. Elle ne le comprend cependant pas tout de suite et ne sais pas encore comment agir.
[...]
La plume de JL Marcastel n’a malheureusement pas fonctionné avec moi. Phrases trop longues, syntaxe plus ou moins poétique…

A côté de cet avis subjectif, je ne peux que conseiller ce livre. L’histoire est belle et … Je ne sais même pas comment vous expliquer ! Ma lecture m’a complètement obnubilée. Pour ceux/celles qui ne l’ont pas encore lu, ouvrez vite ce livre, ou allez l’acheter. C’est une lecture qui vous fait réfléchir.

Retrouvez moi sur WordPress : petitelectricedeviendragrande.wordpress.com
0CommentaireCe commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonEnvoi de commentaires en cours...
Merci de votre commentaire.
Malheureusement, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
     
 
Les clients ayant consulté cet article ont également regardé
Le dernier hiver (Black Moon)
Le dernier hiver (Black Moon) de Jean-Luc Marcastel
EUR 7,99


Tess (Black Moon)
Tess (Black Moon) de Thomas Hardy
EUR 6,99